(par N. Caune) Bandol, un village provençal: oui, il y a 40 ans

Mise à jour le 26/01/11 à 9H45 (NDLR): les pointus de l’association PLT payent leur place au port comme n’importe quel bateau de plaisance amarré à Bandol. Article explicatif à suivre dans les jours qui viennent.

On entend encore parler de « Village provençal » pour qualifier BANDOL.

La formule est vendeuse : en période d’élection chacun la fait sienne. Et pourtant aucune mairie ne se souvient des ingrédients une fois l’élection passée.

Qu’est-ce qu’un village : Groupe de maisons à la campagne, plus petit qu’une ville, mais plus grand qu’un hameau, qui possède une mairie, des commerçants, des artisans, etc.…

La mairie OK, on ne peut pas la rater, mais les artisans (ferronnier, menuisier, fromager, … il n’en reste plus guère et les commerçants ont bien du mal eux aussi…

La Provence : c’est Pagnol, les lavandes, le pastis, les fontaines à l’ombre des platanes, un accent qui chante le soleil. La Provence c’est une authenticité, des parfums, les marchés colorés, une bastide en pierre dans un champ d’oliviers, les cigales dans des forêts de pins, la garrigue parfumée et la pierre de calcaire qui borde les chemins de terre rouge. C’est aussi des couleurs : l’or des falaises du littoral au soleil couchant, le vert de la cime des pins qui se découpe sur un ciel bleu d’une profondeur incomparable, le turquoise des eaux cristallines des calanques,  le rouge et l’orangé des cerises et des abricots, le jaune fier des mimosas sous le soleil d’hiver.

Pourtant, « Bandol, village provençal » est un fantôme. Son lustre et son pittoresque d’antan sont exploités par des vendeurs de strass. Aujourd’hui, Bandol est une station balnéaire sans charme et au même titre qu’une station ferroviaire ou une station de sports d’hiver, épisodiquement envahie. Les Bandolais, 900 au km2 hors période estivale, peinent à donner à la ville un vrai dynamisme : retraités ou cadres supérieurs pour la majorité font de Bandol une cité dortoir de luxe et les autres n’ont presque pas les moyens de se loger à cause d’un fort chômage et d’un prix prohibitif de l’immobilier (presque 1 maison sur 2 est une résidence secondaire, merci le tourisme !). Et chaque nouvelle réalisation des mairies successives éloigne le souvenir de ce village qu’ont connu mes grand-parents : relooking de l’avenue du 11 novembre et de la place de la poste, suppression de l’olivier et  de sa rocaille au début de la rue des écoles contre un dallage du carrefour, médiathèque, maison des vins, coloriage du quai en rose, une « paillote algeco » jouxtant  l’office du tourisme et bientôt une barre de boîtes à sandwich, une restructuration à venir du quai De Gaulle, une future paillotte sur la plage de la réserve…

Aujourd’hui, les ocres des façades sont remplacés par des tags, les platanes par des poiriers ornementaux et des séphoras du Japon, les lampadaires par des pylônes à led multicolores et les zones passantes sont bardées de barrières et bites en tout genre. Les pointus, s’ils sont mis en avant, c’est parce que la place est cadeau et c’est pour mieux clignoter mon enfant ! Les bastides sont rachetées et repeintes en blanc par de riches étrangers, ou rasées et remplacées par des résidences standing néo-modernes à toit terrasse comme on en voit les affiches en ce moment. Les bruits de tronçonneuses résonnent, les arbres saignent et les élus se disputent sur leurs cadavres ; alentour, les routes sillonnant entre les vignes deviennent des autoroutes à 3 voies ; les forages pétroliers s’installent sans bruit à notre porte tandis que les parcs nationaux rament entre consensus économiques et politiques. Que reste-il de la Provence à Bandol ?

Alors, de grâce, messieurs les élus passés, présents et futurs, un peu de cohérence, ne nous parlez plus de « Bandol, village provençal » pour faire le contraire !  Il arrive un moment où la naïveté n’est plus passe-partout. Et s’il faut vénérer le dieu Progrès, que ce soit au futur et pas à l’imparfait. Il serait  temps d’avoir une vision construite et assumée de l’avenir. Si on préfère une place de la mairie bordée de palmiers à la  « Hollywood boulevard » on assume les charençons et on ne parle pas de « village provençal ». Bandol c’est aussi 9000 habitants toute l’année qui voudraient bien vivre normalement dans un présent réconcilié et qu’on arrête de les prendre pour de « braves couillons ».

Nathalie CAUNE





17 Commentaires

  • […] Apparemment je ne suis pas le seul à manifester mon mécontentement. (A lire absolument l’article de Nathalie Caune sur bandolais.fr) […]

  • […] en voyant ma ville qui ne ressemble plus à grand chose, mais je ne vais pas redire ce qu’elle a joliment dit. Je déprime quand je me rends compte que ceux qui ont dirigé la ville ou qui la dirigent ne […]

  • […] au billet d’humeur de Nathalie CAUNE sur l’évolution d’un Bandol qui perd au fil des mandats son aspect d’origine, […]

  • muriel Anguenot

    un cri du coeur que beaucoup partagent Nathalie !
    Bandol , » village provençal » a toutes les sauces , c’est indigeste .
    le folklore provençal en tenue de « ravi  » devant les algecos , ça passe mal .
    comme les tambourins sous les leds dysneyworld d’ailleurs .
    François Barois a eu sa mediatheque incongrue au coeur du  » village  » ,Christian Palix aura ses algecos en front de mer …. la suite reste a inventer !

  • Nathalie

    Ton article doit être assez fidèle aux sentiments de beaucoup de Bandolais.
    Merci pour ces quelques lignes aux quelles j’adhère totalement.

  • christian Viala

    Excellent!
    J’adore!!!
    Merci Nathalie.

  • Nathalie,
    Je viens de parcourir avec beaucoup de respect les lignes sorties tout droit d’un cœur qui traduit ce que beaucoup partagent. Votre analyse, votre jugement, à mes yeux, correspondent tout à fait à la perception que nous serions en droit d’exiger des postulants à la fonction de Maire. Je suis persuadé que Bandol ne pourra pas s’en sortir sans la détermination, allez je me jette à l’eau!!!, d’une FEMME pour la candidature à cette fonction. Mais au risque de frustrer ou vexer quelques prétendantes affichées ou dans l’ombre, je n’ai pas retrouver, chez elles, ce que vous avez su exprimer. Alors pourquoi ne pas rêver? Pourquoi ne pas aller plus loin? Vos, déjà, quelques mots, ont reçu, déjà, mon adhésion…

  • Cette article est le reflet d’un mécontentement générale de la part des bandolais. Et il est tout à fait légitime! Le village de Bandol à toujours eu de grandes ambitions. Aujourd’hui c’est une station balnéaire connu dans dans de nombreux pays.
    Cependant nous payons le prix de notre propre rayonnement. Notre ville est totalement dénaturée et bétonnée. Les gens qui nous dirigent ont tout simplement oubliés, que ce qui a fait notre force, c’est notre patrimoine et le charme de notre littoral.

    Il va falloir être très vigilant aux prochaines élections et faire le bon choix. C’est notre dernière chance pour sauver Bandol. Mais cela reste encore abstrait à 4 ans des élections il est difficile de faire des pronostiques.

    Dans tous les cas je suis contant de voir l’implication et l’attachement de certains citoyens qui aiment Bandol et qui se préoccupent pour l’avenir de leur ville.

  • A tous :
    Que vous apporte la critique permanente envers les élus municipaux – avant leurs élections certains étaient vos amis dont vous aviez de la considération a leur égard -Qu’ont ils fait pour vous déplairaient,, RIEN,, seulement de ne pas aller dans le sens de vos idées (certains politiques) – vous n’avez pas (internautes) eu le courage de vous présenter (hormis 4 à 5 qui l’on fait) pour l’ensemble / la mentalité est toujours la même de laisser aux autres les responsabilités , moi je n’en prend pas = mais je critique ou je juge (c’est ce que subissent les bénévoles : vélo / skate-board / Rick hockey / ski / etc) – je vous confie (mes enfants) nous parents nous pratiquons la même activité mais ils ne viennent pas encadrer leur famille comme cela ils ne sont pas responsable / c’est le volontaire ( Conseiller Municipal – Entraineur sportif – président associatif etc… QUI sont ceux que Jean de LA FONTAINE cite dans (ses fables) mis par une certaine société HARO de leur activité juger par ceux qui n’ont rien fait avant – pour mes amis que je vexe pas cette vérité avant de me juger : bon ou mauvais prenez vous le temps de faire le bilan de vous même sur votre existence a promouvoir Bandol
    Ces deux derniers mandats jusqu’ a ce jour combien se sont investi a protéger le patrimoine : 1/100 de résidents ne connaissent rien du passé et du présent de la commune .
    En 1997 lorsque j’ai créé la visite touristique de Bandol (reprise actuellement par les autres communes) le constat des bandolais participants ignoraient mes commentaires sur l’ensemble de la visite.
    Rester humbles en jugeant vos amis qui aujourd’hui ont pris des responsabilités et qui demain aux prochaines élections seront vos colistiers (voterez vous contre eux ou les trouverez vous meilleur) dilemme de la vérité de VOTRE CONSCIENCE.
    Cordialement Max
    Merci Fred de ton hospitalité sachant que tu risques d’etre critiquer !!!!

  • Mise à jour le 26/01/11 à 9H45 (NDLR): les pointus de l’association PLT payent leur place au port comme n’importe quel bateau de plaisance amarré à Bandol. Article explicatif à suivre dans les jours qui viennent.

  • @Max,
    Je ne te comprends pas. Nathalie a écrit des lignes d’une sincérité et je dirais même d’une beauté…A ces lignes nous sommes quelques uns à avoir manifesté notre plaisir. Moi par exemple je considère, comme le dit la chanson, que la Femme est peut-être l’avenir de Bandol. Toi tu pars dans des réponses qui a mon avis ne correspondent pas du tout aux commentaires. Notre amitié m’a confronté à des difficultés d’analyse, tournant ton texte dans tous les sens, mais en vain… Alors que veux-tu dire lorsque nous lisons :

    « DONT le langage n’est pas le haut de la marque de Citroën – futur CANDITAT semblable est son attitude d’un non VECU du lieu de sa critique et de ses habitants.
    Vous avez le futur candidat «1ère magistrat » de la commune – le meilleur, sublime, l’Illustre SAUVEUR de Bandol. voici ma réponses du sujet précédant »
    ????

  • Jacques KAUFFMANN

    @ Fred

    Sans aucune polémique, je cherche une précision pour m’éclairer sur une info que j’ai reçue.

    Tu indiques que les pointus paient leur place au port.

    Peux tu faire préciser sous quelle forme ?

    Est ce que, en particulier, ils disposent d’abonnements annuels ? Et si oui, depuis combien de temps ?

    J’ai entendu dire, sans pouvoir le vérifier, que quelques-un d’entre eux ont obtenu un contrat d’abonnement annuel sans avoir été auparavant stationnés à Bandol et sans être passé par la liste d’attente.

    Je n’ai aucun moyen pour valider ou démentir cette information. Comme je l’ai reçue, d’autres doivent l’avoir aussi et autant mettre donc clairement les choses sur la table.

    Encore une fois, aucune volonté de polémique. J’aime les pointus et je suis content de voir une partie du port animée grace à eux.

    @ Nathalie.

    Ton texte est magnifique. La description que tu fais n’en est que plus cruelle.

    @ Max.

    Soyez assuré de notre respect, mais c’est vrai qu’un peu plus de clarté rendra vos démonstrations plus compréhensibles.

    Jacques

  • Je connaissais les talents de Nathalie la photographe, la pâtissière, mais là !!! J’en suis pantois. Que nous caches tu encore ?

    Allez, ne sois pas trop triste, il reste les cigales, les pêcheurs qui vendent leur pêche, le pastis et le terrain de pétanque.

  • Merci à Nathalie Caune, qui m’a fait revivre le Bandol d’Autrefois avec tous ses charmes, et le petit Ricard gratuit à l’arrivée sur l’Ile de Bendor!!! tout est devenu artificiel….. REGRET

  • @ Max et à nos lecteurs:
    je viens de prendre une décision difficile et différée depuis des mois: soumettre les commentaires de Max M. à une modération préalable par mes soins, et éventuellement ferme.

    Je lui ai demandé à de multiples reprises de se relire, voire de se faire relire par un tiers, afin de s’assurer de la compréhensibilité de ses messages, dont un nombre vraiment trop grand de lecteurs se plaignent auprès de moi par commentaires, mails ou à l’oral.
    Ses deux derniers messages étant d’une obscurité totale sans aucune relecture préalable perceptible, et déclenchant des malentendus voire un peu de paranoïa chez certains, je décide de retirer ces 2 derniers et une partie des messages qui y répondent directement.

    A compter de ce jour, les messages de Max seront mis en attente de validation, et ne seront publiés que si je parviens à un minimum de compréhension de ce qui y est dit, car trop de gens les perçoivent comme une pollution dont le sens leur échappe, et que les internautes les plus férus qualifient de « troll ».

    L’usage accepte une orthographe hasardeuse, interdit le langage sms, et j’apprécie que certains autres commentateurs aient fait des efforts de relecture ces derniers mois pour s’assurer de formuler des phrases compréhensibles et ponctuées, en un mot, qui tiennent debout. L’écrit laisse le temps d’un peu de réflexion et de relecture, et quand on se sait malhabile à l’écrit, cet effort s’impose à chacun.

    J’informe Max par mail, avec mes excuses et regrets pour cette mesure individualisée qui chagrine le respect et l’estime que je lui porte comme la plupart d’entre vous: mais je me lasse de répéter certains conseils, insistants, et espère l’amener ainsi à reprendre sa part du débat, mais sans imposer à chacun de jouer aux devinettes…

  • @ Jacques,
    j’ai annoncé un article explicatif, et il vient, mais ne répondra que partiellement à tes interrogations.

    Les responsables de PLT (Michel son Président notamment) éprouvant certaines réticences que je comprends et accepte à participer sur les blogs (ce n’est pas obligatoire et on peut avoir d’autres priorités ou ne pas être en accord avec cette forme de débat public), je t’encourage à prendre contact avec l’association pour poser les questions et obtenir les réponses à la source (quitte à nous faire état des informations obtenues par la suite).

    Voir : http://www.pointuslegendestraditionsdebandol.com/

  • Fred, Jean, Jacques, Serge
    Ce n’est peut etre pas bien rédigé mes textes ; j’accepte volontiers votre remarque – mais il n’y a rien pour Nathalie : je réponds seulement a la question que beaucoup de personne critique les élus dont j’ai fait partie en nous traitant d’incapable car eux il aurait fait mieux (pour l’actuel : ils n’ont jamais rien prouvé de leur capacité).
    Concernant la personnalité féminine je suis pour leur participation a toute fonction : Mesdames avec mes respects
    Ligne de 1 à 15

    Certains ont oublié que ces anciens élus ont été des personnes de qualités : ils ont apporté à Bandol de nombreuses réalisations dont ces contestataires bénéficies actuellement – Plus encore ces opposants ne sont ils pas venu assister aux inaugurations faites en reconnaissance justement de leurs mandats d’élus municipaux pour les honorer de donner la dénomination d’une place, d’un stade et bien autre lieux publics portant leur nom.
    de la 1 à 15° ligne
    je dénonce seulement une vérité actuelle d’une société ou personne ne veut prendre des responsabilités ce qui leur permet de toujours trouver des responsables pour justifier leurs critiques – Voici ce qui m’attend dire la vérité comme récompense a mes propos par des gens qui prétend aimer Bandol ; d’après eux l’évolution communale apporte des modifications (que moi aussi je n’apprécie pas) – le constat qu’ils font de l’état des lieux ne représente même pas deux décennies – leurs connaissances sont réduites d’autant que les plus critiques envers les bandolais se disent provençal, de la commune, etc. – la personne cité dans mon deuxième texte ?..par énigme ?
    Cordialement Max
    ——————————-
    NDLR: @Max, je ne comprends pas les énigmes, mais au moins je comprends le sens des phrases quand tu prends le temps de peaufiner 😉