Remarques sur Bandol Mag n°10

Je vous promettais quelques remarques sur le dernier Bandol Mag (n°10), les voici:
On a coutume d’y surveiller la température de la majorité municipale, notamment la tendance des relations en haut, au niveau de la tête bicéphale: le Maire Christian PALIX, et son premier adjoint co-tête de liste, Marcel BOGI.
Pour ne rien vous cacher, les échos en ville ne …/…


…/… sont pas bons, et le Maire qui prend de plus en plus de délégations dans son périmètre semble reléguer aussi son associé politique à un rôle de second plan. C’est logique dans une Mairie (où la tête c’est le Maire), mais moins conforme au scénario qu’on nous avait vendu d’un tandem à l’indéfectible amitié (réaffirmée). Vous êtes nombreux à me demander des nouvelles du premier adjoint que vous remarquez moins en ville. Je suis comme vous, je n’en ai pas, et constate juste que dans Bandol Mag, s’il est toujours cité comme rédacteur en chef (et toujours associé à la fin de l’éditorial de Christian PALIX), et s’il réapparaît sur quelques photos, il n’y colle plus le Maire comme au temps où ils semblaient quasi siamois. Ils font d’ailleurs chambre « bureau à part »: le Maire reçoit au pôle administratif (la médiathèque) tous les jours, alors que Marcel BOGI affiche de bien moindres disponibilités (implication moindre?), et fixe ses rendez-vous à son bureau de l’hôtel de ville (j’entends déjà ceux qui vont me reprocher d’interpréter de façon délirante des détails purement organisationnels, mais je me contente de constater des bizarreries qui corroborent ce que j’entends tous les jours en « off » – sachant que le premier adjoint avait au moins jusqu’à très récemment un bureau jouxtant celui du Maire au pôle administratif).
Ensuite, pas besoin d’aller très loin pour tiquer sur la façon de présenter les choses: les premières lignes de l’édito du Maire vont souffrir de critiques comparables aux effets d’annonce qu’on reproche au gouvernement français. Le lecteur pourra en effet penser que la vidéosurveillance est déjà en place sur le port de Bandol. Ceux qui ont suivi le dernier Conseil Municipal « en live » ou dans les médias se souviendront que la subvention vient juste d’être demandée par la Mairie (et détail amusant, avec une enveloppe budgétaire qui a été établie de façon assez peu rigoureuse pour ne pas dire pifométrique): on est loin de bénéficier de cette « protection » qui fait par ailleurs débat, mais ça n’empêche pas d’écrire un paragraphe qui peut laisser penser que c’est le cas, et qui évacue au passage le débat. Ce n’est que dans l’article détaillé page 3 qu’on découvre que les travaux afférents viennent de démarrer, devraient être finis avant l’été, et auraient un coût soudainement précisé (140.000€) qui correspond à la moitié du chiffrage annoncé par la Mairie (selon Var Matin dans son compte-rendu) pour établir la demande de subvention… L’impression du magazine ayant probablement été déclenchée à peu près au moment du Conseil Municipal, on restera surpris par l’écart entre chiffres et maîtrise du sujet, dans le débat politique d’un côté et la propagande communication municipale de l’autre. On voudrait que le contribuable jette l’éponge dans ses tentatives de compréhension de la gestion communale qu’il ne faudrait pas s’y prendre très différemment: pédagogie et transparence ne font vraiment pas partie de la culture politique, mais pas qu’à Bandol, c’est vrai. Quand on se souvient comment avait tourné la mise en place de la vidéosurveillance du port à la fin du mandat Barois, la légèreté affichée pour ce dossier par l’équipe actuelle me fait pour l’instant redouter sinon le pire, au moins quelques soucis.
Enfin, en parcourant le reste des pages du magazine, on se dit que bien des articles traitent de sujets qui ont été plus vite et mieux couverts par les blogs locaux amateurs (même si certains ont aussi été mentionnés sur le site officiel de la ville, mais souvent de façon plus succincte): la ville va devoir apprendre à utiliser plus intensivement l’outil web, qui offre en plus l’avantage de pouvoir échapper au formatage très limitant du papier. Mais comme des progrès sont en cours, on peut espérer que la marge de progression va bel et bien être utilisée. Je piaffe! A noter que si la Mairie ne se mêle pas encore d’intervenir sur les blogs citoyens, elle y répond pratiquement dans certains articles, reprenant non sans humour quelques-unes des supputations qui ont fleuri ici ou là (et ici signifiant parfois Bandolais.fr et ses commentaires).
Frédéric METEY
www.bandolais.fr
.





Un commentaire

  • EN MATIERE DE CHIFFRES ON S’Y PERD
    Sur la video surveillance dernier conseil municiopal 300 000€ maintenant 140 000€
    Encore plus fort page 4 de la revue
    Océanide a réalisé en octobre 2009
    le planning prévisionnel et a estimé
    un coût entre 1 200 000 € HT et
    1 600 000 €HT.
    meme page
    Le coût total de ces travaux est de
    734 779 €HT (880 000 €TTC).
    C’est bien la première fois que le cout total serait inférieur aux prévisions
    IL DOIT Y AVOIR UN BUG et comme me disait Anne  » ON NE NOUS DIT PAS TOUT »