Occupation du domaine public de Bandol

Saison calendairement finie à Bandol: septembre achevé, l’automne a plus de 10 jours et le premier W.E. d’octobre est écoulé. On peut passer aux bilans.

Je vous propose quelques images qui m’ont frappé cet été, relatives à l’occupation du domaine public municipal. C’est dans l’air du temps avec l’affaire des manèges qui prend un nouveau tour*.
Moi c’est la partie « terrasses commerciales » envahissant le domaine public de Bandol qui m’a frappé. J’ai renoncé à shooter assez tôt (ça allait devenir un boulot plein temps, et puis il y a un mois pendant lequel je ne bloguais pas), mais si vous en avez du même tonneau, envoyez-moi donc, je rajouterai dans le bas de l’article:

C’est normal que cette terrasse occupe  et bloque le bas de la contre-allée sur la place de la Liberté?

Terrasse Amiral

Terrasse maîtrisée le jour, et débridée la nuit:

Bistro de jourBistro de nuit

Et cette rue, impossible à traverser en ligne droite: entre les tables éparpillées, et les deux-roues même posés de côté, on a eu le sentiment d’avoir fait un gymkhana – demi-tour derrière l’obstacle et hop photo pour le blog (floue)…

Rue de la république

Que les commerçants commercent, mais il faut aussi « raison garder ».

Je sais que l’augmentation artificielle de la sensation de foule dope les affaires, mais à partir de quel moment transforme-t-on cette sensation en impression pénible? Parce que là encore je suis gentil, ce sont les photos hors moment de foule, pour bien visualiser les élargissements de surface…
La Mairie doit-elle accorder des surfaces commerciales qui empiètent autant sur l’espace de circulation? Parce qu’il va de soi que toutes ces surfaces occupées le sont évidemment avec autorisation municipale à la clef (je ne saurais imaginer qu’il en soit autrement).

F.M. – Bandolais.fr

* le premier qui ose commenter que l’affaire prend un nouveau tour… « de manège », gagne… un tour de manège sur celui de son choix (je parle des deux situés à Bandol)!!! Ecrire au blog pour réclamer son prix…





13 Commentaires

  • […] matin, pour la promenade j’étais remonté comme en 14, prêt à envoyer du gros suite à l’article de Fred sur les commerçants indélicats qui se répandent sur le dos des contribuables pour gagner plus et […]

  • […] Occupation du domaine public de Bandol (suite) On m’avait dit que devant les terrasses à l’Ouest de la Mairie, on ne pouvait plus […]

  • […] par les dépassements constatés chez leurs confrères) : on se souvient pas très loin en arrière des terrasses des deux bars au bas de la place de la Liberté, qui s’élargissaient tellement sur … qu’on anticipait le moment où elles allaient se rejoindre et finalement bloquer l’accès de la […]

  • C’est vrai, ça m’avait choqué également ! Même en tant que piétons, il fallait slalomer entre les tables de restaurants, rue Pons, rue des tonneliers, de la République… enfin quasi partout dans le centre ! Agréable ni pour les passants, ni pour les clients attablés. Heureusement que les secours n’ont pas eu à intervenir, il n’y aurait eu aucun accès. Too much en effet me semble-il- avec ou sans autorisation !

  • Bonjour,
    Je n’ai encore jamais écris sur ce site, bien que l’envie s’est souvent fait sentir!!!
    Mais là, je ne peux pas résister…enfin une intervention sur l’occupation du domaine public.
    Que penser des terrasses rue de la Paroisse (comment feraient les pompiers pour accéder à la Grand Maison?), celles de la rue Pons, du haut de la rue de la République, sur le trottoir au virage de la rue Voltaire (on est obligé d’aller sur la route avec une poussette de bébé), de la rue des Tonneliers (où je suis né), de la rue Vincent Allègre et je ne parle pas du port….
    Les commerçants ont le droit de travailler, mais aussi doivent respecter les piétons qui déambulent dans ces rues dites « piétonnes ».
    J’ai vu dans des communes touristiques, les clients patienter qu’une table se libère pour s’installer et manger. Là ce n’est pas le cas car souvent bien des tables sont inoccupées.
    J’ai entendu beaucoup de remarques sur cet état de fait durant l’été, venant de la part de Bandolais mais aussi de touristes.
    Cela pourra-t-il changer? J’en doute, le pli est pris!!!
    Cordialement

  • L’occupation du domaine publique est un casse tête: en effet le piéton devient client; de victime il se transforme en complice de cette annexion du domaine publique. De même que l’étalement des établissements répond au fort niveau de fréquentation. Enfin il ne faut pas oublier que les restaurateurs travaillent et ne font donc rien de bien méchant au contraire.
    Cependant quand on voit certaines de ces photos on est bien obligé d’admettre qu’il y a de nombreux abus: une fois de plus on reviens aux mêmes remarques, c’est la Mairie et elle seul qui a le pouvoir de réglementer l’occupation du domaine publique. De nombreuses stations de la côte d’azur on réussi à trouver un bon compromis avec les restaurateurs au cas par cas (ex: Nice), alors je pense que Bandol presque 9000 habitants peu le faire assez facilement. Affaire à suivre.

  • Claude SEUX-BOS

    C’est vrai que cette’affaire semble prendre un nouveau tour… « de manège »

    C’est moi que j’ai gagné le pompon. Lalère. 🙂

  • Bravo d’avoir le courage d’aborder ce sujet ! les differentes municipalités a Bandol ont fait preuve d’un total laxisme et laissent les bistrots /restaurateurs agir a leur guise sans aucun controle ,ce qui donne ce resultat pitoyable pour les touristes. D’autres villes balneaires du var font elles respecter les regles et beneficient d’une reputation que bandol n’a plus…Le lobby des commercants (voir autre blog bandolais…) et la carence de la mairie est a bandol au top !!!

  • christine dupont-devoti

    Il y a un arrêté municipal pour l’occupation du domaine public et par endroit il y a une marque au sol ( pour délimiter les terrasses) notamment sur le port. le tout est de le faire appliquer par les services compétents!!!!

  • Janine Sauter-Gilli

    Le problème est récurrent à Bandol, d’autant plus que la plupart des commerces du port occupent pour les 2/3 de leur surface le domaine public (qui commence à l’aplomb des immeubles). Il faut à la fois ménager l’intérêt légitime des commerçants, l’attrait touristique de la ville et rester dans des limites admissibles, avec des règles à respecter par tous, sans passe-droits… Pas facile! Je rappelle que la municipalité précédente avait été élue en 2001 pour justement lutter contre le laxisme et l’anarchie qui régnaient dans ce domaine. Résultat: fronde de certains commerçants qui voulaient bloquer Bandol, à qui il a fallu rappeler qu’ils n’étaient pas propriétaires des trottoirs, menaces de mort publiques contre François Barois et guerre déclarée pendant 7 ans, avec les conséquences qu’on a vues en 2008.
    D’ailleurs, le lendemain même des élections, plusieurs bars de l’allée Jean Moulin avaient aussitôt avancé leur terrasse de plusieurs mètres. les autres les ont imités. Le grignotage continue depuis, apparemment en toute impunité.

  • Dans tous les ports du var les « avancées » des commerces se font au droit de la partie « en dur »avec plus ou moins d’espace (plus a bandol qu’ailleurs..).Nous avons a Bandol inventé l’avancée « laterale » : le bistrot du port occupe ainsi en plus du devant de sa partie en dur le devant de la mairie depuis des lustres avec l’accord des differentes municipalités (empechant meme la lecture des arretés municipaux…) . Voila un espace public entierement dedié au profit d’un particulier !Un ancien maire avait envisagé d’y installer un jardin public destiné a tous : qui reprendra l’idée ?

  • Comme dit plus haut, se sont des commerçants bandolais qui travaillent. Je ne prend pas forcément leur défense, mais bon, la fréquentation bandolaise a beaucoup changé j’ai l’impression, notamment depuis que les boites de nuits ont été fermée. D’ou les Bars et restaurateurs, font ils toujours autant de chiffre hors saison ?

    Quand j’avais genre 16-18ans, je me souviens que tous les week end, Bandol était animé (même en Janvier ou Février) car les jeunes Toulonnais et Marseillais débarquaient. Les bars étaient pleins, les restau pareil, les baraques a sandwitch tournaient a plein régime et les boites acceuillaient tout ce petit monde vers 23h (Scotch, Maï, Rive, etc, etc).

    Mais maintenant que l’on peut confondre OK Corral avec Bandol dans les (nombreux) mois creux (car une partie de la population – influente apparemment – a décidé que les boites, ça faisait trop de bruit) et bien les bars et restau ne font quasi plus de chiffres.

    D’ou je suis plutot ‘souple’ avec les pratiques d’occupation de l’espace public, car ma foi, s’ils ont besoin de place en été, c’est qu’ils ont des clients pour les remplir, et bien tant mieux, ils compensent pour les nombreux mois où ils ne feront plus grand chose…

    Maintenant je pense que les toulonnais vont à Hyères pour faire la fête (pas sur remarquez, je ne suis plus sur Bandol) et les Marseillais je ne sais pas, mais il ne viennent surement pas a Bandol ! (l’effet DJ sénior peut être ? ^^)

  • BANDOL SE MEURT…..BRAVO…!!!