Prochain Conseil Municipal de Bandol: lundi 21/12/09

Juste 3 semaines après le débat d’orientation budgétaire, nouveau Conseil Municipal de Bandol.
Délai court afin de libérer tout le monde pour la période des fêtes de fin d’année, mais ce conseil n’est pas mineur pour autant: c’est le budget primitif de 2010 qui va largement faire l’objet des votes, et c’est toujours une opportunité d’expression de la contestation, de la part de l’opposition mais peut-être aussi d’une partie de la majorité si elle décide de l’exprimer, suivant peut-être en cela l’avis d’un de leurs anciens colistiers de campagne.
Ca tombe très mal dans mon planning, aussi je serai ravi de voir quelques mains de volontaires se lever pour m’aider à en rendre compte (en filmant ou en écrivant leurs impressions après avoir assisté à cette séance qui devrait avoir lieu à 17H au centre culturel comme d’habitude, lundi 21 décembre prochain).
Dans l’immédiat, l’ordre du jour est sur le site de la Mairie.
.





6 Commentaires

  • comme d’habitude , c’est un roman fleuve , un fourretout
    ou peu de monde se retrouvera …quand a émettre une contestation du coté de la majorité municipale , meme l’ombre d’une contestation , je n’y crois pas du tout . tout les petits soldats seront bien alignés et muets devant le Chef .et les bras se léveront bien sagement et en coeur pour le  » qui est pour  » .
    enfin, c’est ce que je crains .

  • @ Muriel,
    Pourquoi craindre de la part des membres de la majorité qu’ils votent pour une décision collégiale.
    Car n’oublions pas qu’avant le conseil municipal il y a une réunion (privée) du groupe de la majorité pour débattre des délibérations du conseil municipal.
    c’est au cours de débat que doivent s’exprimer les différences et pas en public.
    Car il n’y aurait rien de plus désolant, à mon sens, qu’un grand déballage public de divergences internes.
    Un groupe municipal (majorité comme opposition) ressemble à un couple.
    Tant que l’irréparable n’est pas franchi, cela ne sort pas de la chambre.
    Un couple qui se déchirerait en public en permanence mettrait peu de temps à se séparer et ce n’est souhaitable ni pour un couple ni pour une majorité.
    Si à chaque difficulté on lavait son linge sale en public ce serait très tendance certes, car le grand déballage de sa vie privée paraît être la norme actuelle, mais totalement inefficace.
    Quant à l’ordre du jour, il suit ou précède l’actualité communale et est « imposé » par la loi.
    Le budget primitif et les budgets annexes sont présentés dans le mois qui suit le débat d’orientation budgétaire.
    Le budget des travaux (ou des avenants) est voté afin de permettre leur réalisation avant l’été.
    Les modifications budgétaires de l’année en cours sont votées avant la fin de l’année.
    Etc, etc, …
    Enfin rien que de très normal, il suffit de relire les ordres du jour de ces dernières années pour se rendre compte de leur similitude.
    @ Fred,
    Les divergences de la majorité sont elles réelles?
    J’en doute.
    Quant aux démonstrations de M. Joseph, elles ne m’ont pas convaincu du tout.
    l’interprétation des chiffres est un art subtil mais les chiffres sont têtus.
    Lors de ce dernier conseil, une partie de l’opposition a voté contre le budget primitif, c’est de bonne guerre.
    J’ai voté pour et je l’assume.
    Comme j’assume mon vote « contre » la délégation de service public de l’eau et de l’assainissement lors du conseil municipal du 30 novembre.
    Alors que François Barois et son groupe ont voté pour ces délégations alors qu’ils estimaient que la majorité actuelle avait mal négocié les tarifs et que les bandolais seraient les dindons de la farce.
    Allez y comprendre quelque chose!

  • Jean-Pierre Chorel

    Il y a même des couples qui font chambre à part…

  • Christian ,
    belle demonstration de la réalité d’ un conseil municipal qui n’est qu’une chambre d’enregistrement , merci , je n’aurai pas pu faire mieux ! pourquoi ne pas remplacer les conseillers par des figurines en cire ,type musée Grévin , avec une pédale a la disposition du maire pour actionner une simple mécanique de levage de bras ? comme ça , nous aurions guignol une fois par mois pour les citoyens avec comme peres fouettards les membres de l’opposition .
    spectacle gratuit bien mérité pour les electeurs qui sont de grands enfants .

  • Muriel, Christian,
    je comprends vos deux points de vue, mais il me semble que le décalage est d’abord institutionnel, lié à l’écart très avantageux que le mode de scrutin municipal confère à une majorité archi-dominatrice.
    Muriel rappelait que des votes à bulletins secrets pourraient rendre un peu de liberté à certains conseillers de la majorité, mais que cela ne se produit jamais (a priori pour les mêmes raisons, puisqu’il faut un quota minimum pour pouvoir l’exiger, à peine atteint par une opposition rassemblée).
    Cependant, contrairement à Christian, je pense que de temps en temps, même dans un groupe, on doit pouvoir faire entendre quelques notes différentes. Même en public, car le débat est sain, à condition, et là il a raison, que cela ne devienne pas un conflit permanent. Pourtant parfois il faut savoir se séparer si vraiment on se rend compte que le groupe ne fonctionne pas ou agit contrairement à ses propres choix et valeurs. Je précise qu’il s’agit ici d’un raisonnement de principe, sans référence à une situation précise: je ne suis pas en train de dire qu’il faut que la majorité bandolaise divorce aujourd’hui.

  • @ Fred,
    Je serais d’accord avec toi si le ressenti était objectif.
    Or depuis que je suis au conseil municipal, j’ai constaté que, sur environ 8.000 électeurs, une douzaine y assiste régulièrement.
    une part importante mais non majoritaire reste informée par la presse locale ou les blogs ou le bouche à oreille.
    Quant à la majorité, ils réélisent le sortant ou votent pour un parti politique.
    Ceci pour relativiser un désaccord sur une délibération.
    Et aussi pour souligner que le prisme des médias transforme un simple désaccord en divorce consommé.
    @ Muriel
    Le conseil municipal est effectivement un grand guignol.
    Car comme le fait remarquer Fred, le décalage est dû au mode de scrutin.
    La liste arrivée en tête bénéficie de la moitié des sièges plus son pourcentage sur l’autre moitié.
    N’oublions pas qu’en 2001 les listes de Marcel Bogi et de la mienne totalisaient 52% des suffrages et qu’au final François Barois a obtenu 22 sièges sur 29 et l’opposition 7.
    François Barois pouvait se permettre de perdre le groupe Palix à l’époque sans changer sa politique d’un iota.
    C’est à l’intérieur de la majorité que se décide la politique municipale.
    C’est là qu’il faut convaincre.