(par J.P. Joseph) Analyser Bandol sur chaque période

NDLR: le débat se poursuit autour du rapport de la Chambre Régionale des Comptes. Jean-Paul JOSEPH avait publié ici sa lettre aux conseillers municipaux de Bandol concernant le budget 2010, appuyée par une intervention de l’ancien Maire Christian GOUX, et suscitant une réponse de Christian DELAUD. Avant que je ne me lance dans mon propre « éditorial » (du point de vue de l’électeur qui ne se penche pas aussi à fond que ces éminents bandolais sur ces sujets, mais en retient bien un synthèse qui s’exprime dans les urnes), Jean-Paul JOSEPH anticipe un peu sur ce que j’ai à dire, en appelant à distinguer les deux périodes, que la Mairie essaie jusqu’à maintenant, d’imbriquer un peu trop fortement sur un plan financier).
Rappel: le rapport de la Chambre Régionale des Comptes a été diffusé par le blog Bandol pour Tous (François BAROIS, UMP, opposition, Maire de Bandol de 2001 à 2008).


Il est nécessaire de sortir de l’obsession anti Barois qui ne saurait justifier les errements du maire actuel et il faut bien distinguer 2 périodes: le mandat de Mr Barois et celui de Mr Palix.
1) Le mandat de Mr Barois
La CRC a certes critiqué, comme elle le fait toujours certaines décisions financières et notamment celle de …/…


…/… la médiathèque (le lourd poids de cet investissement et ses conséquences apparaissent clairement dans mon analyse financière publiée sur le site de bandolais.fr en aout), mais son jugement global, donné dans sa conclusion est sans appel:
« En conclusion, la situation financière de la ville jusqu’à ce jour correcte pourrait devenir préoccupante car les charges de fonctionnement croissent sensiblement et croîtront encore sous l’effet des charges financières induites par les emprunts souscrits depuis 2006. Cette perspective nécessite de maîtriser les charges de gestion notamment celles à caractère général et de réguler la politique d’équipement si elle devait nécessiter un recours accru à l’emprunt. »
Rien donc ne justifie les accusations alarmistes destinées à tromper la population et faire passer la hausse excessive de la part communale des impôts locaux de 24% qualifiée « d’impôt médiathèque »

2) Le mandat actuel
Les décisions graves concernant le casino, la gestion du personnel,… apparaîtront bientôt comme de graves erreurs, mais je veux rester ici sur les problèmes financiers indiscutables:
2.765 880 euros = dépenses d’équipement prévues au BP 2009
8.478 880 euros = dépenses d’équipement (budgets annexes compris) décidées et votées en mars 2009
7.872 726 euros = dépenses d’équipement (budgets annexes compris) qui doivent être effectuées pour pouvoir bénéficier du remboursement anticipé du FCTVA (775 000 euros selon la délibération de mars 2009) d’ou les dépenses inconsidérées de fin d’année.
2.700 000 euros = total des emprunts effectués en 2009 sur les budgets annexes du port, de l’eau et de l’assainissement = souligne ce que l’on oublie souvent à savoir la nécessité d’une approche « consolidée » des finances (en l’occurrence la dette) de la commune.
Au total, nous avons assisté en 2009 à une politique d’investissement qui va clairement à l’encontre des recommandations de la CRC et qui met en danger les finances de la commune avec à terme le risque d’une nouvelle augmentation de nos impôts.
A comparer aux quelques milliers d’euros économisés en charges de gestion = c’est un bon début, mais l’enjeu est tout autre.

Il y aurait encore beaucoup de chiffres à donner, on pourrait parler du contexte économique favorable sous le précédent mandat et qui ne l’est plus etc… Mais les lecteurs seraient vite « lassés », lecteurs auxquels je présente tous mes vœux pour la nouvelle année.
Jean-Paul Joseph
.





2 Commentaires

  • c’est bien ce que j’avais compris , mais c’est encore mieux résumé en clair ; merci du compactage de ce dossier que vous connaissez décidément tres bien .
    la débauche d’emprunts sur les budgets annexes va plomber réellement un peu plus  » le porte monnaie bandolais « . ça, plus l’eau qui devient de l’or bleu pour le contribuable en ces périodes de vaches maigres ,ça n’augure rien de bien réjouissant pour la suite . en espérant que nous serons epargnés d’une soudaine tocade municipale d’achat d’un terrain, d’un immeuble , voire d’une villa ,et que Partouche ne mettra pas la clef sous la porte .en fait , nos impots se  » jouent « au hasard des envies , et c’est pas Noel tout les jours a Bandol;
    et si on se remettait a compter et dépenser en fonction des besoins et de nos possibilités de realisations ?
    et si on cessait cette fuite en avant financiére ?
    c’est le début d’année, le moment des bonnes resolutions….

  • Histoire Financiere
    pour mémoire depuis 1977 a nos jours a chaque changement de mandat a été fait un audit + association + particuliers – l’humour serait Pauvre ou Riche Commune qu’est bandol – Max