(par P.K.) Bilan de 6 ans de municipalité Palix à Bandol

NDLR : Merci à Prinz Karl d’avoir fait ce long édito bilan, article qu’il était indispensable d’écrire avant le prochain scrutin. Et pour faire bonne mesure, la défense du maire est assurée sur son site de campagne, et particulièrement dans la rubrique « Programme » dont les 32 pages sont largement consacrées à la justification du bilan.

– – – – – – – – – – – – – –

J’aime bien cette citation de Philippe Bouvard :

« Bilan : document qui interdit de se raconter des histoires, un mois sur douze »…

En matière de renouvellement d’un conseil municipal et de son maire ce serait plutôt deux mois sur soixante douze… mais le raisonnement est le même.

Loin de moi de faire le bilan de tout une mandature, je n’en ai ni les capacités ni le temps. Je me contenterai ici de remettre en mémoire certains des points clés à mes yeux, qui ont jalonné ces six années écoulées et pour lesquelles sur ce blog, ou son pendant (Bandol-blog de Christian VIALA) j’ai cru bon d’intervenir pour faire connaître mon analyse.

Alors remontons le temps…. sachant que mes interventions sur les blogs n’ont pas forcément suivi l’ordre chronologique des événements. Étant résident bandolais de fraîche date (2007) et non de sang ou de souche (je m’en excuse) , ce n’est que petit à petit que j’ai découvert le monde si ce n’est les méandres de la vie publique de notre commune.

2009… Année de l’eau…

Notre mémoire collective a gardé la célèbre expression de Mac Mahon président de la République qui en 1875, parvenu dans les environs de Toulouse et découvrant l’ampleur de l’inondation en cours, eut cette envolée magnifique: « Que d’eau! Que d’eau! »
A BANDOL, il ne fut pas question d’inondation mais de prix de l’eau au robinet lors d’une de ces séances mémorables de notre conseil dont j’allais découvrir un peu plus chaque trimestre les « délices empoisonnés » de son fonctionnement.

Spectacle du 30 novembre 2009, acte 5 ou « Délégation du service public de l’eau potable. Approbation de la convention de la convention d’affermage et autorisation du maire à signer la convention » (pages 38 à 51 du procès-verbal de séance).

Ce qui surprend le lecteur de ces pages (à défaut d’avoir été spectateur) c’est la querelle des chiffres : désaccord total entre monsieur le maire et SES chiffres… avec les différents intervenants : tout d’abord Christian DELAUD sur le prix du mètre cube (2,93 euro pour le premier 3,05 pour le second qui a tout intégré dans ses calculs… mais la discussion va vite tourner court : monsieur le maire dit avoir les chiffres « car il les avait préparés » (ce qui sous entend que DELAUD n’avait rien préparé?!) et dit qu’il les donnera au conseiller intervenant (air connu qui revient à chaque séance ou presque) .

C’est ensuite une longue passe d’armes verbales entre l’ex-maire, monsieur BAROIS, et le président de séance, monsieur PALIX….
Un débat ubuesque sinon surréaliste dans lequel BAROIS fait remarquer à juste raison que le calcul de la consommation à la journée (165 litres maxi) ne permet plus un lissage de la consommation sur le mois ou le trimestre par les reports des jours de consommation sur les jours d’absence…. Acculé par le raisonnement implacable de l’ancien maire démontrant l’évidence que le nouvelle formule proposée conduisait à un prix de l’eau plus cher, monsieur PALIX en était réduit à se réfugier dans de pures affirmations : « c’est marqué… c’est les chiffres »

Bien évidemment le projet fut adopté… avec seulement une voix contre (C. DELAUD) et une abstention (M. SAUZET)… le groupe BAROIS ayant eu ce jour là une position curieuse : alors qu’il soulevait un problème évident, mathématique… il votait pour….. Mystère de la liturgie des conseils municipaux où l’eau se transforme en vin… ou plutôt vinaigre.

Et depuis nous payons une eau au tarif fort…au seul profit de la SEM.

Pour les sceptiques, curieux ou amnésiques …. paru dans bandolais mais contient des liens renvoyant sur d’autres sites :
http://www.bandolais.fr/2009/12/vers-une-explosion-des-factures-deau-a-bandol.html
http://www.bandolais.fr/2010/01/le-debat-sur-leau-et-lassainissement-a-bandol.html
http://www.bandolais.fr/2012/07/par-prinz-karl-le-prix-de-leau-a-bandol.html

Tous à vos factures d’eau et calculettes pour mesurer qui disait vrai qui disait faux….  « L’imbécile est heureux et mieux vaut ne pas savoir… ça énerve encore plus !!! » (pour reprendre un des commentaires sur le lien ci dessus).

Poursuivons non dans la liturgie des conseils mais dans les saints qui en ont jalonné le calendrier des réunions .

2012 , 09 novembre… Saint Théodore
… 2013, 07 février… Sainte Eugénie…
ou quand l’opacité conduit aux brouilles intra familiales
…autour d’une crèche

La saint Théodore se fête le 09 novembre…. et ce 09 novembre 2012, notre conseil municipal se réunissait… Signe du jour, signe des dieux… ce prénom a une étymologie grecque : « théos », dieu et « doron », cadeau…. On va voir que le cadeau divin proposé au vote du conseil municipal par le maire en place, à défaut d’être divin (le cadeau pas le maire) était plutôt empoisonné.
En matière de gestion, et surtout quand les questions de « pouvoir » (pour le conquérir ou le conserver) s’en mêlent, il faut être extrêmement méfiant sur ce qui est présenté à un conseil municipal convoqué selon le délai minimal légal de 5 jours, sans préparation et concertation préalables… manière élégante s’il en est (et j’ajoute quasi habituelle à BANDOL sous notre maire actuel) de faire passer ce que l’on veut, transformant la majorité municipale en troupeau moutonnier et l’opposition en spectateurs aboyant sans prise ou influence aucune sur la décision….
Et l’art suprême est de noyer le débat dans des considérations techniques qui mériteraient réflexions et recherches préalables… mais la Vérité étant à la présidence, ceci ne saurait bien évidemment être que perte de temps et bavardages inutiles selon le credo de la gouvernance en vigueur. Et puis les termes techniques ça en impose, ça fait sérieux… et ça évite les discussions…
Nous avons dans ce dossier dit de la « crèche » (surnommé par Frédéric Metey « crèchegate » (et c’en fut un) l’illustration même de la manière de « conduire » les affaires dans notre commune , alors que sur le principe il y avait dans le projet matière à réunir un consensus pour peu que le maire et sa majorité aient accepté de travailler préalablement sur le sujet en toute transparence avec les conseillers d’opposition. On retrouve le schéma habituel, sinon caricatural de gouvernance du maire actuel :

  • aucune information préalable , aucun travail en commission sur ce projet… qui devait tout de même engager la commune pour… la bagatelle de QUARANTE années… La plupart des participants et votants suceront les racines des pissenlits au terme du projet, laissant ainsi un « bel héritage » à leurs successeurs… mais cela ne gênait nullement les tenants actuels du pouvoir municipal , de concocter dans le plus grand secret (et nous verrons, la plus grande incohérence) un tel projet
  • passage en force avec un délai minimal d’informations transmises avec la convocation pour la réunion du conseil (on noie les conseillers sur une information techniques, partielle et très complexe… la forme est respectée pour le reste il s’agit de voter sans question, sans réfléchir, sans comprendre…)
  • mensonge par omission lors des débats… Aucune information n’est donnée par le maire lors de la réunion du 09 novembre 2012 sur le permis de construire déposé depuis le mois de juillet 2012 par l’association intéressée à la crèche… ce qui aurait démontré (et démontrera) que monsieur le maire n’avait que faire du débat sur le projet lors de la séance du 09 novembre, puisqu’il savait que sa majorité moutonnière le suivrait et qu’il avait la majorité…
  • mensonge quant à l’étendue de la construction envisagée qui d’un seul niveau passait à un étage….

http://www.bandolais.fr/2012/11/par-p-k-bandol-signe-un-bail-a-construction.html

La mairie exposait sur son site les raisons de ce projet, donnant des informations qui n’avaient pas été fournies au conseil municipal quelques jours plus tôt !

Le docteur Joseph s’interrogeait sur ce projet.

Nous présentions alors un résumé de la situation (du moins ce que nous en avions perçue…)

Face à une telle situation pour le moins « ubuesque », deux conseillers municipaux (messieurs BAROIS et BOGI) alertaient le préfet, (voir sur Bandol pour tous, et également via cet autre article du même blog) et un autre conseiller , monsieur SAUZET, saisissait le tribunal administratif de TOULON afin de demander l’annulation des deux délibérations votées le 09 novembre….

La fin d’année se passait dans le calme, ou presque (voir sujet suivant sur le port…) quand arrivait le 7 février 2013, jour de la sainte Eugènie… jour choisi par monsieur le maire pour satisfaire au rituel minimal communal de la réunion trimestrielle du conseil municipal….
Quel choix ! Super clin d’œil du calendrier !
En effet si Saint Théodore veillait sur les fonds baptismaux du beau cadeau que monsieur le maire pensait faire à sa commune lors que la réunion du conseil du 09 novembre… voilà que Sainte Eugénie (prénom d’origine grecque – Eu̍genía – signifiant « bien-née ») réceptionne de nouveau « la chose »…. mais pour constater que le cadeau est empoisonné, et qu’il convient pour monsieur le maire, de faire rapidement marche arrière en faisant « abroger » (en terme médical on dirait avorter) les délibérations 9 et 10 votées avec empressement par sa majorité moins de trois mois plus tôt dans une béatitude totale!

Séance délirante ! Tout d’abord, obligation légale, en début de conseil monsieur le maire annonce que monsieur SAUZET a saisi le tribunal administratif… Puis se lance dans une longue diatribe contre les médecins bandolais qui selon lui avaient fait pression sur les auxiliaires de médecine (orthophonistes, psychologues…) afin de faire échouer le projet…. et annonce que celui-ci est retiré (début intervention sur vidéo ci après à compter index 30 49). (attention au cours de ce débat le maire intervient également à un moment sur la question du casino de Bandol puis le débat reprend sur la crèche).
La conseillère adjointe au maire (Sylvie Redercher-Logeais) en charge de la petite enfance qui s’occupait de ce dossier de crèche depuis près de de deux ans apprenait la nouvelle à ce moment là, de la bouche même de son maire. Il est intéressant à cet effet de revoir en vidéo cette partie de la séance du conseil. D’une part les contradictions totales du maire qui prétend que ce retrait est dû uniquement aux pressions exercées par les médecins sur les auxiliaires médicaux précités…. Alors que vers la fin des débats sur ce sujet vous pourrez noter qu’il fait état de « problèmes juridiques qui s’annonçaient » (index vidéo ci après 47 26′). D’autre part l’intervention de Sylvie Redercher-Logeais et la réponse de monsieur le maire.. (index 47 34 à 49 03).

Voir la vidéo

A ce jour, à notre connaissance aucun nouveau projet n’a été annoncé par la mairie… sauf le programme électoral du maire sortant, au début de sa page 20, qui fait état d’un centre polyvalent de santé avec crèche…. et, toujours sur la même page un projet intergénérationnel innovant au quartier Logis Neuf… faisant référence au PLU voté en août 2013… mais comme ce PLU est pour le moins très mal parti….même si monsieur PALIX était réélu il est peu probable que cette annonce électorale puisse se réaliser (voir ci-après à propos du PLU).

Un conseil portuaire….
consulté pour la forme et de surcroit dans l’illégalité…

Le port de Bandol est doté d’un conseil portuaire… présidé par monsieur le maire de la commune… Instance purement consultative, certes, mais même dans un tel cadre , il y a des règles à respecter, règles dont semblent peu se soucier la plupart des membres désignés de ce type d’instances dont le droit français a la spécialité (comité machin ou théodule…) dont on s’interroge en finalité sur l’utilité réelle, tant ces « machins » tournent le plus souvent à vide…. et , lorsque certains membres veulent leur donner un sens…. sont alors l’objet de conflit… C’est bien ce qui se passe depuis plus d’une année au niveau du conseil portuaire dont les seuls représentants élus (petit éclat de lumière dans une chambre endormie) sont ceux des plaisanciers… lesquels ont osé à compter de novembre 2012 rappeler à monsieur le président-maire, qu’il y avait des règles à respecter… même quand il ne s’agit que d’un avis… Un peu de lecture…

Pour 2012, sur Bandol-blog
Et comme pas grand chose n’a changé… on remet ça un an plus tard en novembre 2013 :
http://www.clupp-bandol.fr/2013/11/08/examen-des-tarifs-au-prochain-conseil-portuaire-le-compte-nest-pas-bon/
http://www.bandol-blog.com/?p=55931
http://www.clupp-bandol.fr/2013/12/04/conseil-portuaire-du-12-novembre-2013-toujours-les-irregularites-de-forme/#more-585
Pour m’en être entretenu avec des représentants des plaisanciers, il est regrettable qu’au-delà de leurs légitimes protestations auprès du président-maire, lequel n’a visiblement que faire de leurs dires, ceux-ci n’aient pas porté ces illégalités flagrantes devant la juridiction administrative qui n’aurait pas manqué d’annuler les deux délibérations de 2012 et 2013 prises en conseil municipal après ces avis totalement viciés du conseil portuaire.

Rendez vous en 2014…..

2013… Année « laisse béton »…

Laisse béton est une expression en verlan (laisse tomber) signifiant : ne t’occupe plus de ça.

Les préoccupations urbanistiques de notre maire avait commencé à se manifester courant 2011-2012 avec ses projets de logements sociaux sur les hauts de Bandol et la modification nécessaire mais limitée du PLU qu’il avait fait adopter fin 2008 (mais qui était essentiellement le travail arrivé à son terme de l’ancien maire monsieur BAROIS). Nous n’avons pas traité ce sujet , mais bien évidemment il serait intéressant qu’au travers du blog ceux qui s’en sont occupés (et s’en occupent encore) fassent connaître leur point de vue.

Acte premier : L’affaire de la rue Laennec

Tout va commencer en janvier 2013 quand des personnes résidant aux abords de la rue Laennec/bd du Bois Maurin vont constater qu’un bâtiment en cours de construction commence à prendre une hauteur inquiétante, transformant leur vue sur mer en vue sur mur de béton….
vendredi 01 février, première réunion
 jeudi 07 février, seconde réunion

Après ces deux séances « d’enfumage » (mais fort instructives quant à la méthode employée dite de pseudo concertation) les choses devenaient plus sérieuses puisque du blablabla on passait à la mise en cause de la décision de monsieur le maire signataire du permis de construire… devant la juridiction administrative de TOULON.
Un point complet sur « l’affaire » :
http://www.bandolais.fr/2013/03/comprendre-laffaire-de-la-rue-laennec-a-bandol.html ou sur Bandol-blog et http://www.bandolais.fr/2013/02/un-permis-de-construire-attaque-pour-irregularites-relatives-au-plu-de-bandol.html

L’instruction du dossier devant le tribunal administratif de Toulon est terminée depuis le 06 juin 2013 et il faut maintenant attendre une audience de jugement qui devrait intervenir soit avant l’été 2014 soit à l’automne….

Rappelons que dans cette affaire, à la suite de la délivrance d’un permis par la mairie concernant un terrain situé bd de Lattre de Tassigny, sur recours gracieux formé par la même association de défense de l’environnement qui a porté l’affaire Laennec devant le tribunal administratif, monsieur le maire rapportait le permis de construire… Le recours gracieux s’appuyait sur les mêmes points de droit que pour le permis Laennec. Reconnaissance implicite de l’erreur de ses services dans le dossier ?
http://www.bandolais.fr/2013/06/les-nouveaux-immeubles-de-bandol.html
Donc à suivre pour Laennec….Jugement sur le fond sans doute avant l’été 2014 ou l’automne 2014.

Acte second…. Le terrain des Grands Ponts

Rappel bref. Les membres de l’association de défense de l’environnement Confédération Environnement Méditerranée (CEM) avaient leur attention attirée par des camions déchargeant sur le terrain dit des Grands Ponts… Après une surveillance de plusieurs semaines, Bandol-blog publiait les résultats de l’enquête  – (bandolais.fr faisait un lien de renvoi).

A noter que l’ancien maire monsieur BAROIS avait alerté la préfecture DDTM avec les suites que l’on connaît.
Cette situation avait été aussi dénoncée par le docteur Joseph sur son site.

Il est pour le moins attristant de constater que, loin de reconnaître quoique ce soit dans ce dossier et ces dépôts illicites (voir la réponse du maire dans le « reportage ») , la mairie persistait dans cette voie en prétendant que le périmètre de protection du puits de forage ne comprenait pas l’espace recouvert par les dépôts bitumeux ! Ce qui amenait la CEM à publier un communiqué de mise au point ce que bandolais qualifie humoristiquement de carabistouilles  (avec renvoi sur bandol-blog).
Et nouvelle mise au point, après une évaluation de la situation par un technicien hydrologue.

Acte d’apothéose : à la mi août y a d’la joie pour les matous…

Musique d’ambiance tout d’abord, avant le lever de rideau :

Lever de rideau sur la séance du conseil municipal le 20 août 2013. A la mi août certains viennent bronzer sur les plages de la commune, mais, sans urgence aucune monsieur le maire, lui préfère convoquer un conseil municipal ! Étonnant non ! Avec… au menu, parmi x autres questions… l’approbation du PLU de la commune ! Un détail….

Cette réunion allait entraîner de multiples débats quant à son opportunité : date choisie, ordre du jour par ailleurs très chargé, absence de véritable débat sur un document de plus de 500 pages, participation au vote d’un élu « intéressé »… et conduire à ce qui était prévisible (à moins que le maire ait sous estimé les réactions, habitué qu’il est à trop de « coups de gueule » sans suite ….) une série de recours devant le tribunal administratif de TOULON :
Un conflit d’intérêts à Bandol autour du PLU
– Le PLU de Bandol attaqué au tribunal administratif
un autre recours contre le PLU de Bandol
Et nous savons, depuis quelques jours, que F. Connat, conseillère municipale et candidate aux municipales, a déposé également un recours devant le tribunal, après que le maire ait rejeté son recours gracieux.

Le recours déposé par la CEM, dans un délai aussi rapide qu’inattendue, devait être examinée par le tribunal administratif le 28 novembre 2013 (voir sur Bandol-blog, et aussi sur Bandolais.fr).

Le rapporteur public demandait toutefois le renvoi de cette affaire qui poursuit donc son cours.
A titre indicatif, le PLU de Le Beausset voté le 21 août 2012 (donc un an plus tôt par rapport à BANDOL) vient d’être annulé par le tribunal administratif. Donc attendons… ce dossier pouvant connaître par ailleurs d’autres développements…

Sur le PLU et l’absence de réflexion qui a présidé à son élaboration voir également ci après :
En forme de bilan… La loi Littoral.

02 Janvier 2014… Faites vos jeux… mais je ne sais vous répondre…
Conseil municipal et casino… Colin maillard et droit social….

Après le conseil de la mi-août… voilà le conseil de la saint Basile… Basile venant du grec Basileus qui veut dire roi…. Hé bien ce jour là le roi était plutôt nu… avec une délibération sur les nouveaux jeux au casino… l’incapacité du maire à répondre aux questions précises posées… bref, il s’agissait de voter sans comprendre et sans demander quoi que ce soit…. et surtout ne poser aucune question en matière de devenir du personnel de l’établissement par rapport à l’avis qu’il était demandé de voter… (voir l’article de Bandolais.fr)
Vous noterez que cette mémorable séance n’a pas été mise sur le site des vidéos du conseil municipal (retour tardif de congé du technicien de la mairie)…
Heureusement bandol-blog était là.

En forme de bilan… la Loi Littoral

Sujet technique sinon obscur pour beaucoup … mais qui résume bien « l’état d’esprit » dans lequel cette municipalité a travaillé pendant ces six années de gouvernance « palixienne »….

Deux associations qui travaillent dans le champ de l’environnement établissaient un document commun dans lequel elles faisaient un bilan de l’application de la Loi Littoral sur Bandol…. Un constat pour le moins accablant montrant l’absence de politique d’ensemble en matière d’urbanisme dans notre commune… le rôle de celle ci consistant à distribuer de ci de là des permis de construire au mépris même de la légalité… politique conduisant à un véritable saccage urbain et paysager.
Ce document était diffusé sur les deux blogs (Bandolais.fr et sur Bandol-blog).

Trois remarques :

  • à ce jour monsieur le maire n’a toujours pas répondu à la demande faite à deux reprises sur les dates et numéros des permis de construire délivrés sur des secteurs en principe interdits à la construction … Encore un contentieux qui se profile ….
  • il est étonnant de lire dans le programme électoral du maire (page 15) qu’il devrait y avoir une réflexion sur une politique globale des quartiers… citant à cet effet l’habitat diffus qui s’est développé sur les hauts de BANDOL suite à la délivrance de permis de construire qui n’auraient jamais du voir le jour car en contradiction avec la loi Littoral… Constructions qui ont donc nécessité des assainissements individuels (« fosses sceptiques » comme on dit)… Et maintenant il convient d’envisager dans le programme de monsieur le maire… un assainissement collectif… ce qui est mentionné pudiquement dans le même programme (toujours page 15) : « Sa réalisation devra prendre en compte l’investissement nécessaire ». Les bandolais risquent donc de payer cher l’incurie en matière de conduite de l’urbanisation dans la commune…
  • toujours aussi étonnant dans ce programme électoral (page 17) : « protection du littoral contre les risque d’effondrement et réhabilitation du sentier du Capelan ». Mention opportuniste quand on on se reporte au document établi par les deux associations (Bandol Littoral et CEM)… mais aussi quand on lit les articles suivants :
    le dernier en date suite à l’effondrement prévisible d’une partie du sentier,
    celui sur le sentier sous-marin
    avec un petit retour en arrière (mars 2010),
    et quand littoral rime avec provençal… et électoral rafraîchissons là encore les mémoires.

Et pour conclure…. un article qui n’a pas vieilli d’une ride, avec son renvoi sur « Le ravi »

Prinz Karl
édité par F.M.





21 Commentaires

  • […] toujours avec une activité plus soutenue), Serge tente une nouvelle disqualification de candidat sur un argument foireux (que je vous laisse relire pour que vous en soyez juges devant votre écran) au profit de sa candidate, enfin citée : ils […]

  • Jean-Pierre Chorel

    Etonnant que le premier jalon ne concerne pas l’augmentation des impôts locaux !

    Sans doute le Saint du jour n’était-il pas en phase…

  • Prinz une fois encore vous avez tout juste il faut des à présent stopper cette hémorragie d’ailleurs jusqu’à présent aucun candidat n’a promis d’abroger ce PLU hormis Frédérique CONNAT qui s’est engager auprès des bandolais à agir pour protéger BANDOL

  • Les questions budgétaires ont été évoquées lors de plusieurs réunions du conseil et notamment, avec une montée en puissance les :
    19 11 2008 Saint Tanguy . Prénom d’origine celtique qui signifie  » feu » et « guerrier ».
    De fait, selon la tradition bretonne, Tanguy, qui avait un caractère extrêmement violent, fut d’abord un meurtrier, et de sa propre sœur ! Houps ….

    09 02 2008 : Sainte Apolline. Ce prénom dérive d’Apollon… référence même à la beauté.
    On a fait d’elle la sainte guérisseuse des maux de dents. C’est la patronne des dentistes…. les arracheurs de dents comme on disait à une époque….

    23 03 2009 : Saint Victorien. Étymologie latine, « vainqueur », « victorieux ».

    C’est le 23 mars 2009 qu’a été voté le budget avec le bond de 24% des impôts dits locaux….
    Victoire totale ou victoire à la Pyrrhus comme on dit…
    J’ai bien indiqué que dans le bilan que je faisais, je ne ferai état que des sujets sur lesquels j’étais intervenu…. La « finance » n’étant pas ma spécialité, même si je sais tout de même compter, j’ai préféré laissé à ceux qui ont étudié et participé aux débats, traiter d’un tel sujet…(F. Barois, C. Delaud, C. Goux, JP Joseph, et d’autres, y compris le maitre des lieux qui le 18 février 2014 nous a rappelé quelques principes en matière de calcul de maths financières
    http://www.bandolais.fr/2014/02/le-bilan-du-maire-de-bandol.html

    Je trouve tout de même que les saints qui ont présidé à ces débats et ébats budgétaires ont un certain panache : du 19 novembre, tout feu tout flamme on part conquérant…. 09 février on se pose en guérisseur et arracheur de dents…. pour finir victorieux le 23 mars avec une annonce d’augmentation des impôts dans les proportions que l’on sait….

  • Bonjour
    Je souhaiterais ajouter une date à ce « merveilleux bilan » que nous a dressé Prinz Karl.

    Le 15 avril c’est la Saint César, car il faut rendre à César ce qui est à César.

    Il ne faut pas oublier que la campagne 2008 s’est faites sur un mensonge énorme:risque de mise sous tutelle de la commune!!!!
    C’est bien F. Barois et son équipe qui ont dénoncé ce mensonge qui a entrainé l’élection du Maire actuel ainsi que l’augmentation de 24% des impôts locaux. Les Bandolais ont eu peur, ils étaient si convaincants!!!
    A ce moment là, étaient sur la liste de notre Maire: M. Bogi, F. Connat et JP. Joseph, même si celui-ci a dénoncé l’imposture au lendemain de l’élection. Tous les trois sont tête de liste aujourd’hui.
    Ils sont donc ses complices soit ils savaient et n’ont rien dit, soit ils ont signé un chèque en blanc et pour moi c’est aussi grave.

    Pour la suite ce ne fut qu’une longue succession de tatonnement, d’imprécision pour en arriver aujourd’hui à une situation peu réjouïssante.
    Pensez-vous que Bandol a gagner en perdant F.Barois au profit de C.Palix????
    Tout celà parce qu’en France on vote plus contre quelqu’un que pour quelqu’un.
    Alors se libérer de notre Maire oui, mais pas pour mettre plus mauvais!!!!
    Il faut à la tête d’une commune moderne un gestionnaire qui soit aussi un manager tout en étant très diplomate.

  • Jacques Kauffmann

    Serge,

    Votre liste est juste un peu courte et un peu orientée.

    M. Bogi et Mme Connat siégeaient au Conseil Municipal. Ils ont effectivement voté l’augmentation de 24% des impôts.

    Jean Paul Joseph ne siégeait pas. Dernier de la liste, il n’avait évidement pas été élu.

    Il est le seul, par contre, a avoir, dès le début, dénoncé ce mensonge de M. Palix.

    Quite à rendre à César, autant reconnaitre le bon !

    Jacques K.

  • Monsieur Kauffmann

    Si vous lisez bien ma phrase:
    « A ce moment là, étaient sur la liste de notre Maire: M. Bogi, F. Connat et JP. Joseph, même si celui-ci a dénoncé l’imposture au lendemain de l’élection. Tous les trois sont tête de liste aujourd’hui.
    Ils sont donc ses complices soit ils savaient et n’ont rien dit, soit ils ont signé un chèque en blanc et pour moi c’est aussi grave. »

    Je dis bien qu’ils ont été complices du mensonge durant la campagne et je précise que JP Joseph a dénoncé l’imposture au lendemain de l’élection, mais le mal était fait!!!!!

  • J’ai bien lu.

    Vous donnez deux options :
    – ils savaient et n’ont rien dit,
    – ils ont signé un chèque en blanc.

    Dans le cas de Jean Paul Joseph, il a compris l’imposture et l’a dénoncée. C’est une troisième option. Il est le seul à l’avoir suivi.

    Les autres savaient aussi, Jean Paul Joseph avait pris la peine de leur écrire à chacun pour leur exposer le mensonge de M. Palix. Ils ont voté l’augmentation des impôts en parfaite connaissance de cause.

    Jacques K.

  • Pas tout à fait en accord avec vous;

    j’ai parlé de la campagne 2008 et tout au long de la campagne, rien n’a été dénoncé, ce qui a permis l’élection de notre Maire actuel
    Donc il n’y a pas de troisième option!!! C’est bien de dénoncer le crime une fois qu’il est commis, mais c’est mieux avant pour ne pas être complice!!! (Le crime n’est pas le vote de l’augmentation des impôts, mais bel et bien le mensonge)

    En suite que les autres aient voté celà ne fait qu’aggraver leur cas!!!

    Donc tout au long de la campagne 2008, je ne vois que deux options, puisque vous me certifiez qu’ensuite M.Bogi et Mme Connat savaient, je leur accorde le fait qu’avant l’élection ils pouvaient ne pas savoir tout comme M. Joseph

  • Serge,

    A vouloir à tout prix avancer masqué et mettre tout le monde dans le même sac, je crains juste que vous ne vous trompiez de cible.

    Il y a aujourd’hui 7 candidats à Bandol. Deux ont eu un bon comportement, l’une en ne votant pas l’augmentation proposée, et l’autre, qui ne pouvait voter, en dénonçant le mensonge.

    Je vois, personnellement, une nette différence entre l’attitude de Jean Paul Joseph, qui a dénoncé publiquement ce mensonge, et celle des deux autres candidats qui ont préféré, en sachant que c’était un mensonge, voter cette hausse.

    Alors plutôt qu’opposer artificiellement Mme Quilici et M. Joseph, je préfère constater qu’ils ont tous les deux bien agi, chacun selon leur moyen, dans l’intérêt de Bandol.

    Jacques

  • Monsieur Kauffmann

    Je ne cherche pas à opposer M.JP Joseph et Mme L Quilici, car ils ne sont pas opposables; ils auraient même pu faire liste commune si certains égos n’étaient pas si importants.
    Maintenant mon opinion et ce n’est que mon opinion est que notre démocratie et nos libertés montrent leurs limites….. Nous sommes dans un pays où nous avons un nombre important de médecins élus (députés, maires, conseillers régionaux ou généraux….) et nous avons des déserts médicaux. des régions entières où il manque des médecins, des régions où il faut attendre presque un an pour avoir un rendez-vous avec un spécialiste,
    Alors, quitte à consulter un médecin, je pense qu’il me serait plus utile dans son cabinet de cardiologie que dans le bureau de premier magistrat de la ville.
    Je me répète, mais ce n’est que mon avis et en aucun cas je ne veux opposer M. Joseph et Mme Quilici, ni mettre en doute les capacités de M.Joseph

  • Impossible de rester impartial en temps d’élection quand on nous demande justement de choisir un camps ! La mesure et la courtoisie seront donc les seules balises pour empêcher les affrontements d’idées de déraper. Bravo messieurs pour votre maitrise !

    Ah magnifique richesse de la langue française ! On dit que le langage est le propre de l’homme. Certains précisent que c’est le mensonge. Chacun a sa propre perception de la réalité, alors tout le monde ment-il en la qualifiant… !?

    Merci Prinz Karl pour ce bilan de mandat, certes en perspective de vos interventions bloguesques mais malgré tout fort complet. De toute évidence, la réalité a de multiples visages puisqu’à la lecture du bilan/programme de 32 pages de notre maire, elle semble (la réalité) très différente !

  • @ Serge :
    tu étais déjà passé en modération pour tes commentaires sous pseudo. Encore un comme les deux derniers – celui ci-dessus et celui-là (http://www.bandolais.fr/2014/02/greve-des-eboueurs-a-bandol-et-pas-seulement.html#comment-9152) – et tu es bon pour la liste des trolls intégralement soumis à modération, même sous ton patronyme.

    On sait que tes candidats doivent être UMP pur jus. De là à monter des arguments comme « personne ne sera un maire capable si ELLE n’a pas travaillé dans une collectivité locale » (j’exagère à peine), ou renvoyer les médecins dans leurs cabinets bandolais sous prétexte de désert médical dans le reste de la France…
    Quitte à poser le problème des médecins, tu aurais mieux fait d’attaquer ceux encore en activité sur le fait qu’ils ne seront pas maires à plein temps, plutôt que d’aller chercher des trucs biscornus sans nommer personne pour avoir l’air de ne pas militer. Tu es militant. Assume. Mais ça va aussi limiter ce que je vais accepter comme dose de mauvaise foi. De toutes façons!

  • @Fred

    Autant j’ai pu par le passé comprendre ton désir de me passer en modération, autant aujourd’hui je ne comprends pas!!!

    Avec M. Jacques Kauffmann, nous avons entretenu quelques échanges tout à fait modérés où chacun d’entre nous avons exposés nos raisons me semble-t-il de choix.
    Tout le monde sais que mon choix est tourné vers Mme L. Qulici.
    Je n’ai pas cherché des trucs biscornus, j’ai tout simplement exposé ma pensée et mon choix et je pensais simplement que sur ton blog c’était possible;
    Je pense sincèrement être moins virulent et agressif que certains de tes commentateurs qui descendent (à juste titre!!) le Maire sortant.
    Maintenant c’est ton blog et tu as le libre choix de supprimer mes commentaires qui n’engagent que moi;
    Je pense avoir nommé les candidats faisant l’objet de notre échange (M.Bogi – F. Connat – JP. Joseph et L Quilici) je n’ai pas nommé les autres car ils ne faisaient pas partie de nos échanges.
    Je suis citoyen Bandolais et bien entendu militant lorsque l’enjeu de ma commune est concernée.
    Je ne vois vraiment pas en quoi tu te permets de juger en parlant de « dose de mauvaise foi » et j’aimerais bien savoir ce qui est faux dans mes écrits???
    Tu as le droit de me traiter de troll, je ne pense pas l’être!!! Ensuite, s’il y a censure de mes écrits, c’est ton droit même si j’ai lu des commentaires beaucoup plus orientés que les miens.

  • @ Serge :
    primo, non, tout le monde ne sait pas que ton choix est porté sur Laetitia QUILICI. Fais comme les gens qui écrivent des articles de blogs : considère que le lecteur vient toujours te lire pour la première fois.
    D’ailleurs ton choix n’est pas porté sur Laetitia QUILICI : il est porté sur le candidat que tu reconnais comme le plus légitimement associé à l’UMP.

    Et c’est tout le problème des militants : ils veulent bien faire, défendre les couleurs de leur champion qui incarne leur parti politique. Et ils essayent de prendre part au débat sur des bases faussées, avec des arguments en bois, en ayant l’air de réfléchir et débattre indépendamment de leur ancrage politique idéologique. C’est encore plus flagrant au niveau local quand l’aspect politique et idéologique devient secondaire.

    Un supporter du Front National s’est retrouvé en liste modérée pour ces raisons, comme deux supporters de Frédéric Connat. Note au passage que sa plus fervente supportrice, Carine PINET, s’en sort plutôt bien à ce jeu là : elle joue souvent avec la ligne jaune, mais arrive à rester intéressante au débat en participant avec des arguments de fond. On aime ou pas son style, on supporte plus ou moins bien ses sorties enflammées, mais elle utilise encore majoritairement des arguments même s’il y a un peu de propagande autour, et un aveuglement total sur les travers de sa candidate.

    Quand tu sors le prétexte des déserts médicaux en France pour écarter des candidats bandolais, c’est un argument en bois.
    Quand tu fait miroiter que des salariés de collectivités territoriales sont quand même beaucoup mieux placés que les autres candidats pour devenir maire, c’est juste pathétique. Surtout quand c’est sans rappeler que tu es militant au service de Laetitia QUILICI, salariée d’une mairie.
    C’est un point pour elle sans aucun doute, pour son expérience et son apprentissage. Nous pouvons le reconnaître tous, mais tu ne peux pas dans ce cas être sourd aux arguments que développe Jacques et qui montrent que tu ne peux pas te permettre de ranger dans le même sac des candidats qui sont rivaux de ta candidate : je sais que c’est embêtant de ne pas pouvoir tous les rembarrer mais l’objectivité est à ce prix (ils ont bien eu des parcours très différent par rapport à leur engagement la majorité actuelle, et si on te suit sans esprit critique, il faudrait ajouter Jean-Yves DECROIX l’actuel associé de ta candidate).

    Moi-même j’expliquerai pourquoi je disqualifie certains candidats. Mais si il y a débat, et je pense qu’il y aura débat, la discussion fera apparaître que dans la disqualification il y a aussi une hiérarchie : certains sont disqualifiés pour des comportements plus graves que d’autres.
    Malheureusement, le militant a besoin de rejeter en bloc tout ce qui n’est pas SON candidat, et là le débat part en biberine.

    D’ailleurs même si comme tu le dis l’expérience au sein de collectivités territoriales permet ou devrait permettre de mieux appréhender ce qu’il est « possible ou impossible de faire » selon tes termes, il faudrait te souvenir que ta candidate 2014 était en 2008 sur la liste (costière pour un poste d’adjointe) de François BAROIS : elle cautionnait un maire sortant qui avait totalement délégué la maîtrise d’ouvrage du chantier le plus ambitieux à Bandol depuis des décennies, avec le mécontentement que l’on sait (70% de rejet par la population). Donc le fait d’être employé d’une collectivité territoriale n’est pas une recette miracle pour bien évaluer les dossiers ni les attentes de la population. Ce qui me permet de dire que ton argument est en bois là aussi. Mais pour cela il faudrait se souvenir que 70 % des bandolais ont rejeté ce candidat qui était aussi le tien en 2008. Et c’est certainement ce qui t’empêche d’arriver au minimum d’objectivité requis pour qu’il y ait débat.

    On peut dire des choses très véhémentes sur mon blog. Je ne m’en prive pas. Mais pour cela il faut des arguments.

  • Jean-Pierre Chorel

    C’est vrai que « banderais » c’est très véhément…

    C’est dingue comme je suis objectif pour cette élection ! Je crains rien au niveau modération !

    —————————-
    NDLR : Oops, merci Jean-Pierre pour le signalement de cette coquille. La dictée vocale et mon élocution m’ont encore joué des tours. J’y ai recours de plus en plus souvent pour écrire articles et commentaires (et même mails ou sms), mais c’est vrai qu’il y a quand même plus de corrections à faire qu’avec le texte tapé au clavier (et il faut ouvrir l’oeil).

  • @Fred

    Je suis désolé de répondre ainsi à ton commentaire, car il frise la malhonnêteté intellectuelle!!!
    tu transformes mes écrits en leur donnant une orientation que je n’ai pas donné.
    2 exemples:
    Tu écris:  » ou renvoyer les médecins dans leurs cabinets bandolais sous prétexte de désert médical dans le reste de la France… »
    J’ai écrit: « Alors, quitte à consulter un médecin, JE PENSE QU’IL ME SERAIT PLUS UTILE dans son cabinet de cardiologie que dans le bureau de premier magistrat de la ville »
    c’est totalement différent et je ne fais que donner mon avis .

    J’ai, écrit: « ‘C’est là que l’on prend conscience de la nécessité d’avoir un premier magistrat compétant, une personne qui baigne dans le milieu des collectivités locales et qui sait ce qu’il est possible ou impossible de faire »
    et non ce que tu as écrit: »« personne ne sera un maire capable si ELLE n’a pas travaillé dans une collectivité locale » »
    C’est totalement différent. Tu te permets de penser à ma place et transcrires ce que tu aurais envie de me voir écrire et bien entendu tu rédiges tes phrases en leur donnant un sens différent de leur origine.

    Tu as écrit: »D’ailleurs ton choix n’est pas porté sur Laetitia QUILICI : il est porté sur le candidat que tu reconnais comme le plus légitimement associé à l’UMP. »
    Là encore c’est de la pure supposition, car saches que je n’ai plus de carte à l’UMP depuis l’affaire Copet/Fillon.
    Si mon choix s’est porté sur L.Quilici, c’est que je connais Leatitia depuis longtemps, nous avons été président d’association dans la même période et je connais ses compétences.

    Tu as écrit: »Quand tu fait miroiter que des salariés de collectivités territoriales sont quand même beaucoup mieux placés que les autres candidats pour devenir maire, c’est juste pathétique. Surtout quand c’est sans rappeler que tu es militant au service de Laetitia QUILICI, salariée d’une mairie. »
    c’est encore un détournement de mon écrit, je n’ai jamais dit que des salariés de collectivités territoriales sont beaucoup mieux placés…….
    J’ai parlé de personne compétante qui baigne dans le milieu des collectivités locales.
    c’est tout à fait différents de ce que tu veux me faire dire.
    Je ne suis pas militant au service de L.Quilici, je m’exprime tout simplement en sa faveur.
    Je suis un homme libre, droit, respectueux des lois et institutions et je trouve très déplacé venant de toi de parler de « Mauvaise foi »
    La mauvaise foi est une tromperie et une fausseté et je ne te permets pas ce genre de réfflection!!!
    Qu’y a-t-il de faux dans ce que j’ai écrit????
    Quelle tromperie j’ai propagée????

    Voilà Fred, je pense que l’incident est clos, tu peux censurer mon commentaire si tu le veux, mais à l’avenir, ne transforme pas mes écrits si tu les acceptes encore, il serait plus honnète de demander des explications si tu n’es pas convaincu à la première lecture

  • @ Serge,
    la bonne foi aurait été d’inclure dans ta dénonciation du vote de la hausse des impôts, tous ceux qui aujourd’hui s’en désolidarise, et appuie le discours qui dénonce cette hausse qu’ils ont voté, et on le sait aujourd’hui, en parfaite connaissance de cause.

    Tu choisis de cibler les têtes de liste, en espérant shooter d’un coup plusieurs rivaux de ta candidate, qui elle n’a pas trempé dans les mensonges sur les finances de la ville puisqu’elle était dans l’opposition victime de ces mensonges.
    En incluant tous les conseillers et adjoints concernés, l’équipe de ta candidate en 2014 est cependant totalement concernée, et au plus près de la tête de liste.
    Tu peux réécrire tes commentaires à l’identique autant de fois que tu le veux, le message implicite est pourtant toujours là. Les lecteurs jugeront et je m’engage à consulter plusieurs esprits indépendants sur leur perception de tes commentaires, pour voir s’ils me rejoignent dans l’analyse.
    Mais curieusement, ces problèmes de militantisme et d’interprétation, je ne les rencontre pas avec des troupes entières de commentateurs (plusieurs centaines – j’avais arrêté le compte à plus de 200 au bout de 2 ans), mais toujours avec les mêmes, qui n’atteignent pas la dizaine.
    Et comme je te l’ai déjà dit pour un texte que tu m’as proposé et comme je l’ai dit à d’autres, pour la partie militante, vous avez les sites de vos candidats respectifs pour développer un discours d’enthousiasme politique (pour faire sobre).
    Ici, on essaie de faire autre chose, et pour moi le but est clairement le développement de l’esprit critique.

    Je suis probablement sévère avec les militants, mais c’est aussi parce que mon dépucelage a été fait par un « porte-flingue » d’un candidat en 2008, qui m’a déniaisé sur les pratiques sous-marines des politiciens en campagne. Je vous raconterai ça bientôt promis.
    Et sévère aussi parce que le militantisme, pour les raisons que j’ai expliqué plus haut, freine le débat et l’échange plus qu’il ne l’enrichit : toi et Jacques avez étalé 6 ou 7 commentaires pour tenter de faire valoir des points de vue qui ne vous ont pas fait bougé d’un iota, parce que le point de départ, biaisé, faussait toute possibilité de débat (il faut déjà que l’envie de débattre soit sincère pour qu’il puisse avoir lieu, et les militants d’un camp ont envie de convaincre ou d’influencer, pas de débattre : ils vivent l’élection comme un combat contre le camp d’en face). Et toi et moi en avons refait 5 de plus, pour… pas grand chose. Toi pour essayer de défendre des « arguments » et moi pour expliquer qu’ils sont militants mais pas recevables tels quels.

    Tu pourras marquer un point en disant que je suis moi aussi militant : certes, mais comme le prouve l’histoire de ce blog, je ne milite pas pour un camp mais pour un comportement des élus et des politiciens en général.
    Je me fous finalement pas mal de qui va gagner, n’ai pas fait mon choix, attend toujours de connaître la composition des listes (et honnêtement ta candidate fait toujours partie des choix qui me sont ouverts, mais elle n’est pas seule et là je vais comparer attentivement) : j’aimerais juste que les bandolais prennent conscience qu’il ne faut pas voter sur la bonne mine, la jeunesse, la notoriété, l’appartenance à l’oligarchie ou à des réseaux, la séduction, mais aussi sur le sérieux, la capacité de travail, la préparation, la qualité de l’équipe et du chef, leur capacité, leur passif, leur fiabilité, leur éthique, leur transparence, leur honnêteté bref beaucoup aussi sur leur comportement politique en plus de leurs aptitudes à être autre chose qu’un candidat et un communiquant (qualité qui sera aussi évidemment utile une fois élu).

    Parce que pour le programme, on veut tous le bien vivre dans un beau cadre, en sécurité sans oublier ni les jeunes ni les vieux, et si possible en payant moins d’impôts… Et que tant qu’on n’a pas expliqué un peu sérieusement comment on s’y prend, on n’a rien dit.

  • @ fred
    Je constate que tu reviens à de meilleurs sentiments, même si ton second paragraphe est encore une suputation de ton esprit. Car si je n’ai cité que les têtes de listes c’est qu’au jour du commentaire, je ne connaissais pas la composition des listes ni la place dans la liste.
    Je ne pense pas que tu sois un militant, tu es tout simplement quelqu’un qui a des difficultés à admettre une idée qui n’est pas la tienne.
    Dernier point, pour mon compte, je ne cherche pas à faire changer celui qui débat avec moi, je commente et explique mon sentiment. La richesse vient justement des échanges contradictoires. Si c’est pour écrire un article et que tous les commentaires disent Amen, rien ne bouge, rien n’avance.
    Je vais stopper là, et te redire que je n’accepte pas le terme « mauvaise foi », car si mauvaise fioi il y a c’est en transformant à sa guise des écrits.

  • Maurice Santoni

    Il serait intéressant aussi de regarder quels sont les colistiers des têtes de liste et de voir quel a été leur comportement au cours du dernier mandat. Parmi les opposants candidats « d’aujourd’hui » et colistiers d’hier du Maire sortant, je note tout de même plusieurs noms comme Jean-Yves DECROIX, Christiane DESSEAUX et Sylvie LOGEAIS. Trois personnes qui ont voté les augmentations des impôts et qui ont été complices du Maire dans ses actions pour une grande partie de son mandat.
    Nous avons aussi 3 têtes de liste, conseiller municipaux sortants et pour certains anciens colistiers du Maire sortant et ayant là encore pour certains votés les augmentations des taxes locales.
    Alors qu’en j’entends certains candidats dénoncer les augmentations des taxes et que certains ont voté ces augmentations ou ont dans leur liste des candidats qui ont voté pour ces augmentations, je n’ai envie de dire qu’une seule chose : DEHORS VOUS NOUS AVEZ TRAHI.