(via P. Coulon) Nouveauté au code de la route (bandolais)

ProspectusPM.JPGNDLR: Philippe COULON qui m’a transmis la copie de ce prospectus distribué aux riverains des zones de Bandol concernées, se demande quel est le fondement juridique des lignes que je vous ai cerclées de rouge.
La Police Municipale dans sa volonté d’informer n’aurait-elle pas dépassé le cadre fourni par le législateur? Si mon éducation civique me fait souscrire au raisonnement (volonté de limiter les abus – de mauvaise foi), l’interdiction formulée aura certainement du mal à trouver un écho chez ceux chargés de dire le droit (les juges), ne serait-ce que parce qu’on est libre de changer d’avis en quittant un stationnement. On ne va pas déranger
Eolas pour si peu, mais si des juristes parmi vous veulent nous détromper…
.





11 Commentaires

  • Claude SEUX-BOS

    Pas juriste, mais la borne n’est qu’un moyen de contrôle. Si un agent fait un relevé à 10h des voitures en stationnement, puis refait un contrôle à 11h, et constate qu’une voiture est toujours sur la même case, c’est verbalisable. C’est arrivé à d’autres personnes, en d’autres villes, quittant un stationnement en fin de de temps limite, faisant le tour du pâté de maisons et revenant se garer à la même place.

  • Je ne suis pas juriste moi non plus, mais si l’on considère que ces places de stionnement GRATUITES ont été réalisées pour permettre la desserte des commerçants des rues concernées, il est naturel de ne pas s’y incruster.
    Avec un peu de civisme, il n’y aurait pas nécessité de contrôle de la police municipale, les bornes ne devraient jamais tourner au rouge ou vraiment exceptionnellement!!!!
    Il m’est arrivé souvent de passer à différentes heures de la journée et de voir les bornes au rouge fixe et le même véhicule en stationnement.

  • Ce sont les commerçants qui sont garés pour la plupart sur ces emplacements.

  • Cher Monsieur,
    Ces bornes ont été imposées par la Mairie de Bandol sans que l’avis des différents riverains ait été demandé, habitants ou commerçants.
    Etant l’un et l’autre, je suis le premier concerné.Le « civisme » n’a rien a voir la dedans et il serait bon, une fois pour toute, de ne pas le mettre à toutes les sauces.
    Cordialement.
    Ph.Coulon

  • Bonjour,
    idem..
    En plus, si ce n’est qu’un moyen de contrôme, quelle est sa faibilité?
    Cordialement

  • Réponse à M. Coulon.
    Donc le commerçant qui a annoncé que bien souvent ceux sont les commerçants qui y sont garé avait raison…..
    Habitant Boulevard des graviers, il m’est agréable de pouvoir y stationner quelques minutes ( j’y suis resté 18 minutes ce matin) afin de me rendre à la Poste, la banque, l’opticien, la libraire…… Si les commerçants utilisent ces places, il ne faudra pas critiquer les consommateurs qui se rendront dans les super et hyper marchers qui leurs offrent des parkings et bouderont le commerce local.
    Pour ce qui est de l’imposition par la mairie pour l’installation des bornes, je pense que la majorité des Bandolais y étaient favorables.
    Pour ce qui est du civisme, sans le mettre à toutes les sauces, je reconnais que l’orsque l’on a pris des habitudes contraires à celui-ci, il est dur de revenir en arrière et de s’y référer.
    On aime bien le faire appliquer par les autres mais pas pour soi. C’est quelques fois dur pour moi aussi!!
    Cordialement
    Serge

  • Définition du civisme, par Wikipédia : Le civisme désigne le respect du citoyen pour la collectivité dans laquelle il vit et de ses conventions, dont notamment sa loi. Ce terme s’applique dans le cadre d’un rapport à l’institution représentant la collectivité : il s’agit donc du respect de la « chose publique » et de l’affirmation personnelle d’une conscience politique. Le civisme implique donc la connaissance de ses droits comme de ses devoirs vis-à-vis de la société. »
    Le fait de faire une marche avant puis une marche arrière pour reprendre sa place de parking alors que le temps imparti est dépassé, c’est un manque de civisme évident. Si en plus il s’agit d’un commerçant, le terme est erroné, mais je vous laisse deviner le bon.

  • Un commerçant de Bandol a dit que ce sont les commerçants à 60% qui sont garés sur ces emplacements eurodateurs, il y a aussi une pratique plus vicieuse, le parking central ‘ une heure gratuite ‘ où les commerçants et leurs employés effectuent une rotation toutes les 55 minutes pour ne pas payer le parking, alors je dis notre temps et celui de nos employés n’est pas compté!
    Il est triste d’en arriver là, mais je crois que nous sommes responsables d’un laxisme mais aussi d’une incompétence professionnelle; il faut privilégier les emplacements de proximité aux clients, qui eux payent le stationnement dans d’autres villes sans sourciller.
    Croyez vous que les dirigeants et employés de la grande distribution s’octroient les meilleurs stationnements? Eux sont forts professionnellement et ont une discipline qui a force de domination économique sur le petit commerce. Alors, commerçants bandolais, l’asphixie commerciale de notre centre ville vient de qui? C’est se tirer une balle dans le pied pour ne pas avancer, c’est ce qu’écrivait Rolland il y a quelques temps – No parking, no busisness.
    Roland REVERDY

  • Je n’ai pas le temps de polémiquer.
    Merci
    Ph.Coulon

  • Philippe,
    Je t’apprécie pour tes valeurs essentielles, mais tu devrais essayer de dialoguer sur d’autres domaines qui ne te concernent pas uniquement; ce n’est pas de la polémique mais du concret.
    Roland REVERDY