Archives du blog

Bandolais.fr va devenir un « vrai » média (toujours local et indépendant)

…/… Bandolais.fr vient de trouver un mécène, qui va permettre la reprise d’une couverture vraiment quotidienne de l’actualité de Bandol, alors que nombreux sont les lecteurs qui par mail ou au détour d’une conversation de rue, se plaignent que j’aie levé le pied depuis novembre (me concentrant essentiellement sur les éditos que j’ai promis de maintenir au minimum chaque lundi matin). …/…

Lire l'article

Bandolais.fr : un an déjà !

Je ne vais pas me répandre à nouveau comme je l’ai fait dans plusieurs articles tout au long de cette année, et notamment dans celui où je révélais mon poisson d’avril
Je ne sais pas combien de temps j’assumerai ce rôle de petit média local, et même si je réfléchis avec quelques complices à une évolution notamment ergonomique de ce blog, aujourd’hui je veux juste vous remercier, vous mes lecteurs dont je vois les passages dans mes statistiques de fréquentation, d’avoir su me motiver pour vivre cette expérience tout à fait inattendue et palpitante depuis un an.
Soufflons cette première bougie, et sincèrement, j’espère avoir le coeur d’en souffler d’autres dans les années qui viennent autour de ces pages.
PS: je serai injuste sans coucher mes remerciements à tous ceux qui ont enrichi ce blog de leurs contributions depuis 12 mois: dessinateurs, correspondant(e)s « reporters », photographes, et bien plus nombreux, les commentateurs qui conduisent parfois « mon » blog vers un débat collectif.

Lire l'article

Médias locaux ailleurs

La France avait un peu tardé à adopter massivement internet autour de l’an 2000. Le Minitel explique en partie ce décollage poussif (ça marchait bien depuis près de 20 ans, freinant l’envie de faire l’effort de conversion à un nouvel outil, plus difficile d’accès). On peut supposer aussi que c’est aussi une raison du sous-développement du télétexte (sorte de Minitel sur TV) qui marche beaucoup mieux chez nos voisins européens: en Allemagne j’étais surpris du développement de cet outil par exemple, des années en arrière.

En France, peu de média audiovisuel locaux comparés à nos voisins frontaliers. En traversant l’Italie ou d’autres pays limitrophes, j’ai été surpris de voir des chaînes de radio ou TV locales, abondamment.

Désolé pour ceux que l’étude du cas catalan chagrine, mais à Palamos d’où est originaire ma compagne, comme chacun le sait maintenant, il y a les 2: radio locale animée par des bénévoles de tous âges, et TV locale également. Pour mieux cerner cette différence, j’ai questionné Marta sur le sujet.

Question TV, ce que j’en ai vu n’a vraiment rien de folichon, et c’est largement un espace publicitaire local… Cependant, quelques émissions remportent un certain succès. Politiques en particulier. Et au hit-parade, c’est la retransmission en direct des conseils municipaux le soir qui fait « péter les scores ». Même dans la famille de Marta, peu politisée, on regarde assidûment. Pourquoi? Parce que ce sont des voisins, des amis, et les cousins des voisins et amis, qui siègent, et décident de la politique municipale. Ca concerne tout le monde. La proximité est immédiate (même avec 17000 habitants).

Quelle que soit la prochaine équipe municipale, elle devrait y réfléchir. Je ne réclame pas la création d’une TV locale, ni même la retransmission en direct absolument, mais la mise à disposition des enregistrements vidéo sur Internet me paraît aujourd’hui s’imposer, comme j’ai déjà eu l’occasion d’en causer en 3 ou 4 commentaires distincts chez Jaxx. Et tous les arguments s’opposant à cette idée sont dépassés, et tombent devant les exemples de démocratie que nous donnent certaines communes françaises, canadiennes, nordiques, avec Internet, et même des pays latins avec leurs TV locales, et depuis longtemps.

Note complémentaire: je n’ai toujours pas de caméra ni de volontaire pour filmer les prochains conseils municipaux et les diffuser via mon blog en attendant que la Mairie s’y colle, comme j’ai déjà eu l’occasion de le proposer

Lire l'article