(par N. Caune) Bandol « sécurise » le Capelan

Des bruits de pelleteuse mécanique en passant devant la presqu’île du Capélan ont de quoi surprendre les passants aux abords de ce site ENS (Espace Classé Sensible).
La vue en est encore plus choquante : la morphologie de la presqu’île que chaque Bandolais connait si bien est ravagée !

Depuis quelques années soumis à l’érosion naturelle, ce site est aujourd’hui l’objet de travaux « de mise en sécurité » réalisés par le conseil général sur les instances de la mairie. Les travaux prévus depuis longtemps et commencés hier, devraient se terminer demain. 3 jours pour faire table rase d’une « carte postale » bandolaise.

Le propos du conseil général est de sécuriser l’endroit très prisé par les touristes en accélérant l’érosion naturelle et en effondrant les parties jugées dangereuses (surplombs trop abrupts et caverneux). Pour ce faire, la pelleteuse va se « faire » un chemin praticable au marteau piqueur pour accéder à ces zones et abattre des pans de falaises. Un sentier de « promenade » sera délimité au sommet de la presqu’île pour favoriser la pousse des espèces végétales endémiques, comme cela a déjà été fait à la pointe des Engraviers, devant les tennis.

Si aucun arbre ne doit être abattu (à part le premier qui ornait si joliment le prime abord de l’endroit), sous couvert de préservation la presqu’île du Capélan est massacrée sous nos yeux stupéfaits, sans aucune communication préalable de la mairie envers la population. Site remarquable et symbolique du littoral Bandolais, la plage et sa fréquentation grandissante gagne sur la tranquille existence de cet endroit magique. Le principe de précaution a peu d’état d’âme, et comme pour ne pas avoir d’angine on enlève les amygdales, on peut s’interroger sur la justification d’une intervention aussi radicale.

Nathalie CAUNE





12 Commentaires

  • si c’était la seule chose qui soit ravagée à Bandol………!

  • Et pour ce faire un éminent spécialiste à fait une étude géologique , car dans un ENS espace naturel sensible , on ne se préoccupe en aucune façon de la faune et la flore mediterraneene, allo au secours AThena …. , et encore moins des paysages emblématiques . On coupe , on tranche , on attaque , on pulvérise , sans état d âme , pour la sacro sainte sécurité . Hé bien messieurs dames , la nature n est pas sûre ! Les gaulois craignaient que le ciel ne leur tombent sur la tête , mais c étaient les gaulois …..maintenant , les parapluies ne semblent plus être assez grands pour apporter sécurité et autosatisfaction aux décideurs actuels et le porte monnaie du contribuable est sans fond pour assouvir leur désir de se mettre  » à l abri  » . Tous aux abris ! Peur sur la ville !

  • RASTOIN REVOLON Danielle

    @ vous 2, merci pour ces infos et commentaires et photos,

    Je reviens d’un ailleurs aujourd’hui et je suis bien triste de ce changement à venir dans un si bel endroit!

    N’y avait-il donc pas d’autres solutions ?

  • A la lecture du plan d’aménagement trouvé sur Bandol Blog, je m’interroge :
    Soit je n’ai pas compris ce que m’a dit le responsable de la Brigade Environnement ce matin (à qui je rend hommage pour sa disponibilité immédiate à répondre à nos interrogations ; pas toujours confortable d’être entre le marteau de concitoyens avides de réponses et l’enclume d’une hiérarchie « mauvaise communicante »), soit je ne comprend pas la lecture des documents officiels.

    Outre le jargon témoignant de nos divergences de point de vue : alors que je vois un paysage magnifique de carte postale, les instances en costumes-cravates voient
    « • des dolomies bréchifiées (secteur n01);
    • des bancs altérés subverticaux dont la crete a été réduite en empilement de blocs
    dolomitiques plutôt massifs (secteurs n02 et 4);
    • des brèches a blocs de dolomies parfois largement cargneulisés, et la plupart du
    temps englobés dans une matrice argilo-graveleuse rougeâtre friable. Cet état donne
    un aspect ruiniforme au massif (secteurs n°3, 5, 6, 9, 10, 11 et 12);
    • des blocs rocheux dolomitiques plurimétriques isolés (secteurs n07 et 8). »

    Quand on me dit qu’aucun arbre ne sera abattu, je lis que
    « Les solutions envisagées sont donc:
    • l’abattage d’arbres (secteurs n01,2, 4 et 6);… »

    Quand on m’assure que le site restera à l’état naturel, je lis encore que
    « le comblement de l’assise de 2 blocs par un béton cyclopéen (secteurs n°8 et 11). »

    Quand je lis les recommandations du maitre d’ouvrage pour la réalisation des travaux qui sont en outre « d’éviter l’utilisation d’engins pouvant détériorer la faune et la flore », alors que la pelleteuse mécanique là pour 3 jours, pour pouvoir passer effectuer les affaissements (qui ne sont pas censés eux non plus détériorer le site!), aplanit le relief naturel de la zone au marteau piqueur dans la roche, créant ainsi une plateforme pas très naturelle…!!!

    Et qu’au final, pour préserver un Espace Naturel Classé, on le saccage, on le met au carré, sécuriser comme une autoroute… tout comme a déjà été défiguré le sentier jadis ombragé juste avant ( j’ai encore d’anciennes cartes postales) en abattant une quinzaine de pins, au motif de la sécurisation du site… je comprend mal la logique des spécialistes de l’environnement. Quand on veut abattre son chien, on dit qu’il a la rage !

    Là, ce n’est même plus qu’on ne nous dit pas tout ; il y a manifestement discordance de la signification des mots, pour ne pas dire plus… !

  • bertoncini franck

    c est bien triste tous cela ,mais a quoi va finir par ressembler notre bandol ,on betone de partout , dans ce qu ecris nathalie il n est pas exlu de betonner et couper c est pins qui on berce notre enfance ,triste vraiment desolant

  • Merci à Nathalie Caunes pour son sujet d’une part et pour ses commentaires très précis sur les rapports bureaucratiques. C’est édifiant !
    Ce jargon peut tout à fait être compraré à celui des médecins qui parlent en latin pour masquer leurs ignorances, leurs méfaits et se gonfler d’une importance usurpée.
    Encore une fois tout peut être justifié, tout peut être légitimé : autorité ou autoritarisme, sécurité ou sécuritarisme, écologie ou écologoïsme.
    En réalité ils ne savent plus quoi inventer pour nous manger nos sous par des études à n’en plus finir, suivies par des travaux délirants, nous pourrir la vie par des restrictions prétendument sécuritaires, gâcher nos vacances.
    Dans la foulée, forts de cette « preuve tangible » que le site « protégé » est activement sous tutelle, ils vont finir par démolire le resto juste au dessus, toujours en parfaite conformité avec l’arrêté machin et la loi truc muche.
    C’est de ça qu’on crève. Chaque jour un peu moins de regret de délocaliser pour fuir ce pays sous la tutelle administrativo apparatchic des MTTV. (menteurs tricheurs truqueurs voleurs). Ce n’est pas en continuant ce genre de dépenses (urgentes et prioritaires pour sauver la France) qu’on va aller dans le sens de la réduction du déficit du pays. Inutile après ça d’accuser les banques de NOS maux.
    Quand je vous dis qu’il n’y en a plus que pour les TES (travailleurs de l’économie subventionnée). Cette économie n’est pas seulement bidon, elle nous ruine.

    C’est que le début d’accord, d’accord,
    Et ça continue encore et encore,
    Une lame vient de tomber,
    sur le socle de ta forêt,

  • Je viens de lire ce texte ,je suis éffaré,déja ILS nous avaient supprimés les digues de la plage de renecros(lieu de beaucoup de premiers amours,amourettes,rencontres,jeux de vacançes) et maintenant ILS me suppriment un des plus beaux paysages de bandol,là où ont été faites mes photos de mariage…..

  • @ Marc,
    Nous sommes beaucoup à avoir des souvenirs là-bas !
    Mais pour être tout à fait honnête, la mairie et le conseil général ne suppriment rien. La presqu’île est toujours là. Et elle le restera. Tout part même d’une bonne intention de justement faire perdurer le site en luttant contre une érosion naturelle. Le vent, la mer, les intempéries avaient déjà pas mal fragilisé les parois terreuses.
    Par contre en effet, la pelleteuse mécanique n’a aucun état d’âme. Pas plus que les dossiers techniques. Et on ne leur en demande pas d’ailleurs. C’est le contraste entre la froideur administrative et le profond attachement de beaucoup de Bandolais pour cet endroit qui rend cette action choquante. Et certainement aussi le fait que jamais la mairie n’ait évoqué la perspective de ces travaux. Si les travaux se justifient, toucher à un site de cette valeur ne peut pas être anodin pour les Bandolais ! Un minimum de communication en amont aurait adouci le traumatisme.

  • Nathalie , on ne lutte pas contre l’erosion naturelle , mais on en accelere le processus naturel .
    L’analyse geologique , son contenu et sa formulation , me rappelent etrangement des dossiers de demande d’ouverture de carriéres pour le BTP … est ce vraiment de ce genre d’analyse , qui est seule prise en compte dans le cas qui nous préoccupe , dont doit dependre l’avenir d’ un Espace Naturel Sensible emblematique de notre littoral ?
    faire artificiellement une pente a 45° , créer artificiellement des paliers bien reguliers , et attendre une revegetalisation  » naturelle  » …. faire tomber de gros blocs de pierres aux pieds de la presqu’ile , comme pour une digue ….
    quand a la com ‘ , ben , heuuuu …. quelle com’ ?
    pourtant , il y a du monde a la comm’ municipale , peut etre trop , chacun attendant que l’autre s’en charge peut etre ? personne ne sait plus qui fait quoi ? qui dirige qui ?
    un peu de communication a ce sujet la aussi , , ce serai bien , tres bien meme

  • l’érosion naturelle ça fait 10 000 ans qu’elle érode. Mais au capélan elle érode surtout notre argent.
    pour l’érosion je vous recommande le chemin des ocres à Roussillon. (il suffit de « taper » chemin des etc ……. et gogol fait le reste c’est super et en plus au dessus de la place il y a un bar resto très sympa) . celui de gauche quand on arrive devant. celui qui a la terrasse au fond.

    La bas le constat est le même et la conclusion est inverse. Ne rien toucher pour garder l’érosion dans son état « naturel ». C’est gratuit et c’est mieux. zon pas encore étaient frappés par le sécuritarisme à la française (jardin à la française, plancher à la française…)

    Ma main à couper que le fond de l’idée est ailleurs. L’avenir nous le dira.

  • Réponse du Maire sur le forum de la ville :

    http://www.villedebandol.fr/viewtopic.php?f=14&t=173

    Jacques