Publicité (associative!!!)

Mardi 11 octobre, demain, je démarre un cycle de 24 semaines de cours pour l’Université du Temps Libre de Bandol: « Culture Informatique et Internet » . 1H30 hebdomadaire jusqu’à fin mai.
J’y pensais depuis longtemps, et considérant l’appétit des bandolais qui croit et ne se dément pas, pour l’internet local, je suis heureux de pouvoir proposer dans un cadre associatif, des explications qu’il n’est pas toujours aisé de dispenser par écrit (même si j’ai souvent distillé des notions utiles depuis 4 ans ici-même). Et pour un tarif public (+/-6€/cours) qui n’a rien à voir avec des prestations informatiques dans mon cadre professionnel. C’est de plus très complémentaire de ce qu’on peut faire dans des ateliers informatiques, également fort abordables à la cyberbase municipale par exemple (la responsable m’a promis de venir la/se présenter au cours d’ouverture): les efforts pour rendre accessibles l’informatique, son univers et ses usages, se conjuguent, au profit des bandolais.

J’ai cependant découvert que les inscriptions pour toutes les matières (sauf la littérature, et une autre exception), démarrent chaque année très mollement: le quota nécessaire à la viabilité des cours proposés par cette association n’est atteint qu’au bout de quelques semaines, le bouche à oreille faisant venir de nouveaux auditeurs.
Sans parler pour mes confrères de l’UTL qui engagent généralement un programme construit qu’il vaut mieux suivre dès le départ, ma matière est organisée en modules indépendants: et pourtant, là aussi chaque cours est susceptible de  faire appel à des notions traitées dans les cours précédents. Les premières séances traiteront de notions fondamentales, réutilisées toute l’année. Bref, rater les premières séances, c’est se priver de clefs utiles pour la suite…

Certes l’horaire de 17H30 en semaine prive certainement des volontaires de toute participation, mais les contraintes sont là.
Certes mon article sur la rentrée de l’UTL a peut-être été zappé par ceux qui se pensent hors du public de cette association (alors que j’y présentais le concept de ce cours).
Cependant mes contacts quotidiens par mails avec vous amis lecteurs, les erreurs que je vois écrites souvent sur « mes » thèmes favoris, m’ont non seulement convaincu que ce cours pouvait aider nombre de gens à mieux appréhender ce monde web/infomatique et ses codes, mais c’est carrément en pensant à beaucoup d’entre vous que j’en ai arrêté le programme…

L’informatique est partout, avec sa culture propre, et après les rencontres du web bandolais qui sont une autre façon d’échanger sur le sujet, l’UTL de Bandol me permet de vous proposer une autre opportunité d’en apprendre sur le sujet, pour que ça ne reste pas « un truc d’inités ». Aujourd’hui c’est de la culture générale.
Quand j’étais lycéen, apprendre l’anglais était un plus pour sa future vie professionnelle. Dans ma génération, ceux qui ne parlent pas l’anglais sont aujourd’hui privés d’accès à de grands nombres de postes. Mal connaître l’informatique et le Net, c’est préparer sa dépendance (envers vos enfants, vos collègues, le vendeur de Darty, le dépanneur, un service municipal qui remplacera un jour les écrivains publics pour l’accès à l’informatique, etc.), et sa vulnérabilité (on peut éviter les pièges… si on les connaît).

Quelle que soit votre opinion sur mes activités en ligne, si l’informatique vous pose question, et que vous êtes libres le mardi de 17H30 à 19H, je vous invite à rejoindre ceux qui m’ont fait la confiance de s’inscrire à l’UTL de Bandol pour ces 24 cours à venir. L’UTL innove et vit avec son temps: j’espère que nous ferons collectivement de cette initiative un succès, en vous attendant nombreux, dès ce mardi.

F.M. – www.bandolais.fr

P.S.: je rassure ceux qui ne me connaissent pas, mes qualifications pour animer ce cours ne se résument pas à mon activité de blogueur…