Que Bandol adopte le réflexe « online »!

Lundi dernier j’ironisais sur la pauvreté de l’information diffusée par le site du port de Bandol. La réaction a été rapide avec des ajouts immédiats (grand merci) prouvant que certains éléments disponibles étaient faciles à partager rapidement.

Aujourd’hui il est impensable que les services et personnes en charge de la communication n’aient pas le réflexe web, y compris ou surtout dans le service public. Deux expositions majeures pour les Bandolais qui s’intéressent à la vie locale ont eu lieu dans les murs du pôle administratif de la mairie de Bandol. Et aucune des deux n’a eu sa version en ligne en parallèle: j’ai raté celle sur la rénovation du Casino, ma faute sans aucun doute de ne pas avoir pris le temps de m’y rendre aux heures ouvrables. Des commentateurs sur Facebook signalaient eux n’avoir pas trouvé l’expo préparatoire sur la conférence de présentation du P.L.U. annoncée au même endroit: elle était en fait à l’étage si j’ai bien suivi ( et non dans le hall d’accueil au RDC comme je l’avais moi-même compris), et après demande du public, les éléments affichés ou supports de la conférence ont depuis été publiés sur le site de la mairie de Bandol en version PDF.

C’est juste crétin que l’on puisse accéder aux éléments préparatoires a posteriori et non en amont. Et c’est juste ahurissant que des bandolais n’aient pu prendre connaissance de l’information relative aux projets de rénovation du Casino, notamment parce qu’ils ne pouvaient le faire pendant leurs heures de travail, alors que les mêmes documents en ligne pourraient être étudiés tranquillement à toute heure par chacun de chez soi. Et le surcout est ridicule, la version électronique existant par définition dans 95% des cas en amont de la version papier.

La réunion d’information sur le P.L.U. répondait à une obligation légale, et la mauvaise information correspond à une mauvaise volonté dans une démarche subie, une contrainte pour les personnes en charge du dossier et pour qui l’irruption de citoyens informés dans le processus est une source de complication. Pas jojo jojo, mais humainement ça se comprend, tout en étant parfaitement condamnable comme attitude démocratique (le respect comme la responsabilité de cette obligation légale et la gestion de l’information afférente incombent bien aux élus en charge).

Mais pour le Casino, organiser volontairement une exposition, et en restreindre l’accès à ceux qui peuvent physiquement s’y rendre aux heures ouvrables, c’est de nos jours une faute ou une incompétence de la part des responsables de la communication décisionnaires dans ce dossier.

Vous me direz que je n’exprime là qu’une opinion personnelle, mais en 2012 je crois que plus personne ne me reprochera d’avoir une vision de pionnier ou d’avant-garde voire d’hurluberlu. Le réflexe « web » en complément des autres canaux n’est plus un « plus »: c’est juste la réalité et un impératif. Et ne me parlez plus jamais des @@@ du label ville internet attribuées à Bandol tant que ce réflexe n’est pas totalement intégré chez les responsables de la communication municipale, et dans tous les services concernés.

F.M. – www.bandolais.fr





Un commentaire