(par S. Delayes) Sanary, Bandol, et la station d’épuration

NDLR: Sébastien traite ce sujet en même temps que Var Matin dont c’est l’article du jour… De toutes façons, tout le monde est en retard par rapport au calendrier du sujet visiblement…EP.jpg
Peut-être en avez-vous déjà entendu parler, mais à Sanary faute d’avoir une médiathèque c’est la station d’épuration qui focalise les débats. Et il semble qu’à force d’agitation, le préfet ait demandé l’ouverture d’une enquête publique sur la mise aux normes de la station d’épuration.
Après un passage sur le site de la mairie de Bandol et dans Bandol-Mag pas de trace de l’enquête. Dommage…
A noter que l’auditeur se trouve en mairie de Bandol pour recueillir les avis des citoyens aux dates suivantes :

– 09 Janvier 2009 de 09h à 12h

– 21 Janvier 2009 de 14h à 17h
– 05 Février 2009 de 14h à 17h
Pour faire un petit tour du problème, il semble que chaque été la station d’épuration de la Cride soit surchargée, et déverse une quantité d’eau non traitée au large de Bandol/Sanary et polluerait donc les baies. La préfecture vient donc prendre l’avis des populations pour savoir si ce problème est perçu ou si c’est juste la cristallisation d’une querelle politique.
Rappel sur le Syndicat gérant la station en question : le SIA, syndicat d’assainissement Bandol-Sanary, dont la compétence est l’exploitation de la station d’épuration intercommunale de la Pointe de la Cride qui recueille les quelques 50 000 m3 d’eaux usées en hiver (presque 100 000 en été) des 2 communes. Au titre de la loi sur l’eau et de la directive ERU (eaux résiduaires urbaines), les 2 communes qui partagent et fusionnent leurs réseaux sont une agglomération […] car elles dépendent l’une de l’autre.
Sébastien DELAYES
illustration via http://ad-sanaryens.org/
.





5 Commentaires

  • Jean-Pierre Chorel

    Marguerite Yourcenar écrivait « C’est avoir tort que d’avoir raison trop tôt »… Eh bien la liste Bandol Avenir conduite par Christian Delaud a vérifié à ses dépens cette citation, puisqu’elle était la seule à avoir mentionné dans son programme électoral le projet de remise aux normes de la station d’épuration ! Evidemment ce projet était beaucoup moins porteur, électoralement parlant, que le parc paysager central ou autre complexe hôtelier…
    Il ne nous reste plus qu’à souhaiter que cette imprévoyance coupable ne se traduise pas par une nouvelle augmentation de nos impôts locaux !

  • Concernant la station d’épuration les Ex Elus de l’équipe CONNAT, mandat 1995/2001: Messieurs Maurice CONNAT, Jean-Pierre HECQ, Jean SARRAT, Michel BELLORGEY, pourraient vous parler d’une procédure judiciaire qui a l’époque les avait mis aux prises avec la mandature précédant ce mandat: PAECHT 1989/1995 et avec celle qui avait suivi, à savoir: SUQUET 1995/2001.

  • Christian Delaud

    Comme Jean-Pierre le rappelait, dans le programme de la liste Bandol Avenir aux dernières élections municipales, nous proposions la mise aux normes de la station d’épuration.
    Jean-Pierre le sait d’autant mieux qu’il était porteur et responsable de ce projet.
    Mais au delà de la mise en conformité de la station d’épuration, nous envisagions de réutiliser l’eau recyclée pour l’arrosage des espaces verts des communes de Sanary et Bandol, et d’en proposer une partie au Golfe de Frégate pour l’arrosage de leurs pelouses.
    Ce recyclage de l’eau traitée aurait permis des économies de fonctionnement non négligeables et le financement partiel de l’investissement de la mise en conformité.
    Nous n’avons pas été élus mais je souhaite que le SIA reprenne notre idée et arrête de déverser inutilement des mètres cubes d’eau douce à la mer.
    La semaine dernière, lors d’un séjour professionnel en Californie, j’ai évoqué cette possibilité de réutilisation de l’eau recyclée et mes interlocuteurs ont trouvé cette idée « plus qu’intéressante ».
    Tu vois Jean-Pierre : « Nous n’avions pas raison trop tôt, ce sont les autres qui se réveillent tardivement. »
    Je reste optimiste car notre rôle est d’être une force de proposition, nous l’avons rempli et nous continuerons à le faire sur de nombreux sujets. Notre ambition n’est pas de faire démagogiquement plaisir aux électeurs mais de poser les problèmes et de proposer des solutions pérennes.
    Christian

  • Les réponses sont dans Bandol Mag

    Bandol Mag est habituellement publié tous les 2 mois. Mais après le numéro de décembre, un numéro de janvier 2009 est visiblement sorti puisque en effectuant mon tour de ronde périodique sur le site municipal, je suis tombé dessus. Habituellement il n’…

  • je relis cette vielle affaire avec intérêt et je comprend mieux pourquoi notre bon maire Christian Plavix avait pris mes remarques pour son compte pendant que je ne faisait que révéler un grave problème de salubrité publique. j’ajoute que dans mes commentaires j’interpellais le corps médical que j’avais qualifié de grande muette.
    Au départ je savais deux choses.
    1 / un de mes clients avait participé à la construction de la station de Sanary et m’avait révélé qu’il manquait un étage à la fusée. Donc mis a part le pb de sous capacité il y avait aussi un pb d’efficacité.
    2 / il y a une 15 zaine d’années je me trouvais en haut d’un mât sur la panne D et j’avais vu un flux marron jaillir sous l’eau à l’angle de la panne D et du quai.
    Il y a 15 ans . . . donc notre bon maire actuel ne pouvait pas être visé par mes remarques mais il avait réagit de façon véhémente, insultante et négative on ne sais pas pourquoi d’autant qu’il avait engagé des travaux nécessaires mais ingrat sur les canalisations noires de la ville.
    Je comprend mieux maintenant : il y avait un contentieux politique.
    OK mais ça n’est pas mon problème citoyen et je refuse d’être détourné des vrais besoins des Bandolais par des querelles intestines médiocres.
    Les faits :
    1 / j’ai payé à 50 % avec Christain Viala un labo parisien pour analyser l’eau du port. Cette eau s’est révélée très dangereuse de l’avis du directeur du labo avec des proportions de E coli gigantesques. Ce fait avéré précis concerne évidemment toutes les personnes qui sont en contact avec l’eau du port comme par exemple les employés de la sogeba mais aussi les usagers.
    2 / ce fait rigoureux et apolitique montre qu’il y a des problème sur Bandol et pas seulement à Sanary. Il faudrait diligenter une autre (ou plusieurs) analyse en hiver hors période scolaire pour affiner l’étude. A chaque fois c’est 287.00 euros. Si un riche mécène veut bien participer …. on me trouve au 06 62 48 98 12 venez nombreux ;o))
    3 / aujourd’hui notre Bon maire monsieur Plavix nous explique qu’il va faire draguer la vase du port pour résoudre. Notre bon maire à peut être des amis qui souhaitent draguer le port mais quid du vrai besoin des Bandolais; QUID des priorités ? La priorité c’est l’eau pas la vase. La priorité ce sont les bactéries en suspension et non pas les métaux lourd. S’ils sont lourd qu’ils restent au fond. On s’occupera d’eux plus tard.
    ça n’empêche pas de reconnaître et de continuer de considérer avec attention toutes les idées d’ou qu’elles viennent à commencer par les suggestions de Mr Deleau et des autres intervenants.