(par C. Goux) Les chiffres sont têtus

NDLR: Christian GOUX, ancien Maire de Bandol (1977-1983), m’a proposé de publier ce mail qu’il m’a adressé. A noter qu’il a été également député et président de la commission des finances à l’Assemblée Nationale. Enfin il est professeur d’économie, et c’est l’une des personnes que Jean-Paul JOSEPH avait consultée avant de rendre publique son analyse financière

Cher monsieur Metey
continuant à m’intéresser au devenir de ma commune j’ai lu avec surprise les commentaires de Christian Delaud sur la lettre de J P Joseph que celui-ci m’avait gentiment adressé et que je conseille à chacun de relire attentivement .
Les chiffres sont têtus, certes, mais la situation financière de la commune est bien celle décrite par J P Joseph comme l’ont confirmé et le confirmeront l’année prochaine les instances comptables de Bercy.
On peut trouver toutes les raisons pour voter pour ou contre un budget mais on ne peut nier les réalités comptables économiques et financières.
Christian GOUX
Professeur émérite Universite Paris I

.





9 Commentaires

  • Les chiffres sont peut être têtus, …..leur interprétation est peut être un art subtil, ….. mais pour moi une chose est sure, les données chiffrées ont le mérite de quantifier le réel d’une situation.
    Alors, ou en sommes nous réellement, …?? quand est il de la situation financière de notre bonne ville de Bandol,…. mise sous tutelle …??, faillite…??, état préoccupant …??, ou amélioration de l’épargne et de la capacité de désendettement …??.
    Quelqu’un sur ce blog citoyen , (donc théoriquement sans arrière pensée politico-médiatique…..!!!), peut il nous éclairer un peu sur le sujet?
    Pour ma part, cette année après avoir douloureusement acquitté mes obligations de contribuable Bandolais ( de 2008 à 2009, plus de 27% d’augmentation de la part communale, c’est pas rien !! et je m’en souviendrai longtemps …) la période des fêtes de fin d’année a «été plombée » par ce dérapage financier imposé et non provisionné dans mon budget familial de fin d’année 2009.
    C’est ma famille, petit enfants compris, qui à subit les conséquences de cette gestion chaotique des fonds publiques de notre ville.
    Actuellement, et comme chaque année à pareil époque, je prépare mon budget pour l’année à venir.
    Alors ma question est la suivante, « Y a t’ il quelqu’un de responsable et de compétent qui gère les finances de notre bonne ville de Bandol qui soit en mesure de me dire aujourd’hui, combien de % en plus (sur les 27% d’augmentation déjà imposé), dois je prévoir pour faire face à mes impôts foncier et habitation en fin d’année 2010 ??
    Une réponse claire devrait intéresser beaucoup de Bandolais qui certainement comme moi sont soucieux de gérer au mieux leur budget de famille.
    S’il vous plait, pas de réponse incluant les éventuels nouveaux aléas médiathèque/médiathoc, ou autres projets « Caravelle, Acacias, etc…), nous avons déjà donné,
    Pour finir, je me permettrai de citer ma Grand Mère une femme de bon sens, qui a fait mon éducation. Elle me répétai régulièrement, « Pour durer,on ne doit pas dépenser plus que ce que l’on a gagné »
    André C.

  • @Christian GOUX,
    Merci de préciser la rigueur des chiffres qui sont sans appel et que l’on ne peut nier, et je partage votre point de vue. Merci aussi de préciser que seules les raisons personnelles dictent à voter pour ou contre un budget, et je partage encore votre point de vue.

  • André,
    vous écrivez: « Quelqu’un sur ce blog citoyen , (donc théoriquement sans arrière pensée politico-médiatique…..!!!) »…
    En tant qu’auteur de ce blog je revendique ce positionnement, mais tout autre intervenant peut et a le droit d’avoir des arrière-pensées politiques ou autre…
    Sur le sujet, on peut cependant imaginer que Christian GOUX qui fait sa première intervention sur ce blog avec cet article et fût Maire il y a plus de deux décennies, n’a pas d’ambitions politiques personnelles actuellement à Bandol.

  • En réponse à Fred M.
    Oui, bien évidement les intervenants sur votre blog peuvent et ont le droit d’avoir des sensibilités politiques.
    La formulation de ma phrase était pour le moins maladroite et je la retire pour la remplacer par «quelqu’un d’objectif »
    Par contre, un commentaire récent, à propos du vote des membres du Conseil Municipal pour ou contre le budget primitif 2010, laisse à penser qu’à Bandol « seules des raisons personnelles dictent à voter pour ou contre un budget » ??
    Voudrait-on nous laisser comprendre que nous sommes administrés par des élus qui feraient passer leur intérêt personnel avant l’intérêt général des Bandolais ?
    Et lorsque l’on écrit « raisons personnelles », veut-on dire raison personnelle économique, raison personnelle politique, ou autres?
    Décidément, nous n’avons pas fini de payer des augmentations d’impôts locaux, pour financer ou rembourser « les raisons personnelles des uns ou des autres ».
    La prochaine «votation» municipale, c’est quand, ….. et qu’elle sera la question ?
    André C.

  • je viens de lire le rapport de la chambre des comptes ( sur le blog Barois )
    et la ville n’était pas en faillite comme on nous l’a clamé et comme cela a été publié dans le journal municipal.
    j’avoue etre en colére devant cette mystification qui justifiait l’augmentation éhontée des impots locaux .
    24% cette année ….combien effectivement l’an prochain ?

  • (par C. Delaud) Droit de réponse à Christian GOUX

    Replaçons les faits dans le contexte.

  • Je reprécise ici que Christian DELAUD avait écrit hier un commentaire (paru tronqué lors de sa publication) qui a finalement été repris sous forme d’article en « droit de réponse ».
    http://www.bandolais.fr/2009/12/par-c-delaud-droit-de-r%C3%A9ponse-%C3%A0-christian-goux.html

  • (par J.P. Joseph) Analyser Bandol sur chaque période

  • Jean Dupont-Nivet

    Je me permets de vous écrire car jr voudrais essayer d’entrer en contct avec M . Christian Goux qui a été Maire Bandol et qui était un grand ami du docteur Alain Bombard (1924-2005). Peut-être a-t-il des souvenirs du docteur Bombard à me confier s’il le veut bien.

    Merci d’avance

    Jean Dupont-Nivet