(par N. Caune) Aménagement rue des écoles : suite

BAN_abord_ecoles1.jpgL’abord des écoles maternelles et primaires d’Octave Maurel est désormais balisé. La rue des écoles étant ce qu’elle est, un grand crayon fluo, on ne peut pas le louper, invite les véhicules à ralentir. La sécurité a ses exigences…
Nathalie CAUNE
NDRL: la Mairie de Bandol a-t-elle fait cette trouvaille au récent salon des Maires de France? Faudra que j’aille voir in situ pour me faire une opinion sur ce crayon.
.





14 Commentaires

  • il est fait en quoi le bidule ?
    ça vous a un petit coté » provençal » pas racoleur du tout ,
    et du plus bel effet a coté des bites bleues .
    ça apporte incontestablement un plus pour modérer les ardeurs des automobilistes illettrés et autres affolés du champignons en deux roues : ça rappele la méthode globale
    d’apprentissage de la lecture .
    et puis ça peut servir aussi pour carnaval , sur un char , ce sera du plus bel effet .
    il faut savoir dire quand c’est bien , et aussi quand c’est …. je cherche le mot …. beau !
    bref , bravo pour cette initiative , nos élus ont décidément un gout tres sur .

  • Claude Seux- Bos

    L’école du Bois Maurin a également ses crayons depuis mercredi. Bonne signalétique, avec un petit bémol : celui situé avant l’école en arrivant de la ville est sur le trottoir de gauche et caché en partie par un réverbère. Dommage, on loupe le 10/10 de peu.

  • J’suis passé devant juste pour voir en remontant de mon après-midi chez des clients sur le port: comme tous les trucs du genre, en y regardant de près ce n’est jamais aussi gros que cela en a l’air (sur la photo). 3,10m de haut et 40cm de diamètre…
    😉

  • Le totem que je signalais mal placé a été démonté, et une nouvelle base a été scellée dans le sol en attente de remontage du crayon, qui aura, ainsi, bonne mine.
    Tu vois Fred, ton blog sert à quelque chose.

  • chers constestataires
    si possible sans polémique car la suite est une analyse :
    qu’elle est la possibilté que l’on doit adoptée pour satisfait les uns sans compromettre les autres .
    les mamans veulent des securité pour leurs enfants – elles ont raisons on ne prend jamais assez de precaution (skate ou lieux scolaires) – les adultes souhaitent avoir des salles et lieux de loisirs ( manque de disponibilité de lieux – N° associations) – ceux qui arrive a un certain age (on leur conteste les rampes de securité) et pour couronner a chaque travaux ou autres : c’est contesté par les un mais approuvé par les autres – qu’elle dileme pour chaque mandature pour les 29 élus car quelque soit la municipalité y toujours une opposition – si vous etiez a leur place ou chaque année sort une nouvelle legislation administrative (lois decrets arretés etc)
    QUE peut on faire pour donner satifaction a tous – ceci n’est qu’une analyse faite de 1965 à 2009.
    pour le parvis exact plus provencal- et bien autres lieux de chez nous – sur tous les mandats – amitiés –
    MAX

  • Tu as raison Max,… mais il ne s’agit pas de contester systématiquement le travail de ceux qui veulent faire plaisir à tout le monde (c’est louable). Je crois que tu as mis le doigt dessus : il est juste impossible de plaire à tout le monde ! Et ça ne date pas d’hier, chaque municipalité s’y trouve confrontée. La nature humaine est ainsi faite, variée, multiple, éclectique, disparate et contradictoire et HEUREUSEMENT ! C’est sa force. Mais la tâche d’une équipe élue n’est pas (à mon sens!) de chercher à satisfaire chacune des demandes de ses concitoyens ( « et moi je veux des places de parking devant chez moi », »moi je voudrais un bac à fleurs », »là, un dos d’âne ça ferait ralentir les voitures quand je vais promener mon chien »…) mais de gérer un bien commun dans l’intérêt commun, de déterminer un axe de travail et de s’y tenir. Les réunions de quartiers c’est super, puisque c’est une prise directe de l’opinion des citoyens (j’ai failli dire « électeurs »!). Ce qui me gène, c’est qu’après il n’y ait aucune cohérence d’action, et aucune prise en compte de l’environnement. Total on badigeonne un lieu historique et on met des bac à fleurs de chaque côté d’un passage piéton ! …A force de vouloir faire plaisir à 1 seul, sans réflexion d’ensemble, on arrive à des situations cocasses et la plupart du temps on défait ce qui a été fait en gaspillant l’argent du contribuable ! Et quand on se fait élire en prônant l’étendard provençal, et le respect d’un certain cachet, il faut s’y tenir au risque de perdre sa crédibilité ou s’attendre à certaines contestations. Les pointus, j’applaudis, là l’église… nettement moins.

  • Jacques KAUFFMANN

    @Nathalie,
    Concilier intérêt général et demandes particulières est effectivement un art.
    Personne ne détient la vérité seul. Ni un élu, quel qu’il soit, ni un citoyen, même inspiré.
    C’est la confrontation des un et des autres qui permet de trouver la solution.
    A l’élu d’avoir une vision globale, un projet pour sa ville. Et donc de définir une direction. Aux citoyens de faire remonter leurs problèmes pratiques. Parceque personne d’autre qu’eux ne peut le faire. Comment un élu peut savoir que tel machin n’est pas adapté si ce n’est pas celui qui l’utilise qui lui dit ?
    La plupart du temps, quand on rigole d’une décision municipale, c’est parce qu’elle apparaît totalement décalée des besoins réels (la rampe du cimetière, la jardinière du passage piétons et la marche de l’église apparaissent de bons exemples).
    Pourtant, il y a bien une raison qui a poussé quelqu’un, un matin, à décider de faire ces trucs.
    Une discussion permet facilement d’éviter cela, soit en expliquant aux gens pourquoi c’est nécessaire, soit en faisant comprendre aux élus pourquoi c’est inutile, ou pour chercher une solution mieux adaptées.
    Répondre aux usagers, ce n’est pas forcément du clientélisme, et cela n’a pas forcément comme effet un saupoudrage d’actions contradictoires.
    Au contraire, c’est ce qui permet de rendre concret la vision globale que peuvent avoir des élus.
    Répondre aux usagers, ce n’est d’ailleurs pas nécessairement dire « oui » à leurs demandes les plus saugrenues, mais résoudre leurs problèmes, peut être d’une autre manière, et ainsi améliorer la vie de tous.
    Jacques

  • @ jacques
    un usager est aussi un électeur qui a voté pour un programme « aux couleurs de Provence »et qui s’interroge sur le coté provençal des crayons , bittes bleues et zébra de tout poils qui poussent comme la lavande sur notre bonne terre bandolaise .
    c’est aussi un individu qui est en droit de pointer des incohérences réalisées avec ses impots ; car l’élu qui fait realiser un amenagement ne sort pas les sous de sa poche ( ce n’est pas un don dont il faut le remercier ),
    mais se sert de l’argent public issu de nos contributions a l’interet commun )
    c’est vrai que ce n’est pas facile de garder en ligne de mire l’interet commun quand il y a des pressions particuliéres de tout coté …mais cette constatation ne saurait empécher un individu d’ exprimer son ressenti( meme si ses propos ne sont pas lénifiants )sur tel ou tel projet ou realisation dans sa commune , c’est son droit dans une democratie qui se respecte .

  • A tous bonjour.
    Heureux de vous avoir lu.
    Heureux car les commentaires de cet article posent les vrais problèmes de la gestion publique et municipale en particulier et l’éclairent d’un jour intéressant.
    Vous me direz que Delaud distribue des bons ou des mauvais points vous importe peu et je vous rétorquerai que vous avez raison.
    Mais je tenais à vous le dire car je retrouve les commentaires que j’apprécie.
    Ce n’est ni du lynchage des élus ni du passage de brosse ni de la réaction épidermique.
    Continuez ainsi pas pour me faire plaisir mais par respect pour Bandolais.fr.
    C’est un blog qui mérite mieux que certains écrits d’un passé récent qui ressemblaient plus à OK Corral qu’à un lien entre citoyens responsables.
    Merci d’avoir illuminé mon début de journée

  • Claude Seux- Bos

    Le crayon du Bois Maurin : suite.
    Je suis très inquiet. En passant devant l’école du Bois Maurin ce matin, j’ai constaté que le crayon, qui avait été déposé sur le trottoir, en attendant sa réinstallation à 5 mètres plus loin, donc le crayon a disparu : mise à l’abri ou vol du crayon ?

  • Nathalie.
    et Tous..
    avec ton appareil photo fait le tour de la ville et constate le nombre de miroir de coin de rue ou ils sont placé ainsi que l’environnement – apres ce constat fait celui des chaines et piquets devant un espace public ou devant une maison pour le non stationnement-
    voila un des nombreux privilége obtenus par certain aux cours des decennies precedantes tous mandats confondus qui revendiquent maintenant ce qu’ils n’obtiennent plus d’autrefois par la rigeur et le changement des nouveaux elus(29)dont la majorité ne sont plus un ami qui ne savait pas dire non a une solicitation ce qui etait inclus dans la mentalité communale – c’etait ainsi JADIS-
    Concernant la connaissance des élus sur la gestion communale et administrative ainsi que les lieux de la commune – je vais deplaire – j’ai proposé une visite commentée de bandol aux futurs candidats a toutes les listes – voici le resultat en 2000 avant election – une personne à qui je rends hommage d’etre venue (la doyenne du conseil municipal 2001) – en 2008 un certain nombre de la liste du maire actuel – conclusion 2001 sur 87 candidats (UNE) / en 2008 sur 87 candidats ( Dizaine) –
    tu es née a bandol, mais toi meme connais-tu bien ta commune – sur le reproche que l’on fait a tout élu n’est pas acceptable car ce n’est pas de sa faute – bien souvent sa profession est hors de la commune ou il est peut etre nouveau resident venu d’aileurs il ne connait pas la vie de cette ville dont il vient d’etre élu – Veuillez les excuser de leur manque de connaissance au depriement de celui qui a la connaissance de sa naissance en tout lieu et tout savoir.
    je suppose que fred va me faire un texte sur mes propos comme le mercredi – quand a C Delaud ce n’est pas pour le blog mais pour la commune dont nous avons l’esprit de proteger le passé de nos ancetres qui ont fait cette commune – (sans rancunes a ceux qui pensent que je suis encore HORS du sujet – Amities – Max

  • MEA CULPA.
    quand je relis mes textes, j’y trouve beaucoup de fautes d’orthographes et de phrases mal concues ; d’ailleurs MES Institutrices : BORENS CRISTOL IMBERT m’ont toujours fait la remarque et l’age ne m’a pas amélioré j’ai compensé ce défaut en étant toujours le meilleur en histoire et sur le devoir de memoire des générations du passé .
    Max

  • Jean-Pierre Chorel

    Fautes avouées, à demi pardonnées dit l’adage ! Bon il en reste encore pas mal… Courage Max ! LOL