Résultats du 1er tour des cantonales 2011 à Bandol (et canton d’Ollioules)

Avec moins de 35% des inscrits qui se sont déplacés au premier tour des cantonales 2011, Bandol fait figure de mauvais élève d’un canton qui n’a lui-même pas atteint les 40% de participation. Mais l’abstention nationale étant de toutes façons au-delà des 50%, personne ne pavoisera.

N.B.: par respect pour les électeurs qui choisissent de voter « blanc », je choisis de vous présenter des pourcentages incluant tous les votes.
Les résultats officiels qui vous présentent des pourcentages basés uniquement sur les votes « exprimés » sont sur le site du ministère de l’intérieur.

Pour Ollioules-Sanary-Bandol-Évenos:

Les résultats cumulés définitifs du canton donnent ceci (seuls les 2 premiers sont qualifiés pour le second tour, le troisième n’ayant pas atteint un pourcentage d’électeurs inscrits suffisant du fait de l’abstention):
Résultats du 1er tour Canton d'Ollioules– Ferdinand Bernhard, DD, 27,53%
– Gregory Gennaro, FN, 22,99%
– Christian Kalac, UMP, 21,28%
– Michel Rouvier, PS, 13,02%
– Monique Mermoz, EE, 10,14%
– Jean-Pierre Meyer, PC 3,59%
– blancs ou nuls 1,44%

A noter que non seulement le 3ème, mais aussi le second et le premier n’atteignent pas le seuil de 12,5% des inscrits (qui permet aux candidats de se maintenir, au-delà des deux premiers). Le leader, Conseiller Général sortant et maire d’une ville qui représente environ la moitié des électeurs du canton n’atteint même pas 11% des électeurs inscrits: ce qui s’appelle un triomphe!!!

Je détaille les résultats de Bandol et mes premières réflexions dans la suite de l’article.

A Bandol, les scores sont les suivants:

  • Résultats du 1er tour des cantonales 2011 à BandolGregory Gennaro, FN            751
  • Christian Kalac, UMP            582
  • Ferdinand Bernhard, DD      514
  • Michel Rouvier, PS                420
  • Monique Mermoz, EE            251
  • Jean-Pierre Meyer, PC          104
  • blancs ou nuls                           40

L’abstention empêche probablement une lecture fiable de ces résultats, mais pour avoir placé le Front National au premier rang de ce scrutin, le 20/03/2011 restera comme une date dans l’histoire de Bandol…

Pour le reste voici quelques-unes des pensées que m’inspiraient ces résultats à chaud et que je vous livrais dans la soirée sur le fil Twitter de Bandolais.fr:

  • Victimes de l’abstention (et des divisions), ni le candidat UMP ni celui PS ne pourront se maintenir au second tour dans le canton d’Ollioules
  • Choisir entre extrême ou un notable cumulard qui défend la principale ville (voisine) du canton: super pour défendre les intérêts de Bandol
  • Candidats de gauche dans les choux dans le canton d’Ollioules : unis (PS 13,2% – EE 10,3% – PC 3,6%), ils pouvaient sortir le FN du 2nd tour
  • 2 candidats « majorité départementale » dans le canton d’Ollioules: c’est l’officiel UMP qui se fait sortir…

F.M. – www.bandolais.fr





25 Commentaires

  • Christian Delaud

    J’ai honte d’être bandolais.
    Alors qu’à l’étranger, des gens meurent pour vivre en Démocratie.
    Alors qu’en France, certains de nos ancêtres sont morts pour que l’on vive en Démocratie.
    65% des bandolais ont eu l’indécence de ne pas aller voter.
    Très sincérement je ne leur trouve aucune excuse et les méprise.

  • @Christian.
    En parfait accord avec toi, lorsque l’on pense que beaucoup de nos ancètres sont mort pour obtenir le droit de vote et de vivre en démocratie, c’est purement et simplement écoeurant.
    Il y avait une solution pour ceux qui refusent les classes politiques actuelles, c’est le vote blanc, alors que 40 électeurs seulement se sont déplacés pour exprimer ce vote blanc.
    Aucune excuse pour ceux qui ont préférer aller à la pêche ou ailleurs.
    Amon avis ces gens là ne devrait plus avoir ler droit de critiquer qui que ce soit, le vote est un droit, il devrait être un devoir moral

  • C’est tout simplement une CATASTROPHE ELECTORALE.

  • Sûr, c’est lamentable ! Mais quoi au fait ? Que les gens ne se soient pas déplacé pour les dernières cantonales (histoire de pouvoir élire une dernière fois un conseiller général), ou que les gens aient boudé massivement les partis majoritaires « faites ce que je dis-pas ce je fais », ou que les seuls qui aient pris la peine de se déplacer l’ont fait pour dire « Merde » ? Qu’est-ce qui est étonnant dans tout ça ? Qu’à force d’être pris pour des cons, les « citoyens » démissionnent, et qu’à force de promesses jamais tenues ils se soient réfugiés chez les grandes gueules hargneuses ou le personnage connu à figure paternaliste ?

    Critiquer ceux qui n’ont pas voté, (ou qui ont voté pour le coup !) est à mon avis stérile et hypocrite. De plus en plus, on entend « …taux d’abstention record, les français ont envoyé un message clair… », mais qui l’a intégré ce message fort ? Ou sont les remises en question ? Les langues de bois continuent, les affaires se succèdent, la spirale économique et sociale s’amplifie, ainsi que le non-respect de la parole donnée au citoyen.

    Perso, je suis allée voter mais je comprend tout à fait ceux qui ne l’ont pas fait. Ceci dit, je suis bien d’accord que c’est lamentable. Mais les individus ne sont pas à blâmer, l’échec du système politico-économico-éthico-social commence à être écrasant !

  • En dehors des abstentionnistes chroniques et coutumiers, nous pouvons nous poser un certain nombre de questions en focalisant notre prisme sur la vie politique locale. Pourquoi une équipe sollicitant les suffrages de son électorat, une fois en place vire à 180° sans demander l’avis de celles et ceux qui ont voté pour l’équipe? Pourquoi toutes ces alliances, toutes ces désalliances, pourquoi toutes ces réalisations non déclarées pendant la campagne électorale? pourquoi ces désistements parce que sa liste n’a pas remporté une élection? Pourquoi ces travaux, ces dépenses ces augmentations d’impôt, pourquoi tous ces pouvoirs? Pourquoi toutes ces mises au placard de salariés qui ne sont pas plus mauvais ni bons que ce que l’on a été soit même en activité? Pourquoi la Médiathèque? Pourquoi la Maison des Vins qui n’est plus une Maison des Vins? Pourquoi, pourquoi! Alors n’allons pas chercher si loin, nos ancêtres qui se sont battus pour que…A mon avis le malaise dont nous souffrons trouve sa source dans la façon dont nous pratiquons d’abord sur le plan local, après l’analyse se déporte sur le Département, la Région, Le Pays. Tant que le statut de l’Élu local n’aura pas été corrigé (nombre- rémunérations- étendue de pouvoir-engagement par contrat etccc…) les choses seront ce qu’elles sont…

  • Christian,

    Pourquoi arrive t’on a une telle abstention ?

    On peut effectivement taper sur l’electeur, irresponsable, inconscient, indécent.

    On peut aussi réfléchir.

    Cette élection n’a été soutenu par aucune campagne de l’état. Pas de spot de TV incitant à aller voter. Bien au contraire, elle a été dévalorisée (de toute façon, les élus n’allait l’être que trois ans, avant d’être noyés dans un nouveau machin). Et que, probablement, le parti majoritaire n’avait pas forcément envie d’attirer l’attention sur une élection qui allait être difficile pour lui.

    Mais surtout;, pourquoi ne pas aller voter ? Parce que l’on peut, au bout d’un moment, en avoir assez de se faire prendre pour un imbécile.

    Et donc, qu’est ce qui se passe quand on vote ? Ben rien.

    Référendum européen ? Un vaste débat citoyen comme il y en avait rarement eu dans notre pays. Un « non » clair et massif avec une forte participation. Et puis quoi ? Le même traité adopté par le Parlement deux ans plus tard.

    Il faudrait peut être finir par comprendre que le comportement des politiques n’est pas sans conséquence.

    Jacques

  • il ne s’agit pas de mépriser ceux qui se sont abstenus de voter , mais que nos hommes politiques se posent la question
    POURQUOI AUSSI PEU DE PARTICIPATION

    les électeurs sont désabusés par beaucoup de politiciens qui promettent tout et son contraire et une fois élus passent leur temps à dénigrer systématiquement ce qu’ont fait leur prédécesseur et ne tiennent aucune de leur promesses électorales

    quant à la participation elle est aussi faible à bandol que dans le reste de la france

    Messieurs les politiciens ne vous en prenez pas aux électeurs mais uniquement à vous meme

  • quant on regarde les pantalonnades au ps
    AUBRY SEGOLENE DSK ET AUTRES ELEPHANTS du PS QUI à ce jour n’ont comme programme que de critiquer l’action du gouvernement mais qui n’ont aucun programme à ce jour à proposer aux francais ON COMPREND POURQUOI LES FRANCAIS SONT DESABUSES
    et le fait qu’ils soient en tete en nombre de voix ne prouve rien vu les abstentions
    30% de 36% de votants ne donne meme pas 10% de la représentation nationale

  • JC,

    Il faut quand même être particulièrement gonflé pour attribuer au PS, écarté du pouvoir depuis 7 ans, les causes de la désafection des électeurs pour la politique.

    Parce que, pour vous, sérieusement, l’actuel président et son comportement ne sont pour rien là dedans ?

    Jacques

  • Mr Janicot,
    personnellement,de savoir que l’on aussi mauvais à Bandol que dans le reste de France ne me rassure pas,c’est un peu comme à l’école lorsque vous avez eu une mauvaise note et que vous dite à vos parents:
    mais les autres aussi!
    Souvant ils vous répondent:
    oui mais les autres ne nous inrtéressent pas!
    Aprés comme le dit Jacques,la gauche n’est plus là depuis 7 ans,alors coupable?
    De plus nous sommes sur une élection cantonale,pour défendre nos droits,nos besoins et c’est là que le probléme se pose.Soit les bandolais vivent dans le monde de OUI OUI ou tout est beau et joli soit l’individualisme a prit le pas sur la solidarité.
    La réation de Mr Delaud est normal,lui pur produit bandolais,toujours égal à lui même,impliqué,passionné et surtout de parole,ne peut être que déçu.

  • L’individualisme a depuis longtemps pris le pas sur la conscience collective. Nous sommes formaté comme ça à longueur de journée, par des émissions débiles qui starifient des adeptes du « Moi je », par un système scolaire qui n’enseigne plus le civisme, par un confort matériel illusoire qui nous fait préférer le canapé à l’engagement idéologique…

    Le problème n’est pas à droite ou à gauche, et se renvoyer la balle comme si c’était un chaudron brulant évite d’avoir à se regarder dans le miroir. Et tant que les politiques, et leurs partisans, se conformeront à ce schéma puéril, les sondages continueront de scander la fin de la 5e république.

    En créa, quand un projet est bancal, on efface tout et on recommence.

    (houlà, …on dirait presque que je suis en colère, je m’en excuse, mais moi aussi je suis déçue)

  • Je viens de lire tous vos commentaires, tantôt à sensibilisation de droite, tantôt à sensibilisation de gauche et d’autres sans tendance.
    Pour moi, la désaffection n’est pas due aux critiques du PS, ni à la politique menée par le gouvernement. Car si les abstentionnistes s’étaient déplacés pour voter blanc et que les bulletins nuls ou blancs soient comptabilisés aux allentour de 50%, la portée’ politique aurait eu un tout autre impact que 60% d’abstention.
    La première cause me semble-t-il est l’individualisme (‘Nathalie le dit très bien), le manque de civisme (très peu de Français savent à quoi sert un conseiller général, un député, un sénateur et par qui ils sont élus et pour combien de temps), l’égocentrisme, le petit confort matériel illusoire…..
    La seconde cause, toujours à mon avis, est imputable aux médias, qui sont à la recherche de Unes exceptionnelles qui touchent une personne politique et là de droite comme de gauche.
    Lorsqu’un suspect dans une affaire de viol, de meutre, de pédophilie… est arrété, son nom n’est jamais donné, son visage est caché et tant qu’il n’est pas jugé, il bénéficie de la présomption d’innocence.
    Alors pourquoi, souvent sans preuve, il y a accusation, d’un tel ou d’un tel avec son nom et sa photo en gros titre dans les journaux. Où est la présomption d’innocence???
    Surtout que sur 100 personnages politiques incriminés de la sorte, seuls 3 ou 4 sont effectivement comdamnés. Donc le pourcentage de malhonnètes est infime, alors qu’aujourd’hui on entend dire « Ils sont tous pouris!!! »
    Ces mêmes médias pouraient très bien faire une campagne pour inciter les citoyens à voter
    faire un rappel d’où vient notre droit de vote et comment il a été obtenu.

  • Oui mais non.

    Ok, il y a l’individualisme. C’est vrai. Et cela a des conséquences sur la vision que l’on a de la politique et de son utilité.

    Ok; il y a le dégommage en règle des élus, parfois injuste, souvent outrancier qui alimente le « tous pourris ».

    Mais je pense quand même que le comportement des élus, sans être pénalement répréhensible, est pour beaucoup dans le désaveu de la politique.

    Allez, quelques exemples ? Pour être équitable, on va en citer plusieurs. Fréche à Montpellier, maniant un peu facilement l’insulte et la diatribe. Guérini, à Marseille, mélangeant peut être un peu les rôles et, au minimum, laissant trop de place à son frère. Sarkozy à l’Elysée, entre la période bling bling et le « casse toi povr’con ». Les époux Balkany dans les Hauts de Seine, cumulant peines correctionnelles et mandats électifs.

    Et, je le redis, le net sentiment que voter ne sert à rien, puisque les décisions, et j’ai cité le dernier référendum, sont vites contournées.

    La constance, enfin. A quoi servait de dérouler le tapis rouge à Khadafi il y a trois ans pour lui envoyer des bombes aujourd’hui ? On citait le ministre de la justice lybien comme le comble de la barbarie pour avoir fait emprisonner les infirmières Bulgares, et c’est lui aujourd’hui que l’on reçoit en héros comme responsable d’une des composantes des insurgés.

    C’est Christian Delaud qui a ouvert le bal du questionnement. Alors on peut lui renvoyer la balle. Quel est le grief donné contre la classe politique et qui fait le terreau du FN ? La fameuse théorie de l’UMPS. Soit, au final, qu’ils sont tous pareils à s’entendre sur le dos des électeurs.

    Quel est l’élu local sous la bannière PS qui contribue à cette confusion en votant quasi-systèmatiquement pour toutes les délibérations du maire UMP ?

    Jacques

  • Le FN fait son lit du ras-le-bol refoulé de beaucoup, exacerbé par le « politiquement correct  » des autres. C’est plus une soupape sociale, qu’un réel parti politique en ce sens qu’il ne propose rien pour diriger la Cité.

    Une ville, une région, se dirige avec un savoir-faire de terrain, une vision globale et des convictions d’avenir, pas avec une étiquette.

    Et il n’y a aucune confusion, pour moi, à accorder son vote en fonction de ses convictions concrètes de terrain. Et j’accorderais plus ma confiance à une homme qui exercera son entendement au-delà de son étiquette, qu’à celui qui obéira à une étiquette sans âme en condamnant un projet concret selon des directives purement politiques.
    D’ailleurs il me semble avoir lu souvent, que les étiquettes ne riment pas à grand-chose à l’échelle d’une municipalité.

  • Christian Delaud

    @ Jacques,
    Merci de me secouer les puces!
    Car j’imagine que vous faites allusion à moi lorsque vous évoquez l’élu local PS qui vote toutes les délibérations du maire UMP.
    J’en conviens, je vote la quasi unanimité des délibérations présentées par le maire actuel comme je votais à plus de 80% celles de François Barois.
    L’intérêt de Bandol est-il d’être dans une opposition systématique?
    Ce matin, mon coup de gueule traitait du désintérêt des citoyens pour la chose publique.
    On peut essayer de le justifier en clamant « tous pourris » et particulièrement les socialistes (je ne parle pas pour vous).
    Certes il y a des malhonnêtes mais pensez vous sincèrement que leur pourcentage est plus important chez les politiques c’est à dire les maires, les adjoints, les conseillers municipaux, les conseillers généraux, les conseillers régionaux, les députés et les sénateurs que parmi le reste de la population française?
    Les prisons ne sont pas remplies uniquement politiques.
    Ah! j’oubliais! la Police et les juges sont aussi complices.
    Ce genre de clichés est trop facile.
    Quelle Démocratie sans élus?
    Dans l’action, on commet surement plus d’erreurs que dans la contemplation ou la critique.
    Je n’excuse rien ni personne.
    Mais, en Démocratie, n’oublions pas que n’importe qui peut être candidat et que ce sont les électeurs qui choisissent leurs élus.
    Et si on supprimait le droit de vote au motif qu’il est désuet?

  • Christian,

    Merci pour votre réponse.

    Oui, c’est bien vous que j’évoquais comme possible illustration de la confusion des genres.

    Mais ne vous méprenez pas.

    Ce n’est pas le fait de voter les délibérations présentées par M Palix ou M Barois qui me dérange. Vous avez évidement, en votre nom propre, parfaitement le droit de juger ces délibérations bonnes pour notre ville. Je ne suis certainement pas partisan de l’opposition systèmatique dans la gestion d’une commune et encore moins quand il s’agit d’un village.

    Nous parlions de la désafection des citoyens pour la politique. Une des raisons qui expliquerait cette désafection est le sentiment que tout est pareil. C’est, encore une fois, le raccourci « UMPS » resservi à toutes les sauces par le FN.

    Donc, ok pour votre liberté d’action et de jugement, mais comprenez alors que l’électeur, qui suit votre mandat PS pour vous voir ensuite vous associer avec Michel Sauzet au second tour et finalement vous voir voter toutes les délibérations présentées par le maire UMP tandis que votre colistier, devenu également l’UMP, choisi lui, d’assumer une opposition plus radicale, peut effectivement être sérieusement dérouté. Et donc contribuer à cette perte de repère que nous évoquions.

    Et si c’est vous que je citais, c’est bien parce que je n’imagine pas vous coller l’étiquette d’opportuniste. Votre bonne volonté m’apparait indiscutable. Soyons clair, il ne manquait pas, à Bandol, d’exemples pour illustrer l’opportunisme et la course aux mandats.

    Et pourtant, la confusion est là.

    En démocratie, ce sont les électeurs qui choisissent ? Alors veillons à ne pas en rajouter dans la confusion. Un label PS ou UMP (dont je parierais d’ailleurs que, de tellement recherché l’année dernière, il perdra rapidement son attrait ici…) n’apporte rien si, ensuite, les décisions de vote ne se font que sur des considérations locales.

    Jacques

  • Je ne pense pas qu’à Bandol, le vote FN soit une résultante de la confusion, car avec un résultat de 751, il se trouve derrière la somme des candidats tant de droite que de gauche.
    de plus le vote extrémiste fait toujours sont plein au premier tour, plus un petit pourcentage d’électeurs qui désirent montrer leur mécontentement.
    Le fait d’une abstention importante, fait que le pourcentage dépasse les 20% alors qu’il ne se situe qu’en dessous des 10%
    Les abstentionnistes du 1er tour effectivement font que le FN sera présent dans tous les cantons au second tour, mais si les forces de gauche comme les forces de droite n’avaient présenté qu’un candidat au 1er tour, le FN ne serait peut être pas présent le 27 mars.
    J’espère que le 27 mars, tous les démocrates se déplaceront pour faire barrage au FN quel que soit le candidat républicain présent au 2éme tour.

  • Serge,

    Je n’arrives pas à retrouver le résultats, mais il me semble qu’au régionales de 2010, le Front National a fait 730 voix à Bandol.

    Jacques

    —————————-
    NDRL: 2nd tour (713 voix)
    http://www.bandolais.fr/2010/03/resultats-sur-bandol-des-regionales-2010.html

  • Jean-Pierre Chorel

    Sans oublier 2002, 1 223 voix au premier tour, puis 1 536 au deuxième !

    http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/resultats-elections/PR2002/093/083/83009.html

  • Je relève que Michel Rouvier vient de laisser un message sur Bandol Blog appelant trés clairement à faire barrage au Front National.

    Dans le même temps, M. Kalac renvoie dos à dos M. Ferdinand Bernard, qui siège pourtant dans la majorité départementale, et M. Gennaro, en demandant de ne pas choisir entre ces deux candidats. Il indique qu’avec 200 voix de plus, il aurait été au second tour et qu’il aurait alors battu tout le monde.

    Jacques

  • @ Jacques:
    non, il n’appelle pas à faire barrage. Il dit qu’aucune voix ne doit se porter sur le FN au 2nd tour, ce qui laisse le choix entre:
    – abstention
    – vote blanc ou nul
    – voter pour le maire de Sanary (Divers Droite).

    Kalac pour sa part ne laisse que les deux premières options dans ses consignes de vote.

    Voir leurs messages intégraux:
    http://rouviermichel.over-blog.com/article-merci-69952590.html
    http://kalac.fr/accueil/index.html

  • bonsoir Fred,

    Je n’ai pas tes talents d’exegese, mais l’un (Rouvier) dit :

    « Les valeurs d’un parti démocratique comme le Parti Socialiste ne sont pas celles portées par le Front National et dans le contexte local le vote républicain doit prévaloir, aussi, aucune voix de nos électeurs ne doit se porter sur le candidat du Front National. ».

    Donc « le vote républicain doit prévaloir ». Je comprend cela comme un appel à voter FB.

    Et l’autre (Kalac) dit :

    « A mes 2843 électeurs, je vous réitère mes sincères remerciements et je vous demande d’éviter de voter pour les 2 candidats restants qui n’ont aucune vision d’avenir sérieuse pour notre canton et notre futur territoire de 2014. »

    Là, c’est directement et clairement un appel à l’abstention ou au vote nul. Il ferme la porte au vote pour FB, en contestant d’ailleurs dans le message suivant qu’il appartienne à la Majorité Départementale. Et surtout, contrairement à M. Rouvier, il place strictement sur le même plan les deux candidats. Autrement dit, que l’adversaire de FB soit un candidat aux couleurs du Front National ne lui pose apparament aucun problème. Alors que M. Rouvier revendique bien un front républicain.

    Jacques

  • @ Jacques et Fred
    J’ai bien compris les messages comme Jacques et suis très déçu de l’annonce de de M.Kalac et du l’UMP en général.
    Il faut un vote républicain quel que soit le candidat républicain face au représentant du FN

  • @ Jacques:
    pas d’éxégèse, mais « appeler à faire barrage » c’est dire: voter pour F. Bernhard au second tour, quoi qu’il vous en coûte, sans état d’âme.

    S’il avait voulu le dire, je suis sûr qu’il aurait su l’écrire aussi clairement. Les précautions de forme dont il use laissent plus de liberté que vous ne voulez le lire, et les 3 possibilités que je liste restent dans le cadre de sa « consigne de vote ».

    Mais je suis d’accord avec toi qu’il y a une différence d’approche et de formulation entre les consignes des candidats PS et UMP.