Archives du blog

Les pointus payent leur place au port de Bandol

Suite au billet d’humeur de Nathalie CAUNE sur l’évolution d’un Bandol qui perd au fil des mandats son aspect d’origine, j’ai été contacté par deux responsables de l’association PLT qui n’ont pas accepté la formule de Nathalie « Les pointus, s’ils sont mis en avant, c’est parce que la place est cadeau », non sans raison car le raccourci est ambigu, et de leur point de vue, quasiment diffamatoire.

Je l’ai publié tel quel car je ne voulais pas imposer de retouches à ce qui était un billet d’humeur très personnel, bien écrit, une opinion ayant légitimement le droit d’être exprimée, et que je savais à quoi faisait référence Nathalie dans cette phrase.
Clarifions:

Lire l'article

Du bon usage d’un budget communication municipale… et de la propagande

J’ai critiqué Bandol Mag et le service communication dans un article, suivi de propositions sur l’évolution que je souhaitais pour ce service municipal.

En commentaires, j’ai débattu avec Goob dont les interventions dénotaient une tendance pro-Mairie qui s’est confirmée, en évoquant (à mon tort) les effectifs de ce service pour argumenter sur le fait qu’on devait pouvoir faire mieux à iso-périmètre de MOYENS (et non d’effectifs, pas si élevés mais qui se mélange aussi à de la sous-traitance ou externalisation de prestations).

Je veux compléter ici mon point de vue, et dire en quoi je suis irrité par certains choix de nos élus.

Par égard pour la responsable Comm qu’il m’a semblé avoir blessée par ces coups de griffes qui ne la visaient pas, je répète donc que cela concerne implicitement l’adjoint au Maire chargé de la communication (décisionnaire) et le Maire (responsable final).

Je tempère ces reproches par le fait que ces choix et pratiques sont ceux de la politique d’antan, et généralement répandu partout en France. Cela explique juste pourquoi une partie de la population, écoeurée par certaines façons, est fatiguée du personnel politique, et aspire à son renouvellement par des personnes plus en phase avec les temps qui viennent.

La génération des élus concernés qui n’a pas les réflexes de communication qui sont les miens (et ceux des générations qui suivent) explique aussi le retard qu’ils prennent par rapport aux solutions technologiques que j’évoquais pour booster économies et performances en communication. Je n’ai rien contre mes aînés. Mais dans certains domaines, sauf à être passionnés par le thème, ils ont souvent une limite de compétence ou de vision sur certains sujets.

Mais ce petit détail qui me choque (comme beaucoup de bandolais avec qui j’en ai parlé – dont une amie qui s’est exclamée « mes impôts servent à ça?! »), c’est: …/…

Lire l'article