Pourquoi Bandol a payé le double?

En suite à l’article sur le compte-rendu fait par l’opposition du Conseil Municipal du 22/12, certains ont relevé un point sur lequel je m’interroge aussi (vraiment, n’y voyez pas malice).
Le groupe Barois (UMP) s’étonne que la Mairie ait acheté un terrain (inconstructible et protégé par son zonage) dans les conditions suivantes:
– aucune affectation n’est donc possible, et officiellement la Mairie assume ne rien vouloir en faire.
– le prix correspond au double de l’évaluation faite par les « Domaines ».

Par ailleurs on peut lire dans le compte-rendu officiel du Conseil Municipal: …/…


…/…
– « compte-tenu de l’intérêt que réprésentent ces parcelles … » mais sans nous expliquer l’intérêt desdites parcelles.
– seul le groupe Barois a voté « contre », Mr Sauzet (professionnel de l’immobilier) et Mr Delaud ayant voté « pour » avec la majorité.
J’en déduis que pour les initiés, il y a vraiment une bonne raison à ce prix, et un intérêt à ces parcelles, mais je n’ai aucun moyen de comprendre. Et vous le savez, j’aime comprendre.

J’espère que quelqu’un prendra la peine d’éclairer ma (notre) lanterne, notamment l’un des deux élus de l’opposition qui ont voté « pour » cette décision (je n’espère plus de commentaires de la part des élus de la majorité, hélas).
Faute de quoi, en ces temps de crise, de « catastrophe budgétaire chantée sur tous les tons par la Mairie), l’électeur est condamné à s’interroger suspicieusement sur le bien fondé d’une acquisition sans affectation d’un terrain de 45.000 euros, qui plus est payé 90.000… C’est le problème quand la transparence n’est pas l’obsession du politique: le citoyen ne trouve pas du tout facilement les réponses à des questions simples, car les outils d’information et de communication ne sont pas mis en place ou alimentés par les élus.

Je vous rappelle que nous n’avons jamais eu non plus d’explication sur les 84.000 euros de rénovation des sanitaires du port payés par la Sogeba sous l’ancienne municipalité, qui là aussi ont surpris beaucoup de gens. L’argent public semble parfois dépensé de façon étonnante, et on attend des décisionnaires un minimum de pédagogie…
.





Article précédent : Le péage de Bandol à 1,30€

9 Commentaires

  • Bonjour,
    Je me marre !
    Le compte rendu du dernier conseil municipal rédigé par le groupe d’opposition Barois commence par la complainte des opposants.
    Même les femmes y sont distinguées. Heureusement qu’il n’y a pas d’enfants au conseil municipal, le leitmotiv du compte rendu aurait été : « sauvez les femmes et les enfants de la vindicte populaire ».
    J’ose espérer que les bandolais n’ont pas la mémoire aussi courte que le groupe d’opposition Barois. En effet, qui ne se souvient de 2001 et 2002, alors que nous siégions au rez de chaussée du centre culturel de la claque à Barois qui manifestait dés que j’exprimais un point de vue contradictoire ?
    Qui ne se souvient de ce cher François Bur… que j’appelais amicalement Ouah Ouah et qui, des rangs de la majorité de l’époque, éructait chaque fois que j’entamais un débat contradictoire.
    Alors Mesdames et Messieurs du groupe d’opposition Barois, un peu de retenue !
    N’oubliez pas ce que vous avez fait subir aux membres de l’opposition durant votre mandature.
    Et surtout n’oubliez pas, groupe d’opposition François Barois, que si les bandolais ne vous ont pas élu alors que vous étiez le maire sortant et que votre candidat à l’élection présidentielle a fait à Bandol un score remarquable de 75% un an avant votre score minable, c’est qu’il y a une raison.
    Enfin concernant la délibération 33, l’achat des parcelles AZ 17 et 18, quartier de Naron, attenantes à un terrain communal, d’une superficie de 14.793 mètres carrés, pour un prix de 90.000 euros, je la trouve pertinente et fondée.
    A 6 euros le mètre carré, je pense que c’est une affaire même si les domaines les avaient évaluées à un prix moindre.
    Qui ne se souvient sous la mandature précédente alors que je protestais contre le prix du mètre carré payé par la ville ou vendu par la ville à des particuliers des réponses que je recevais.
    A l’époque j’arguais de l’évaluation des Domaines et le maire sortant et sorti me rétorquait que le prix fixé par les Domaines servait de base de négociations et que c’était son choix.
    Je vous invite à relire les compte-rendus des conseils municipaux de cette mandature là.
    Pour ceux qui ne les ont pas, je me ferai un plaisir de les scanner et de leur transmettre.

  • @ Christian
    Merci pour tes explications sur l’achat du terrain, mais toutes fois, que tu parles de l’ancienne majorité ou de la nouvelle, pour les contribuables Bandolais, ils peuvent trouver l’achat au double du prix un peu en travers de la gorge!!
    Au fait si sous l’ancienne majorité tu votais contre ce genre de propositions, aujourd’hui, tu votes pour.
    Es tu toujours dans l’opposition ou es tu passé dans la majorité?
    Cordialement
    Serge

  • Bonjour Christian et merci de prendre la peine de nous éclairer sur cet achat. C’est vrai que sans y voir forcément à mal, on peut s’interroger.
    Et je n’ai toujours pas compris quels intérêts représentent ces parcelles : investissements immobilliers, projet de zone verte, emplacement de panneaux solaires… ou c’est juste pour profiter des soldes ? y a-il un projet derrière ça ?
    Bonne journée

  • Pour éclairer votre lanterne, je suis actuellement en discussion avec une commune sur le rachat éventuel d’une parcelle de terrain appartenant à ma famille depuis plusieurs décennies.
    L’ancienne municipalité avait eu l’excellente idée de classer notre terrain en zone 1Au0 (ce qui signifie qu’il est constructible à la condition que l’on fasse un projet commun avec les voisins de cette zone. L’ancien maire a refusé tous les projets proposés par nos soins. En désespoir de cause, nous avons signé une promesse de vente à un lotisseur, qui a présenté un nouveau projet, lui aussi refusé par la nouvelle municipalité, sous prétexte que la mairie ne veut pas laisser filer ces terrains et souhaiterait « peut être » y faire quelque chose. En attendant nous avions signé pour un certain prix avec le lotisseur. Si la mairie achète le terrain il faut une évaluation des Domaines, mais qui sera bien inférieure au prix convenu. Reste plus qu’à souhaiter que le maire respecte sa parole de ne pas vouloir nous spolier et nous donne le prix promis par le lotisseur qui sera supérieur à celui des Domaines.

  • Christian Delaud

    Bonjour,
    Serge,
    je suis toujours dans l’opposition.
    En ce qui concerne mes votes sous l’ancienne majorité, j’ai voté pour plus de 80% des délibérations.
    Mon vote n’est pas partisan.
    Il n’a qu’un but : défendre l’intérêt des bandolais. La preuve, en ce qui concerne l’achat ou la cession de terrains par la commune, j’ai toujours motivé mon vote (pour ou contre) par ce seul intérêt. Il suffit de relire mes interventions dans les délibérations ayant trait au patrimoine communal.
    Nathalie,
    Aujourd’hui je n’ai aucune idée précise sur la destination de ces deux parcelles.
    Elles représentent, toutefois, à mes yeux un intérêt dans la mesure où elles jouxtent la parcelle de l’école de Naron qui appartient à la commune.
    Je pense que cette zone va s’urbaniser dans les années à venir.
    Une parcelle communale avec bâti existant longeant l’axe principal de ce quartier présenterait l’avantage de pouvoir y édifier, à un coût modéré, des bâtiments communaux type annexe de mairie, crêche, jardin d’enfants, école maternelle ou des logements sociaux.

  • @ Christian: je constate qu’en première réaction tu fustiges le discours de Barois sur son blog, soulignant combien ta condition d’opposant fût plus pénible sous son mandat que sous l’actuel.
    Je comprends, et si mes relations avec François BAROIS n’ont jamais eu l’occasion d’être chaleureuses, mon rôle de citoyen est bien d’écouter chacun des acteurs politiques, même si je vais faire attention à ce que chacun dit en me souvenant de son passé (attitudes, décisions, etc.).
    Or la question qu’il soulève et que je reprends intéresse légitimement l’électeur bandolais. Je ne doute pas que Barois ait en son temps pris des décisions similaires, et avec toute la délicatesse qu’on lui connaît à l’heure de trancher, mais il aura fallu l’insistance d’autres commentateurs pour qu’enfin tu fasses l’effort de pédagogie dont tu as fait preuve dans ton second commentaire. Maintenant j’ai compris. Et je souligne qu’encore une fois, tu es le seul élu à prendre la peine de dialoguer avec nous via ce blog.
    Au passage tu dis qu’il suffit de relire les comptes-rendus de l’époque (tes interventions et l’accueil qui leur était réservé) pour se rendre compte du ridicule de la situation actuelle avec Barois qui dénonce un arbitraire dont il était hier « coupable » (mais en toute légitimité dans notre démocratie si j’en crois ce que j’ai lu plus haut).
    Je constate aujourd’hui que le compte-rendu officiel mentionne la question, et le résultat du vote, mais en aucune façon la question que prétend avoir soulevé Barois sur la valeur expertisée par les domaines… Les compte-rendus d’hier étaient-ils plus complets que ceux d’aujourd’hui (à l’époque on mentionnait tes interventions d’opposant?)?
    Reste qu’entre le cas qu’explique Claude SEUX-BOS, et les explications que tu nous donnes, je retiens que pour bien vendre un terrain dont le zonage interdit toute utilisation, il vaut mieux ne pas être fâché avec la municipalité en place, ou attendre que le vent tourne… C’est là que commence le numéro d’équilibriste de notre démocratie.

  • Les Domaines ont-ils toujours tendance à sous-évaluer la valeur foncière des biens expertisés, et dans quelle proportion? Car si on lit bien, c’est un peu la clef de la question…
    Des professionnels de l’immobilier pour nous éclairer?… Ou vos témoignages vécus…
    Cela va d’ailleurs dans le sens de l’économie des deniers publics, ce qui peut nous réjouir collectivement (et nous attrister individuellement).

  • @ Fred,
    Les compte-rendus, d’aujourd’hui comme ceux d’hier, remis aux conseillers municipaux sont complets. Ils retracent tout ce qui a été dit en conseil municipal.
    Les débats sont enregistrés et une secrétaire retranscrit à partir des enregistrements.
    Du temps de Barois, j’avais des coquilles du genre « inaudible ou incident technique ou changement de bande – à l’époque c’était enregistré sur magnétophone).
    Ceux mis en ligne sont synthétiques et ne reprennent pas l’ensemble des débats mais en donnent le résultat.
    Pour l’estimation des Domaines, elle est quelque part virtuelle.
    En effet, le prix d’un terrain est fonction de l’offre et de la demande.
    Aujourd’hui, comme hier, et ce malgré la soit disant crise économique, le prix des terrains littoraux est surévalué par rapport à celui des Domaines.
    Plus nous allons vers le centre de la France, plus les prix se rapprochent.
    Mais sur le littoral méditerranéen, il y aura toujours un européen (sans ostracisme quelconque) pour surenchérir.
    C’est le problème des jeunes générations.
    Heureusement que les Domaines sont là, leur estimation permet aux communes de négocier à partir de leurs chiffres et de préserver des espaces pour les générations futures, quitte à faire quelques insatisfaits dans l’immédiat.

  • « C’est le problème de jeunes générations…  »
    Je vais encore passé pour le mécontente de service mais Les générations future elles l’ont dans l’os…
    Les domaines sous évaluent les biens que les jeunes veulent acheter comme ça les mairies préemptent pour pas cher et empêche les jeunes d’accéder à la propriété…
    (C’est du vécu… Se faire préempter deux fois en 5 mois sur deux appartement c’est pire qu’un coup du sort…)
    Bref vous l’aurez compris mon point de vue sur les domaines est biaisé par mon expérience …