Que s’est-il passé pendant le Conseil Municipal de Bandol à huis-clos?

Mauvaise préparation d’un coup politique ou pas, le Maire Christian PALIX sort en position délicate de la séance du Conseil Municipal de ce matin.
Les échos qui reviennent du huis-clos parlent de spectacle pathétique, dont la politique ne sort pas grandie, en tous cas bon nombre d’élus bandolais peuvent se réjouir du fait que la diffusion vidéo ait été abandonnée au prétexte (légaliste, rappelé par François BAROIS) de cette séance sans aucun regard public.
Pour les principaux votes: – Marcel BOGI est maintenu dans sa position de premier adjoint (12 pour son maintien, 10 contre, 6 abstentions et 1 refus de voter). Il a annoncé cependant qu’il démissionnera, après avoir remercié ses collègues.
– Jean-Marie SAGNIEZ bénéficie du même vote à une voix près (13 voix pour son maintien et une abstention de moins). Remerciements à ses collègues et annonce de démission dans la foulée suivant l’exemple de son chef de file.

Plusieurs conseillers municipaux auraient démissionné de la majorité:
– Frédérique CONNAT-LERAT
– Solange MORONI
– Antoine GARCIA
– Isabelle VIDAL
Avec Mrs BOGI et SAGNIEZ, l’opposition compte aujourd’hui 13 membres, et la majorité est réduite à 16 noms (Maire inclus).
La question que certains se posent déjà est « Bandol est-il encore gouvernable? » avec la bascule de deux conseillers qui peut tout changer à tout moment… Lors du Conseil à huis-clos il y eût des voix pour recommander la tenue de nouvelles élections, pour redonner une majorité à la légitimité indiscutable à notre ville.

Personnellement j’ai expliqué lors des dernières élections pourquoi je n’étais pas pour une majorité trop large et dominatrice, mais il est vrai que la situation d’aujourd’hui ouvre la porte à tous les chantages qui peuvent paralyser l’action du Maire pour les 3 ans et demi à venir, et en tous cas bloquer beaucoup de décisions importantes pour la ville.
Les pronostiqueurs s’attendaient à ce que la liste à deux têtes de Christian PALIX et Marcel BOGI, avec des troupes réparties à 50/50, soit le spectacle d’un « meurtre » politique en cours de mandat. L’un ne s’est peut-être pas senti assez fort, l’autre a présumé de ses forces. Le résultat est une incertitude politique extraordinaire à Bandol avant même la mi-mandat.

Frédéric METEY
www.bandolais.fr

.





11 Commentaires

  • […] de ses délégations par le Maire, maintenu dans son statut de premier adjoint lors d’un Conseil Municipal qui par son secret a fait grand bruit, il avait fait distribué […]

  • […] le tour de l’association des Amis de Marcel BOGI (premier adjoint à la mairie de Bandol entré de force en […]

  • Merci
    Fred de nous tenir ainsi informés presque en temps réel et avec le recul nécéssaire ! celà promet de bons suspenses pour la suite du mandat de Mr Palix . Malheureusement , Bandol se donne un peu des allures de Clochemerle et c’est dommage !!

  • Que c’est triste tout ça! J’ai toujours aimé Bandol, j’y suis arrivée à 5 ans….Depuis quelques années , je vois Bandol s’abimer, les bandolais se déchirer à cause de différents maires; à cause d’étiquettes politiques dont on n’a pas besoin. Ce matin on aurait dit : DON CAMILLO ET PEPPONE…..Quand pourrons nous avoir des gens à la mairie qui sont là pour le bien de Bandol qui se meurt.

  • Il faut 2 maires pour frustrer les démocrates bandolais

    Après une journée folle où se sont entremêlés de multiples messages (sms, mail, téléphone), deux articles à mettre en ligne dans l’urgence d’une situation où vous vous êtes jetés* sur les blogs pour suivre l’info, et accessoirement avec une journée de …

  • Cette histoire est ahurissante.
    Mélange d’amateurisme et de coups tordus.
    Quels ont été les résultats des nominations aux commissions ? Est ce que les résolutions ont été retirés du fait que Marcel Bogi et Jean Marie Sagniez ont été confirmés dans leurs déléguations ?
    Quid donc d’une intégration dans l’équipe majoritaire de Mlle Quilici ?
    J’ai un peu dans l’idée que M. Palix n’est pas seul à la manoeuvre dans cette histoire.
    M. Vialatte ne doit pas être bien loin, avec l’idée de renouveller en la rajeunissant l’UMP locale.
    On a vu quoi ?
    Le raliement de M. Palix à l’UMP
    Celui de M. Sauzet
    M. Barois qui n’a plus le droit de parler au nom de l’UMP
    Le changement de camps de Laeticia Quilici, proche de M. Vialatte.
    Et la disgrace de Marcel BOGI, RPR historique.
    Probable que M. Vialatte a déja choisi M. Palix comme tête de liste UMP pour les prochaines municipales.
    Probable qu’il essaie, pour s’imposer lui même dans le département, de faire le ménage en écartant les géneurs.
    Possible aussi qu’il cherche à éloigner ceux qui peuvent apparaitre comme « porteur de casserolles », etqui avaient échappés à l’épuration post « affaires varoises » des années 90.
    Jacques

  • M Kauffman, il faut cesser d’etre polémique, vos analyses politiques sont très loin d’etre à la hauteur de vos analyses maritimes, auxquelles vous devriez vous limiter, encore que….
    Coluche disait: L’intelligence chez l’homme, quoiqu’il en soit pourvu, il a toujours l’impression d’en avoir assez, vu que c’est avec ça qu’il juge.
    Simon Cussonet

  • @Simon,
    Désolé de vous avoir heurter, mais je ne vois pas grand chose de polémique dans mon propos.
    Je n’ai pas le sentiment que les derniers évenements bandolais, dont je fais état, ne soit spontanés. D’où mes interrogations.
    J’espérais une réponse argumentée. C’est à dire « oui, parce que » ou « non, parce que ».
    Vous préférez l’invective. C’est effectivement un mode d’expression assez commun de nos jours.
    Mais concrétement, pensez vous sérieusement que M. Vialatte ne serait pas, au minimum, informé de ces évenements ? Que dans le cas où il ne serait pas l’initiateur de ce recentrage, il n’en aurait pas donné son accord ou, encore au minimum, pas mis de véto ?
    Jacques

  • Jacques,
    Que Jean Sébastien Vialatte soit au courant, c’est évident ou alors ça sert à quoi d’être le chef de fille d’un parti politique ?
    Qu’il en soit l’instigateur, je ne crois pas.
    C’est le seul, à ma connaissance, à avoir un compte Facebook.
    Tu vas me dire ce n’est pas une référence, je te l’accorde, mais au moins il se découvre.
    Il n’a pas peur.
    J’allais dire « il en a », mais je ne le dis pas.
    J’aimerai que nos élus en fasse de même.

  • la chronologie des evènements ne laisse aucune place à la préméditation, Mlle Quilici, puisque vous la nommez,ne fait partie aujourd’hui d’aucun groupe et reste indépendante, ce sont ses paroles. Quant au député, je pense qu’aujourd’hui, comme vous et moi, il est spectateur de ce qui se passe à Bandol, et il est certainement désolé, comme tous les bandolais, de voir à quel niveau se situent les protagonistes. Bien malin celui qui aurait pu imaginer un tel scenario avec autant d’acteurs, alors arretez de spéculer sur telle ou telle personne nous ne sommes pas au PMU, essayez d’etre constructif ce sera certainement plus utile

  • Allons Simon, voyons…
    Il n’est pas question d’être constructif, tant nous n’avons aucune prise sur ces évenements. Nous ne pouvons que les commenter.
    Vous donnez là enfin un début de réponse. Laeticia Quilicci serait indépendante. J’en doute, mais je recois votre réponse. Enfin, elle est quand même la fondatrice des jeunes pop dans le département et collaboratrice de M. Vialatte.
    Imaginer un tel scénario ? Rien de bien difficile.
    M. Vialatte simple spectateur ? Allons, il a bien su intervenir dans le débat Barois/Palix, en prenant clairement parti pour M. Palix.
    Si l’évolution de la situation lui déplaisait, qui peut croire sérieusement qu’il n’aurait pas sifflé la fin de la récréation avant même qu’il ne soit question de tenir ce conseil municipal ?
    Merci en tout cas pour vos explications.
    Jacques