Un printemps qui explose de vie à Bandol

D’une année sur l’autre on observe toujours quelques variations en faisant attention aux détails si on veut penser que les années se suivent mais ne se ressemblent pas.
465px-Koziulkowiec.jpg
En ce printemps 2010, c’est la prolifération de bestioles qui surprend un mois après le début de cette saison: à hauteur de la voie ferrée, cette année c’est l’invasion: scolopendres et mille-pattes divers, araignées, moustiques en tous genres (de l’inoffensif cousin jusqu’au casse-pied suce-sang), vers, bidules noirs genre scarabée, minuscules limaces ou à peu près, et je vous passe les abeilles, guêpes ou bourdons qu’on commence à entendre vrombir avec les mouches qui fusent par les fenêtres ouvertes de temps à autre. Invasion modeste, mon domicile n’est pas …/…


…/… infesté, mais avec un jardinet de chaque côté de l’appartement, c’est tous les jours qu’on déniche un indésirable, dans un coin de la chambre, sur le plan de travail de la cuisine, dans un recoin quelconque planqué derrière un ordinateur ou un rideau…
guepe2.JPGDifficile à immortaliser en photo, l’accumulation n’est pas toujours concentrée géographiquement, mais diffuse, omniprésente dans le temps. Cependant ceux qui empruntent le chemin du « grand vallon » comme raccourci piéton pour monter vers la porte d’azur et la Peyrière n’auront pas manqué de remarquer cette semaine des nuages de moucherons, dont je n’ai pas souvenir depuis que je suis à Bandol. Des conversations avec cyclistes et motards me l’ont confirmé: cette année, rouler à deux-roues, c’est subir un bombardement inhabituel au visage. Pour ceux qui ont un casque, la visière aura rarement été aussi utile (et bonne à nettoyer quotidiennement)!
Effet d’un hiver particulièrement humide? La vie semble exploser sous toutes ses formes autour de Bandol…
Frédéric METEY
www.bandolais.fr
Crédit photo « cousin » : Aleksander Adamowski
.





2 Commentaires

  • Un hiver particulièrement long et surtout humide est sûrement à l’origine de cette prolifération de « bestioles ».
    Il y a très longtemps qu’en béchant mon jardin, je n’avais vu de vers de terre, cette année j’ai été surpris d’y trouver de superbes lombrics.
    Ayant quelques années de plus que Fred, je ne me souviens pas non plus avoir vu autant de moucherons si ce n’est à l’époque des vendanges.
    Malgré quelques petits désagréments, je ne retiendrai que le côté positif de cette prolifération, c’est l’état de l’air, qui chez nous est moins polué que dans certaines régions.
    Les habitants des centres hurbains n’ont pas ces petites gènes!!!!!

  • Ah bon ? C’est bon signe ? …
    parce qu’hier sur l’autoroute de Toulon, les panneaux demandaient de ralentir pour cause de pollution !!! cela m’a semblé un peu tôt pour la saison ; les températures ne sont pas encore caniculaires !?
    En tout les cas, cette année en effet les chauves-souris seront grasses !