Préparer une relève pour Bandol

Dans un an, un nouveau mandat de maire démarrera.
Mardi soir (19 mars, 3ème mardi du mois) sera la première des rencontres du web bandolais de cette ultime année précédant un RV électoral.

L'EscaleSi des lecteurs se sentent des vocations de blogueurs, c’est l’occasion de venir poser des questions à ceux qui ont défriché localement cette pratique. Parce que moi j’ai annoncé que je m’effacerai du paysage web local en 2014, et que Bandol-blog qui a menacé plusieurs fois d’arrêter le fera peut-être un jour pour de bon. Les autres blogs ou pages Facebook semblent pour l’instant en retrait en termes de lectorat et stimulation d’un débat actif, donc la relève peut, doit commencer à se préparer, se former, notamment pour éviter certains pièges qui peuvent faire trébucher le blogueur de fraîche date*.

Bref, quelles que soient vos motivations et votre curiosité pour le paysage web de Bandol, mardi prochain est le RV pour creuser le sujet autour d’un verre (et quelques gâteaux devenus tradition de ces réunions).

Venez donc mardi soir à 21H à l’Escale, face au manège quai de Gaulle,
avec vos outils et questions technologiques ou sur les usages
(il y a toujours du wifi gratuit et des anciens qui ont des réponses).

Les contre-pouvoirs seront toujours nécessaires en 2014, et les blogs me paraissent plus que jamais une composante essentielle, à l’heure où mon ami Christian DELAUD me semble commettre une erreur d’appréciation fondamentale. Il pense que ma rediffusion de l’article de Voile Magazine fait du tort à Bandol, et que j’aurais dû m’abstenir. C’est oublier que l’indépendance d’un blogueur citoyen sert justement à mettre les pieds dans le plat, et est pratiquement sans conséquence externe : je ne suis absolument pas lu par le public intéressé par l’objet de l’article, mais presque exclusivement au niveau local, ou par des gens au loin viscéralement attachés à Bandol (pour qui ni mon article ni celui de Voile Mag n’auront d’incidence). Si le blogueur citoyen cache la poussière sous le tapis, et que les politiques de la majorité ou de l’opposition sont prêts à s’en accommoder (pour des raisons variées dont il faudrait débattre), on peut se demander quand sera fait le ménage… Si j’avais été informé du palmarès de Voile Mag et ne l’avais pas publié, quelle confiance auriez-vous conservé dans ma démarche?
Un blog local indépendant de toute force ou ambition est là pour révéler la poussière, s’il veut être un contre-pouvoir.

F.M. – www.bandolais.fr

* je rappelle que j’étudiais le monde des blogs depuis 3 ou 4 ans et avait monté 2 blogs confidentiels avant d’attaquer le blogging citoyen (et largement public) en 2007…





8 Commentaires

  • Bonjour Fred.
    Comme tu le dis, j’ai plusieurs fois eu envie d’arrêter bandolblog.
    Pourquoi?
    Parfois je me demande si je suis bien compris, si je ne suis pas un pion dont se servent ceux qui ont des prétentions politiques ou autres, mais surtout politiques.
    Pour info, j’ai envoyé un SMS à notre maire pour lui demander de me confirmer la prochaine réunion du CAP, (Cercle des amis de Christian Palix), pour faire un reportage.
    Pour le moment pas de réponse!
    C’est un peu dans la même veine que la proposition que j’avais faite de rencontrer les personnages politiques, blogueurs, lors de tes rencontres mensuelles du web bandolais!
    A aujourd’hui, je les rencontrerai tous, sauf une, Madame Connat, pour les raisons que j’ai expliquées sur BB.
    Si tu t’arrêtes, le web bandolais perdra beaucoup!
    Espérons que d’autres prendront la relève aussi bien que toi!
    Bonne journée.

    —————————————–
    NDLR : merci Christian, mais ne jamais oublier que les cimetières sont pleins de gens irremplaçables.
    Tiens ça fait encore un bon argument contre le cumul des mandats ça. Et pourrait apprendre l’humilité aux politiques, ce qui venant d’un blogueur (forcément un gros égo) est un comble…

  • Les Blogs citoyens de Bandol (Blog-Bandol, Bandolais et Bandolweb) sont désormais une réelle « institution » où chacun peut venir y trouver de l’information locale qu’on ne trouve pas sur le site officiel de la ville de Bandol. Ils sont un contre-pouvoir à cette propagande (journal municipal, presse locale, …) qui s’est mise en place depuis quelques temps et permettent à tous de connaître la vérité et toute la vérité sur ce qu’il se passe dans notre ville. Ce sont des blogs que je qualifierai de « Vigilants » qui alertent les citoyens et qui leur permettent de discuter et de donner leurs opinions sur différents sujets. Quand les politiques aux manettes savent écouter leurs administrés, ces blogs deviennent ainsi un outil qui leur permettent de rectifier les erreurs qu’ils commettent. En ce sens, c’est un outil moralisateur de la vie politique car nos politiques savent désormais qu’ils ne peuvent pas faire tout et n’importe quoi sans que tous en soient informés. J’espère de tout coeur que ces blogs vivront après 2014. Ces blogs sont d’utilité publique.

    —————————
    NDLR : pour Bandolais.fr, c’est non. Mais d’autres viendront.
    Ce qui était une curiosité quasi originale encore en 2007 est désormais un fonctionnement normal dans de nombreuses communes françaises.
    Moi avec 6 ans 1/2 de blogging, j’aurais largement fait ma part de bénévolat citoyen. Les archives resteront évidemment en ligne pendant au moins un mandat comme je l’ai promis.

  • NON mr Deleau, Je ne suis absolument pas d’accord pour taire les problèmes.
    Si c’était ça la bonne méthode il faut taire les curés pédophile (un bon film anglais le montre tu sais quand la voie off chante :
    qu’est-ce qu’elle a volé la p’tite hirondelle,
    qu’est ce qu’elle a reçu trois p’tit coups de batons
    . . . (et le droit de passer sous la table pour sucer le prélat. Et ou on prend les bébés des filles-mères au nom de la morale catholique, . . . pour les revendre ben tiens ! Par charité chrétienne.
    et à la fin une bande écrite te demande : en quelle année et tout le monde se trompe de cent ans . . . je te dis pas le silence dans la salle) Tu ressorts de là, t’as les yeux qui regardent par terre .
    il faut taire la drogue;
    il faut taire les back chiches;
    il faut taire les sur-facturations
    il faut taire les femmes battues,
    il faut taire les enfants martyrisés;
    Il faut taire les incompétents
    Il faut taire l’illétrisme;
    il faut taire le racisme;
    Il faut taire l’identité de ceux qui remplissent nos prisons;
    il faut taire les intervenants extérieur qui souhaitent s’emparer de Bandol;
    il faut pendre les journalistes d’investigation et tous les empêcheurs de voler en rond pour que vivent les MTTV
    Non et non et non ! ! !
    Le mutisme est toujours coupable, comme par exemple le laxisme complaisant des juifs de Pologne qui a conduit les juifs au pogrome de Varsovie pour ceux qui connaissent le détail historique sur le mode : ça ne nous arrivera pas, on fait le dos rond, c’est le voisin qui va y aller. Lâcheté + veulerie + égocentrisme.

    et pour finir « comment en est-on arrivé là ? »

    Par ce que tu t’es planqué connard ! Et aujourd’hui tout ce que tu peux faire c’est de bien respirer à fond pour inhaler tu sais quoi.
    Désolé pour la référence un peu trop orientée mais c’est une bonne référence, comme le syndrome de Munich ou celui de la Bosnie, le Biafra, etc . . . Y’en a pour tous les genres, toutes les paroisses. Ce n’est pas un question de stigmatisation, c’est une question d’éthique, de courage, et de pureté intellectuelle.

    Allez on va conclure sur une note romantique :
    la complainte de Mandrin (un gars de chez moi).
    La première volerie
    que je fis dans ma vie
    fut d’avoir goupillé la bourse d’un . . . vous m’entendez
    fut d’avoir goupillé la bourse d’un banquier.
    manque un U’tube mais je ne sais pas faire le copié collé.

  • la complainte de Mandrin

    http://youtu.be/JCwsASjtryw

  • Fred,

    Peut-être t’en souviens-tu ? Tu avais, avec Georges (BOSS), enrichi la présentation, par une mise en page, du logo d’une Association que j’avais créée il y a plus de 10 ans: R.I.V.A.G.E.S. Hélas l’Association fut dissoute malgré ses fortes ambitions interculturelles et l’appui du Directeur Général de la Communication de l’ONU, Monsieur l’Ambassadeur Hassen FODHA ( que j’ai fait venir 2 fois à Bandol). Voila pour la justification de la marque et la preuve que nous nous connaissons bien avant la naissance de ton blog en témoignage de mon amitié quel que soit l’avenir de ce blog.
    L’occasion aussi de te dire, avec humilité et franchise, que tes analyses sur tous les sujets que tu abordes, ne peuvent pas laisser indifférent. Elles démontrent, à l’évidence, que 2 observateurs face à la même cible ou sujet, ne peuvent pas avoir, complètement, le même avis selon que l’analyse soit tendue vers la recherche de l’infiniment petit, seul l’inverse ne les opposera pas. Pour faire simple, je dirais que j’ai toujours apprécié ta segmentation des sujets même si je n’ai pas toujours partagé ton avis, tout en admettant avoir toujours appris quelque chose. Bien sûr, le bénévolat a ses limites et ne doit pas canibaliser l’indispensable, mais alors la solution du maintien sous une forme plus « ligth » (déjà amorcée)…POURQUOI PAS!

  • @ Jean Sarrat :
    le blog entrera en demi-sommeil selon ce que je prévois. Toujours en ligne à titre d’archives, et je ne m’interdirai pas d’y publier (les abonnés recevant toujours l’alerte de nouveaux articles): un sujet par-ci par-là me donnant envie de pondre une tartine que je n’aurais pas forcément envie d’infliger en commentaire sur d’autres supports. Après tout je serai toujours chez moi. Sera-ce une fois par semestre? Plus? Moins? En tous cas finis les RV périodiques fixes… Il faudrait des événements extra-ordinaires pour que je replonge…

    @ Patrick Lacaze
    Faire le parallèle entre nos petits problèmes bandolais et les grands drames de l’Histoire auxquels tu fais référence est peut-être excessif (et c’est un psychorigide qui te le dit).

    De toutes façons, avant de traiter de connards ceux qui se sont couchés dans des circonstances que je n’ai pas connues, je sais que je n’ai pas la certitude de quelle aurait été ma propre attitude, et me souviens toujours de la référence très « variétés » de ma génération : la chanson de Goldman « Si j’étais né en 17 à Liedenstadt… »
    Il m’a été très facile de choisir de tendre vers la vertu en étant né blanc en France à la fin des années 1960 dans la classe moyenne et en ayant eu la chance de faire des études. Mais je suis intimement convaincu qu’en d’autres circonstances, j’aurais pu finir barbare (rien de ce qui est humain ne m’est étranger – au sens donné par Montaigne ou Hegel plus que l’original de Terence).

  • Pourquoi se sentir obligé à tenir des rdv fixes ? c’est l’actualité qui commande, pas le calendrier. S’il n’y a rien à dire, hé bien il n’y a rien à dire… Et s’il y a bcp à dire, hé bien on intervient en masse !

  • @ prinz karl:
    les rendez-vous fixes ne sont pas une envie de ma part, mais l’expérience de nombreux blogueurs.
    Pour construire une audience, un lectorat, ça marche comme ça. Pas de règles écrites, juste un constat connu depuis longtemps.
    Et quand il n’y a rien à dire, on ressort les dossiers qu’on avait écarté quand l’actu était trop chargée, on traite des choses qui n’ont pas de dates, on élargit le champ pour un peu de perspective, ou on fait de la pédagogie autour des outils quand (comme je le fus les premières années) on sert de défricheur local et qu’il faut transmettre la connaissance des outils et de leurs usages. On peut aussi verser dans des articles à vocation plus artistique (photo, poésie, etc.) en relation plus ou moins étroite avec son sujet.

    Enfin chacun selon ses envies, mais sans régularité, tous les blogs s’éteignent, et il ne restera plus que les seuls abonnés mails ou RSS pour savoir que j’aurais publié (et éventuellement le faire savoir à leur tour).