Archives du blog

L’attractivité commerciale d’une ville

Certains (commerçants ou non) ont parlé publiquement du déclin commercial de Bandol, en particulier chez Jaxx dans la longue liste des commentaires de son fameux (et innocent) article d’octobre. Et beaucoup de bandolais m’en ont parlé.

Pour ma part, je reviens à mon idée de comparatifs. Avec deux points de référence: l’exemple de Dubrovnik visité à l’été 2006, et en commençant par les interrogations de ma compagne qui s’étonne au regard de ce qu’elle observe dans sa ville natale, Palamos sur le littoral touristique de la Catalogne espagnole (avec une dédicace spéciale pour Henri que les lecteurs les plus assidus de ce blog comprendront).

La principale rue commerçante …/…

Lire l'article

Médias locaux ailleurs

La France avait un peu tardé à adopter massivement internet autour de l’an 2000. Le Minitel explique en partie ce décollage poussif (ça marchait bien depuis près de 20 ans, freinant l’envie de faire l’effort de conversion à un nouvel outil, plus difficile d’accès). On peut supposer aussi que c’est aussi une raison du sous-développement du télétexte (sorte de Minitel sur TV) qui marche beaucoup mieux chez nos voisins européens: en Allemagne j’étais surpris du développement de cet outil par exemple, des années en arrière.

En France, peu de média audiovisuel locaux comparés à nos voisins frontaliers. En traversant l’Italie ou d’autres pays limitrophes, j’ai été surpris de voir des chaînes de radio ou TV locales, abondamment.

Désolé pour ceux que l’étude du cas catalan chagrine, mais à Palamos d’où est originaire ma compagne, comme chacun le sait maintenant, il y a les 2: radio locale animée par des bénévoles de tous âges, et TV locale également. Pour mieux cerner cette différence, j’ai questionné Marta sur le sujet.

Question TV, ce que j’en ai vu n’a vraiment rien de folichon, et c’est largement un espace publicitaire local… Cependant, quelques émissions remportent un certain succès. Politiques en particulier. Et au hit-parade, c’est la retransmission en direct des conseils municipaux le soir qui fait « péter les scores ». Même dans la famille de Marta, peu politisée, on regarde assidûment. Pourquoi? Parce que ce sont des voisins, des amis, et les cousins des voisins et amis, qui siègent, et décident de la politique municipale. Ca concerne tout le monde. La proximité est immédiate (même avec 17000 habitants).

Quelle que soit la prochaine équipe municipale, elle devrait y réfléchir. Je ne réclame pas la création d’une TV locale, ni même la retransmission en direct absolument, mais la mise à disposition des enregistrements vidéo sur Internet me paraît aujourd’hui s’imposer, comme j’ai déjà eu l’occasion d’en causer en 3 ou 4 commentaires distincts chez Jaxx. Et tous les arguments s’opposant à cette idée sont dépassés, et tombent devant les exemples de démocratie que nous donnent certaines communes françaises, canadiennes, nordiques, avec Internet, et même des pays latins avec leurs TV locales, et depuis longtemps.

Note complémentaire: je n’ai toujours pas de caméra ni de volontaire pour filmer les prochains conseils municipaux et les diffuser via mon blog en attendant que la Mairie s’y colle, comme j’ai déjà eu l’occasion de le proposer

Lire l'article

Les parkings et les saisons

Dans la série « vu d’Europe », mon espagnole de compagne me fait remarquer chaque fois que nous allons chez elle à Palamos, que le parking est gratuit pour les résidents toute l’année, alors qu’à Bandol, ils sont payants pour tout le monde en saison.

En fait la situation est plus subtile:…/…

Lire l'article

Le point de vue d’une « immigrée européenne »

Je manque toujours de renforts pour faire des articles, analyser l’actualité et le discours des uns et des autres. J’attends des contributions promises sur le thème du port, ou du jeu de boules, que je ne connais absolument pas de l’intérieur (je ne suis qu’usager de base du premier). Et certains amis bandolais se désintéressent de la question m’affirmant qu’ils n’iront pas voter, à mon grand regret.

Pourtant j’aimerais qu’on soit plus nombreux à faire vivre ce blog, qui porte trop ma patte, et peut-être ma fatigue, certains me disant que mes derniers articles relèvent de la politique-fiction ou du hors-sujet.

Le fait est que je ne pourrai pas soutenir ce rythme jusqu’aux élections avec mes obligations professionnelles, et que je ne pourrai jamais tout éplucher et vérifier.

Cependant, ma compagne qui ne s’est jamais intéressé à la politique, suit mon aventure bloguesque locale, et s’intéresse de plus en plus au sujet: elle peut devenir un renfort intéressant. Elle m’a même accompagné à la présentation du bilan du Maire et veut m’accompagner aux prochaines réunions publiques de candidats (c’est contagieux la curiosité pour la vie locale), à mon grand étonnement.

Si elle se refuse à écrire des articles pour Bandolais.fr, elle me demande de plus en plus de lui expliquer des choses pour lesquelles je n’ai souvent pas les réponses. Etant espagnole, son étonnement culturel m’oblige à remettre certaines choses en question, et si elle connaît trop mal les arcanes de la vie politique chez elle, ses réflexions peuvent être sources d’interrogations utiles à nous tous. Hélas, elle n’a pas voulu s’inscrire sur les listes électorales de Bandol (comme la loi le lui autorise pour les élections locales). Mais j’envisageais de vous faire partager certaines de ses remarques.

Juste pour mise en bouche, elle vient d’une commune de 17.000 habitants sur la Costa Brava, tout à fait comparable en bien des points à nos villes de ce bout de côte varoise, très touristique. Lors de la réunion sur le bilan du Maire, elle m’a dit à la sortie: mais on était les plus jeunes!!! Ben oui, chez elle, Madame le Maire (la Mairesse?) a à peine 45 ans (2ème mandat), et 75% du conseil municipal est de notre âge ou plus jeune (moins de 40 ans – mais je ne sais pas comment ils sont rémunérés/indemnisés, ce qui expliquerait peut-être autant de vocations que nous qualifierions ici de précoces): l’organisation de la vie politique en nocturne (conseils municipaux, etc.) se fait en soirée, permettant à tous les actifs de participer sans difficulté.

Je vous avais prévenu, l’éclairage sous l’angle d’une autre approche culturelle peut souligner des différences qui décoiffent (d’autant que pour les français qui ne connaissent pas l’Espagne, beaucoup de clichés ne nous permettent pas d’anticiper ce genre de surprises).

Lire l'article