Archives du blog

Rencontre avec Christian DELAUD, l’unique candidat à gauche (jusqu’ici)

Parmi les plaisirs que me procurent cette activité de blogueur local, le privilège d’une rencontre directe avec certains des candidats à la Mairie s’est révélée comme l’une des bonnes surprises de ces mois passés. Initiée par / avec Marcel Bogi, la série se poursuit grâce à l’invitation que m’a adressée Christian Delaud, que j’étais très désireux de rencontrer. Pour deux raisons essentiellement :

– je suis atterré par le spectacle que donnent les socialistes au plan national depuis au moins de très longs mois, et il me semblait indispensable de juger les hommes localement (au moins pour cette élection où l’étiquette me semble assez peu conséquente).

– parmi tous mes clients et parmi mes amis, je fréquente des bandolais parfois anciens, qui vont de l’anarchisme à la gauche la plus marquée jusqu’à une droite dure voire extrême. Eh bien jusqu’ici, je n’ai jamais entendu de mal de Christian Delaud, mais de tous les bords j’en ai entendu du bien (encore le cas dernièrement avec Serge Gervais colistier de son concurrent de droite Michel Sauzet, lors du debrief du dernier conseil municipal houleux), sur les valeurs humaines, comme sur la compétence, l’homme de dossiers. Intrigant dans le microcosme bandolais, prompt à dégainer. Le personnage méritait au moins que je le rencontre et me fasse mon idée, alors tant mieux s’il a jugé utile de m’accorder un peu de son temps comme Marcel Bogi avant lui.

Compte-rendu : …/…

Lire l'article

Bienvenue dans la campagne électorale Mme CANEVARI!

Je me base pour ce titre sur le témoignage de Serge Gervais (membre de l’équipe du candidat Michel Sauzet), commentant ma note d’hier. Et sur le compte-rendu de ce conseil municipal que je viens de lire dans VAR MATIN.

Ce scénario qui m’avait été annoncé par quelques bandolais (avec qui je discutais des prochaines élections dans les dernières semaines), constitue une entrée en campagne qui n’est pas forcément la plus glorieuse, et ressemble à s’y méprendre à une réédition du scénario de 2001: Mme Canevari adjointe de la municipalité sortante de l’époque s’étant déjà désolidarisée au (dernier) moment de l’entrée en campagne.

Mme Canevari avait obtenu 12,65% au premier tour des municipales de 2001. Elle a fusionné avec le Maire actuel, lui assurant une majorité relative et gagnant sa place de premier(e) adjoint(e). Depuis elle a passé près de 7 ans dans une équipe municipale qui a indéniablement laissé une trace dans la vie de Bandol. A 2 mois des municipales, Mme CANEVARI s’oppose à son partenaire, reprend son indépendance (sa liberté d’aller négocier son potentiel d’électorat ailleurs), et fait son entrée (quasi) officielle dans la campagne électorale. Elle pouvait tout aussi bien aller jusqu’au bout de son « contrat moral » et voter ce budget comme les précédents, puis entrer en campagne et si elle fait partie de l’équipe gagnante, proposer un budget rectificatif après mars. La théâtralisation de son début de campagne a quelque chose de pathétique, et les applaudissements du public dont il m’a été fait mention sont contraires à toutes les règles régissant le déroulement normal d’un conseil municipal.

Je ne connais pas Mme Canevari, ni n’ai aucun élément pour juger de son action lors de la mandature qui se termine, mais du point de vue de l’électeur lamba (que je suis encore malgré ce blog qui se mêle de cette élection), je dois avouer que cela ressemble à une triste manoeuvre politicienne. Qu’elle n’hésite pas à s’expliquer ici, ou par le moyens de campagne qu’elle choisira, mais elle a deux mois pour le faire, et je pense que beaucoup de bandolais seront curieux de comprendre son revirement au timing si mesuré…

Quant aux propos du Maire rapportés par le journal, qu’il puisse les penser est une chose, les prononcer en public en est une autre. En tous cas j’ai la réponse à la question que je posais il y a peu, de savoir comment les sortants allaient gérer l’héritage de leurs 7 années de mandature : mal…

Lire l'article

Marcel BOGI m’a invité à le rencontrer : c’est fait!

Je connaissais Marcel Bogi rencontré à quelques reprises en 2004, que la plupart d’entre vous connaît bien mieux que moi. L’homme est un vrai méridional, bonhomme et séducteur, personnage rond et sympathique. Oui mais comme candidat souhaitant mes (nos) suffrages aux 2 tours des municipales 2008, ceux qui me lisent auront compris que ça ne me suffit pas. C’est ce qui a provoqué certains de mes articles un peu acides le concernant, le fond de son site de campagne manquant à mes yeux de matière, de concret. Du coup, si certains candidats m’ont invité à pousser la porte de leur permanence, lui m’a directement demandé à ce qu’on se rencontre pour pouvoir clarifier quelques points.

J’ai évidemment accepté, et j’espère que j’aurai l’occasion de rencontrer les autres candidats dans ces conditions privilégiées (je doute que chaque candidat puisse recevoir chaque bandolais ainsi, c’est l’un des avantages d’être parmi les premiers à « bloguer » cette campagne).

Je l’ai donc retrouvé à son QG de la rue de la République, en pensant lui donner une petite leçon d’internet appliqué à la communication politique (calendrier ou phasage d’un site web), et j’ai pris une petite leçon de politique appliquée au calendrier. Je m’explique : …/…

Lire l'article

Bandolais(es), il vous reste peu de temps, parlez!!!

Vous suivez avec plus ou moins d’intérêt les aventures de bandolais.fr, et parfois, vous vous dîtes que vous aussi vous aimeriez avoir la parole (que je vous ouvre au passage ici)?



Alors bloguez, faîtes des sites webs, prenez la parole
. Je suis là pour attester que cela fonctionne. Mes 2 autres blogs correspondent à un usage ciblé principalement vers des gens qui me connaissent, mais bandolais.fr en quelques semaines m’a prouvé que si vous parlez d’un sujet précis, des gens vous liront, vous écouteront, et se mettront à parler avec vous, en ligne puis éventuellement hors ligne.

Aujourd’hui, parce que le contexte bandolais est celui (brûlant) de prochaines élections, je sais que j’ai l’oreille de beaucoup de bandolais (les statistiques me surprennent), que les candidats déclarés m’ont tous signalés officiellement (sur leurs organes de communication), comme l’un des observateurs actifs (animateurs?) de cette élection, et plusieurs équipes de campagne ont pris contact avec moi (plus d’infos sur ce sujet prochainement), pour me permettre de parler plus en profondeur de leur démarche j’imagine. Ce qui est dit dans les pages de bandolais.fr est pris en compte par les gens qui aspirent à présider aux destinées de notre commune!!!

J’en suis un peu surpris (ça dépasse ce que je n’avais pas pris le temps d’imaginer), heureux, et je m’en sens responsabilisé dans mon action de citoyen : je participe vraiment, à ma façon. Vous pouvez le faire aussi, et je vous y invite : c’est palpitant et une expérience très nouvelle et différente de ce que je connaissais auparavant. Que vous soyez pour ou contre les projets (votre droit) ou les gens qui les portent (bof), que vous soyez militant (partisan?) ou soucieux d’objectivité (je préfère), vous pouvez faire entendre votre message à une partie de la population. D’autant plus que d’autres sites et blogs vous relaieront, élargiront votre audience.

La révolution internet date de l’hiver 1999/2000. En 2001, le web n’a pas joué son rôle dans les élections municipales. L’élection présidentielle a suscité l’intérêt pour ce média quant à la politique. Moi je vous dis que 2008 sera la première élection (municipale), où internet jouera un rôle actif partout en France dans une campagne. Je veux croire que cela servira à élever le débat, à réduire le champ politicien de la politique, en limitant les possibilités de langue de bois. Cela servira aussi à témoigner de notre exigence d’administrés, d’électeurs. Au-delà, bandolais.fr (qui n’est pas du tout né pour cette élection) continuera son bonhomme de chemin, comme plein d’autres blogs et sites citoyens déjà là ou encore à naître. Ils continueront pour témoigner de la vie publique locale, pour partager les infos et témoignages sur notre lieu de vie commun.

Il vous reste à peine 3 mois pour participer à cette élection autrement que par un simple bulletin de vote (votre droit et devoir constitutionnel). N’hésitez pas, ne serait-ce qu’en me faisant parvenir vos contributions pertinentes que j’appelais de mes voeux dès la création de ce blog. L’effort et le temps passé en valent la peine.

Lire l'article