Archives du blog

Merci Françoise! Adieu cyclopousse?

Y revenir était une promesse que je vous avais faite en juin lors de l’article sur les difficultés de Françoise pour faire encore une saison d’été à Bandol avec Eko Pouss. Saison 2011 finie, et avec les mois creux, Françoise a tranché: elle arrête et se prépare un autre futur professionnel.

Ce n’est pas sans lui poser souci, car des clients, elle en avait, et certains tellement réguliers qu’ils ont parfois arrêté de conduire (c’est souvent sage quand les tracasseries de l’âge provoquent une gêne visuelle ou moins de souplesse dans les cervicales, exemples qui riment mal avec maîtrise d’un véhicule en toute sécurité). La Mairie est informée de la cessation d’activité officielle vendredi prochain, dernier jour de septembre.
Le cyclopousse à assistance électrique est à vendre. La poursuite d’activité est envisageable par un repreneur, s’il se manifeste. Je sais même que la municipalité a réfléchi aux moyens de maintenir l’activité:

Lire l'article

Le cyclopousse de Bandol en sursis ?

C’est un arrêté municipal du maire de Bandol qui m’a alerté, le 731, du mois de mai dernier.
Après l’avoir lu, j’ai pris l’initiative de contacter Françoise d’EKO POUSS (je vous remets en bas de l’article la vidéo que j’avais faite au lancement qui explique l’activité de ce tricycle à assistance électrique), pour savoir où elle en était.

Un arrêté municipal est rarement poétique, et si la redevance annuelle (incluant une redevance électrique de 255€ – j’ai comparé avec ma facture d’électricité de la maison/bureau et j’en suis resté sans voix – un chargeur de batterie, ça doit consommer comme une ampoule, et 3 ou 4 heures par jour) si donc cette redevance m’a paru une mesquinerie financière, c’est l’interdiction du moindre chevalet promouvant son activité qui m’a poussé à réagir là où je pensais que la mairie pourrait plutôt être dans une position de soutien (à décharge, le chevalet existe et l’interdiction officielle semble dans les faits remplacée par une tolérance):
1) ce cyclopousse rend à l’évidence service à de nombreux bandolais pour de petits trajets.
2) moyen de locomotion écologique s’il en est, il est cohérent avec la notion de développement durable qui est prise en compte par la municpalité*.
3) ce véhicule original et sympathique, en plus de faire volontiers éclore des sourires sur les visages, fait maintenant un peu partie de l’image de la ville, positivement.

Le hasard a voulu que l’adjoint au développement durable passe devant nous au moment où nous avions rendez-vous pour un café, et j’ai cru comprendre que si le dossier n’avait pas parfaitement circulé jusqu’à lui, EKO POUSS pouvait attendre un appui de ce côté-là. Mais c’est une femme un peu découragée que j’ai rencontrée vendredi.

Lire l'article

EKO POUSSE : des « rickshaws » à Bandol

Depuis 10 jours, vous les avez forcément remarqués: ils sillonnent Bandol en guise de publicité pour faire connaître l’activité qu’ils lancent, pour des ballades ou de courts trajets: Françoise et Sébastien ont importé le concept asiatique du rickshaw, avec leur cyclo-pousse modernisé.
Etablis à l’année, ils prévoient de travailler jusqu’à 1H du matin en juillet et août, et pourront donc reconduire ceux qui ne seraient plus en état de prendre le volant pour faire la simple remontée de Bandol après des soirées estivales un peu trop « déssoiffantes » (ça c’est pour Sébastien qui fera les soirées, c’est sa femme qui pédalera en journée). …/…

Lire l'article