Réflexions pré-électorales

En ces temps de campagne électorale pour les municipales, je ne résiste pas au plaisir de partager avec vous quelques unes de mes lectures (ou écoutes) qui devraient pouvoir inspirer tous les postulants aux responsabilités locales : exercer le pouvoir est difficile, humainement pour commencer. Le « pouvoir corrompt » et je rappelle souvent Montesquieu qui le premier formalisait l’idée que tout pouvoir qui ne rencontre pas de limites va irrémédiablement au bout de lui-même. Dans nos mairies on n’est pas menacé par les tragédies du XXème siècle, mais quand même, c’est là que se construit le premier étage de la relation élus/citoyens.

Candidats ou électeurs, je vous recommande ce qui suit:

PV annulés : le maire centriste de Biarritz Didier Borotra en garde à vue – LeMonde.fr
10% de PV annulés au lieu de 1% (moyenne nationale), ce maire peut effectivement pour sa défense pointer « des dysfonctionnements au sein de la mairie » – leçon ou réflexion pour les futurs élus…

 Le témoignage d’un obstiné de justice : Louis Joinet – FranceCulture.fr
Ecouter 30mn de passionnant dialogue avec un homme au parcours étonnant (ONU, gouvernements, éducateur de rue, magistrat, actions dans le monde entier), pour sa vision du rôle de l’Etat, et notamment pour les dernières minutes de l’entretien consacrées au pouvoir.
A noter son livre Mes raisons d’état, mémoires d’un épris de justice (Ed. La découverte, 2013)





2 Commentaires

  • Au hasard du net et de recherches… un conseiller qui rappelle à un maire que des lois et des règles existent:

    http://www.ensemble-pour-caumont.org/tribunal_administratif.asp

    (NB: CAUMONT SUR DURANCE (VAUCLUSE) Environ 5000 habitants Maire divers droite. Requérant: candidat UMP pour 2014)

  • les pévés de mr Borotra :
    au moins la preuve est faite qu’un maire peut rendre de menus services à ses administrés. Mais s’il ne doit pas excéder les 1 % il est « obligé » de choisir à qui il rend service. 🙂

    10 % ça me fait penser à une guerre larvée et je gage que cette affaire n’est pas terminée pour peu que la nationale se donne les moyens de gratter un peu. J’ai connu ça au Havre : la police en guerre ouverte contre la mairie et bien évidemment les automobilistes pris en otage jusqu’à provoquer une émeute.

    Rien de tout ça à Bandol où la police municipale apparaît clairement comme un élément modérateur tant sa capacité à gérer les situations « difficiles » est grande. Police qui comme chacun sait signifie en latin LA VILLE. comme dans Gratiano Police (Grenoble) la ville de l’empereur Gratien.
    Peut-être une bonne occasion de rappeler que « faire la police » constitue une mission de service publique essentielle dans le bon fonctionnement d’une citée et que de l’intelligence mise à concrétiser cette mission dépend la réussite des événements et réjouissances d’une cité en même temps que d’assurer le quotidien.
    Nous comprenons facilement que verbaliser est un mal nécessaire mais c’est aussi très souvent un aveu d’incapacité à proposer des alternatives. ça c’est de la responsabilité du politique, la police n’est que le révélateur de mauvaise gestions ou d’impréparations.
    Les candidats auront peut-être le bon gout de nous dire un mot sur leurs projets d’urbanisation en ce sens. Le sage à dit « gouverner c’est prévoir » et Einstein d’ajouter :  » ne pas prévoir c’est déjà gémir ».