Archives du blog

Dernière réunion publique de Barois

Une seule réunion de second tour, et tardivement pour chaque écurie avant l’échéance finale de dimanche: la semaine aura passé rapidement, mais la seconde moitié sera chargée avec un meeting par soir puis le vote dimanche.

Je vais faire « light », car du fait de la fermeture des commentaires que m’impose le cadre légal en fin de journée jusqu’à dimanche, il me sera délicat de parler des réunions qui auront lieu vendredi soir (Delaud/Sauzet) et encore plus, samedi soir (Palix/Bogi). Je pensais même « ne pas faire du tout » et n’ai pas pris de notes de cette réunion Barois, mais vais tâcher de vous rapporter ce que j’en ai retenu (mais je suis très fatigué), et vous dire aussi ce que j’y ai vécu, car l’attitude générale à mon égard a quelque peu changé. …/…

Lire l'article

A l’usage de ceux qui veulent me voir dans un camp…

Mon article autocritique n’aura pas suffi.

Alors soyons clairs:

Si les pourcentages étaient inversés, quelle serait mon attitude:

– je serai le premier à vanter la force de travail d’un Barois, sa cohérence et sa capacité à faire avancer les dossiers, l’avantage de son réseau dans le grand Toulon où son parti domine, dans l’optique de notre intégration.

– je serai le premier à vanter la réputation de gestionnaire émérite dont on m’a assuré qu’elle était celle du Dr Palix au sein d’un grand service hospitalier (et parfois aussi sur certains dossiers bandolais où dans l’opposition il a montré ses qualités d’homme de finances).

– je serai le premier à vanter le coeur d’un Marcel Bogi reconnu pour vouloir toujours tenter d’arranger les problèmes des uns et des autres, et probablement le plus impliqué des candidats auprès des commerçants de Bandol (et pour cause, c’est son histoire à lui aussi).

– je serai le premier à exiger plus de détails de leurs programmes aux deux challengers qui clôturent le classement, le premier à exiger qu’ils nous disent ce qu’ils comptent refaire exactement parmi les travaux qui viennent d’être faits et sont décriés, le premier à souligner les anomalies de fonctionnement de leurs campagnes, le premier à souligner l’instabilité de la liste Sauzet, ou la forte proportion d’actifs chez Delaud qui augure peut-être de moins de temps disponible pour les dossiers de la ville que dans les équipes séniors, etc.

Mais voilà, les 3 premiers dominent, mais ont montré leurs limites, et je me sens en droit d’être encore plus exigeant envers eux. Nous avons besoin de tout le monde pour que Bandol soit gérée de façon équilibrée.

Ce que Barois a fait de Bandol et ce qu’il veut en faire (et dans le cadre du grand Toulon), ne plaît pas aux électeurs.

Palix est trop peu connu des bandolais, et doit son succès en grande part à son second: j’hésite à lui signer un chèque un peu trop blanc.

Et Marcel Bogi malgré sa bonne volonté ne peut pas arranger tous les problèmes: quand on veut satisfaire tout le monde on fait forcément des mécontents (il a payé pour l’apprendre en 2001).

Delaud et Sauzet ont des idées tout autant intéressantes, et des qualités dans leurs équipes dont il serait couillon de se priver.

Je ne veux pas que le futur Maire puisse faire le « despote » comme l’a dit Pierre, en s’appuyant sur un triomphe qui aura plus à voir avec des moyens de campagne qu’avec une réalité objective. Je veux que chaque lecteur de mon blog ait eu la possibilité de soupeser son bulletin dans l’isoloir, en considérant toutes les options, et en mesurant les conséquences. Rien d’autre…

Serge, cela te paraît-il neutre et équilibré? Tant que les partisans ne me verront pas dans leur camp, ils me trouveront partisan.

Lire l'article

Michel Sauzet futur Maire de Bandol ? Possible…

L’accord signé le 11 mars entre le 3ème et le 4ème du premier tour des municipales à Bandol, pourrait refaire le scénario de 2001 si ce dimanche 16 mars couronne Michel Sauzet le sans-étiquette, adoubé par Christian Delaud. Alors qu’à cette heure les favoris restent la coalition très antérieure de Palix/Canevari/Bogi, Delaud et Sauzet se sont souvenus qu’en 2001, Barois et ses 20,67% plus Canevari et ses 12,65% avaient bonifié leur total à 38,25% au second tour sur un vote destiné à éviter l’option dominante. Sur le papier, cette nouvelle fusion qui selon eux s’est réalisée de façon parfaitement simple et harmonieuse, sera bien sûr soupçonnée de cuisine politique, mais a aussi plusieurs avantages (d’après ce qu’ils ont bien voulu m’en dire).

Elle a quand même donné lieu à quelques grincements de dents comme le montre le fax ci-contre, qu’une autre équipe a eu la bonne idée de me faire parvenir (cliquez dessus comme d’habitude pour agrandir): ça prouve au passage que la menace de cette nouvelle liste en triangulaire est prise très au sérieux.

La tête de leur liste de fusion baptisée « L’avenir autrement » serait …/…

Lire l'article

La chance de Barois ?

  • Publié le 11 Mar 2008
  • Commentaires fermés sur La chance de Barois ?
  • Politique

L’équipe Barois étalonnée à 30% à peine, pour Palix/Canevari/Bogi, le danger peut maintenant venir du nouveau scénario en triangulaire.

Pour Sauzet et Delaud unis, l’objectif est de reprendre à cette équipe les voix du « vote utile » dont ils pensent avoir été dépossédés au premier tour (celles qui ne sont allées chez Palix que pour faire barrage à Barois avec la seule équipe qui en paraissait capable).

Si elles s’entre-déchirent, le Maire sortant peut espérer récupérer quelques votes indulgents. Tout dépendra du niveau de tenue et de correction de ces 4 ou 5 petits jours de campagne.

Mon pronostic: 3 listes aux scores compris entre 30 et 38% maximum, mais je suis infoutu de vous dire dans quel ordre…

Lire l'article

Scénario d’une triangulaire qui remet tout en cause à Bandol !!!

Les convergences étaient là, les 3 opposants au Maire avaient des proximités de vues, et une volonté: tous voulaient en finir avec l’ère Barois qui a changé « leur » Bandol. On s’attendait à un deuxième tour en forme de « tout sauf Barois« , après le « tout sauf Bogi » de 2001. En tous cas, cela aurait reflété l’expression du vote des électeurs. C’était compter sans le sens politique des uns et des autres: …/…

Lire l'article

Photos de campagne, en décalage…

Samedi, à l’heure du déjeuner, après une dernière matinée de campagne dans les rues de Bandol, quelques personnes ont pris l’apéro tardivement, ainsi que ceux qui mangent à l’heure espagnole (moi).

A la terrasse du Narval, place du marché, une équipe de campagne est venue s’attabler, puis une autre, et plus tard, les leaders d’une troisième sont passés pour rejoindre leur QG de campagne (debouts, Marcel Bogi près de la table de gauche, et à droite Christian Palix près de la table de Christian Delaud, au centre à l’arrière-plan, la table de l’équipe Sauzet).

On se salue, on bavarde, on plaisante: la pression est là mais la tension est retombée. Chacun sait que les dés sont pratiquement jetés. Et puis ces 3 listes ont toutes faits campagne en attaquant le Maire, il y a une certaine proximité, une volonté commune de revenir aux fondamentaux de notre commune. L’ambiance est finalement bon enfant (peut-être teintée d’arrières-pensées de second tour), mais l’idée vient collectivement, encouragée par une partie de l’équipe de Bandolais.fr, et Nathalie Caune a sorti l’appareil photo…

Les 4 hommes ont pris la pose, et Christian Delaud qui préparait sa dernière réunion publique du samedi soir a été surpris chargé de fleurs (samedi, c’était la journée internationale de la femme, et toutes celles qui sont venues l’écouter ce soir-là sont repartis avec une rose chacune).

Tout ça n’augure en rien d’un second tour qui nous réservera peut-être autant de surprises que le premier tour, mais montre au moins qu’entre bandolais différents, on peut se parler, et qu’après les échanges pas toujours tendres, la politique est aussi un jeu qui n’empêche pas les relations humaines normales. En tous cas, témoins privilégiés de la scène, on a bien ri (aidés par quelques gabians et pigeons qui ont vraiment retiré tout caractère officiel à cette rencontre)…

Lire l'article

Les leçons du premier tour à Bandol

Après les résultats de ce premier tour, 3 leçons se dégagent du vote des bandolais:

1) Maire sortant, avec la seule liste disposant de l’investiture d’un parti, et pas n’importe lequel, l’UMP, parti dominant au niveau national et dans le VAR en particulier, François Barois pouvait être attendu avec un score compris entre 40 et 60%, lui-même ayant clairement dit qu’il voulait la réélection dès le premier tour…

Avec un score de 30%, le verdict est sans appel, la claque, magistrale: les bandolais ont désavoué la gestion du Maire et de son équipe depuis 7 ans, et comme je le rappelais récemment, sanctionné sa manière, autoritaire, dénuée de toute concertation, et doublée d’une communication pathétique, jusque dans la campagne, avec refus du débat, et mépris tant de l’opposition que d’initiatives citoyennes comme celle que je vis avec vous depuis des mois. Je crains d’avoir diagnostiqué correctement (avec votre aide), ce que les bandolais lui reprochaient, sachant qu’en plus il s’est mis des quartiers entiers à dos (riverains de la médiathèque, de l’oenothèque, commerces).

2) Personne ne savait comment réagirait l’électorat face au mariage « surprenant » Palix/Bogi tant les 2 hommes sont différents (complémentaires?). La réponse est là, leur pari a fonctionné puisque leur liste fait mieux que celle de Bogi au premier tour de 2001, bénéficiant même peut-être du vote utile des électeurs lassés de Barois (qui ont pu porter leurs voix sur la seule liste annoncée capable de battre le Maire sortant).

3) Il faut faire campagne: Delaud a fait le pari que les électeurs s’intéresseraient à la campagne au dernier moment, et la dernière semaine de campagne n’aura pas suffi. Il reste dans les clous de ses performances de premier tour, au bon niveau de ce qu’il peut attendre avec une étiquette de gauche dans une ville marquée à droite, mais sans parvenir à convaincre au-delà. Il paye aussi la jeunesse de sa liste dont beaucoup de membres sont dans la vie active, quand les concurrents largement dotés en retraités disposaient de plus de temps disponible pour faire campagne.

A l’inverse, Sauzet et son équipe relativement neufs en politique, avec moins de notoriété, ont fait une campagne remarquable sur le plan de la communication (originale, inventive, décalée de ses concurrents). Surtout, son équipe a fait une campagne de porte-à-porte relativement unique (beaucoup de bandolais n’auront vu que leur équipe durant la campagne), ce qui lui permet de faire le double de pratiquement tous les pronostics le concernant.

Lire l'article

Quatre listes pour une Mairie

  • Publié le 8 Mar 2008
  • Commentaires fermés sur Quatre listes pour une Mairie
  • Politique

C’est pour demain: premier tour des élections municipales 2008.

Oublions la politique nationale, les hauts et les bas de Sarkozy dans les sondages, et intéressons-nous à notre ville.

Election intéressante car elle propose de renouveler son mandat à un maire qui n’a pas été neutre pour la commune, et promet de continuer dans la cohérence de son action mais en transformant profondément la physionomie de Bandol, ou d’élire l’un des 3 qui veulent revenir à la continuité historique de Bandol, celles de leurs souvenirs, et du rayonnement touristique de la ville.

Tout est dit ou presque, si on ajoute que la question du regroupement de communes devrait si nous le voulons, peser fortement sur le choix à faire demain. Voilà ce que je retiens en fin de campagne, le plus objectivement possible, de ces 4 candidats en quelques lignes, liste par liste, avec ma perception forcément subjective d’électeur: …/…

Lire l'article

Derniers cartons jaunes et bons points

  • Publié le 7 Mar 2008
  • Commentaires fermés sur Derniers cartons jaunes et bons points
  • HumeurPolitique

Je devais intituler l’un de mes articles, « le côté obscur de la force » en référence au slogan de François Barois pour cette élection municipale (« la force de l’expérience au service de notre avenir ») et en référence à mon article sur la sympathie que je peux éprouver pour le Maire sortant dont le franc-parler est parfois drôle et décalé pour un politique. Je sais en effet que cet article a choqué certaines personnes, car parmi ceux qui ont eu affaire à Barois et son équipe, frontalement, le souvenir a été cuisant. Je ne vais pas parler de ses relations avec l’opposition pendant 7 ans, mais juste mentionner quelques faits: …/…

Lire l'article

Christian Delaud, ou la gauche en réunion publique de campagne

« Ils sont où les socialistes? »

Cette phrase m’a été adressée après la réunion de ce mardi 4 mars de la liste « de gauche », par un homme de droite (UMPiste): il s’attendait à un meeting de Ségolène Royal, et il est tombé sur un authentique bandolais qui n’a parlé que de sa ville… Ben voui, je ne cesse de répéter que cette élection est municipale, et qu’il faut causer gestion et projets, pas philosophie ni économie mondiale… Ah ces électeurs!!!

Alors, qu’est-ce qu’il a dit notre méchant gauchiste?

Il a d’abord présenté sa liste, comme tout bon candidat à la Mairie de Bandol. Un peu plus jeune que les autres, certains colistier(e)s étant encombré(e) de poussettes ou de jeunes enfants… Inhabituel. Et il en a profité pour lancer l’offensive en clamant que le harcèlement moral subi par certains depuis 7 ans n’aurait plus cours si sa liste, plus humaine, était élue. Pas de précisions, mais l’offensive a laissé place à une lecture du programme. Ca peut faire peur un programme lu, mais il a fait court: en une heure il nous a libéré, sans nous farcir la tête mais en étant clair sur ses idées (moi je vais encore faire long, mais c’est pratiquement mon seul article de la campagne sur Delaud depuis ma rencontre privilégiée avec lui): …/…

Lire l'article