Question d’une nouvelle lectrice : la censure

  • Publié le 31 Mai 2009
  • Commentaires fermés sur Question d’une nouvelle lectrice : la censure
  • Vie de ce blog

Reçu par mail ce samedi :

Bonjour,

On vient de me parler de ce site, il est interessant si les messages déposés par les bandolais ne sont pas censurés bien sur.

Je m’adresse donc à vous qui avez eut la bonne idée de le créer, qu’en est il ?

Je suis Bandolaise, j’aimerais également pouvoir participer aux discussions engagées ,ou tout simplement évoquer les soucis rencontrés dans notre belle cité;

Merci de votre réponse.

Christine
Je lui réponds, ainsi qu’à tous ceux qui se posent encore cette question, dans la suite de l’article:…/…


…/…
Chère Christine,
un blog rassemble des textes (ou autres) de deux types: les articles, et les commentaires.
Les articles sont sous ma responsabilité. Je suis le plus gros contributeur sur ce blog, mais tout un chacun peut me proposer par e-mail ce qu’il souhaite publier pour ouvrir une nouvelle discussion, ou suivre un point particulier de la vie de Bandol en nous donnant des infos et son regard sur la question. Je reste cependant décisionnaire, un peu comme un « rédacteur en chef ». Je publie, ou pas, pas tellement en regard de ma propre opinion (je peux publier sans être d’accord), mais plutôt par rapport aux règles: règles légales (droit de la presse et ses infractions qui tournent autour de l’insulte et de la diffamation), mais aussi les lois sur le racisme, la xénophobie, l’apologie du nazisme, etc.).
En période électorale j’ai refusé un texte, notamment parce qu’il s’engageait clairement pour un candidat, et je pensais que sa place était plus sur le site de campagne du candidat concerné, que sur un site d’animation démocratique de la campagne, qui n’était pas là pour donner des consignes de vote. On arriverait trop vite à transformer ce blog en relais de propagande.
Pour les articles, on peut bien sûr débattre en amont, mais je reste seul juge et décisionnaire (et responsable, « éditeur » comme le dit la loi): en ce sens, ce blog reste MON blog.

Pour les commentaires, déposés directement au bas de chaque article via un formulaire, ils sont libres, et je ne fais pas de censure a priori. Plusieurs règles cependant, que j’ai édicté et rappelé à plusieurs reprises, basées sur mon expérience de l’internet et des usages qui ont largement court ailleurs:
– je suis un peu tâtillon sur l’anonymat. Le premier cas de censure que j’ai eu à faire, eût lieu pendant la campagne des municipales. Un acteur de la vie politique bandolaise était mis en cause par un commentaire anonyme. L’intéressé m’a appelé, très courtoisement, m’expliquant qu’il était surtout gêné par le caractère anonyme de ce commentaire. immédiatement, et sans autre forme de réflexion, j’ai retiré le commentaire, comme je peux le faire a posteriori, et devançant sa demande explicite. J’assume beaucoup de choses avec ce blog. Que ceux qui veulent s’en servir fassent de même.
– cet espace sert au débat, pas à l’insulte, ni ne doit devenir un défouloir. On essaye de promouvoir l’intelligence, l’éducation, et le savoir-vivre ensemble. Si la conversation sur un sujet vire au vinaigre et dure, tout le monde frise l’écoeurement. Je suis intervenu dans un cas de ce genre (à relire), en fermant ET RETIRANT tous les commentaires d’un sujet, pour calmer les esprits et encourager chacun à envisager la modération de ses propos.
– moins sévère, je peux fermer une conversation de commentaires (sans retirer ceux qui sont déjà en ligne). Je viens de le faire sur un sujet qui partait en dérive, alors que tous les arguments de base me semblaient avoir déjà été exposés, et que des indices démontraient qu’on partait vers le stade précédemment cité.
– j’ai aussi retiré des commentaires qui enfreignaient une règle que je venais de rappeler (anonymat) dans l’article qu’ils commentaient. C’était de la part de leurs auteurs une provocation humoristique, mais sachant que je tiens ce blog sur des heures que je vole toujours au final à mon sommeil, mon humour avait temporairement disparu pour gérer ces provocations.
J’oublie peut-être une règle ou deux et ne me souviens pas à l’instant des cas de figure des 700 derniers articles, mais globalement, la liberté est assez grande pour quiconque assume ses propos sur ce blog, et j’espère que des commentateurs viendront vous le confirmer ci-dessous.
Pour les commentaires, non contrôlés avant publication, la loi me reconnaît « hébergeur », et non plus éditeur: je n’ai comme obligation que de réagir « promptement » à tout cas répréhensible qui me serait signalé. Attention aussi qu’essayer de me faire retirer des textes ou commentaires de façon abusive (en me faisant faussement croire par exemple qu’ils seraient diffamatoires) peut exposer à de très sérieux retours de bâtons judiciaires

Retenir aussi que je publie un correctif au moins aussi visible que l’erreur initiale chaque fois que je me suis trompé, et que j’accorde un droit de suite ou de réponse aux personnes qui sont mises en cause, de façon automatique, et parfois améliorée (exemple: mis en cause par un « simple » commentaire, je publie éventuellement la réponse sous forme d’article, plus visible).

Voilà, chère Christine, qui vous convaincra que cet espace que je partage avec les bandolais est un espace libre, borné essentiellement par le respect des autres et leurs propres libertés. La règle (pas d’une rigidité parfaite) y est quand même d’assumer, et donc de devoir modérer ses propos pour ne pas tomber dans l’agressivité gratuite. Ca oblige à réfléchir, et parfois à prendre le temps de la réflexion pour ne pas s’enflammer « à chaud »: les autres commentateurs veillent, et les écarts sont souvent sanctionnés sans aménité.

Voilà de façon non exhaustive, mais sans trop résumer non plus, ce qui constitue ma réponse à votre question.
A bientôt vous lire!!!
Frédéric METEY
www.bandolais.fr
.