Archives du blog

Divorce de Bandol en @ction: un leurre?

Personne n’a relevé un sujet évoqué à demi-mots semaine dernière, mais l’article sur Bandol de samedi dernier dans Var Matin (voir ci-contre) fournit un nouvel indice majeur d’accords possibles mais non publics dans notre paysage politique local, qui pour être discrets ressemblent fichtrement à une réalité qu’on a déjà connu, et avec (pour partie) les mêmes:

1) le maire de Sanary entend entrer dans l’intercommunallité de Sud Sainte-Baume (et en prendre derechef le leadership si la CCSSB échappe à la fusion avec Toulon?).
2) Bandol pourrait devenir le premier allié de Sanary/Bernhard en cas d’élection de Frédérique CONNAT-LERAT en 2014.
3) Marcel BOGI renoncerait à un futur politique sur Bandol (le « divorce ») où on le dit sans meilleure chance que par le passé (au profit de celle qu’il a contribué à assoir à Bandol), et pourrait être en route pour un siège au sein de Sud Sainte Baume.
4) les petites mains sont déjà à l’oeuvre, et dessinent un projet qui doit peut-être plus aux ambitions politiques qu’au hasard des rencontres d’idées, si grandes soient-elles.

Vous ne voyez pas en quoi le dossier de la réforme territoriale passant par l’intervention du Préfet qui veut fondre Sud Sainte Baume dans le grand Toulon me conduit à de telles conclusions? C’est qu’en l’absence de toute publicité, il faut se concentrer:

Lire l'article

Bandol en @ction divorce officiellement

Drôle d’alliance

A la base, pas mal de gens se demandaient ce que ces deux-là faisaient ensemble… A la création de Bandol en @ction, je n’avais pas été le seul à penser in petto que Marcel BOGI avec son « place aux jeunes » de l’été, et la création de cette association avec Frédérique CONNAT-LERAT, nous repréparait le coup de 2008, avec dans le rôle de « l’homme de paille », une femme pour aller reconquérir la mairie par un coup de billard à 3 bandes en 2014.

Une rupture et des questions pour l’avenir

Si le site de l’AMB n’a pas été mis à jour à l’heure où j’écris*, celui de Bandol en @ction (où la photo – et le nom – de l’ex-vice-président a déjà disparu) nous apprend que FCL garde seule les rênes de l’association. Marcel est donc libre d’aller « proposer son soutien et son expérience » (accompagné de son fidèle lieutenant J.M. SAGNIEZ), à d’autres jeunes qui voudront peut-être se faire un nom eux aussi sur sa notoriété, et pourquoi pas proposer une nouvelle ligne sur la liste pléthorique des équipes putatives pour les prochaines élections municipales à Bandol. A Bandol on n’est plus à un marché de dupes près.

Lire l'article

Lecture commentée de « Bandol en action »

Parfois, il faut publier des choses, non pas pour le plaisir que vous prendrez à les lire, mais pour ce que ces textes nous apprennent sur leurs auteurs.

Frédérique CONNAT-LERAT m’a demandé de reproduire un texte qu’elle a publié sur son blog Bandol en action, en réponse à des commentaires qui lui ont déplu sous cet article. Le « Cantonalogate bandolais » n’a pas fini de nous éclairer.

Elle aurait pu le poster elle-même en commentaire, mais puisqu’elle me demande de le faire, j’en profite pour directement marquer mes observations en rouge insérées dans son billet (disponible ici en PDF pour ceux qui voudraient le lire expurgé de mes remarques), vu que point par point, son texte me paraît défendre des positions inacceptables. Ca vous fera 2 lectures en une et vous épargnera quelques aller-retours, d’autant plus que Christian VIALA a jugé utile de le republier également (sans le moindre recul) en croyant qu’il faisait oeuvre d’information.

Lire l'article

Bandol reproduit le tout-pourisme des Guignols

Le dernier Conseil Municpal de Bandol (il y a un mois) aura donné lieu à quelques scènes étonnantes, inspirant un dessin à mon ami Jean REVOLON qui l’a combiné avec une formule empruntée aux Guignols de l’Info (ceux de Canal+): en effet, à mi-mandat presque exactement, il est difficile de dire qui est avec qui, pour ou contre le Maire ou son prédecesseur. Les alliances politiques et les liens personnels tissés entre les acteurs de la vie politique bandolaise sont d’autant plus difficiles à décrypter qu’ils sont d’une instabilité frappante (dont suivent quelques exemples récents):

Lire l'article

Toutes mes excuses au Groupe BAROIS (Bandol pour tous)

Toutes mes excuses à ce groupe d’élus du conseil Municipal, à François BAROIS que j’ai nommément cité, et aux responsables multiples de leur blog d’opposition.

Je les ai critiqués dans cet article pour une pratique pas très glorieuse de la gestion des commentaires qu’ils m’assurent n’avoir JAMAIS appliquée: le contrôle a priori des commentaires.

Lire l'article

Une nouvelle génération politique monte au front à Bandol

Une nouvelle génération politique pointe le nez à la porte de la Mairie de Bandol, et si les élections n’étaient prévues pour 2014, on jurerait qu’on est sur le point d’entrer en campagne électorale.

Marcel BOGI avait fini son dernier tract par « place aux jeunes », et je connais quelques parieurs qui avaient misé sur un rapprochement avec Laetitia QUILICI, électron libre séparé de l’ancien Maire sans avoir (encore?) rejoint l’actuel. En coulisses, les manoeuvres vont bon train.

Lire l'article

La recomposition politique de Bandol se poursuit

On se demandait de quel côté allait partir Marcel BOGI après sa démission avortée du poste de 1er adjoint au Maire de Bandol. Il est bien toujours en poste et sans plus de pouvoirs à la Mairie, mais on a retrouvé sa trace: il est vice-président d’une association qui semble cette fois assumer sa vocation politique (voir mon papier sur le côté politique de l’association des Amis de Marcel BOGI).

Frédérique CONNAT-LERAT, conseillère municipale (elle aussi relevée de ses délégations au mois d’août comme je l’avais tweeté) vient de fonder « Bandol en action » après avoir quitté la majorité municipale dans la foulée des événements de juillet. C’est un nouvel acteur de la vie publique bandolaise qui émerge donc, après Vigilance et Vérité à Bandol que les « discussions du microcosme » placent maintenant comme force d’opposition, alternative au Maire, plus que comme association strictement « citoyenne ».

Lire l'article