Première réunion publique de campagne à Bandol

Hier soir, Jean-Paul JOSEPH ouvrait le bal des réunions publiques de campagne, au théâtre Jules Verne qui semble être la nouvelle salle dévolue à ces meetings électoraux (en 2007-2008, c’était au centre culturel de Bandol dont la capacité était généralement suffisante, même si on y fût à l’étroit une ou deux fois).

Je ne l’ai pas annoncé, car ayant allégé mon activité de blogueur, j’ai décidé pour ces élections municipales de 2014, de laisser les candidats se débrouiller : depuis 6 ans, j’ai assez fait de pédagogie autour des questions de communication, pour ne pas me sentir obligé de me faire le relais des événements de campagne des uns ou des autres. Comme je l’ai dit, cette fois je me contenterais de plus coller aux objectifs initiaux de ce blog : donner mes impressions, mon avis sur ce que j’aurai ENVIE de commenter*.

Malheureusement, je voulais assister à cette première réunion, mais grosse semaine et agenda professionnel obligent, pas moyen d’être libre ce jeudi soir (d’autres m’ont aussi dit qu’il était encore un peu tôt par rapport à la campagne, pour renoncer à leur activité sportive ou juste se motiver pour ce premier meeting – c’est le risque en étant le premier à se lancer).
Donc ce sera à vous de commenter ce qui s’est passé hier soir à la salle Jules Verne, sachant que les plus impatients ont déjà commencé, comme en témoigne le commentaire de Prinz Karl qu’il a laissé sous l’article précédent puisque je n’avais pas encore fourni l’espace ad hoc pour s’exprimer sur la réunion de VVB.
Alors, vos impressions, pour tous ceux qui comme moi n’auront pas vu ce premier moment public de campagne électorale?

F.M. – www.bandolais.fr

* Et ceux qui seront frustrés de ne pas voir certaines choses traitées ou annoncées, n’avaient qu’à créer leur blog.
J
’ai bien proposé à une époque de faire évoluer Bandolais.fr vers une sorte de média local, mais la forme n’a pas rencontré une adhésion et un soutien suffisant des bandolais, donc ce blog est et demeure hautement personnel.





26 Commentaires

  • […] associative critique, mutation en force politique, candidature). Comme l’ont fait remarquer ses supporters en commentaires, son projet (à voir sur son site de campagne) témoigne d’un avancement que personne n’a […]

  • Antoine LECOMTE

    J’y suis allé faire un tour et la salle était comble … Jean-Paul Joseph qui a ouvert le bal a visiblement réussi à rassembler un grand nombre de bandolais déçu de la politique de monsieur Palix.

    Il a dénoncé la politique de monsieur Palix, en matière d’augmentation d’impôts, de bétonnage de la ville, de la gestion du personnel communal, du gaspillage de l’argent public, …..

    Les autres candidats vont devoir se surpasser pour faire aussi bien, voire même mieux que Monsieur JOSEPH.

  • ce qui a été dit n ‘a rien d ‘original et c ‘est ce que tout le monde pense ; sauf la minorité silencieuse du CAP , qui est aphone .
    il n est pas question de faire  » aussi bien  » , ça n ‘a aucun interet , il est question d’apaisement et d ‘union pour faire  » different  » de ce qui se passe depuis bientot une mandature .
    le bilan de ce mandat est bien sur a faire … mais dans l ensemble tout le monde en a raz le bol des augmentations d impots ( pas besoin de vision de fakir pour s en rendre compte ) , des travaux bidons roses ou bleus hors de prix , des cabanes en bois canadiennes en provence , des lubies de bobos ( haaa , rendre les batiments a  » energie positive  » , je me marre , car ça coute bonbon ) , des trottinettes a képis qui valent le prix du caviar , des problemes de stationnement et de circulation qui amputent nos commerces d’un juste retour sur l investissement boulot , de l ‘eau au prix de l or ( qui va dans une poche privée faute d avoir su négocier ) , des egouts qui puent , d ‘un PLU qui va ouvrir encore plus les portes aux  » rois du beton  » , et , et …. longue liste a la Prévert qui n est l’apanage de personne . et tout ça sans transparence ….
    alors , prendre un micro pour dire je ferai differemment , tout le monde va le faire ; plus ou moins bien , avec plus ou moins de talent , avec plus ou moins d’enthousiasme , mais , tout le monde va le faire .
    sauf le maire actuel , bien sur !

  • Faire la liste de ce qui fâche la plupart, n’importe qui peux le faire ! Ce n’est pas difficile et c’est même un savoir-faire français !

    Mais quand on est candidat à la mairie, on vient plutôt avec sa liste de solutions.

  • Parmi tous les candidats à la municipalité de Bandol, il n’en reste pas moins que monsieur Joseph est pour l’instant le seul candidat qui arrive avec un projet travaillé, certes peut-être imparfait mais avec un projet ?

    Les autres proposent quoi ?

  • Nathalie, tu as raison!
    Si tu le permets, j’aimerai donner mon avis… Je n’explique pas, je donne mon avis. 🙂
    Depuis que l’homme existe, son existence, la réalité du lieu dans lequel il vit dépend de deux choses:
    Les sources d’approvisionnement qui lui permettent de vivre, de subvenir à ses besoins et éventuellement du commerce qu’il peut faire des ces ressources.

    Et je prends aussi souvent l’exemple des colonnes de touaregs qui, s’arrêtant dans une oasis, font naître un village et des échanges commerciaux qui disparaîtront dès que leur route s’en éloignera.

    Pour moi, peut importe le choix de l’élu qui optera soit pour une ville tournée vers le commerce, le tourisme de masse ou de qualité, soit vers une ville accueillante pour les personnes venues profiter de leur retraite… Peu importe! (*)
    L’entrepreneur intelligent s’aura s’adapter!
    Le tout c’est de le savoir, de connaitre les projets des candidats, de ceux qui décident de la politique qui sera menée pour les années à venir.

    (*) Pour le moment, la politique menée par l’actuelle municipalité tend plutôt vers la deuxième solution. Et c’est peut-être la bonne pour être réélu compte tenu de la moyenne d’âge des bandolais et bandolaises qui peuvent voter. Ça ne va pas faire plaisir mais tant pis!

  • En dévoilant le premier son projet JP JOSEPH a fait prendre à la campagne un nouveau virage. Les autres candidats vont devoir maintenant se creuser les méninges pour ne pas faire du copie/coller (plagiat) de son projet et pour proposer quelque chose de différent.

    Madame ANGUENOT, je sens bien votre agacement face à la popularité dont a bénéficié JP JOSPEH hier soir. Et je le comprends d’autant plus puisque je vous ai vu à maintes reprises arpenter le port de Bandol en saluant les uns et les autres signe indéniable que vous serez candidate aux prochaines municipales (tête au pas de liste).

    Comme l’a écrit un blogueur aujourd’hui, JP JOSEPH vient de placer la barre très haute. Reste désormais à savoir si l’intronisation des autres candidats sera à la même hauteur de popularité et s’ils seront capables de remplir tout un théâtre.

    Il y a désormais 2 listes d’opposition de droite en lice et 2 QG de campagne déjà ouverts (donc 2 réelles candidatures – les autres n’étant pour l’instant que des annonces non suivies de faits).

    La question est désormais de savoir s’il y aura une autre liste d’opposition de droite (la vôtre par exemple !) qui viendra diminuer les chances de renouveler le conseil municipal en 2014.

    En 2008, nous avons eu C. PALIX grâce à M. BOGI.
    En 2014, serez vous coupable et responsable de la réélection de C. PALIX ?

  • Pour ceux qui souhaitent en savoir un peu plus sur le programme de Mr Jean Paul Joseph,
    ils peuvent se rendre sur son site http://www.vvbandol2014.fr, il fonctionne depuis peu.

  • Mon pronostic basé sur l’expérience de 2008, était que cette réunion publique intervenait TRES tôt. Le début de ce volet de campagne avait démarré fin janvier en 2008, avec l’entrée en campagne du maire sortant d’alors (François Barois).
    J’imaginais donc une affluence faible en ce début novembre, à plus de 4 mois de l’échéance, mais sans pouvoir mesurer la notoriété de JP Joseph ni de sa démarche.

    Vos commentaires et le chiffre qu’il indique dans un communiqué de presse semble mesurer une affluence digne des records de 2008…
    Je suis sur le c…
    Mais ça appelle au moins 2 commentaires car je ne suis pas certain que cela soit un succès du seul candidat Joseph (même si on ne doit pas l’écarter) :

    1) une vraie attente de la population concernant le prochain scrutin municipal, que vous serez nombreux à traduire en impatience de voir commencer un nouveau mandat (différent de celui en cours s’entend).
    L’intérêt manifeste et précoce de la population (proportionnellement) plaide pour une vraie entrée en campagne des acteurs qui veulent sérieusement débattre du futur de Bandol (et de la CCSSB).

    2) Comme en 2008, à chaque réunion publique, chaque équipe rivale dépêchait des observateurs. Dans le contexte actuel où l’opposition au maire se cherche encore beaucoup*, il ne serait pas étonnant que le microcosme politique bandolais se soit largement mobilisé pour venir s’inspirer/surveiller, du/le premier candidat à faire ce pas majeur de la réunion publique (et qui se prépare depuis longtemps et a construit sa démarche avec une visibilité publique tout au long du mandat).

    Des supporters ou sympathisants sans doute, des curieux/indécis/chercheurs de solutions certainement, des futurs rivaux/alliés/concurrents, probablement en nombre aussi, même si n’ayant vu aucune image, je suis bien incapable d’en commencer un décompte. Vous peut-être…

    * voir l’article « FAITES VOS JEUX, RIEN NE VA PLUS ! » du 30/10/13 sur http://www.bandol-2014-2020.fr qui est commentable sur FB uniquement https://www.facebook.com/notes/bandol-bouge/faites-vos-jeux-rien-ne-va-plus/314414488697738

  • Les photos (du site de presse et sur Blog Bandol) montrent bien que le théâtre était plein. Il y a même des gens dans l’entrée debout qui attendent et qui n’ont probablement pas trouvé une place assise. Les capacités (environ 400 places) du théâtre Jules Vernes ont été vraisemblablement atteintes.

    Même si on enlève les observateurs des camps adverses, il n’en reste pas même que JP JOSEPH a réussi l’exploit de réunir un JEUDI SOIR à 19H un grand nombre de bandolais. Je n’ose même pas imaginer combien de personnes seraient venues s’il avait fait sa déclaration un samedi matin, …… au moment où un grand nombre de personnes peuvent se rendre plus disponible !!!

    Alors là, je dis chapeau 🙂

    Et comme le dit F. METEY, il y a « une vraie attente de la population concernant le prochain scrutin municipal » et j’ajouterai  » une vraie envie d’en découdre avec l’équipe municipale actuelle ».

  • La présence d’un ancien ministre ajoutée à un fichier clientèle de cardiologie aura réussi à rassembler 350 personnes dans une salle d’une capacité de 500 volontairement réduite, pas de quoi pavoiser.
    Quant au discours, son contenu était si creux que l’on est resté sur notre faim, heureusement l’apéro dînatoire était à la hauteur.

  • Mr Soler

    Vous me semblez bien informé sur la répartition des personnes présentes.
    Compte tenu de vos précisions, tout laisse à penser que vous y étiez.
    Ce que vous ne précisez pas c’est dans quelle catégorie vous vous situez, le fan club de l’ancien ministre, le fichier du cardiologue.
    Vous avez cependant omis d’ajouter d’autres secteurs de personnes, les envieux et surtout ceux qui ont envie de voir les choses changer à Bandol, mais à mon avis pas d’erreur, vous ne faites pas partie de cette catégorie.

    G.Renouard

  • Sur VarMatin.com, et en détails dans la version papier en kiosque ce samedi (que je n’ai pas lu)e :
    http://www.varmatin.com/la-seyne-sur-mer/a-bandol-jean-paul-joseph-udi-entre-en-campagne.1472218.html

  • franck bertoncini

    mr soler bonsoir je me permet de vous repondre sur la volonté de réduire la capacité du theatre jules vernes qui est au maximun de 481 places.Pour l annonce de candidature nous n avions eu que la possibilité d assoir 360 personnes, en bas des gradins on nous as attribué que 60 chaises sur un potentiel de 180 possible ,donc effectivement il y avait des personnes debouts.Enfin peu importe je ne pense pas que beaucoup de personnes aurais pensé qu il y ai autant de monde pour une reunion politique a 5 mois des elections ,
    Pour le contenu, vous pouvez consulter notre site VVBandol20141.fr ou passer à notre permanence, 5, rue des écoles.
    et merci pour vos compliments pour l aperitif ,bonne soirée

  • Bonsoir,

    Quelques précisions, salle de 300 places assises avec 4 rangées de chaises pour 60 places, soit un total de 360 places. En prenant en compte certaines personnes (politique notamment) debout dans le fond de la salle. Nous pouvons aisément annoncer comme chiffre, plus de 350 personnes, chiffre impressionnant.

    Nous sommes très heureux de l’affluence enregistrée pour cette déclaration de candidature.

    Vous voulez discuter de nos projets ? de nos propositions et solutions ?
    Nous vous accueillons avec plaisir à notre permanence les mardi/mercredi/samedi/dimanche de 10h à 12h30 !
    (5 rue des Ecoles)

    Ou encore sur notre site internet -> onglet : « Projet ».

  • Si le débat dans ce blog et d’autres doit essentiellement tourner sur le nombre de personnes assises , debout, couchées… il est évident que nous allons vers un grand progrès dans la réflexion sur les enjeux de ces prochaines municipales qui seront aussi les élections des conseillers communautaires…
    Pour avoir une idée objective de cette soirée et se forger une opinion si on n’y était pas… je pense que le mieux est de regarder la vidéo sur bandol-blog

    http://www.bandol-blog.com/?p=55591

  • Merci Prinz Karl !

  • ne prenez pas la peine d’aller sur le blog!
    La voilà!

    https://vimeo.com/78972568

  • Effectivement la salle était pleine, ce qui prouve bien que les bandolais sont dans l’attente d’autre chose que la politique qui est conduite actuellement.

    Merci pour la vidéo et le discours de monsieur Joseph. Je suis également allé sur son site de compagne afin de voir son projet.

    Il est effectivement pour l’instant le seul candidat à proposer une alternative sérieuse à la politique proposé par Palix.

    Monsieur Joseph est bien conscient que l’heure n’est plus aux promesses farfelues qui ne sont pas tenues et c’est ce que j’ai apprécié dans son discours et dans son projet.

  • Sur ce point, M. Prinz Karl je vous rejoins, arrêtons de faire le comptage des places occupées.
    Mais, car il y a un mais, votre dernière réponse dirige les blogueurs ver l’excellent reportage réalisé par Mr Viala. Ainsi vous retournez à votre idée première concernant le contenu du discours de M. Joseph.
    Or, en relisant l’invitation distribuée pour cette soirée, il est précisé sur ce carton que M. Joseph nous invite à découvrir les grandes lignes de son projet pour Bandol, lors de sa déclaration de candidature.
    Je suis surpris que vous fassiez un amalgame entre les grandes lignes d’un projet et un programme.
    Surpris aussi que vous omettiez de dire que ce projet -et non programme- existe et est accessible sur le site de M. Joseph. Il sera en temps utile transformé en programme grâce notamment aux échanges qui se poursuivent avec les bandolais.
    Il faut dire que depuis plus de 3 ans M. Joseph travaille avec son équipe sur le fond. Tout le monde ne peut pas en dire autant.

  • Je ne veux surtout pas polémiquer sur cette réunion et cette candidature… Simplement, et ce que je rapporte n’est pas mon seul sentiment à l’issue de cette réunion, c’est qu’autour de moi, tout comme moi même, nombreuses étaient les personnes qui attendaient plus de précisions dans le « projet » présenté. Évidemment, à y voir ou lire de plus prés, un projet n’est pas un programme… La langue française est riche de nuances tout en étant aussi précise… mais je ne pense pas que la majorité des personnes s’étant rendues à cette réunion avaient perçu la nuance du terme employé.
    Il y a eu aussi un autre motif d’étonnement chez beaucoup : le fait que les personnes présentes derrière M. Joseph sur la scène, n’aient pas été présentées: simples membres de « l’équipe » (mais certains étaient dans la salle), futures membres de la liste…interrogations restées sans réponse….Erreur de « mise en scène » , oubli… Mais en définitive je dirais détail.

    Car pour le reste, c’est à dire l’essentiel, attendons donc que, outre le blog du candidat, ce programme soit détaillé, avec peut être un débat public, un échange avec le public (difficile à mettre en œuvre certes, mais qui changerait des schémas habituels).

  • Bonsoir à tous,
    Un très bon échange de vues autour de cette présentation. Personne ne conteste que monsieur Joseph a fait un carton en matière de fréquentation. Et tout le monde s’en félicite car on y voit la preuve que les Bandolais sont très nombreux à ne pas être satisfait d’une ville gérée sous la forme d’un bateau ivre sans projet typiquement en direction des Bandolais et au contraire en direction de personnes à vocation mercantile un peu comme un chauffeur livreur déposerait des mobile-home n’importe ou sans tenants et aboutissant, au milieu d’un rond-point s’il y trouve de la place. (Buildings, maisons technologique, Hoops, trottoirs goudronnés, lampadaires technologiques, lampadaires art déco, céramiques, …)
    Fondamentalement chacun constate que la boule des prises de décisions roule au grès des pentes clientélistes. Comment madame trucmuche ? Vous n’aimez pas la couleur ! Pas de problème je vais repeindre. 50 km/h c’est trop ? Pas de problème je vais passer à 30.
    Pas de schéma directeur, pas de business plan.

    Christian Viala nous propose une substance de réflexion ouvrant sur un débat qui me parait fondamental dans la présentation des programmes des candidats, je le recopie :

    Je prends souvent l’exemple des colonnes de touaregs qui, s’arrêtant dans une oasis, font naître un village et des échanges commerciaux qui disparaîtront dès que leur route s’en éloignera. Pour moi, peu importe le choix de l’élu qui optera soit pour une ville tournée vers le commerce, le tourisme de masse ou de qualité, soit vers une ville accueillante pour les personnes venues profiter de leur retraite*

    Choix : soit commerce et tourisme soit repos et calme.
    Passionnante forme de résumé qui oppose les jeunes contre les vieux, les retraités contre les actifs. Mais est-ce inéluctable ? je suis persuadé du contraire :

    Les retraités veulent une ville pour eux, forts de ce qu’ils n’ont pas besoin de travailler, l’argent tombant dans leurs poches inéluctablement, (comme c’était le cas en Grèce, encore il y a 700 jours) et donc ils peuvent facilement rejeter les travailleurs qui les servent, vers les communes avoisinantes. Lesquelles raisonnent pareillement. Mais QUID de l’avenir de ce système et de la pérennité de cette caverne d’Ali Baba exclusivement dévouée aux vieux ? Un bon maire, Voltairien, (qui sait qu’il doit cultiver son jardin) doit s’inquiéter de lutter contre cet égocentrisme naturel mais doit aussi préserver la légitimité des exigences des vieux. Dilemme : Chacun peut deviner, même confusément qu’une société qui propose un tel déséquilibre ne peut que se casser la gueule

    Le texte de Viala fait aussi référence à l’histoire, le balancier de l’histoire, et les caravanes qui « oublient » des villes et les abandonnent au désert. C’est ainsi que la France économique est tout doucement en train d’être oubliée des caravaniers. Il restait la sacro-sainte destination touristique, mais les chiffres de 2012/2013 sont très alarmants. Bandol ne peut rester indifférente à cet effondrement financier qui va fatalement dans un avenir proche retomber sur ses vieux. Alors comment ?

    C’est une affaire de volonté et surtout de bien associer les composantes vieux/actifs et de les relier pour le bien des uns et des autres. D’où la nécessité d’un schéma directeur. Les vieux ne sont pas satisfaits d’une économie mortifère, de restos tristounets, de parkings inaccessibles en été, d’une offre balnéaire limitée, d’un littoral sclérosé par les voitures, de l’absence de lieux de gaieté populaire, de panoramiques confortables, etc . . . En réalité nos vieux sont jeunes et ils ont les mêmes besoins que nos actifs, visiteurs ou résidents. De la même façon que les stations de ski ont travaillé à ouvrir le panel de leurs offres touristiques nous devons travailler à ouvrir le nôtre. Nous devons remodeler notre littoral et le sculpter pour qu’il réponde à nos besoins plutôt que de le laisser dépérir ou aménager à la va comme je te pousse (parking casino, central, allé Paul Ricard, Eden-Roc, Capelan . . . En même temps nous devons ouvrir des espaces aux artisans et à leurs véhicules d’intervention et ça ne se fait pas à coup de Hoops ou de pourtours de fontaine rénové. En même temps nous devons délocaliser nos centres d’activité sportives et spectacles au profit de sud sainte baume et donc à notre profit en parallèle.
    Celui ou celle qui saura convaincre ses concitoyens que là est l’avenir de Bandol aura projeté notre ville dans une dynamique au profit de tous, sans « l’aide » des lobbies.

    * NDLR : la citation de Christian Viala a été complétée (partie en italique) a posteriori à la demande du commentateur.

  • Patrick Lacaze écrit:
    « Nous devons remodeler notre littoral et le sculpter pour qu’il réponde à nos besoins plutôt que de le laisser dépérir ou aménager à la va comme je te pousse (parking casino, central, allé Paul Ricard, Eden-Roc, Capelan . .  »

    Soit… Mais tout cela a un coût pour les finances locales…. Et de manière trés concrète, un petit tour en mairie, dans le cadre de l’enquête publique ouverte quant à l’aménagement du parking du Casino, donne un idée de la facture (calculée au passage… sur une TVA à 19,6% alors que, selon le calendrier mentionné , les travaux débuteraient à l’automne 2014… soit sur une TVA à 20%… 0,4% de plus, détail….).
    Qu’il faille aménager ce parking, nul ne dira le contraire… Mais sur quel financement?
    Les incertitudes sont nombreuses quant au devenir du Casino de Bandol… la Financière Partouche, holding de tête du groupe de jeux Partouche (49 casinos, poker en ligne…) s’est mise sous sauvegarde de justice début avril 2013.Elle bénéficie d’un délai de 6 mois pour renégocier sa dette financière… Aucune nouvelle à ce jour à ma connaissance.
    A coté de chez nous… Sanary veut (plus exactement son maire auquel l’Express du 06 novembre 2013 a consacré deux pleines pages (rien de bien nouveau pour qui suit l’actualité sur les difficultés et problèmes de SANARY) ) son casino… projet actuellement entravé par une procédure devant le tribunal administratif de TOULON, de méchants contestataires et empêcheurs de danser en rond ayant attaqué le permis de construire devant le tribunal administratif de TOULON…. Si le tribunal donne raison a ces dangereux opposants, un sursis sera ainsi donné….. au casino de BANDOL… Dans le cas contraire…..
    … Dans le cas contraire, outre ce nouveau casino qui sortirait de terre à moins de 5 km de celui de BANDOL….. début 2015 verra à LA SEYNE surgir une grosse machine identique…
    LA CIOTAT avec Les Flots bleus, BANDOL, SANARY, LA SEYNE….. Face à une telle affluence, il est évident qu’il y aura « des morts »…..
    Alors comment peut-on être assuré que la commune sera en état de financer ces travaux, aussi nécessaires soient-ils… si le Casino voyait soit son activité réduite fortement, soit au pire fermer… Rappelons que le casino c’est presque 15% des recettes de notre commune.

  • merci à PK pour ces précisions.

    Elles mettent en évidence que même une commune prétendument riche ne doit pas gaspiller son pécule annuelle et au contraire consacrer chaque euro pour faire progresser Bandol en améliorant ses fonctionnalités et non pas pour bricoler des goudronnages aussi inutiles que coûteux. Il faut que les candidats exposent une politique générale matérialisée par un ensemble de projets au service de cette politique. Que ce soit en direction du commerce touristique, du commerce traditionnel, des artisans et prestataires à domicile, etc . . . Il est nécessaire que Bandol se trouve un maire « adulte ». Comme l’était Arthur Paecht par exemple, qui nous adonné un centre du val d’aran + une déviation + un pont sncf + un sentier du littoral + etc. Depuis 3 maires se sont succédé qui nous ont donné : des dépenses de loisir et des dépenses de fonctionnement, un accroissement phénoménal du nombre de salariés municipaux, des promenades autour du port faites et refaites, des places faites et à refaire, des goudrons a regoudronner, des carrelages à recarreler, etc.
    En un mot une joyeuse gabegie qui me fait penser à cette pléthore de fêtes que l’on donnait à Paris et dans toutes les grandes capitales européennes juste avant les deux grandes boucheries, comme pour en repousser le spectre . . . mais sans succès.

    Alors ! qui va regarder la vérité en face ? Qui va dessiner la ville pour les 30 prochaines années et non pas pour le bout de son nez ?