(par C. Pinet) Parents d’élèves en colère sur les hauts de Bandol

Lundi 7 février 2011 à la grande surprise des parents d’élèves, l’arrêt de bus scolaire « Champion » avait été déplacé.
La mairie n’a pas jugé bon d’informer les parents sur ce nouvel emplacement qui aurait fait débat si nous avions été consultés. En effet, ce nouvel emplacement a été étudié par la Police Municipale, le Bureau des Ecoles et le Conseil Général afin de permettre au bus une meilleure manoeuvre pour repartir.
Malheureusement aucun de ces acteurs n’a tenu compte d’un facteur essentiel au déplacement c’est-à-dire « la sécurité des enfants sur le domaine public pour se rendre jusqu’au point d’arrêt » .
Cela mérite une explication pour que chacun conmprenne la colère des parents sur le sujet.

Le Conseil Général organise le transport scolaire mais le premier magistrat se doit de réaliser sur sa commune tous les aménagements de voirie nécessaires à la sécurité des usagers du domaine public.
En 2007 lors de la mise en place de la ligne de bus Champion/Octave Maurel, l’ancien maire avait fait réaliser un aménagement (trottoir et point d’arrêt) provisoire dans l’attente de l’élargissement de la station-service et de la création d’un rond-point pour freiner la vitesse sur le carrefour (de nombreux accidents dus au non respect des stops sont à déplorer sur ce carrefour).
Mais l’eau coule sous les ponts, le provisoire devient définitif et les beaux projets se perdent au fond des tiroirs.

Néanmoins, nos enfants cheminaient matins et soirs sur un trottoir en toute sécurité.

Aujourd’hui la capacité du bus a doublé, un véhicule plus important mais SANS CEINTURES DE SECURITE COMME L’IMPOSE LE REGLEMENT a dû être mis en place.
Cependant, ce véhicule de transport est dans l’obligation de faire une marche arrière pour sortir de son emplacement. Manoeuvre jugée dangereuse par le prestataire du bus (le même prestataire qui prend conscience que cette action réalisée tous les jours matins et soirs pendant 5 ans représente un DANGER!!!! c’est l’hôpital qui se fout de la charité).

Or, le nouvel emplacement défini je le rappelle par la PM, le bureau des écoles et le CG, n’est pas moins dangereux: c’est pourquoi à 5 reprises les parents ont signalé les points suivants:

  • Le bus ne peut pas pénétrer sur l’aire de stationnement créée à cet effet (longueur du bus 6.00m, longueur 6.00m pas de possibilité de manoeuvre) de plus la visibilité est réduite à cause du stationnement de part et d’autre de l’aire.
  • Le bus s’arrête sur la chaussée obligeant les autres véhicules à le dépasser et à se retrouver face à face avec les automibilistes du sens opposé.
  • Les enfants descendent sur la chaussée car le trottoir au droit de l’aire est trop étroit pour accueillir parents et enfants à la descente du bus.
  • 12 enfants sur 19, âgés de 4 à 10 ans sont contraints de circuler sur la route au milieu d’un carrefour et au droit d’une station-service.
  • Stationnement anarchique des 7 autres parents pour venir récupérer leurs enfants.
  • Aucun passage piétons ne peut être réalisé puisqu’il n’y a pas de trottoir pour se rendre jusqu’au point d’arrêt.

Néanmoins, selon le bureau des écoles cette situation est provisoire le temps d’aménager le site (je vous rappelle que pour lancer une telle opération d’aménagement, la commune doit d’abord établir un projet qui fera l’objet d’un marché conforme au code des marchés publics. Enfin un appel d’offre aux entreprises devra être édité et une fois l’entreprise retenue celle-ci établira un calendrier des travaux – POUR FAIRE SIMPLE UNE TELLE OPERATION PREND MINIMUM 6 MOIS SOIT UN LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LE MOIS D’AOUT.)

En attendant, aux yeux des représentants de la mairie, nous devons faire le deuil de l’ancien emplacement qui, lui, était aux normes, et nos enfants devront marcher sur la chaussée en plein carrefour alors que le site est réputé dangereux dû à la vitesse des automobilistes et au non respect des stops. Nous n’avons pas la même vision du DANGER.

Toutefois chers parents la mairie ne ferme pas le débat car une réunion de concertation cette fois avec les parents d’élèves sera organisée vendredi 11 février à 8h00 sur le site.

Dans l’attente, priez si vous êtes croyant pour qu’il n’arrive rien à ces 19 enfants car tous les acteurs qui n’ont pas mis en place dès notre alerte le principe de précaution auraient à se justifier de leur négligence.

Carine PINET
représentant les parents des 19 élèves





Un commentaire