On me prête une caméra: alors, podcast ou pas podcast?

L’un des avantages des rencontres du web bandolais, c’est qu’en direct on reparle de sujets un peu passés à la trappe, et là la réponse est immédiate…

– « comment, t’as toujours pas trouvé de caméra numérique? »

– « ben… non… »

–  » ben je te prête la mienne. C’est du bon numérique, micro correct, et je m’en sers peu. Fais signe quand t’as besoin »

– « ben merci ».

Simple non? Ben ouais… 😉

Donc voilà, malgré le timing serré, j’aimerai pouvoir proposer aux candidats à la Mairie de Bandol de se présenter dans une petite interview vidéo sous forme de conversation avec moi. Au moins un m’a fait savoir qu’il était partant.

Par souci d’équité, …/…

…/… je voudrais faire une durée identique pour tous: maximum 20 minutes. Faîtes-moi savoir par mail ou en commentaire si vous pensez que ça doit être plus court (mais est-ce bien raisonnable de vous les présenter en 10 minutes?)

De même je voudrais poser les mêmes questions à tous les candidats pour un tronc commun, et je m’en réserve une ou deux personnalisée pour chacun. J’aimerai votre aide. Comme pour le point ci-dessus, par mail ou en commentaires, dîtes-moi quelles sont les questions que je dois poser à l’identique à tous les candidats volontaires. Quant aux candidats, vous savez tous comment me joindre pour valider l’idée ou manifester un droit de réponse ou votre réserve…



Faudrait juste voir à pas traîner… Le délai de réalisation devient court. Mais je refuse ce qu’on m’a suggéré: faire un montage de chaque question avec la réponse de chaque candidat (vous savez le temps que ça prend le montage vidéo?). Ou alors quelqu’un d’autre s’en charge. J’ai explosé tous mes compteurs de temps disponible, et épuisé une bonne part de la patience et de la compréhension de mon entourage immédiat.





15 Commentaires

  • Bonsoir,
    Tu perds ton temps Fred, gardes ton energie pour ton business.
    Henri

  • @ Burillard: les statistiques de fréquentation de mon site prouvent le contraire. Visiblement beaucoup de gens pensent que ce que j’entreprends ici est important. Pas rentable du tout pour moi, mais important pour notre vie citoyenne. Et c’est aussi ce que beaucoup de bandolais m’ont témoigné de vive voix…

  • Bonne idée de demander aux candidats un entretien et de se présenter . Une question qui serait intéressante « Est leur cursus , études , diplômes , professions  »
    Cordiales salutations

  • Intéressante la proposition de M. Calmel. Peut-être a-t-il pris en compte ces paramètres lors de la dernière élection présidentielle ?

  • @ Jean-Pierre Chorel: je sens un soupçon d’ironie dans ta remarque sur la proposition de M. Calmel, qui ne me paraît pas grotesque du tout. Contrairement à l’élection présidentielle, ou on peut imaginer la fonction comme devant définir des orientations de société, politiques, humanistes, internationales, avec un gouvernement qui gère (indépendamment des présidents que nous avons connu jusqu’à aujourd’hui), la fonction de Maire est très ancrée dans le réel et la gestion. C’est ce qui permet à beaucoup, dont moi, de décorréler la notion de parti politique des élections municipales. Et dans ce cas, le pedigree des candidats pour appréhender leur capacité de gestion, leur prise directe avec le réel des gens et le quotidien d’une agglomération de la taille de Bandol n’est pas un paramètre à écarter à la légère. On votera pour un tout, mais la formation et le parcours (professionnel, associatif, politique, etc.) est une richesse propre à chacun des candidats. Moi j’aurai tendance à retenir la question (et chaque candidat l’approfondira ou pas selon ce qu’il pense avoir à y faire valoir).

  • Mais la proposition ne me paraît pas grotesque du tout ! Elle me fait simplement sourire lorsque l’on sait pour qui roule M. Calmel. L’école de l’air n’a jamais été réputée pour ses cours d’économie et de gestion…
    pas plus que la fac de médecine d’ailleurs !
    Je me languis de voir ces petites interviews.

  • @ Jean-Pierre Chorel: autant pour moi, je ne sais pas pour qui roule M. Calmel… C’est ce qu’il y a de bien avec moi, je pose des questions et soulève des points comme une majorité de bandolais qui ne savent pas je pense (si les chiffres de Sauzet qui avance que les habitants de Bandol y résident 13 ans en moyenne, sont justes). Sans leur faire injure, considérant la moyenne d’âge des candidats, j’ose espérer qu’ils auront fait d’autres choses instructives dans la vie qu’un ou deux cycles d’études, fussent-elles prestigieuses et plus ou moins spécialisées… Autant que je sache, aucun n’a fait l’ENA ni une école de commerce avec option majeure en comptabilité… Mais on doit pouvoir faire sans.

  • Fred, je réitère mon observation d’hier soir : les stats de fréquentation de ton site ont très peu de valeur, car nous ne sommes qu’une dizaine à faire des commentaires. Crois-tu vraiement que les Bandolais mordent à l’hameçon ? Si c’était
    le cas, il y aurait beaucoup plus de commentaires à nos bavardages. C’est comme la peche aux Gros avec de bons appats.
    Bon WE

  • Monsieur Chorel,
    Vous semblez ignorer que les agents des collectivités locales notamment des mairies sont des gens très compétents en finances publiques et ressources humaines, et meme si la Maire n’a pas fait HEC ou l’ENA, ils sont pour la conduite des affaires de la ville, un soutien permanent et indispensable.
    Merci de le reconnaitre
    H.B.

  • @ Burillard: cher henri, si tu savais combien de gens me disent hors commentaires, par mail et oralement, qu’ils sont accrocs, que la première chose qu’ils font le matin, c’est d’ouvrir l’ordi pour voir ce que j’ai pondu pendant la nuit, tu ne me croirais pas, puisque ma lecture t’ennuie et reste un exercice que tu t’imposes en ces temps de campagne où il faut bien me surveiller. Si tu savais aussi combien me disent qu’ils n’arrivent pas à laisser de commentaires parce que l’outil est trop complexe pour eux. Si tu savais, et c’est plus préoccupant, combien me disent qu’ils n’osent pas laisser de commentaires, par peur des emmerdes, tu commencerais peut-être une toute petite introspection sur la qualité de la communication que cette mairie a su insufler dans la vie locale…

  • -> Pour la capacité de ce blog à toucher les gens je vais simplement remettre ici le texte du Dr Sylvie Royant-Parola sur la majorité silencieuse, discours auquel j’adhère pleinement.
    « Cette forme de communication qui offre une infinie (j’exagère… une grande !) richesse a pourtant une limite, je suis surprise finalement par le peu de gens qui prennent la parole sur un blog. Pourtant le blog assure quasiment l’anonymat (si les gens ont un pseudo) donc ce n’est pas ça qui bloque. Mais tout comme peu de gens s’expriment dans un groupe, la majorité silencieuse se retrouve aussi sur les blogs. Dommage ! Finalement on ne sait toujours pas ce que pense cette fichue majorité silencieuse.  »
    (extrait de http://www.blog-territorial.com/article-5990020.html )

  • @ Burillard: tiens, on dirait que mes lecteurs ont voulu te faire mentir en faisant péter une nouvelle fois l’un des records de fréquentation de ce blog, et bien avant minuit. D’autre part, comme je surveille mes stats avec plusieurs outils, j’ai une assez bonne idée de ce qui se passe chez moi (malgré les difficultés techniques que tu connais sans doute pour fiabiliser ces mesures).
    Et je t’ai pas raconté l’histoire du lecteur qui ne savait pas laisser de commentaire qui est allé chez des amis à lui pour m’attendre parce qu’il savait que j’avais RV chez eux (ils sont clients de VAR21)?
    Henri tu n’as aucune idée de l’expérience que représente un blog public qui marche fort…Je l’imaginais assez bien pour avoir beaucoup étudié la question, mais il m’aura fallu bandolais.fr pour l’éprouver, dans tous les sens du terme.

  • @ M. Burillard : manifestement vous rencontrez quelques difficultés de compréhension lorsque l’opposition s’exprime ! Votre commentaire sur la qualité des fonctionnaires municipaux semblerait laisser entendre que j’aurais un avis différent. Vous oubliez sans doute que je suis moi-même un fonctionnaire d’état, et ne savez pas mon attachement indéfectible au service public et aux agents qui l’accomplissent.
    Mon commentaire sur les formations initiales ne s’adressait qu’à l’endroit des candidats puisque votre collègue Calmel souhaitait voir cette question posée lors d’une interview.
    Mais finalement, votre incompréhension renforce mon doute sur l’adéquation entre parcours scolaire des candidats et capacité à gérer une commune.
    Merci pour votre concours désintéressé.

  • Mr Fred M.
    Fidèle lecteur de votre blog depuis le début de l’année, je parcours également réguliérement les blogs des candidats aux élections municipales de Bandol.
    Afin de relativiser quelques récents commentaires désobligeants sur l’intéret de votre blog, sachez que nous sommes très nombreux à découvrir et à apprécier toutes les informations qui nous sont proposées en dehors de « La communication officiel des candidats ».
    Les réunions publiques ou la lecture du programme de ces candidats n’étant pas contradictoires, il nous est difficile d’apprécier la situation réelle actuelle et donc le devenir de notre ville avec les programmes proposés.
    Merci à votre blog et à ses animateurs de nous aider à nous faire une opinion « nuancée » sur les candidats en présence, leurs équipes et leurs programmes.
    PS: J’ai personnellement beaucoup apprécié le récent article qui faisait le point sur la situation actuelle des engagements de la ville de Bandol avec ses partenaires dans diverses communautées d’intérets

  • @ André C.: merci de votre soutien qui me va droit au carburateur… J’espère un jour pouvoir organiser une petite formation publique pour tous les lecteurs qui le souhaitent afin de leur apprendre à laisser des commentaires (idée à soumettre à la prochaine municipalité…).
    Mon prochain papier (en ligne un peu plus tard dans la nuit) va directement dans le sens de ce que vous décrivez: l’absence d’un débat contradictoire et le refus de traiter de cette façon les sujets que certains citoyens soulèvent de façon publique empêche notre choix éclairé à l’heure du vote. C’est affligeant, et ça alimente notre désamour avec le fait et les hommes politiques.