Archives du blog

Les donneurs de leçons et l’exemplarité

Les critiques n’ont jamais manqué contre mes positions, contre l’utilisation des blogs comme outils d’expression citoyenne, et pour finir contre l’exercice auquel je me livre avec Bandolais.fr.
Pierre OLIVIER ayant récemment eu la gentillesse de bien vouloir reprendre dans ses commentaires (ici et et encore ) un concentré de ces critiques, c’est à lui que je vais adresser cette lettre ouverte. Car je trouve mal venu de sa part de m’appeler à plus de maturité, de sens civique, à moins de démagogie et d’égo, et de me donner des leçons de comportement:
Quand il se permet de…/…

Lire l'article

Les leçons du premier tour à Bandol

Après les résultats de ce premier tour, 3 leçons se dégagent du vote des bandolais:

1) Maire sortant, avec la seule liste disposant de l’investiture d’un parti, et pas n’importe lequel, l’UMP, parti dominant au niveau national et dans le VAR en particulier, François Barois pouvait être attendu avec un score compris entre 40 et 60%, lui-même ayant clairement dit qu’il voulait la réélection dès le premier tour…

Avec un score de 30%, le verdict est sans appel, la claque, magistrale: les bandolais ont désavoué la gestion du Maire et de son équipe depuis 7 ans, et comme je le rappelais récemment, sanctionné sa manière, autoritaire, dénuée de toute concertation, et doublée d’une communication pathétique, jusque dans la campagne, avec refus du débat, et mépris tant de l’opposition que d’initiatives citoyennes comme celle que je vis avec vous depuis des mois. Je crains d’avoir diagnostiqué correctement (avec votre aide), ce que les bandolais lui reprochaient, sachant qu’en plus il s’est mis des quartiers entiers à dos (riverains de la médiathèque, de l’oenothèque, commerces).

2) Personne ne savait comment réagirait l’électorat face au mariage « surprenant » Palix/Bogi tant les 2 hommes sont différents (complémentaires?). La réponse est là, leur pari a fonctionné puisque leur liste fait mieux que celle de Bogi au premier tour de 2001, bénéficiant même peut-être du vote utile des électeurs lassés de Barois (qui ont pu porter leurs voix sur la seule liste annoncée capable de battre le Maire sortant).

3) Il faut faire campagne: Delaud a fait le pari que les électeurs s’intéresseraient à la campagne au dernier moment, et la dernière semaine de campagne n’aura pas suffi. Il reste dans les clous de ses performances de premier tour, au bon niveau de ce qu’il peut attendre avec une étiquette de gauche dans une ville marquée à droite, mais sans parvenir à convaincre au-delà. Il paye aussi la jeunesse de sa liste dont beaucoup de membres sont dans la vie active, quand les concurrents largement dotés en retraités disposaient de plus de temps disponible pour faire campagne.

A l’inverse, Sauzet et son équipe relativement neufs en politique, avec moins de notoriété, ont fait une campagne remarquable sur le plan de la communication (originale, inventive, décalée de ses concurrents). Surtout, son équipe a fait une campagne de porte-à-porte relativement unique (beaucoup de bandolais n’auront vu que leur équipe durant la campagne), ce qui lui permet de faire le double de pratiquement tous les pronostics le concernant.

Lire l'article