Une semaine pour le CLUPP de Bandol, vers une drôle d’élection

Le scrutin aura lieu dans une semaine pour les plaisanciers de Bandol : ils éliront vendredi matin (1er juin de 9H à 12H) leurs représentants au conseil (consultatif) portuaire. Et finalement ils seront plus nombreux à voter qu’on ne l’avait pensé puisque le courrier d’aujourd’hui apportait la confirmation du vote par correspondance, mais également plus nombreux à être candidats (deux nouveaux sont subitement apparus postérieurement à la publication de la liste officielle diffusée au lendemain du jour de fin de réception des candidatures – ah bon?! – si on pouvait avoir une explication de la part de la mairie qui s’est auto-saisie de l’organisation de ce scrutin…).

La municipalité a en effet adressé ce jour aux plaisanciers qui se sont inscrits sur la liste électorale du CLUPP de Bandol, de quoi voter à distance : 28 bulletins au final donc, et une enveloppe pour y placer celui de son choix (à adresser ou déposer à la capitainerie au plus tard avant midi le 1er juin dans une autre enveloppe contenant également une copie de la pièce d’identité idoine et portant clairement mention de sa fonction de vote par correspondance pour cette élection).

Une semaine de réflexion c’est donc ce qui devra permettre de faire son choix, et j’en profite pour, comme annoncé, publier les professions de foi des candidats qui se sont bougés pour me la faire parvenir rapidement… assorties de quelques réflexions personnelles ou collectives.

Ils ne sont que trois à m’avoir transmis ce document à l’appui de leur candidature. Et je ne vous en présenterai donc que trois, par ordre d’arrivée dans mon courrier :

Trois sur 28, ça fait suffisamment peu pour qu’on s’interroge :

  • les autres candidats ne connaissent pas les blogs (ou ce blog, le plus ancien du genre à Bandol)?
  • les autres candidats ne croient pas à l’utilité des blogs pour se faire connaître?
  • les autres candidats ne croient pas à l’utilité de faire campagne?
  • les autres candidats n’étaient pas prêts pour faire campagne?
  • les autres candidats n’ont pas réfléchi ni formalisé ce qu’ils ont à dire aux électeurs?
  • les autres candidats croient suffisamment en leur notoriété personnelle et celle de leurs idées sur la gestion du port parmi les plaisanciers de Bandol pour s’assurer assez de voix pour être dans les trois premiers classés qui seront élus, ou bénéficient d’autres réseaux et supports de communication pour garantir leur succès?

C’est certainement la dernière hypothèse qui est la bonne (je ne veux faire injure à personne en imaginant ce qui pourrait s’interpréter comme une faille de motivation avant même le départ de la course), même si elle semble être un pari osé : faire l’impasse sur un vecteur gratuit de communication qui tendait les bras… Pour ma part je ne reviendrai plus sur ce point des candidatures dans de nouveaux articles jusqu’au scrutin, et ceux qui se réveilleront maintenant se débrouilleront avec la zone de commentaires pour faire leur campagne.
C’est en tous cas dommage, au sens où à mes yeux, la première chose que devront faire les 3 élus du CLUPP nouvellement désignés pour le représenter, sera de créer un blog pour se faire connaître et communiquer sur leur action : on est en 2012, et ça me paraît l’outil au ratio simplicité/efficacité idéal pour que leur mandat prenne une dimension ambitieuse et collective.
Eh les gars (et mesdames)! Votre fonction sera largement un rôle de communication multidirectionnelle… Je dis ça je dis rien, mais êtes-vous tous adaptés à ce profil? Il est vrai qu’à 3 élus, on peut encore espérer en la complémentarité des personnalités.

Reste à évaluer les candidatures

A la lecture de ces 28 noms, quelques réflexions me sont venues à l’esprit ou parvenues de mes lecteurs et contacts sur les quais de Bandol :

  • l’indépendance d’une chapelle politique quelconque est plus ou moins mise en avant par ceux qui sont en campagne. Quand c’est le cas, il est dommage que la réalisation du document qui sert de profession de foi porte la signature informatique d’un des cadres les plus en vus à Bandol d’un parti politique… Quels que soient les liens personnels, ça fait désordre.
    Pour ceux qui assument un soutien politique, les électeurs décideront s’ils veulent faire entrer des appareils nationaux dans la gestion de leur port de plaisance, ou si le port est un objet de politique et gestion locale qui doit être appréhendé seulement sur leurs préoccupations de clients (et parfois résidents), ou s’il faut aussi intégrer… d’autres préoccupations.
  • les associations ont leurs représentants au conseil portuaire, qui comprend d’autres membres que les 3 élus du CLUPP (CLUPP qui sert les seuls plaisanciers). Voter pour un candidat présenté ou soutenu par une association, c’est renforcer le poids particulier d’une association ou du secteur associatif en général, dont les intérêts ne sont pas forcément identiques et confondus avec l’intérêt général de tous les plaisanciers. Personnellement je souhaite qu’au moins un élu soit un plaisancier indépendant de tout groupe constitué, pour me représenter, indépendant que je suis.
  • les professionnels sont également représentés au conseil portuaire. Un professionnel qui parce qu’il aurait aussi un bateau de plaisance au port de Bandol deviendrait-il le candidat idéal des autres plaisanciers?
    Par son expertise, certainement. Mais ses intérêts de professionnel sont déjà défendus au conseil, et on risque le conflit d’intérêts s’il doit dans ses votes arbitrer entre deux catégories à défendre, et comme pour les associations, on renforce sa position corporatiste à l’inverse de la répartition des sièges prévus au conseil par le code des ports maritimes.
  • la mairie est également représentée au conseil portuaire, et même carrément en position de force (elle désigne certains représentants après consultation des organisations représentatives locales). Voir un nom de candidat qui vient directement du cabinet du maire sur la liste de ceux qui se présentent me laisse sans voix…
    Nous avons sur ce blog si souvent débattu de la notion de conflit d’intérêts, des notions de pouvoir et contre-pouvoir, d’indépendance des intermédiaires entre élus et population, de nécessité de la concertation, et si parfois quelque progrès semble venir, je me dis qu’il y a encore loin de la coupe aux lèvres : nos élus semblent ne pas vouloir apprendre, et l’obsession du contrôle tue systématiquement leur sens démocratique. Ils ne comprennent pas qu’il y a des choses qu’ils doivent s’interdire : la décence devrait parfois suffire comme boussole.

Bref, à moi il me semble que plusieurs candidatures sont disqualifiées, non pas en raison d’incompétence, loin s’en faut, mais au regard de ce que le code des ports maritimes a voulu organiser comme légitimité et efficacité de la représentation pluraliste et sincère du collège des usagers des ports de plaisance. Ces candidatures portent les germes de conflits d’intérêts, et du déséquilibre entre les catégories qui doivent être représentées. C’est une nouvelle preuve de l’impréparation d’une élection qui a déjà été très largement contestée depuis son annonce du fait de ses modalités, et pourrait l’être encore a posteriori. Les plus méfiants y verront pire que de l’impréparation. C’est au CLUPP de désigner ses représentants, et la validation des critères d’admission des candidatures auraient certainement pu lui échoir dans le cadre de ce que prévoit le code.

Remerciements

Je veux terminer en félicitant l’un des candidats, Jacques KAUFFMANN, qui s’est extrêmement mobilisé (et ici même) pour améliorer les modalités de ce scrutin dont il a souligné dès le départ et très studieusement tous les aspects critiquables, et à qui on doit certainement d’avoir obtenu le vote par correspondance qui me permettra de voter vendredi prochain. Je le mets à son crédit, comme coup d’éclat pour quelqu’un qui n’est pas en charge de ces questions, mais montre sa prise en compte de ce qui est attendu des futurs élus. Les lecteurs du blog le connaissent déjà pour ses nombreux commentaires sur les thèmes nautiques.
Je tiens aussi à remercier en tant que plaisancier l’un de nos actuels représentants élu du CLUPP de Bandol depuis 2007 qui n’a pas ménagé ses efforts non plus pour que la mairie accède à cette demande : Michel GRATALOUP (qui ne se représente pas devant nos suffrages) a beaucoup fait durant son mandat et je vous invite à relire son premier commentaire laissé en 2007 sur Bandolais.fr (déjà, c’était sur le sujet du port). Je connais ses qualités (nombreuses) et ses défauts (tout aussi nombreux), mais son implication et son indépendance d’esprit pourront servir d’étalon référence aux trois élus qui auront l’honneur de lui succéder. Merci Michel puisqu’il faut te dire au revoir à ce poste, en espérant que tu continues d’apporter l’aide de ton regard aiguisé à tes successeurs (en priant quand même qu’ils soient plus fins diplomates que toi ou moi).

F.M. – www.bandolais.fr





35 Commentaires

  • […] Le troisième et dernier élu (ou le premier si on compte l’ordre en voix obtenues), avait fait campagne hors cadre associatif sur cette seule ambition : faire vivre un vrai CLUPP au service et dans ce rôle de représentation de tous les plaisanciers locaux et à l’exclusion de toute autre mission. Un pas a été franchi dans cette direction puisqu’il transmet aujourd’hui l’avis de naissance de l’association CLUPP-Bandol à lire dans la suite de l’article ou ici en version PDF. Bandol s’apprête donc à bénéficier d’un CLUPP actif à l’image de ceux déjà présents dans de nombreux ports français. Les fondateurs m’ont d’ailleurs sollicité pour réserver l’adresse d’un futur espace web qui marquerait donc un tournant supplémentaire dans la vie de cet outil, à l’interactivité augmentée. Pour l’instant ils espèrent que des plaisanciers s’approprieront le CLUPP à leurs côtés, et détaillent leurs premiers axes de travail ci-dessous. […]

  • […] plus, cela m’a conduit à de nombreuses questions, en particulier parce que j’avais eu une discussion vigoureuse avec un autre candidat au conseil portuaire, précisément sur la question de son indépendance […]

  • Bonne question:

    Pourquoi les différents candidats ne se manifestent ils pas plus sur ton blog que sur le mien?
    Ils ne les connaissent peut-être pas!
    Ils ne pratiquent pas Internet!
    Une question me vient à l’esprit: est-ce qu’il existe une association « sympatique » qui regroupe tous les usagers de ports qui leur permettrait de se reunir d’une manière conviviale pour évoquer tout un tas de sujets divers et variés?

  • Je ne crois pas Christian… Trop d’assos ou pas assez !
    Il y a le Yacht Club bien sûr mais ses statuts lui confèrent essentiellement un rôle d’animation et de convivialité, sans pour autant celui de porte-parole des plaisanciers pour des propos plus… variés et pragmatiques. Il y a aussi les Pêcheurs-Plaisanciers mais leur intervention dans la vie du port ne semblent pas inclure non plus tous les usagers du port.
    Une telle association ou même un collectif pour regrouper toutes les assos qui animent le port (avec celle des pointus, la SNB, les activités nautiques…) serait une bonne idée ! Beaucoup de bonnes volontés mais pas assez de communication qui les croiser dans l’intérêt de tous. Les 3 futurs élus mettront peut-être ça au programme… Mais n’était-ce pas justement le rôle du CLUPP ?

  • Jacques KAUFFMANN

    Merci Fred pour ton analyse et tes commentaires pertinents.

    Merci aussi pour ton soutien.

    Je peux tous vous assurer que je mettrais la même énergie à représenter les plaisanciers du port de Bandol si je suis un des élus vendredi prochain.

    Je l’ai dit déjà, une des premières tâches sera de faire vivre ce Clupp, pour assister les plaisanciers dans leurs relations avec l’administration du port et pour les représenter efficacement au Conseil Portuaire.

    Indépendant de la Mairie et de la Sogeba, je suis à l’abri de tout conflit d’intérêt.

    Et je ne serais pas le représentant d’une association du port, mais bien de tous les plaisanciers.

    Je ne crois pas aux vertus du clientélisme, mais à celles de l’ouverture.

    J’apporterais, et je conçois cela vraiment comme une proposition d’aide constructive, mes compétences techniques, de gestion et juridique, pour améliorer encore le fonctionnement de notre port.

    Les péripéties qui encadrent cette élection suffisent à montrer l’ampleur du besoin.

    Allons donc, la désignation des représentants des plaisanciers au Conseil Portuaire, c’est deux articles et quelques lignes dans le Code des Ports Maritimes. Cela ne méritait pas un tel festival d’approximations et de contradictions.

    Mais la manière dont la Mairie a entendu la proposition de vote par correspondance, formulée en tant que plaisancier et candidat avec Michel Grataloup en sa qualité de représentant sortant, montre bien qu’une collaboration efficace et constructive est possible, dans l’intérêt de tous, plaisanciers, habitants et contribuables.

    Le Clupp de Bandol doit vivre. Nous, les plaisanciers, avons besoin d’une structure de représentation permanente.

    Nous ne sommes pas seuls au monde. Les problèmes du port de Bandol sont ceux des autres ports.

    Et certains de ces ports on su dépasser ces problèmes. Nous devons nous inspirer de leurs réalisations.

    Pour cela, une concertation active avec les Clupp de France sera indispensable. Il existe une association qui les fédère, l’UNAN, Union Nationale des Associations de Navigateurs, qui comprend une division régionale, l’UNAN MED.

    Le Clupp de Bandol, en rejoignant l’UNAN, gagnera encore en efficacité.

    Une dernière chose, Fred et Christian, vous insistez tous les deux sur le rôle d’internet et des blogs.

    Je suis militant de la transparence. La communication par la rumeur est la pire de choses. Elle entretient tous les soupçons. C’est pour cela qu’un des rôles que nous donnerons au Clupp de Bandol sera de rendre public les informations et données relatives à la gestion du port.

    Jacques KAUFFMANN

  • @ Jacques :
    pas de méprise, il n’y a pas de soutien de ma part au sens où on l’entend en politique, et qu’on me reproche déjà par mails… juste une analyse objective dont je fais part:

    – sur 28 candidats, à une semaine du scrutin, j’en connais 9 dont une parce qu’elle vient de se faire connaître via sa profession de foi.

    – pour la plupart je n’ai aucune idée de ce qu’ils ont en tête, ni « d’où ils parlent ».

    – je constate qu’en plus des qualités qu’on te connaît (à travers tes interventions dans les débats en ligne, et notamment liées à ton CV), tu as depuis longtemps exprimé des points de vue sur le port. Tu n’as pas attendu l’élection pour essayer de faire bouger les choses, et je te dois sûrement de pouvoir voter vendredi, ce que la mairie m’interdisait au départ par ses choix de modalités de scrutin. Enfin, implication et indépendance peuvent t’être reconnus jusqu’à plus ample information, comme je les reconnais à Michel.
    Je le dis.

    – je constate que d’autres candidatures posent problème par rapport à l’esprit et à la lettre du cadre juridique qui régit le CLUPP.
    Je le dis.

    Ce sont des faits. Pas des sophismes. Et je ne me fais pas l’effet d’un manque d’objectivité. Il ne s’agit pas pour être neutre de distribuer un bon point et une gifle à chaque candidat: il s’agit de raisonner, et de dire quels sont les bons points, et quels sont les points négatifs.

    Je reconnais volontiers que cette analyse est faite à travers mes propres prismes (et c’est pour ça que j’ai toujours appelé à une diversité des expressions et supports de qualité pour ne pas être éternellement LE blog de Bandol). Mais je soutiens que mon article est le fruit d’une analyse factuelle, et aussi complète que les 28 candidats me l’ont permis jusqu’ici. Il y a sûrement d’autres candidats valables (et il faudra 3 élus), mais moi qui suis dans leur cible électorale n’ai jusqu’ici pas été forcément encore atteint par leur discours à tous.

  • @FM
    Ton allusion concernant la signature électronique qui d’après ce que je lis ensuite doit me concerner…je cite:

     » l’indépendance d’une chapelle politique quelconque est plus ou moins mise en avant par ceux qui sont en campagne. Quand c’est le cas, il est dommage que la réalisation du document qui sert de profession de foi porte la signature informatique d’un des cadres les plus en vus à Bandol d’un parti politique… Quels que soient les liens personnels, ça fait désordre. »

    Quand tu parles de signature électronique cela signifie que ma profession de foi que j’ai rédigé,  l’a été sur mon ordinateur familial dont les logiciels sont au nom de la personne avec laquelle je vis.
    Rien d’étonnant donc que dans les propriétés du document que je t’ai envoyé son nom apparaisse.
    Maintenant que tu n’approuves pas le fait qu’étant le conjoint d’une responsable d’un parti je me présente au CLUPP, c’est autre chose.  Mais dis-le clairement plutôt que d’aller chercher des détails ridicules qui ne veulent absolument rien dire !

    Ceci étant dit, je ne vois pas le rapport :
    Je suis un usager du port depuis plus de 40 ans, je connais bien son fonctionnement et dysfonctionnements.
    J’ai envie de m’investir pour cet équipement incontournable de ma vie, de la vie de Bandol et qui me tient à cœur.
    Donc je me présente au CLUPP, ça paraît légitime non ?

    Ma compagne est responsable d’un parti politique national (et pas d’une association politique locale), quelle est le lien entre un parti politique national et la gestion locale d’un port ? je ne vois pas, à part peut être polémiquer et rien apporter de constructif…

    il n’y a mes yeux aucune incompatibilité et je te confirme ma totale indépendance !

    Quant à mon statut de professionnel, que les choses soient claires,  pour la Sogeba, la    » Société Cap des palmes  » est inconnue et c’est Pierre CHAMBENOIT à titre personnel qui reçoit les factures. Cherche autre chose pour invalider ma candidature.
    Dernière chose ce post est rédigé de MON  iPhone, car je travaille aujourd’hui, tu vois c’est un marin qui te parle, ne cherche pas il n’y a rien à trouver.

    Pierre CHAMBENOIT
    « Cap des Palmes »

  • @ Pierre CHAMBENOIT :
    je ne cherche pas à invalider ta candidature, ni celle de personne. Mais je lui trouve des contradictions, et des risques de conflits d’intérêts tout à fait certains, qui l’invalide à mes yeux (mais comme tu es officiellement candidat, je diffuse ta profession de foi comme celles des autres: je passe l’information ET donne mon sentiment).

    Je ne te connais pas assez pour savoir si le fait de vivre avec une politique engagée fait que tu es toi-même engagé dans le militantisme auprès d’un parti, mais la maladresse de forme mérite au moins que je me pose la question. Je ne vais pas visionner les congrès de la dernière campagne présidentielle pour te chercher dans le public de tel ou tel candidat, enthousiaste pour l’un, abattu et grognant contre un autre.
    L’implication des partis politique dans la gestion portuaire est un point à prendre en compte à l’heure où la gestion des ports est parfois réaffectée à des grands groupes privés, déléguée aux chambres de commerce, etc. Je crois que la SOGEBA verra sa Délégation de Service Public réétudiée un jour, et qu’à ce moment-là, nous verrons des mastodontes qui ne sont pas étrangers aux influences politiques se pencher sur le port de Bandol… La décision pourrait être politisée, et je préfère quelqu’un qui n’est pas soumis à une influence hiérarchique pour porter la voix des plaisanciers locaux.

    Quant au conflit d’intérêt en tant que professionnel, il est évident:
    Comme tu es aussi plaisancier, c’est une chance pour le CLUPP que de te savoir volontaire pour un coup de main, un éclairage, un renfort de compétences. En revanche que tu sois élu comme représentant du CLUPP alors que tu es professionnel et représenté en tant que tel au conseil portuaire rend à mes yeux impossible ta candidature en tant que « plaisancier ». C’est un conflit d’intérêts. Il n’y a rien à te reprocher. C’est juste un principe de bonne gestion et de transparence, de séparation des pouvoirs, des contre-pouvoirs, et des casquettes.
    Tu peux le discuter, mais c’est mon opinion, et cette prudence semble faire un consensus de plus en plus large tant les problèmes de mélange des genres deviennent insupportable au public.

    Je termine en disant que contrairement à ce qu’on a pu m’écrire déjà en privé, je n’ai pas abandonné mon souci d’objectivité pour au contraire choisir « MON » candidat:
    – je n’attends rien de personnel d’aucun candidat.
    – je ne suis pas davantage lié à l’un ou l’autre des candidats et croisent ceux que je connais dans des conditions similaires.
    – je ne suis candidat à rien aujourd’hui ni demain à Bandol.
    – je n’ai aucune requête personnelle à formuler auprès des élus du CLUPP.
    – je ne me soucie que de la bonne gestion et de l’équité pour le port de Bandol, de l’intérêt général des plaisanciers.
    – je n’ai d’animosité personnelle envers aucun des candidats, n’ayant de relation plus particulière avec aucun d’entre eux.

    Mais je réfléchis, j’écoute, je lis, et fais travailler mon esprit critique. C’est tout. Et il reste toujours 19 candidat(e)s dont je n’ai aucune information autre que leurs noms. Je ne sais pas commenter leurs candidatures, mais ne peux pas non plus voter pour eux en l’état.

  • Les 19 autres candidats ont peut être raison de se passer de ton blog quand on voit le résultat, j’aurai du faire de même, tu scrutes, épluches, fouille, farfouille la faille pour mettre en valeur ton candidat, quoique tu dises, c’est tellement évident que s ‘en est risible, bref!!
    N’oublions pas que trois seront élus et qu’il faudra bien qu’ils travaillent ensemble, je me demande quels sont réellement les enjeux de cette election pour certains candidats qui mobilisent une équipe de campagne sur les pontons dénigrants les autres candidats, distribution de tract, etc…
    Alors arrêtez de dénigrer car il va falloir cohabiter pour avancer dans le même sens.
    Si je suis élu, je me battrais pour tous y compris toi, reste à ta place d’électeur et les vaches seront bien gardées.

  • @ Pierre CHAMBENOIT :
    je reste à ma place d’électeur, sauf qu’en 2012, tout électeur peut faire entendre sa voix plus fort qu’avec un bulletin de vote. Je n’ai aucune raison de m’en priver.
    J’ai tellement farfouillé comme tu dis qu’il y a 19 candidats dont je ne sais rien et sur qui je suis bien en peine pour me prononcer… Mais que des candidats s’étonnent d’être analysés et critiqués m’étonne moi. Etre candidat c’est s’exposer (et tu reconnaîtras qu’être un électeur qui parle publiquement est aussi une façon de s’exposer – mon blog ne me fait pas particulièrement que des amis).

    Il faudra voter et choisir, et je ne suis pas disposé à voter pour celui qui aura su le mieux rédiger dans sa profession de foi : « faites moi confiance ». Oui je vais scruter, autant que mon temps d’électeur me le permettra. C’est ça qu’on attend de quelqu’un qui vote, non?

    Pour l’instant j’ai le choix entre 9 noms, et il faudra que j’en retienne un et en élimine 8: je vais le faire avec ma raison. Et pas parce que j’aurai MON candidat (donnez moi une raison d’avoir MON candidat?).

    Pour l’aspect politique, c’est toi qui mets le sujet sur la table : tu conclues ta présentation sur cette indépendance.
    Ta compagne est une élue de premier plan au niveau local, qui ne sera peut-être pas tête de liste en 2014, mais peut largement prétendre à un poste d’adjoint dans une future majorité municipale. Si elle est élue, tu fais quoi? Tu démissionnes du CLUPP? On refait un scrutin pour te remplacer?
    Sa position aujourd’hui suffit déjà à te mettre dans une situation où tu ne peux pas revendiquer une indépendance insoupçonnable. Ce n’est pas ta faute ni la sienne, mais ça résulte de vos choix à chacun et c’est la réalité.
    Tu aurais fait profil bas, j’aurais pu laissé couler. Tu en parles et dis ce qui m’apparaît une contrevérité évidente: je le dis. Je suis dans mon rôle d’électeur en le pensant, et puisque j’ai choisi de rendre mes analyses publiques comme j’en ai le droit, en l’écrivant.

    Tu as compris une chose : le CLUPP devra défendre les intérêts généraux de TOUS les plaisanciers, potes ou pas.
    Ta compagne peut t’expliquer une chose que tu n’as pas comprise mais qu’elle a comprise et appliquée en conseil municipal : elle s’est retirée d’un vote en raison d’un conflit d’intérêts. Parfois, en raison de son parcours, ou de celui de ses proches, on ne peut tout simplement pas occuper certaines places sans mettre en péril la crédibilité de la fonction. Ce n’est pas à cause d’une faute, c’est une prudence nécessaire.

    J’espère que les 19 autres candidats se sont eux posés les bonnes questions. Et il leur reste 6 jours pour toucher leurs publics sur les pontons, par courrier, en ligne ou comme ils le pourront et jugeront bon.

    Pour ma part, au lieu d’une salve acrimonieuse, j’attends toujours une réponse à mes arguments. Quand je raisonne, j’espère autre chose que de l’agressivité pour me montrer mes erreurs (des arguments de préférence, et recevables) : le fait que ton bateau soit enregistré à ton nom individuel ne te transforme pas en plaisancier.
    J’exerce comme toi professionnellement sous un nom d’une enseigne commerciale, mais le fait que des factures soient adressées à mon nom d’individu ne suffit pas à effacer ma condition de professionnel de mon secteur (par exemple si un jour un tribunal doit apprécier un conflit avec un partenaire ou un fournisseur à titre personnel, je ne pourrai pas arguer de ma méconnaissance des usages ou contraintes et risques de la profession parce qu’une facture est à mon nom d’individu – si je ne suis pas en permanence affublé de ma casquette de professionnel, j’en reste malgré tout détenteur, que ça me plaise ou non).

  • @ Pierre CHAMBENOIT :
    En te relisant je me dis que le culot est quand même une bonne façon de faire avaler des couleuvres. Je te cite:
    « Quant à mon statut de professionnel, que les choses soient claires, pour la Sogeba, la » Société Cap des palmes » est inconnue et c’est Pierre CHAMBENOIT à titre personnel qui reçoit les factures. »

    Je suppose que la place que ton bateau occupe, au carrefour du quai principal et de la panne principale juste devant la mairie est seulement due au fait que ce bateau est à ton nom personnel mais sans relation aucune avec ton activité professionnelle… La nature est quand même bien faite, tu avoueras. En tous cas la Sogeba est vachement compréhensive avec le plaisancier Chambenoit… parce que c’est quand même un emplacement assez miraculeux pour un plaisancier qui voudrait exercer ta profession.
    Vient un moment où un peu de lucidité ne ferait pas de mal. Donne tous les coups de mains que tu veux au CLUPP, mais ne demande pas à être son représentant… En plus c’est bénévole pareil mais c’est probablement moins d’emmerdemments.

  • Ma candidature te gène à ce point que tu t ‘acharnes ainsi…ça laisse à penser que j ‘ai de grandes chances d’être élu et ça a l’air de vous contrarier toi et tes amis, mais sachez que si ce n’est pas le cas j’en ferai pas une maladie, soyez en sûr.
    Les marins se caractérisent par deux vertus que sont l’humilité et la solidarité, tu ne fais pas parti de ce monde là….
    Tes insomnies te jouent des tours, plutôt que de jouer à « Madame Soleil »
    ( référence à ton message précédent) ou entretenir des polémiques, renseignes toi avant d’écrire et essayer de nuire en demandant à tes oreilles de pontons à la langue si pendue.

    Le Cap des Palmes occupe cette place depuis 2006, laissée vacante par le départ pour Toulon de » L ‘Emprise » vieux gréement de 14 metres, dont le propriétaire avait besoin de faire appel à la capitainerie à chaque sortie pour lui donner un coup de main tant son accessibilité est compliqué.
    J ‘ai la prétention de dire que je fais parti des rares à savoir placer un bateau de 15 mètres et 21 tonnes de façon autonome dans ce trou de souris quelque soit la météo et dont personne ne veut sauf pour un semi rigide, et là, je me considère comme professionnel.
    Ce qui a pour conscéquence pour la Sogeba d’encaisser une redevance à peu près du double à laquelle elle pourrait prétendre pour cet emplacement.
    Quand tu écris » la Sogeba est vachement compréhensive »
    Pierre Chambenoit a payé 1470. € de pénalités de retard en 5 ans pour une place » PLAISANCE » . Merci pour la compréhension.
    Nous avons chacun nos compétences, mais pour revenir à la source de cet échange, les tiennes apparaissent pour le coup ridicules car même mon fils de 10 ans sait faire un clic droit pour lire les propriétés d’un document, mais n’aura l’esprit assez tordu pour l’utiliser pour nuire….
    Avec de tels agissements et réflexions, tu tires ton blog vers le bas et le nombre de commentaires en nette diminution en est la preuve.
    Mais si le fait que l’on parle de toi te rassure, sois rassuré, depuis quelques jours on vient souvent me parler de toi au bateau, et tu sais combien ce lieu est fréquenté par son emplacement de premier choix.
    J’appelle les différents intervenants tentés d’écrire sur ton blog à la méfiance, car comme Fouille Merde monsieur F.M, tu te poses là.
    J’en resterai là, trouve toi un autre os à ronger.
    Bonne nuit
    A bientôt sur le 16.

  • aie aie aie la guerre des chefs …

    Comme il avait été dit en son temps sur le site de Christian Viala, il faut parfois avoir la sagesse de régler les comptes perso par mails perso et non pas sur un Forum. Au final le plus discrédité n’est pas le gestionnaire du forum, mais celui qui l’accapare pour son compte, même dans l’éventualité ou ses arguments sont corrects.

  • Michel GRATALOUP

    Les esprits s’échauffent pour pas grand-chose

    Il est navrant de constater que certains sont candidats sans même avoir une fois consulté le code des ports maritimes.

    En effet le rôle du conseil portuaire n’est que consultatif.
    Si le maire a le devoir de l’informer de la gestion de la Sogeba, des travaux en cours ou prévus etc., il peut a la fin de son exposé après vote des participants pour ou contre les projets, fermer sa valise et rentrer chez lui, rien ne l’oblige à débattre et à suivre l’avis du conseil.

    Toutes les avancées que nous avons pu obtenir tiennent au bon vouloir et à la compréhension du Maire, mais à voir l’organisation et la tournure que prennent ces élections je m’interroge ?

    Je ne vois pas où l’on peut travailler ensemble (entre représentants) car si ma relation avec Roland a été bonne durant ces 5 ans nous ne pouvons prétendre avoir travaillé ensemble. Quand au troisième élu souvent absent, il n’a pas perturbé les conseils par ses propositions. Il suffit de consulter les rapports de conseil pour voir qui a proposé quoi.

    Une dernière information, le conseil portuaire est réuni 2 fois par an en juin et décembre la durée du conseil est en moyenne les jours de grande forme de 1H30 à 2H.

    Alors bonne élection et bon travail dans le respect du code des ports maritimes.

    PS :
    Plaisancier : celui qui pratique la navigation de plaisance, d’agrément
    Professionnel : personne qui fait une chose par métier
    Source Larousse

  • En ce qui me concerne
    Activité PROFESSIONNELLE DECLARÈE sur 50 jours par an en moyenne, avec paiements des charges au différentes caisses et TVA reversée….
     Il y en a qui ferait mieux de se taire…

    Activité Plaisancière 315 jours par an.

    —————————————
    NDLR : les ratios de gestion indiquent en moyenne qu’un professionnel indépendant passe un tiers de son temps en production « métier ». Les deux autres tiers sont consacrés à :
    – communication/publicité, rôle commercial, administratif, comptabilité, formation, entretien du matériel et des locaux, etc.
    Si on applique ce ratio à tes 50 jours de production avec tes clients, on peut considérer que ton activité professionnelle dont tu expliques bien la formalisation ci-dessus t’occuperait 150 jours par an à rapprocher des 220 jours ouvrés de travail d’un salarié lambda. Le plein temps est difficile à atteindre pour les indépendants.

  • @ Pierre CHAMBENOIT :
    je suis tout à fait désireux de reconnaître qu’il faut être un PROFESSIONNEL pour amarrer un bateau comme le tien à la place que tu occupes.
    Et encourage les marins à assister comme je l’ai fait chaque fois que j’en ai eu l’occasion à tes manoeuvres pour apprendre.

    Maintenant que nous sommes d’accords sur ce point, peux-tu admettre que conclure par l’argument de ton indépendance politique était à tout le moins irréfléchi?
    Ou faut-il attendre que ta compagne grimpe en 2014 dans la hiérarchie du Conseil Municipal vers un poste d’adjointe ou plus pour que tu reconnaisses une position de conflits d’intérêts?

    Dans mon article j’ai commencé plutôt soft et sans vouloir nommer personne directement (seuls les publics intéressés avaient des raisons de creuser et chercher qui correspondait à quoi). Tu ressens de l’acharnement parce que tu as choisi une ligne de défense intenable, et que mes lecteurs le savent, je ne laisse pas passer d’arguments qui me paraissent contraires à la vérité telle que je peux la percevoir (mais accepte toujours d’en débattre).
    Tu aurais pu devant certaines réalités dire : « j’étais candidat car j’ai des compétences (légitimes) pour DEFENDRE les plaisanciers (bénévolement – à ton honneur), mais n’avais pas réfléchi aux implications et ne suis peut-être pas le candidat idéal pour les REPRESENTER. » Fin de polémique rapide et propre, alors que là tu t’enferres et que je reçois des noms d’oiseaux (et sur les pontons où je ne risque pas de répondre aux conversations privées, il paraît que j’en prends pour mon grade).

    Enfin je te remercie du surnom dont tu m’affubles et que certains milieux affectionnent volontiers pour parler des professionnels du journalisme (ce que je ne suis pas).

    @ Michel GRATALOUP:
    conseil consultatif effectivement. C’est ce qu’on appelle un contre-pouvoir: pas de pouvoir exécutif mais le pouvoir de faire connaître les choix, les points qui posent problème, la position du public et celle des instances dirigeantes, et comment sont arbitrés les conflits. Son indépendance et sa représentativité sont donc essentielles. C’est pour ça que le CLUPP doit désigner ses représentants (et qu’on pourrait donc attendre que ce soit lui qui organise le scrutin et valide les candidatures). Je ne t’apprends rien, mais c’est le coeur du débat.

  • Les marins ont le sang chaud.

    Je retrouve ces échanges en rentrant d’un week end campagnard, et je ne peut que regretter le ton de ces débats.

    Pierre, tu as raison sur un point, les élus devront travailler ensemble. C’est une position que je soutient depuis longtemps, en militant pour un clupp actif.

    Autant donc éviter les invectives.

    Le débat y gagnera si l’on s’en tient à argumenter sur les propositions des candidats.

    Cette élection a été mal organisée. Ce n’était pas à la mairie ou à la Sogeba de le faire, c’était au Clupp de choisir le mode de désignation de ses représentants. Et c’était aussi au Clupp de valider ou d’invalider les candidatures qui se présentaient.

    Ce qui est fait est fait, et maintenant, autant aller au bout de ce processus pour désigner les représentants des plaisanciers.

    Pierre, je te l’ai dit et je le redis publiquement. Oui, je crois vraiment que tu as toute ta place au Conseil Portuaire pour donner un avis éclairé sur les affaires du port. Mais non, je ne crois pas que tu relève du collège des plaisanciers, alors qu’il y a un collège spécifiquement réservé au services nautiques, construction, réparation, et aux associations sportives et touristiques liées à la plaisance.

    Il y a, à mon sens, assez de motifs de recours contre cette élection pour ne pas en rajouter dans l’insécurité juridique.

    Jacques KAUFFMANN

  • Et pour rajouter un peu de confusion, voici le 3ème arrêté consécutif relatif à la liste des candidats.

    Les déclarations de candidatures étaient arrêtées le 21 mai dernier.

    Le 22 mai, l’arrêté n°733 listait 26 candidats.
    Le 23 mai, l’arrêté n°745 en ajoutait deux.
    Le 24 mai, l’arrêté n°746 en ajoute un, M. PASTORE de VARDO, qui était représentant sortant.

    http://www.bandol.fr/index.php?option=com_docman&task=doc_view&gid=1655&tmpl=component&format=raw&Itemid=1177

    Merci à Bandolweb qui a levé le lièvre.

    Jacques KAUFFMANN

    ——————————–
    NDLR : correction à la demande de Jacques sur la mention du 3ème arrêté : « ajoute » à la place de « retire » car Mr Pastore de Vardo est bien candidat.
    Ne serait-ce que parce que son nom figure parmi les bulletins envoyés pour le vote à distance, et que des électeurs peuvent déjà avoir envoyé son bulletin dans le cadre de cette modalité de vote.

    NDLR2 : j’ai également retweeté hier soir l’info signalée par Bandolweb

  • je ne crois pas que Pierre avec son bateau pirate puisse en aucune façon représenter les professionnels du nautisme. Pierre occupe un créneau de loisir tandis que les pros du nautisme, comme tous ceux qui ont un container sur le chantier occupent une situation de société de service et prestataires de service qui s’adresse directement aux 1500 occupants du port de Bandol. ça m’enduirait beaucoup que les lecteurs confondent.
    Pour illustrer mon propos je dirais que lorsque Pierre carène il carène son bateau et c’est tout. Idem lorsqu’il fait de l’électricité, idem lorsqu’il prend un pinceau. pour que tout le monde comprenne mon discours je précise que j’ai accepté de faire les câblages d’un guindeau sur son bateau, tandis qu’il avait acheté son guindeau … je ne sais où. Je ne fais jamais ça mais là il s’agissait d’aider un vecteur remarquable du tourisme Bandolais, et comme je suis un super pro il n’y avait pas à hésiter parce que sans moi et mes compétences ça allait encore faire un de ces merdiers … je vous dis pas…
    pour que tout le monde comprenne bien je précise que si Pierre est dans la panade pour quoi que ce soit je reviendrais sans hésitation … parce que Pierre est une composante très importante de notre société.
    Par compte je supporte difficilement pas les attitudes conflictuelles de type guerre des chefs. Ce FORUM doit être consacré à des prises de position ou à des développement d’argumentaires mais pas à des empoignades personnelles.
    Je dis tout ça sans porter le moindre jugement de valeur sur les uns et sur les autres. Je ne sais pas faire.
    cordialement à tous pa

  • @ Patrick LACAZE :
    qu’un débat ait lieu ici entre candidats ne me gêne pas. C’est peut-être le seul endroit où il y aura un début de débat pour cette élection. Ailleurs il n’y aura pas de confrontations d’idées mais de la communication unidirectionnelle, bref, une campagne électorale plate (très courte, très peu active pour la plupart des candidats, et souvent sans fond).

    Si par « guerre des chefs » tu fais référence à un affrontement personnel entre le blogueur que je suis et Pierre, candidat avec qui les échanges ont duré, il y a méprise:

    – je n’ai aucun motif personnel pour m’opposer à Pierre (pour nos divergences passées, les comptes sont soldés depuis longtemps*).

    – si il y a eu échange avec Pierre, c’est parce qu’il est le seul (correspondant à des cas évoqués par l’article) qui a décidé d’y répondre.
    Les autres candidats éventuellement visés par mes critiques ont fait profil bas. Je sais qu’il y a des candidats qui font campagne par mail exclusivement (pour la partie online), mais n’ai pas reçu leurs envois (certains ont d’ailleurs été prudents car ils auraient eu à subir le même type de critiques que Pierre qui n’est pas le seul cas problématique, loin s’en faut). Si j’ai à dire dessus, c’est déjà traité dans mon article, et pas envie d’y revenir et continuer à consacrer mon temps à une élection dans laquelle je n’ai pas plus à voir que ce que j’en ai déjà dit. Les lecteurs savent lire et faire leur profit des arguments déjà développés, et pour ce coup ci, je suis déjà fâché avec suffisamment de gens (je veux bien que d’autres qui pensent comme moi prennent le relais de temps à autre, mais comme le fait remarquer Pierre, les commentaires sont parfois très absents et c’est souvent à cause de sujets épineux et non faute de lecteurs : les articles les moins commentés font aussi partie de ceux qui affolent le plus les statistiques).

    – pas de guerre des chefs : j’ai voulu rester sur des arguments. Et je maintiens tout mon article (basé sur des principes qui m’importent) à la virgule près.

    – comme toi je reconnais un marin quand j’en vois un, et salue les bateaux qui participent à l’image du port : le débat ne porte pas sur ça.

    – je déteste les conflits : mais je ne suis pas prêt pour autant à abandonner mes principes, qui sont la raison d’être de ce blog. Et il faut des arguments solides pour me montrer quand je fais erreur. J’ai reçu quelques tombereaux d’injures par mail: ce n’est ni suffisant ni efficace.

    – je ne suis chef que de mon blog, et n’attend rien du port ou du conseil portuaire autre qu’une saine gestion claire d’un bien collectif. Et quant à mon blog, j’y exerce ma chefitude avec libéralité puisqu’il est même possible d’aller jusqu’à m’insulter dans une certaine mesure, et qu’il faut vraiment passer les bornes (en particulier envers les autres) pour que je mette ma casquette de modérateur (c’est le même terme bien que nous ne soyons pas sur un forum au sens informatique du terme).

    Désolé que le débat perçu sous forme conflictuelle t’ait gêné peut-être plus encore que moi, mais ce blog fonctionne depuis bientôt 5 ans pour traiter des questions qui sur le fond et la forme peuvent déplaire, mais que je n’ai pas envie d’éviter pour autant. Et si ça dérape un peu parfois, c’est là qu’on vérifie que Bandol est un village où tout le monde se connaît ou presque, avec des réactions parfois plus épidermiques que rationnelles comme dans toutes les relations interpersonnelles, a fortiori si les explications se font en public. Mais puisque ce blog parle de sujets publics et du bien collectif qu’est notre commune, c’est quasi inévitable (et je ne suis pas doté d’une diplomatie innée, mais acquise et laborieuse, handicapée par le fait que je blogue seul et sans relecteur – d’où l’importance aussi du pluralisme des blogs mais aussi via les commentaires).
    Et comme toi je suis prêt à défendre les composantes importantes de notre société (j’ai eu l’occasion de le faire pour des micro-activités locales encore récemment, importantes tant sur le plan humain que sur le plan de l’image de Bandol).

    * il m’accusait de tenir ce blog pour encaisser des recettes publicitaires, et j’ai eu l’occasion d’écrire en quoi c’était absurde (il arrive, même sur Internet, LOL, qu’on parle sans savoir). Rien d’autre à signaler entre nous, et il n’y a pas de quoi fouetter un chat (en tous cas pas de quoi censurer ni appliquer de vendetta).

  • ce que tu viens de dire est tout à ton honneur.
    ainsi que ton précédent texte.
    Je relève que Grataloup nous parle d’assemblée consultative ce qui implique que les personnes doivent exister en dehors de ce cadre pour espérer peser. C’est ce qui différencie des consultatifs inutiles.
    peut être faudrait-il que les 3 élus réunissent les candidats écartés afin de créer une assemblée de type CIA (club internet actif). Ce fameux CIA que je n’ai toujours pas mis en branle faute de situation stable. Le principe est très simple puisqu’il suffit de faire des tables rondes par Internet. Par contre pour le gestionnaire le boulot est important si on veut gérer le courrier des lecteurs et si on veut gérer les compils des commentaires.
    Avec le recul il m’est apparut que les forums suscitent les émotions et les cercles privés gèrent, canalisent ces émotions pour les transformer en propositions concrètes réalistes et de bon aloi.
    Une méthode soft pour échanger des points de vue et définir des revendications positives qui auraient le maximum de chances d’aboutir.
    L’idée d’un CIA nautique me plait

    le système CIA (table ronde sur internet) permet de sauter les clivages naturels comme yacht club, pêcheurs plaisancier, écolos de la bleue, pro loisir, pros prestataires, plaisanciers, lecteurs candides, etc .. , pour les réunir tous, surtout ceux qui veulent aller au delà d’ambitions personnelles et souhaitent travailler en direction de Bandol et non en direction d’eux même.
    Il me semble que c’est un système efficace pour tous ceux qui veulent échanger des idées afin d’aboutir véritablement à des propositions réunissant un large consensus.
    Un CIA peut être également un important vecteur de collecte d’informations tant il est vrai que parfois on perd beaucoup d’énergie à explorer des fausses pistes, faux problèmes, fausses solutions. vous savez l’os à ronger qu’on donne au bon peuple pour détourner son attention. Comme il sera fait prochainement avec le dragage du port pour la plus grande gloire et enrichissement de Véolia Environnement.
    amitié à tous.

  • Patrick,

    Merci pour ton soutien.

    Je milite pour la création d’un Clupp actif, c’est à dire d’une structure de représentation permanente des plaisanciers, qui soit à la fois un cercle de reflexion sur l’avenir du port et un soutien pour les plaisanciers dans leurs démarches.

    Ce Clupp sera en liaison avec ceux des autres ports de plaisance, qui ont eu à résoudre les mêmes problèmes que nous, et qui y sont parfois arrivé.

    Plutot de réinventer le monde, je crois qu’il est toujours plus rapide de s’inspirer des solutions qui marchent.

    Jacques KAUFFMANN

  • Et un arrêté de plus :
    http://www.bandol.fr/index.php?option=com_docman&task=doc_view&gid=1686&tmpl=component&format=raw&Itemid=1177

    Si certains veulent jouer au jeu des erreurs: selon cette nouvelle liste, on en serait à 27 candidats, mais j’ai plus survolé que recompté… Cette élection commence à m’épuiser, mais j’ai déposé mon enveloppe de vote à distance ce jour à la capitainerie. Pour ceux qui feront campagne aujourd’hui jeudi, c’est trop tard pour moi.

  • Résultat des éléctions tenues ce matin à la capitainerie :

    221 votants, dont 86 par correspondance.

    21 nuls, tous pour des problèmes de forme.

    Jacques KAUFFMANN : 38 voix
    Bernard ROLLET : 31 voix
    Pierre CHAMBENOIT et Gérard RIOUX : exaequo, 19 voix.

    Les repésentants des plaisanciers au conseil portuaire seront donc Jacques KAUFFMANN, Bernard ROLLET et Gérard RIOUX, désigné au bénéfice de l’age.

    Merci à ceux qui m’ont fait confiance.

    Je reviendrais vers vous dans les jours qui viennent pour crééer le CLUPP de Bandol et le faire vivre.

    Jacques KAUFFMANN

  • Jean-Pierre Chorel

    Tout d’abord, félicitations aux nouveaux élus, et particulièrement à Jacques !

    Près de 10% de suffrages nuls !!! Je présume qu’une majorité de ces bulletins comportaient 3 noms, n’est-ce pas ?

  • Merci Jean Pierre pour tes félicitations.

    Deux raisons majeures aux votes nuls : soit les consignes de vote par correspondance n’étaient pas respectées, soit il y avait 3 bulletins dans l’enveloppe.

    Ce que je retiens surtout, c’est le trés vif succès remporté par le vote par correspondance, utilisé par plus d’un votant sur trois. Cela montre que nous avons eu raison, avec Michel Grataloup, d’insister pour sa mise en place. D’autant que l’expérience montre que c’est une solution sécurisée.

    Jacques

  • Frédéric METEY (Bandolais.fr)

    Plusieurs leçons après ce scrutin:

    1) la publicité faite autour de cette élection a multiplié le nombre de votants par rapport à 2007 de combien? 300% ? 400%?
    Merci au passage à tous ceux qui ont finalement permis le vote par correspondance.

    2) pour être élu, mieux vaut faire campagne… Les lecteurs de Bandolais.fr se souviendront qu’aux dernières municipales, Michel SAUZET pronostiqué très souvent à 6% avait atteint les 13% au premier tour: il avait fait une campagne originale et dynamique dans sa forme et très remarquée sur le terrain.

    3) le score de ce vote place en tête celui qui s’est peut-être le plus exprimé sur le fond, les enjeux. Les 2 suivants bénéficiaient de l’investiture d’une association et donc d’un vivier naturel de voix (même si vous savez que je désapprouve à titre personel, comme d’autres, cette pratique de captation du vote des plaisanciers par des associations qui sont déjà représentées au conseil portuaire et dont le poids pondéré devient supérieur à l’esprit de ce qu’a voulu le code des ports maritimes).
    A noter que le YCB avait clairement dit à sa création qu’il ne voulait pas jouer ce rôle de représentation des plaisanciers auprès de l’autorité portuaire. Sic. Mais le sujet a probablement évolué en interne: je me suis laissé dire que la vie du YCB n’était pas qu’un long fleuve tranquille.

    En tout état de cause, ce scrutin malgré les remous autour de son organisation semble marquer un progrès démocratique par rapport à sa précédente occurrence, servira de référence pour la prochaine fois pour de nouveaux progrès. Et si les 3 élus nous donnent un CLUPP moderne et communiquant, on peut espérer que les plaisanciers deviendront des interlocuteurs considérés avec toujours plus de sérieux par les autorités en charge du port.

  • Felicitations Jacques et aux autres aussi.

  • J’étais également candidat à cette élection du CLUPP; je termine 5ème après Pierre Chambenoit et Gérard Riou, élu au bénéfice de l’âge; je les félicite tous les deux.
    Jacques Kauffmann, élu avec 38 voix et Bernard Rollet 31 voix et Gérard Riou seront les 3 représentants des navigateurs de plaisance et auront à défendre les intérêts de tous, ce que je souhaite de tout coeur.
    L e CLUPP de Bandol est en sommeil et je crois sincère Jacques quand il annonce son intention de faire vivre un CLUPP indépendant, constructif et valorisant pour nos activités
    loisirs et gestion de notre port de plaisance.
    J’espère que les 3 élus pour cinq années, contribueront au bon fonctionnement de notre station balnéaire.
    Amicalement
    Roland

  • Fred, je reconnais que tu t’es « épuisé » pour cette campagne…..mais comme dab, beaucoup de vent pour rien…..
    Je ne vois pas à quoi rime ton allusion à la campagne de Sauzet aux municipales…..
    Félicitations aux trois élus.

    H.B

  • L’exemple de M Sauzet pour les dernières municipales vient illustrer en renfort qu’une bonne communication est souvent payante.

    Félicitations aux élus (avec une mention spéciale à Pierre Chambenoit, trop jeune !)

  • RASTOIN REVOLON Danielle

    @ Jacques K
    Bravo!

  • Félicitation aux 3 élus.
    – cette assemblée n’est que consultative, et donc ces 3 élus n’auront véritablement du poids que s’ils sont adossés à d’autres organisations.
    – dans cette esprit être adossé au yacht club et, ou, à la sté nautique ne peut être que bénéfique, à condition bien sûr qu’ils ne travaillent pas seulement en direction de ces groupes.
    – Je comprend que par soucis d’éthique et pour éviter de se brouiller avec la mairie ou la sogéba le YCB évite de faire de la politique locale. Mais je ne vois pas comment ils peuvent ne pas prendre parti à un moment ou à un autre dans des décisions qui les concerneraient tous individuellement. Ils représentent une force active et créative donc …
    – Je continue à pensée qu’en dehors de ces « corps constitués » il reste internet pour consulter le plus grand nombre possible de plaisanciers. C’est une méthode de consultation « par correspondance » et on a vu que ça élargie le nombre de personnes actives.
    – Je crois savoir qu’il y a une autre organisation plus ou moins en doublon du Clupp mais se réunissant sous l’égide des affaires maritimes. Il importe de connaitre les membres et de se tenir au courant de leurs axes de réflexion, dans ce cas hors le clupp mais dans le but d’être informé.
    – l’information la plus large possible c’est surement la meilleur raison d’utiliser internet, tant il est vrai que peu de personnes se déplacent pour lire quelque affichette placé sur un panneau officiel s’il existe.
    Bon travail à tous et si je peux aider ce sera volontier.

  • Je crois avoir compris que sur les 3 élus, 2 sont adossés à une organisation (ou association). Et c’est vrai que pour le 3ième il serait bon qu’il intègre cette notion qui me parait fondamentale dans la réussite de la mission pour laquelle il a été élu. Parmi les nombreux « usagers »/ »clients »etc.. de la SOGEBA on peut estimer qu’il en existe un certain nombre qui ont fait le choix de ne pas être justement « adossés » aux 2 structures maintenant représentées au CLUPP et qui pourraient faire partie d’une 3ième…..pourquoi pas?

  • Le Yacht Club de Bandol annonce aujourd’hui le décès de M.Alain FITOUSSI, qui était candidat à cette élection. Il avait recueilli 8 voix.

    M. FITOUSSI était un des fondateurs du Yacht Club. Il avait été nommé par M. Palix au conseil de surveillance de la Sogeba. Il était également le coordinateur des comités de quartier.

    Je présente mes sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

    Jacques KAUFFMANN