Statistiques sur les conseils municipaux de Bandol

Une bonne semaine après le dernier conseil municipal, commenté en direct par notre petite communauté d’internautes locaux pour la seconde fois, voici quelques chiffres qui illustrent l’intérêt pour le fait politique à Bandol.

Vous vous souvenez peut être que le premier du genre, annoncé seulement une heure à l’avance, avait réuni 65 lecteurs pendant l’événement.
Les chiffres communiqués sur mon compte administrateur chez le fournisseur du service indiquaient au bout de 3 semaines que plus de 1600 machines différentes avaient servi à « rejouer » le texte de ce premier direct. Ce chiffre ne bouge pratiquement plus et est établi à l’heure où je rédige* à 1650 relectures (statistiques obtenues chez CoverItLive via Google Analytics, la référence usuelle, même si le temps passant quelques doublons apparaissent forcément avec des ordinateurs dont deux connexions après un intervalle de temps long peuvent-être vus comme deux ordinateurs différents*).

Le deuxième conseil municipal en direct avait mobilisé 188 machines connectées au « Live », dont 7 commentateurs dans la salle. Les chiffres du service indiquent une semaine après, des relectures sur 613 autres machines (avec éventuellement plusieurs lecteurs par ordinateur connecté – ça marche comme pour le papier journal : plus de lecteurs que d’exemplaires vendus). Le délai d’une semaine réduit le risque de doublons à une quantité encore marginale.

Avec 50 sièges pour le public dans la salle du conseil rarement pleine, nos politiques pourraient croire que la vie politique intéresse peu leurs concitoyens. A la vue de ces chiffres (a priori plus de 800 personnes en une semaine), je suis tenté de penser le contraire. Si ça peut influer sur la qualité de leurs débats, et appuyer toute mesure facilitant la transparence et une diffusion efficace…

F.M. – www.bandolais.fr
* article rédigé (et données collectées) mardi 12/04/11 au soir

* Les statistiques des sites webs en général, et celles de CoverItLive via Google Analytics en particulier, utilisent plusieurs méthodes pour différencier les machines connectées. Quelqu’un qui a assisté au direct et se reconnecte sur le même ordinateur un ou deux jours après est normalement identifié comme un seul et même lecteur sur une seule et même machine, et n’est donc pas recomptabilisé, même si c’est sa femme ou son fils qui est cette fois devant l’écran (avec la même session utilisateur et le même navigateur pour les puristes).





3 Commentaires