Archives du blog

(par N. Caune) Bandol et ses palmiers: mal barré!

Depuis quelques années la petite bête décime les palmiers de la région PACA littorale, et de Bandol en particulier.
Les municipalités, devant l’ampleur de l’invasion, ont baissé les bras financièrement et arrêter leurs interventions dans le parc privé pour se concentrer sur « leurs arbres » publics. Les régions demandent maintenant une aide (= subvention) européenne qu’elles peinent à obtenir. Sur le terrain, les moyens « licites » obtiennent peu de résultats et les autres guère plus. Forcément, les rythmes de progression de mise en place des protocoles administratifs et le rythme d’évolution du charançon sont très différents !!! (lol). Face à un problème sanitaire public, les autorités se déchargent sur le particulier (!) pour qui est faite obligation de déclarer, traiter ou abattre tout spécimen malade ou mort. Or « les traitements sont horriblement chers » de l’aveu même de Philippe Vittel, député du Var ; tous les particuliers ne peuvent pas assumer financièrement 1500€ en moyenne de traitement ou d’abattage protocolaire par arbre. Les propriétaires s’arrangent comme ils peuvent avec cette patate bouillante et les mesures de sécurité pour contenir le charançon ne sont pas forcément respectées.

Avec son bilan présenté en page 13 du dernier Bandol Magazine, la mairie se flatte de contenir la progression du charançon par rapport aux particuliers qui font ainsi office de mauvais élèves, à Bandol mais ailleurs aussi. Pourtant en 4 ans, la progression du tueur de palmier est ici exponentielle et plus qu’inquiétante : 1700% de progression (public & privé confondu) ! A ce rythme dans 3 ans, il n’y aura plus un palmier sur la commune ! Sauf peut-être dans la future palmeraie -« emblématique des stations balnéaires méditerranéennes »- prévue devant le Casino et annoncée en page 5 du même Bandol Mag, qui serait alors peut-être le dernier vestige de l’espèce du Phœnix Canariensis ou le dernier asile du charançon… ( si tant est que son régime se limite du palmier…) ! Mais bon… c’est sûrement une bonne idée puisque c’est le fruit « de longues concertations avec les acteurs économiques de notre station balnéaire et les techniciens compétents.

Nathalie CAUNE

Lire l'article