Sans tambours ni trompettes, la tribune de Bandol

On l’avait évoqué à la fin de l’été après un conseil municipal de Bandol convoqué dans l’urgence pour se conformer à une décision de justice, la place faite à l’opposition dans les organes municipaux se devait d’être élargie.

Ca n’aura pas fait un foin terrible, mais le site officiel de Bandol s’est enrichi d’une nouvelle rubrique servant de « coin de l’opposition ». Cette « Tribune » est logée dans le menu « Municipalité » de Bandol.fr, et si le nom est modérément évocateur, elle a enfin le mérite d’exister.

Reste qu’elle est vide. Comme souvent, nos vieux briscards de la politique bandolaise vont réussir à nous foirer collectivement ce qui devait être une avancée démocratique. Moi j’aurais aimé un espace un peu plus visible pour représenter la pluralité des opinions bandolaises, et un simple listing en page d’accueil des sites d’opposition aurait été plus performant. Ici comme ailleurs, aucun élu ne fait confiance à ses semblables, et donc on a une tribune flanquée sur une ligne dans un menu, qui restera vide par peur de la censure ou d’une publication dénaturée…
Ca valait la peine d’un passage par le tribunal administratif… Celui-là nous a coûté combien?

F.M. – www.bandolais.fr





Article précédent : Qualité de l’eau à Bandol

13 Commentaires

  • Fred, un constat inquiétant de ma part, toujours pas de commentaires sur tes 3 derniers sujets……..Mais la Mairie va réagir sur le dernier…….
    Bonne journée.

  • oui c’est vrai c’est inquiétant ! Soit que l’on n’a rien à dire, soit que l’on préfère se taire… soit que le principe d’échanges ne soit pas encore bien rodé ! Je parle bien ici de la rubrique Tribune vide.

    Pour les blogs, selon les sujets, les commentaires sont là, cher Henri, ne vous faites pas de souci ! Par contre, dès que l’on aborde des thèmes plus politisés, le silence se fait. L’actualité nationale donne souvent le ton, et là je pense que, pour beaucoup, on a envie de penser à autre chose !!!

    Un haussement de sourcil ou une moue désabusée ne font pas plus de bruit que ça !

  • Et que dire du silence total qui répond aux différents blogs « politiques » sur Bandol?
    …ce qui explique peut être le même silence sur la page « opposition » du site municipal.
    En fait je pense, comme l écrit N Caune, que le succès des deux blogs bandolais (avec des approches différentes) tient à leur « neutralité » (ils ne dépendent pas d un courant politique organise), au fait qu ils s ouvrent à tous débats et à toutes opinions.
    Quant aux sujets… Il faut les dénicher…. Et ensuite les « traiter ».
    Si je prends le cas du « bail à construction »… aborder un tel sujet n est pas simple, d autant que les informations données l ont été de manière minimaliste! Et percevoir les enjeux éventuels d une telle opération n est pas évident! Qui serait contre une crèche? Et un cabinet  » médical »… On voit l idée… et on laisse aux  » politiques » le choix des modalités… trop compliqué! On a des élus pour ça, même si ceux ci n ont pas eu les informations sur l ensemble du projet, des acteurs et des modalités concrètes, déléguant leurs pouvoirs a monsieur le maire.
    Devant une telle situation seuls les blogs sont en capacité de pouvoir faire naître un débat qui n a pas eu lieu en diffusant toutes les informations utiles.

  • @PK:
    je suis heureux de voir que parmi mes lecteurs il s’en trouve pour comprendre (et réexpliquer) la nature de l’exercice bloguesque. Merci.

    @ Henri BURILLARD,
    parfois, les sujets n’appellent pas de commentaires. Non pas que j’ai des fulgurances intellectuelles, mais dans certains cas, que dire de plus?
    Ailleurs, sur le vaste web, les internautes habitués aux échanges se contentent d’ajouter un simple +1 ou -1 en commentaire pour marquer leur approbation totale, ou leur réprobation.
    Cela a même donné un (deux) verbe(s):
    – plussoyer
    – moinssoyer
    Si mes lecteurs élargissent leurs habitudes de débats en ligne au-delà de l’horizon bandolais, peut-être un jour verrons nous cette pratique s’étendre ici aussi…

    Et puis il y a ce que signalait Nathalie. A l’heure où les candidats et leurs sbires commencent à se renifler plus sérieusement pour savoir dans quel ordre de marche ils vont se présenter à l’échéance de 2014, certains commencent à mordre leur langue et attendent le moment du combat, se font plus discrets tant qu’ils ne savent pas sur quel pied ils vont vraiment danser. Certaines infos qui étaient auparavant partagées, sont maintenant conservées: chacun fait son stock de munitions… Drôle d’ambiance.

  • @Fred,
    C’est justement ce qui commence à m’inquiéter, je ne suis pas sur de voir arriver ceux et celles qui se servent de BB pour assouvir leur avidité, leur intérêt.
    C’est pour cette raison que je pensais sérieusement à arrêter le blog.
    Mais, une conversation avec un de mes amis que tu connais bien ce matin, J. Sarrat, me laissait envisager la possibilité de créer un regroupement de citoyens et de citoyennes qui serait en charge de réfléchir et proposer des solutions aux différents problèmes que ceux et celles qui sont choisis au suffrage universel, peuvent rencontrer.
    Et d’évoquer les intervenants des différents blogs, sites et pages facebook sur lesquels les plus courageux s’expriment.
    Bien amicalement.

  • @ Christian,
    je commence à penser que nous entrons dans le calme… qui précède la tempête…

    La tentation d’arrêter de bloguer est parfaitement respectable: une période de campagne est très exigeante pour les webmasters. Et j’ai toutes les raisons de penser que la campagne municipale 2014 va être beaucoup plus sportive en ligne que la campagne de 2008, que j’ai vécu avec beaucoup d’implication et qui fût à la fois instructive et éprouvante.
    Chaque webmaster indépendant sera seul face à son clavier, et devra ne pas hésiter à s’appuyer sur les avis de ceux qu’il respecte pour éclairer son propre point de vue, ses décisions de régulation voire de censure, etc.
    C’est passionnant comme aventure, mais difficile. Courage à ceux qui se lanceront à ce moment là dans uns fosse qui est celle des politiques et où ils sont vécus comme des intrus, et courage à ceux qui s’accrocheront, blogueurs, commentateurs assidus, etc.

  • aux deux blogueurs/forumeurs :
    je pense qu’en restant au plus près de faits avérés, précis et surtout circonstanciés (de façon que les sujets soient compréhensibles par des non initiés) il ne devrait pas y avoir de problème à animer un forum. Je dis bien forum et non pas blog.
    Wikipédia est précis sur la terminologie. Un blog c’est un bloc note comme par exemple le billet de Bouvard dans Var Matin. Dans ce cas il n’y a pas de place pour des intervenants qui sont par essence des hooligans (voir la définition précise dans le dico ou sur Wikipédia) et c’est bien le but du jeu.
    Sur vos deux sites il y a place pour des intervenants donc pour des hooligans (individus non soumis à des contrôles qui s’expriment sous leur totale responsabilité) donc ce sont des forums. Même s’ ils prennent l’allure de blogs (bloc note – carnet de route – etc) dans la mesure ou en apparence ce sont les propriétaires des sites qui présentent les sujets.
    Peut-être que les gestionnaires pourraient préciser (avec grande clarté et pas seulement avec un vague signe cabalistique) lorsqu’ils ne font que mettre en page un sujet qui leur est proposé. Cette affichage clair rendrait le forum encore plus forum. ex : sujet proposé par XY ou à contrario : sujet proposé par le webmaster.
    Dans cette condition le « webmaster » n’intervient que comme présentateur, metteur en scène. D’une part il dégage sa responsabilité, d’autre part il se construit le droit moral d’intervenir en son nom et non pas au nom de SON site. De cette façon il se démusèle et retrouve la liberté d’expression qu’il a perdu en devenant webmaster. Ca lui permet également de ne pas filtrer les intervenants.
    Bien sur que le webmaster peut être soupçonné de filtrer les sujets au regard de ses convictions de pudeur, de sa philosophie, de sa religion, de ses ref. politiques et que sais-je encore. Et alors ? On n’empêche personne de créer son propre forum n’est-ce pas ? De toute façon tant qu’à faire d’être soupçonné « par a priori » de manquer de probité et d’étique autant vivre sa vie : les chiens aboient et la caravane passe.

    l’essentiel dans un forum, je l’ai évoqué dans « propagande ordinaire » mais je n’ai pas été suffisamment précis : c’est de mettre en confiance chaque nouvel intervenant afin que le plus grand nombre possible de personnes « ose » se lancer à intervenir. Dans ce cas l’anonymat ne suffit pas, il faut aussi que le forum dégage du positif, représente une force de proposition, pas seulement de contestation genre « j’me comprend » et « on est entre nous ». C’est ce qui risque de s’accentuer au fur et à mesure qu’on se rapprochera des municipales comme chacun le fait observer. Il faut aussi que les intervenants aient la sagesse d’éviter de s’invectiver par forum interposé. Même si la violence verbale n’est que « marseillaise » elle est nuisible pour les non initiés.
    Egalement il ne faut pas confondre celui ou celle qui tient des propos qui dérangent, voir qui fâchent et ceux qui se déclarent fâchés avec brutalité et outrance du genre faites le taire. N’oublions pas que si on enlève les catalyseurs il n’y a plus de réactions chimiques possible.
    De c’que j’ai appris à l’école ;-o)
    PS je ne donne pas de leçon, n’ayant moi même pas été capable de créer mon propre forum. Je fais juste une analyse pour si ça peut aider à faire le point et vous encourager tous les deux à continuer. Car vous êtes l’un et l’autre très importants pour la démocratie. . . sans cirage de pompes ;o)

  • @ Patrick :
    non le blog n’est pas un forum, même s’il s’en approche parfois. Wikipédia précise que le blog à commentaires ouverts chaque article peut devenir « une sorte de forum » et dit surtout :
    « Sur ce plan, [le blog] est un intermédiaire entre la page personnelle (l’auteur parle et personne ne répond), et le forum de discussion (tout le monde parle à égalité). »
    La page consacrée aux forums ne fait d’ailleurs aucune allusion aux blogs comme « sous-espèces ».

    Je te renvoie à tout ce que j’ai déjà écrit sur ce sujet (j’ai déjà fait beaucoup de pédagogie et t’en voudrais si tu embrouilles mes lecteurs). LA différence est bien là:
    – le blogueur qui publie un article qu’on lui soumet est bien EDITEUR et co-responsable (qu’il soit d’accord avec le point de vue de l’auteur de l’article ou pas), juridiquement.
    – le forum est HEBERGEUR et non pas éditeur des discussions et sujets initiés par tout un chacun.
    – sur un forum, comme sur un blog, les « propriétaires » ne sont responsables des propos tenus que s’ils les modèrent à priori (avant publication). Chez moi, les commentaires sont libres, et je ne deviens responsable des commentaires qu’a posteriori si je ne réagis pas « promptement » en cas de problème porté à ma connaissance (alors que les articles, j’en suis toujours co-responsable).

    Sur un blog, il y a un rôle éditorial qui incombe au blogueur maître des lieux, et un rôle de modérateur a priori ou a posteriori (qui change tout du point de vue juridique).
    S’il n’y a pas de commentaires, on est sur une structure informatique de blog, mais en mode années 1990 façon « page perso ». Mais non, un blog n’est pas un forum.

  • je ne cherche à contrarier personne.
    le blog n’est pas un forum : OK
    le blog n’est pas une sous espèce du forum OK. C’est même le contraire.
    j’explique : dès l’instant que le bloc note, ou billet d’humeur, ou carnet de route ( donc blog ) s’ouvre à la discussion , il devient un forum. C’est même toi qui le dit à l’instant, je te cite : dans un forum tout le monde parle à égalité. Or c’est ce qui se passe ici. Donc ton blog est un forum idem pour CV d’ailleurs, qui lui aussi revendique curieusement l’appellation de blog.
    Il semble que l’un et l’autre vous souhaitiez, pour une raison que j’ignore, que le mot forum soit tabou. Bon ok si tu le dis.
    Mais pourquoi ? parce que tu ne te sens plus protégé ? idem pour CV ? c’est juridique ?

    Nonobstant sitôt qu’on s’exprime librement sur un site c’est un forum si je me souviens bien de la république de Platon (indigeste je ne vous le conseille pas, lisez plutôt Spinoza, lui au moins il ne joue pas les faux culs, enfin si, mais en mieux) et aussi des définitions en vigueur en 2012.
    Je suis peut-être mal informé mais il me semble que l’aspect forum protège le headmaster du site car il est évident qu’il ne peut maîtriser ce qui s’écrit dans la mesure ou dans la phase « forum » il ne fait que fournir le papier et l’encre même si dans la phase « billet d’humeur » (blog) il suscite la discussion autour d’un sujet donné.

    Ou alors il faut définir qu’un blog est un forum ou seul le webmaster à la possibilité de proposer un sujet de discussion. C’est ça ?

    Qu’en pense notre sénateur Cicéron Prinz Carl ?

  • Cicéron pense qu’il est vain de chercher qui de la poule ou de l’œuf est apparu le premier. L’essentiel est que l’information circule bien, en toute clarté, transparence… seule manière de faire avancer positivement les choses… surtout dans une commune de 9000 habitants (et même un peu moins selon l’INSEE….)!
    Peu importe, dans cette démarche d’aborder les problèmes et de faire circuler l’information, le qualificatif retenu. Pour Fred Metey c’est un blog (et il a me semble-t-il raison au regard de la manière de fonctionner de cette ouverture internet) … hé bien c’est un blog.

  • donc c’est un blog … ouvert à tous.
    Bienvenue aux nouveaux intervenants, c’est surtout ça qui compte.
    Peut-être pouvons nous rappeler qu’intervenir sur ce blog ainsi que sur celui de CV c’est affirmer son gout pour la démocratie et la liberté qui en découle. Rappelons également que si on n’exerce pas ce droit on prend le risque de perdre ce droit. La démocratie est une conquête chèrement acquise ce n’est pas un du éternel, c’est une colombe fragile qui nécessite qu’on se préoccupe d’elle à chaque instant. Amen ;-o)

  • @ Patrick,
    c’est essentiellement en temps que formateur spécialisé dans les utilisations des TICC que j’interviens dans ces clarifications terminologiques.
    Tu t’appuies logiquement sur la définition du forum antique, mais dans l’univers d’Internet, les blogs et forums sont bien distincts, et correspondent à des outils différents, appuyés sur des plateformes informatiques différentes, avec des usages… différents.
    Si je tiens à ces précisions, c’est que ce n’est pas toujours simple d’expliquer ces nuances à mes élèves, et que la tendance générale est à l’utilisation approximative des termes technologiques qui aboutit souvent à une bouillie intellectuelle à laquelle plus personne ne comprend rien (même ou surtout pour nous professionnels: entre les descriptions qu’on nous fait au téléphone, souvent incompréhensibles, et ce que nous constatons une fois sur le terrain, il y a un sévère hiatus). La base pour se comprendre dans toute langue ou jargon, est de se mettre d’accord sur un vocabulaire, un dictionnaire commun.

    Ce n’est pas tant pour être étiqueté à tout prix blog et non forum que je glose sur ces questions. C’est mon travers « évangélisateur » technologique qui m’a poussé à beaucoup faire de pédagogie dans mes articles et commentaires… et encore cette fois.

  • Bon allez on ne t’en veux pas pour cette fois ! ;))
    … d’autant que c’est marqué dessus : blog citoyen à Bandol !