Ouverture d’une cyberbase municipale à Bandol

Mise à jour : 01/12/2007

 

Cette note fût publiée originellement et à cette date sur mon blog pro : reprise ici le 22/11/2007.

L’inauguration de la cyberbase ce lundi 9 juillet au centre culturel de Bandol, avait la tournure classique de ce genre d’évènements : discours et petits fours devant un parterre de sympathisants de l’équipe municipale en place. C’est bien normal et sympathique.

J’y étais comme responsable de VAR21 – qui propose une autre solution de formation, sur le site des clients (particuliers et professionnels) – et comme partenaire de quelques-unes des structures qui localement offrent des services reliés (cybercafés, dont BOSS notamment qui nous offre une vitrine – pour les produits Apple que nous préférons aux solutions Windows). Horaires d’ouverture obligent, aucun de ces commerçants/prestataires ne pouvait être présent, et j’étais aussi sur place pour rendre compte du lancement de ce qui représente également une forme de concurrence à leur activité de point d’accès à Internet. Et c’est là que je trouve l’initiative publique un peu déconcertante dans sa communication.
Le Maire, le député, le financeur, et l’organisme de formation partenaire (une association de Six-Fours, co-présidée par le député) ont salué cette heureuse initiative qui servira à beaucoup de bandolais, c’est certain, mais sans un seul mot sur l’initiative privée qui est peut-être concurrente mais est surtout concurrencée, et doit a minima être mentionnée, car elle doit je l’espère demeurer complémentaire.

Certes, le financeur et l’organisme de formation (quasi sponsors) sont présents et on a envie de chanter les louanges du projet et lui souhaiter beaucoup de succès, mais à les entendre j’avais un peu l’impression que les bandolais allaient enfin avoir la possibilité de passer à l’heure Internet grâce à ce projet : c’est un peu vite occulter que depuis des années, en plus de l’ancienne médiathèque, des commerçants, des indépendants et autres petites structures comme VAR21 ou BOSS, sont présents à Bandol sur ce marché et au service de la population et des entreprises de toutes tailles pour faciliter l’utilisation de ces technologies. Un mot un seul, aurait suffi à rappeler que des gens se sont investis à titre personnel, professionnel, sur ce créneau.

Notre survie est difficile à l’heure où la culture de la gratuité via Internet donne l’impression aux usagers qu’ils ne doivent pas payer autre chose qu’un ordinateur et un abonnement à l’ADSL pour profiter des avancées du siècle. Nous faisons partie de façon significative de la vie locale, et nous aurions pu être un tout petit peu associés à cette démarche, voire dans sa conception (découvrir une salle 100% équipée Windows et avec des logiciels de sécurité qui ne sont pas forcément les plus pertinents me fait toujours un effet un peu glaçant, surtout quand il s’agit d’une structure censée former et éduquer la population, financée par l’argent public).

Toujours est-il qu’aux horaires du centre culturel, vous pourrez bénéficier de 10 PC équipés de Windows Vista et de 2 iMacs (je ne crois pas qu’il y ait de PC Linux en accès public à Bandol, mais les usagers de la Pomme peuvent aussi disposer d’un iMac récent chez BOSS). A noter aussi qu’il semble prévu d’organiser des sessions de formation au montage vidéo, et autres retouches photo. Pour ceux qui veulent vraiment se lancer dans les aspects techniques de ces activités, c’est une opportunité intéressante et économique, et cette offre rencontrera un franc succès, c’est certain. En attendant la future grande médiathèque, pour l’instant, rendez-vous au centre culturel (34 rue Pons). Et bien entendu, cette cyberbase fait partie du réseau des EPN (Espaces Publics Numériques) voulus par Raffarin, ce qui doit lui permettre de bénéficier d’un réseau de compétence chaque fois que le personnel local se heurtera à ses propres limites (c’est tellement vaste l’informatique…).





Un commentaire