Nouveau retrait de délégations par le maire de Bandol

MAJ à 16H30 : J.Y. Decroix m’a appelé pour me signaler qu’il avait bien lancé les alertes nécessaires en amont et me renvoie à la page 38 du compte-rendu du conseil municipal d’avril (je suppose qu’il s’agit de la transcription intégrale à disposition des CM et votée en séance, non pas de la synthèse que publie la mairie). Avant un choix politique différent, c’est bien une désolidarisation à regrets qu’exprime J.Y Decroix, et parce qu’il ne peut plus cautionner ce qui le gêne.

Lors du dernier Conseil Municipal de Bandol, Jean-Yves DECROIX (Conseiller Municipal en charge de « Développement Durable, cyberbase et parkings ») est intervenu de façon remarquée en appelant ses collègues de la majorité à s’abstenir sur le vote du compte administratif. Présenté comme un appel au Maire à « ne pas décevoir ses soutiens et à modifier son mode de gestion » du conseil ET de la majorité, c’est logiquement comme une rébellion que Christian PALIX a interprété cette allocution qui courtoise et policée dans l’expression n’en était pas moins une charge violente.

Pas mal d’observateurs estimaient d’ailleurs que Jean-Yves DECROIX prenait ses distances depuis des mois et pouvait être tenté par autre chose en 2014. Si c’est le cas, le timing n’est pas mal choisi pour rompre avec la majorité, et les arguments font écho à des reproches partagés par beaucoup envers notre maire : J.Y Decroix aurait raison de se mettre hors jeu pour ne pas assumer jusqu’au bout une solidarité municipale dont il devra s’affranchir (on se souvient sous de précédents mandats de conseillers rompant eux le pacte à 2 mois des élections… nettement moins propre). Mais Christian PALIX s’expliquant dans Var Matin dénonce le fait que cette charge est venue sans sommations, que le Conseiller Municipal n’a pas fait état de ses griefs plus tôt, ni tenté de faire corriger la situation avant cette sortie publique… Vrai ou pas, le retrait des délégations de l’élu concerné semble de toute façon normal devant une attitude publique de défi.

Le divorce était probablement inéluctable, et il y a un peu d’art politique dans la conduite de cette affaire de part et d’autre. Mais le maire dont le compte administratif a été  voté par 13 voix conte 12 (3 abstentions), voit sa majorité se rétrécir un peu plus, et le bouquet de critiques qui lui est adressé par ses adversaires et les observateurs semble malheureusement prendre une forme cohérente. La fin de mandat va être serrée, et à ce jour, Christian PALIX paraît fragile pour espérer enchaîner un second mandat, voire pour terminer celui en cours. Quant à Jean-Yves DECROIX, il a devant lui un an et un été avant de devoir révéler la forme qu’il donnera à sa dissidence s’il souhaite maintenir un engagement dans la politique locale à l’occasion des élections municipales de 2014.

La majorité a de toutes façons perdu une paire de bras volontaires et plutôt portés sur la modernisation de la gestion d’une municipalité comme en témoigne la dernière délibération que ce conseiller a porté (et était aussi la dernière sur l’ordre du jour du 27 juin 2012 – dématérialisation des documents utilisés par le conseil municipal de Bandol). Ce n’est pas la meilleure nouvelle du mandat (et on va voir comment évoluent les dossiers qu’il supervisait jusqu’ici, à commencer par cette affaire dématérialisation sur laquelle il m’avait consulté, qui me paraît une idée intéressante mais casse-gueule).

F.M. – www.bandolais.fr





Article suivant : Bandol Mag été 2012

40 Commentaires

  • […] tout le respect et l’amitié que je leur porte, je m’étonne que Jacques Kauffman et Prinz karl s’étonnent eux aussi que les personnes qui auraient quelque chose à reprocher à […]

  • […] si elle s’engage dans cette campagne avec Jean-Yves DECROIX, conseiller municipal entré en dissidence de la majorité, et qui partage avec elle une bonne part […]

  • Cette énième péripétie est navrante pour les Bandolais.

    Une majorité de 13 contre 12, c’était avant que le Maire ne retire ses délégations à M. Decroix, qui était alors dans les 3 abstentions.

    Parions donc que l’on est donc déja à 13 contre 13 (sans compter la voix du Maire qui ne peut pas participer aux votes du budget).

    Et si les rumeurs qui répandent que les deux autres « abstentionnistes » seraient une élue trés impliquée dans l’animation de la ville et une autre dans la gestion de la Sogeba sont vraies, ce que je n’ai aucun moyen de vérifier, alors il va vraiment y avoir un problème, M. Palix perdant trois piliers de ce qui restait de son équipe.

    C’est bien plus qu’une paire de bras qu’il aurait alors laissé dans cette crise.

    Cela fait des mois que tout Bandol bruisse des problèmes de ressources humaines à la mairie et des dysfonctionnements qu’ils génèrent.

    Cela fait des mois que les mêmes histoires de manque d’écoute et de concertation reviennent périodiquement. Combien sommes nous à en avoir déja parlé ? Combien sommes nous à avoir déja vécu cela ?

    Je n’ai pas besoin des archives du Conseil pour savoir que, oui, M. le Maire devait avoir une bonne connaissance de ces problèmes et de l’exaspération qu’ils pouvaient générer.

    L’extrait vidéo diffusé par Bandol Blog est éloquent sur les motivations exprimées par Jean Yves DECROIX lors de sa prise de parole durant le conseil. C’est bien d’engagements non-tenus qu’il est question. C’est bien le mode de fonctionnement du Conseil Municipal et du groupe majoritaire qui est remis en cause. Il n’y est pas question de désaccord politique.

    Je n’y vois pas une rebellion. C’était plutôt une démarche formelle pour, comme il le dit en conclusion, « réveiller ».

    Et pourtant, que critiquer dans les propos de Jean Yves DECROIX sur la nécessaire concertation qui doit animer toute prise de décision ?

    C’était là une belle perche qui pouvait être saisie pour sortir par le haut de ce conflit.

    Jacques

  • Jean-Yves DECROIX m’a transmis la page de retranscription du Conseil Municipal d’Avril où il met en garde.
    http://www.bandolais.fr/wp-content/uploads/2012/07/P38-du-CM-avril-2012.jpeg

    On se souvient que les distances avaient commencé à s’afficher dès le début de l’année avec ce qu’il est maintenant convenu d’appeler « l’affaire Calvez »…
    Le maire peut difficilement dire qu’il n’a pas été prévenu.
    Et si on ne peut s’empêcher de faire une lecture politique, Mr Decroix qui a fait preuve de solidarité gouvernementale, euh, municipale, peut faire valoir qu’il est dans la défense de ses valeurs.

    Comme je le disais, comme tu le confirmes Jacques ci-dessus, les critiques cohérentes contre le maire s’agrègent de plus en plus, et dans le sens du diagnostic posé par Mr Decroix sur la gestion municipale. Je ne sais pas si ça en fera un opposant, mais il n’est plus disposé à tout accepter. Jacques souligne qu’on aurait pu sortir de cette situation par le haut: après 4 ans de mandat, on sait que ce scénario n’est que trop rarement privilégié.

  • Fred,

    Dans ton analyse, tu pourrais rajouter , que c’est ainsi que l’on accède au poste de premier magistrat. Car en effet, Palix avait opéré ainsi dans l’équipe Barois, en s’opposant de front au maire et en perdant sa délégation. Nous avions eu également le cas « Gable » comme nous avons aujourd’hui le cas « Calvez ».
    L’histoire se répète…..
    HB

  • Christian Delaud

    @ Henri
    Tu as raison,
    C’est ainsi qu’avait agi François Barois, alors adjoint aux affaires scolaires, au sport et à la jeunesse, avec Xavier Suquet lors du conseil municipal de septembre 1998.
    Il avait, en effet, voté contre une délibération concernant l’embauche d’un maître chien dans la police municipale.
    Il avait entrainé avec lui Henri Girardi et Danielle Canevari, adjointe à la culture et à la petite enfance, qui s’étaient abstenus.
    Je me rappelle la remarque de Xavier à la sortie du conseil municipal qui avait interpellé François Barois et Henri Girardi en leur lançant « ce n’est pas très sympa ce que vous avez fait. C’est grâce à moi que vous avez été élus. Vous pourriez être reconnaissants. »

  • Rien à voir avec les mandats précédents. Les faits dénoncés par Monsieur Decroix sont bien plus graves. Il s’agit de maltraitance et de souffrance du personnel communal. Le site « Bandol pour Tous » de François Barois (http://bandol.over-blog.fr/article-personnel-communal-4-ans-de-gestion-calamiteuse-103391414-comments.html#comment103093257) fait état de cette gestion calamitteuse du personnel. Certains services (et donc élus) sont pointés du doigt. Une page sur ce problème d’une gravité sans précédent est également dédiée sur le site « Blog Bandol » de CV (http://www.bandol-blog.com/?p=40813&cpage=1#comment-13447).

    Comme le dit Jacques K ça fait des mois que tout Bandol bruisse des problèmes de ressources humaines à la mairie et des dysfonctionnements qu’ils génèrent.

    Il faut féliciter Monsieur Decroix d’avoir dit tout haut tout ce que tout le monde dit tout bas. Monsieur le Mairie devrait faire le ménage parmi les élus qui lui font hontes et à l’origine des problèmes évoqués par monsieur Decroix plutôt que de retirer les délégations à ceux qui l’aideraient à sortir la tête haute de cette situation et à finir son mandat avec les honneurs.

    Monsieur le Maire les élus qui vous portent atteintes ne sont pas ceux que vous croyez. Regardez ce qu’il se passe dans les services et jugez par vous même.

  • @Didier,
    Comme le disent Henri BURILLARD et Christian DELAUD: l’histoire se répète et il ne faut pas oublier l’acharnement dont fut victime Mr GABLE qui finalement a gagné tous ses procès contre la ville avec récupération des primes qu’on ( mandature BAROIS) lui avait soustrait. Alors la question à se poser, compte tenu des 3 mandatures évoquées est la suivante:
    Cette situation est-elle le fait d’un homme ou de son équipe? Dans les 2 hypothèses l’électeur doit se souvenir de l’homme…et de son équipe…n’est-ce pas?

  • Merci Christian
    Pour ton rappel de cette anecdote, c’est à l’honneur de notre démocratie que cette réflexion émane d’un de nos élus.
    Fidélité à une équipe …. respect de certaines valeurs humaines…..reconnaissance à un chef de file… refus de la maltraitance infligée à autrui … volonté de sauvegarder une unité jusqu’en fin de mandat, pour la gestion de notre ville… mais sans doute aussi… souci de conserver un statut… ménager ses ambitions à venir…
    La condition humaine n’est pas simple – pour ceux qui s’en soucient – la condition d’élu est encore plus complexe. Plutôt que des procès d’intention , comme nombreux en intentent, observons ce qui se passe, et restons vigilants sur les initiatives à venir : elles éclaireront, sans doute, les motivations des intervenants, dans les épisodes actuels et passés.

    Didier tu lis Bandolpourtous, tu as loupé :
    «Avec un petit rappel pour commencer : un conseiller municipal n’est pas élu seul, mais au sein d’une liste qui porte un projet et des valeurs.
    Aussi la légitimité que lui confère cette élection ne saurait être individuelle. Elle n’existe pas en dehors du groupe. Il semblerait qu’on ait tendance à l’oublier à Bandol.
    Et si l’on n’est plus d’accord avec son équipe, on démissionne du conseil, pour laisser la place au suivant qui, lui, portera les valeurs du groupe. C’est là le vrai respect des électeurs». dans http://bandol.over-blog.fr/article-depart-de-laetitia-quilici-de-notre-groupe-mise-au-point-53298956.html
    Selon le camp, on pourrit, où on encense les élus dans des prises d’indépendance, assez semblables. Tu as aussi sur bandol-Blog un ami de M Bogi, qui dans un même commentaire qui applaudit ceux qui ne sont pas fidèles à Palix, et accablent ceux qui n’ont pas été fidèles à Marcel. On pourrait multiplier ce type d’exemples, si c’est à ton goût, ce n’est pas du mien.
    Reste qu’après un tiers du mandat, lors duquel la coalition Palix-Bogi avait une majorité «écrasante», nous avons eu un second tiers avec une courte majorité pour le Maire (et la possibilité pour certains de ces proches de jouer aux arbitres en se désolidarisant et en distribuant des «cartons jaunes ou rouges»).
    Reste le dernier tiers (petit si les élections municipales ont lieu en 2014, plus gros si en 2015), avec d’un côté le groupe le plus nombreux (13 autour du maire), un groupe moins nombreux de 8 opposants convaincus, pardon 10 (j’ai tendance à oublier les deux conseillers absents chroniques qui donnent systématiquement leur procuration à leur leader), hétéroclite ( M Bogi 4, F Barrois 3, F Connat 2, M Sauzet 1),.. et au milieu plusieurs «arbitres», j’en compte 5, moins « revanchards » ?! dont l’attitude dans les votes prochains sera déterminante et à analyser avec intérêt !
    A suivre …

  • Merci Jean S pour ce rappel,
    Si le discours ce J Y Decroix me parait crédible, celui de ceux qui dénoncent un comportement, auquel ils ont largement eu recours lors de leur passage au pouvoir, est difficilement acceptable.
    Tu as, de plus, raison de ne pas incriminer, seulement l’ancien maire, mais bien,
    aussi ses collaborateurs, même si depuis ils ont rejoint un autre équipe et parié sur un autre leader. On est loin du civisme et en plein dans la politique politicienne !

  • hé oui !
    pas glop tout ça et ça n’est pas fini.
    On va attendre longtemps un véritable leader charismatique capable de gérer la ville avec un minimum de doigté et d’amour de son prochain plus fort que son propre égo.
    je sais c’est du latin et il n’y a pas d’accent sur le e de égo.

  • Christian Delaud

    Pierre,
    La lecture de ton commentaire me ravit.
    Car, au lieu d’attendre le messie comme nombre de commentateurs, tu estimes que c’est un groupe attaché à des valeurs et qui les défendra durant sa mandature dont Bandol a besoin.
    Je te rejoins à 100%.
    J’en ai marre de la personnalisation du débat en fait je devrais dire de sa peoplisation.
    Aujourd’hui le groupe hétéroclite de dix membres dont tu parles n’a qu’une ambition: être calife à la place du calife.
    Aucun de ces élus n’évoque une ligne politique originale car ils ont la même, celle de la majorité en place. D’ailleurs depuis 1983 ils sont ensemble à tour de rôle avec l’arrivée de quelques nouveaux pour remplacer les anciens.
    La gestion de la ville est pour eux une coquille vide.
    On délégue la gestion à des entreprises sous traitantes que l’on a du mal à contrôler (VAD pour la Médiathèque, SEM pour l’eau, …), on laisse son empreinte en édifiant un édifice même s’il ne correspond pas aux besoins des bandolais et on parade en inaugurant les chrysantèmes.
    En ce qui me concerne, j’aimerais que l’on débatte sur des sujets qui concernent financièrement les bandolais et redonneraient une certaine image de Bandol, par exemple la gestion du port et celle de l’eau, voire d’autres
    Je suis partisan convaincu de la municipalisation de ces deux services.
    Mais cela n’a rien d’idéologique, je fais preuve de pragmatisme.
    Six-Fours, la ville dont notre député UMP est maire, a une régie municipale de l’eau et cela me paraît convenir à tous ses habitants.
    Certes cela impose un travail et une rigueur pour les élus en charge de ces services.
    Pour le port de Bandol, 8ème port de plaisance de France, je n’ai toujours pas compris sa gestion déficitaire de l’année 2005 par la SOGEBA. Quelle gabegie!
    On peut ne pas être d’accord sur tout mais au moins que l’on en débatte.
    Amitiés

  • @Deleau
    très bons commentaires.
    la première pierre serait de s’inscrire pour recevoir la gazette du clupp afin de créer une force tranquille des usagers du port.
    J’aimerais également recevoir la gazette de M. Deleau qui est le candidat historique de la gauche bandolaise afin de connaître son programme pour la prochaine élection et choisir au mieux mon prochaine Messie ;o-))
    j.lacaze@sfr.fr

  • Bonjour à tous,

    Patrick, nous n’avons pas de projet de gazette pour le moment. Par contre, oui, vous pourrez compter sur nous pour diffuser toutes les informations relatives au Port.

    Comme le dit Fred en intro, nous travaillons à un site internet pour cela. Nous vous tiendrons au courant !

    Mais déja, que ceux qui souhaitent s’informer ou intervenir nous donnent leur adresse mail. Nous les informerons de l’avancée de nos actions.

    Quand à la gestion du port et à sa municipalisation, oui, Christian, nous sommes aussi, aujourd’hui, partisans d’une gestion directe du port par la ville.

    Nous y reviendrons.

    Nous tendons la main à la Mairie et à la Sogeba pour dialoguer. J’ai déja exprimé souvent la nécessité d’une concertation large, mellant usagers, techniciens et politiques pour résoudre les problèmes rencontrés.

    Lors du dernier conseil, le Maire a indiqué qu’il allait faire étudier la solution de dépollution du port que nous proposons. C’est tout ce que nous demandons : que les propositions que nous formulons soient étudiées et discutées.

    Enfin, une dernière chose. L’objet de notre action est aussi d’assister les plaisanciers dans leurs relations avec l’administration du port. N’hésitez pas non plus à nous contacter pour cela.

    Jacques KAUFFMANN
    Représentant des plaisanciers au Conseil Portuaire

  • bertoncini franck

    messieurs je suis desolé mais dans tous ce que vous ecrivez il y a du vrai c est sur ,comme ce que mr gable a subit ce n est pas normal , et je suis assez bien placé pour le savoir ,mais que pensez vous quand on essaye de se faire entendre, de conseiller , de proposer des idées des solutions pour le bien des bandolais et qu on vous fait croire qu il vous ont entendus qu il vont voir ce qu il est possible de faire ,et apres vous apprener qu on veus vous eliminer que vous etes nuisible,comment reagiriez vous !!!! , jean yves denonce tous simplement ce qui se passe ,mais honnetement qui n etait pas au courant deja tous les jours des gens proche de notre maire informes de ce qui se passe ,vous croyez que comment tous se sais, il y a pas un endroit dans le village ou s a n en parle pas ,tous le monde est au courant mais avant tous dans tous ce que vous dites je n entend pas parlé de BANDOL car avant tout ce que tout le monde veus apparament c est du bien pour bandol alors moi j aimerai voir tous le monde aller dans le meme chemin se serai une grande lecon de DEMOCRATIE .et VIVE BANDOL moi je vous garantie que je l aime ma ville ses bandolais et notre jeunesse tous avec leur qualité et leur defauts .

  • Sur la question de l’eau… je dois dire que j’ai été un peu sinon beaucoup surpris de voir dans quelles conditions la délégation a été donnée à la SEM. Outre les 165 l quotidiens par foyer, je ne comprends pas comment les conseillers qui ont voté pour, ont pu accepter un appel d’offre aussi bidon: 2 candidats… la SEM qui a présenté un dossier répondant sur le plan formel aux questions et rubriques (ce qui ne veut pas dire qu’on en partage les analyses et conclusions) et un prétendu candidat qui a présenté un dossier incomplet, bref un dossier pour ne surtout pas remporter le marché… Le résultat c’est que si sur la forme on a un appel à la concurrence, sur le fond le petit monde ou le grand monde des distributeurs d’eau se partage le territoire… Et un conseil municipal a accepté cette parodie d’appel d’offre!… et on en a pris jusqu’en 2021!
    Si j’ai le temps je détaillerai un peu plus ce qui s’est passé.
    Il serait intéressant d’avoir des remontées sur le prix des factures d’eau depuis le nouveau mode de calcul.

  • Jean-Pierre HECQ

    @prinz carl
    Voilà une remarque qui m’étonne de la part Prinz Carl qui nous a habitué à suivre l’actualité d’un peu plus près.
    S’il est assez difficile, voire impossible, d’effectuer une comparaison sur la valeur du m3, tant les profil de consommation sont différents, surtout dans notre ville où il y a beaucoup d’usagers saisonniers, il est assez aisé de calculer la différence qu’a introduit le comptage journalier de la première tranche…. et cela à été fait et publié sur le site de VVB.
    Pour mémoire, la SEM encaisse en moyenne 8,55€ de plus par facture en 1° semestre, et 9,52€ en 2° semestre où apparaît le tarif été. Je rappelle qu’il y a plus de 4500 abonnements. Chacun pourra évaluer combien cette petite astuce de relever les compteurs au jour le jour par radio-téléphonie aura pu rapporter au fermier, sans compter les économies sur le coût du relevé visuel.
    Précisons enfin que la collectivité ne gagne pas un liard dans cette nouvelle façon de faire.

    Par ailleurs, toute information sur « ce qui s’est passé » sera la bienvenue, bien entendu !

  • Janine Sauter-Gilli

    Fabuleux ! C’est M. Palix qui agit d’une façon inqualifiable, et c’est l’opposition qui se retrouve au ban des accusés, pour certains ! On croit rêver.
    Et que dire de cette histoire de F.Barois, qui aurait soit disant voulu dégommer Xavier Suquet pour une histoire de maître chien, et prendre sa place avec l’aide de 2 complices, s’il vous plaît.
    On ne peut qu’admirer la mémoire de M. Delaud qui se souvient avec précision, 14 ans plus tard, d’une délibération, de la date, de tous les votes, sans parler des moindres paroles du maire…bravo ! …Surtout qu’à l’époque, il n’était pas conseiller municipal, et habitait Six-Fours !
    Ceci expliquant sans doute que M. Delaud ne soit pas au courant : il y a bien eu une tentative de « putch » contre Xavier Suquet et son adjoint lui a été fidèle. Il l’a toujours été.
    D’ailleurs, lors de l’élection de 2001, Xavier Suquet a adoubé François Barois devant plusieurs centaines de Bandolais – c’est dire s’il l’estimait.
    Pour le reste, c’est encore plus extraordinaire : si on comprend bien, les élus qui s’opposent au maire et à sa politique en votant contre ses délibérations, sont en réalité partisans de la politique de M. Palix. Alors que l’élu qui soutient depuis le début le maire en votant, non pas tout, soyons honnête, mais presque tout, budgets et comptes administratifs (sauf le dernier), taux d’imposition, révision du PLU, délocalisation du Casino, eh bien cet élu serait contre la politique de la majorité ?
    Pourquoi se présenter aux élections en tête de liste ? Pour être élu calife, il me semble ?

  • @ JP HECQ…. Non je n’ai pas un trou de mémoire…. et je me souviens (il suffit de se placer sur le site) de l’étude qu’il avait fort bien faite (et toujours d’actualité).
    Ainsi qu’il le mentionne nous n’avons que des chiffres moyens… quasi sans signification… Entre un célibataire… et une famille avec 2 ou trois enfants… la consommation est autre à la journée…. càd que 165 l privilégie les petits foyers, au détriment des foyers plus importants. De surcroit elle empêche un « lissage » sur le mois
    Je veux bien mettre entre parenthèse la période estivale… mais le reste de l’année, non!
    Voilà pour les chiffres.
    Il y a surtout cette parodie de mise en concurrence et pour laquelle le CM a donné une bénédiction qui engage les bandolais jusqu’en 2021. Je me mets à la tache pour résumer ce qui avait été présenté au CM… et faire comprendre que vraiment… cet accord est incompréhensible.

  • Pour en revenir au prix de l’eau de manière détaillée et non par une moyenne, si des lecteurs pouvaient nous donner des chiffres en précisant le nombre de personnes composant « le foyer » voilà qui éclairerait un peu le débat… et surtout les « familles nombreuses »…

  • Christian Delaud

    @ Mme Sauter-Gilli
    Oui en 1998 ma résidence principale était Six-Fours mais je possédais une maison à Bandol où je payais des impôts locaux et où je pouvais être électeur et éligible contrairement à François Barois qui, dans les années 200.., habitait à La Cadière mais par contre ne payait pas d’impôts locaux à Bandol.
    Malgré ma résidence principale « officielle » à Six-Fours, j’étais plus souvent à Bandol et j’assistais à tous les conseils municipaux pendant lesquels je prenais des notes sur un carnet que je tiens à votre disposition et où j’avais mentionné les dires de ce conseil municipal de septembre 1998. Peut être que Jean-Pierre Hecq, conseiller municipal d’opposition à l’époque, ou un de ses colistiers a conservé les procès verbaux de séance.
    Je ne dis que la vérité et n’ai pas pour habitude de dire autre chose alors que vous insinuez que je mentirai.
    Quant à l’adoubement de François Barois par Xavier Suquet alors là je meurs de rire.
    C’était tellement inattendu que j’en viens à me poser des questions et je n’étais pas le seul.
    Si ma mémoire peut me faire défaut mes carnets de notes sont précis sur tout ce qui concerne la municipalité de Bandol depuis 1983.

  • Janine Sauter-Gilli

    @cher M. Delaud ;
    Le thème du débat, c’était le retrait de délégations par le maire, à un de ses conseillers qui s’élevait contre sa gestion calamiteuse du personnel. Vous n’en dites pas un mot dans vos interventions et vous essayez de détourner l’attention.
    C’est ce que vous faites encore une fois, en évitant de répondre sur le fond à mes remarques.
    Relisez ce que vous avez écrit. Je ne conteste pas des faits vieux de 14 ans, je m’élève contre la façon dont vous les présentez et dont vous les détournez*.
    Et vous recommencez ! Le vague de votre formulation « dans les années 2000 » fait sciemment planer le doute sur l’éligibilité de F. Barois en 2001. En voilà encore une autre !
    Pour ne pas parler « des questions que vous vous posez » quant au soutien de Xavier Suquet.
    Si vous voulez, moi dont la famille était proche de l’ancien maire, je pourrais vous éclairer…
    Mais plutôt que de remonter au déluge, revenons au sujet actuel qui fait débat.
    Et arrêtez de faire diversion : le problème qui fait l’objet des interventions sur ce blog, et qui secoue la commune, ce n’est ni l’opposition et encore moins Barois, c’est Palix.

    *Chiche, échangeons nos notes. J’en ai 5 cahiers. Lacunaires, forcément : d’abord, mon activité professionnelle m’interdisait d’assister à tout ! La vôtre vous le permettait apparemment, tant mieux. Ensuite, on peut me voir « gratter » à chaque conseil et d’expérience, je dis qu’il est impossible de tout noter. C’est pour ça que les débats sont enregistrés. Et heureusement qu’il y a les PV : il suffit de s’en procurer un…

  • Janine à raison. Arrêtons de détourner le débat et l’attention des lecteurs.
    Le problème soulevé par monsieur Decroix est la gestion honteuse du personnel, personnel qui est mal traité et qui est en souffrance. Pour avoir eu le courage de dénoncer les abus pratiqués dans certains services, cela lui a valu le retrait de ses délégations.

    Certes, le Mairie n’est pas le seul et unique responsable de cette situation. Les élus qui officient dans les services sont autant coupables de cette situation. Certains sont même clairement identifiés.

    Comme je le disais précédemment, le site « Bandol pour Tous » de François Barois (http://bandol.over-blog.fr/article-personnel-communal-4-ans-de-gestion-calamiteuse-103391414-comments.html#comment103093257) fait état de cette gestion calamiteuse du personnel. Certains services (et donc élus) sont pointés du doigt. Une page sur ce problème d’une gravité sans précédent est également dédiée sur le site « Blog Bandol » de CV (http://www.bandol-blog.com/?p=40813&cpage=1#comment-13447).

    Ne nous écartons pas de la réalité pendant que le personnel communal en souffrance appelle les bandolais au secours.

    A ce jour, je ne constate pas que tous les élus de l’opposition s’érigent en défenseur du personnel communal.

    Mesdames, Messieurs les élus de la majorité et de l’opposition, que faîtes-vous pour mettre fin à à la folie de vos collègues ou de vos opposants qui ternit l’image de la Ville de Bandol ?

    Jusqu’ou laisserez-vous aller cette dégradation des conditions de travail de ceux qui vous ont donné leur voix ?

    Ayez un peu de courage !!!!

  • Jean-Pierre Chorel

    @ Sauter-Gilli
    Votre passion pour F. Barois vous rend aveugle ! F. Barois a retiré des délégations à ses adjoints, a mis des fonctionnaires au placard, a intenté des actions au tribunal administratif ! Le maire actuel n’a rien inventé en la matière. Mais vous vous offusquez aujourd’hui alors que vous trouviez cela normal jusqu’en 2008.

    @ Didier
    Ayez le courage d’écrire sous votre nom, montrez l’exemple !

  • Cher Monsieur Chorel,

    On comprend dans vos propos votre attachement et votre soutien inconditionnel pour M Palix et sa majorité et pour le traitement honteux qui est fait au personnel municipal. C’est votre droit, c’est ce qu’on appelle la démocratie …mais de mémoire de bandolais, il ne me semble pas que sous les mandatures précédentes il y ait eu un tel « turn over » dans les chefs de services, une telle désorganisation des services et un tel boxon à la Mairie de Bandol. Peut-être vous trouvez ça normal et vous ne vous offusquez pas…. moi, je ne cautionne pas de tels agissements et je le dit haut et fort. Ce ne semble pas être votre cas.

  • Christian Delaud

    @ Didier
    Qui a soulevé le cas Didier Calvez?
    Le même qui avait soulevé d’autres cas sous la mandature précédente.
    C’est à dire moi.
    J’ai dénoncé, je dénonce et je dénoncerai les brimades auxquelles est soumis le personnel communal.
    Je ne tente aucune diversion.
    Seulement comme le fait remarquer jean-Pierre, ceux qui dénoncent ces brimades les acceptaient sous la mandature précédente.
    Qui est honnête et constant?
    Je vous invite à lire les procés verbaux de séance.
    Malgré l’amitié que je porte au maire (et je parle au présent), je continuerai à défendre les intérêts du personnel communal.
    Mais je ne participerai pas au lynchage du maire actuel.
    Il faut être impartial et son bilan, quoiqu’en disent certains revanchards, n’est pas négatif.
    Il est moins négatif que celui de la mandature précédente.

    @ Mme Sauter-Gilli
    Je posais un demi jour de congés par mois pour assister aux conseils municipaux.
    Je vous rappelle qu’ils avaient lieu, en général, à partir de 17 h à raison de un par mois (deux en décembre quelquefois).
    Quand on aime son village on est prêt à lui sacrifier six jours de congés par an.
    Quant à mes notes, j’assiste à de nombreuses réunions et j’ai l’habitude de noter l’essentiel.
    Il faut savoir être synthétique lorsque vous rédigez un compte rendu pour votre hiérarchie dans lequel figurent des aides à la décision qui impactera l’avenir de votre entreprise.
    Quant aux faits que vous condamnez, je persiste à dire qu’il y a eu de facheux précédents.
    Bandol n’a pas été créé en 2008.
    Pour juger du climat actuel, il faut regarder derrière soi.
    Pour les communes comme pour les individus, c’est leur passé qui en fait ce qu’ils sont.
    Je n’occulte rien car j’ai été le premier à les dénoncer mais je me méfie de cette vindicte populaire notamment lorsque j’entends des reproches non fondés qui participent plus à une cabale qu’à la recherche de la vérité.

  • Monsieur Delaud,

    Ne noyons pas une nouvelle fois le poisson. Nous ne parlons pas du bilan du maire, ni de son lynchage. Il lui reste deux années de mandat… nous reparlerons de son bilan à terme.

    Monsieur Decroix a dénoncé le mauvais traitement qui est réservé au personnel communal et sur ce point je le soutiens entièrement car tous les jours j’entends des employés municipaux (simples employés, comme chefs de services) se plaindre de ce que leur font vivre certains élus. Là ça devient inadmissible et même si je ne suis pas un partisan de monsieur Barois, je ne peux que le féliciter lorsqu’il parle de gestion calamiteuse du personnel car même sous sa mandature qui n’a certes pas été parfaite en matière de gestion du personnel il n’y a jamais autant eu autant de souffrance du personnel.

    Monsieur Decroix a osé dire tout haut, ce que vous savez tous tout bas….. mais les échanges de bon service et la loi de l’omerta oblige !!!

    Didier Colin

  • bertoncini franck

    alors desolé mais je ne comprend plus RIEN je crois qu il y a un gros souci de partout dans bandol sa se plains ,que ce soit le personnel municipal ,les jeunes ,les anciens de tout age en verité. christian quand tu dit que le bilan et meilleur la je ne te suis pas ,tous le monde sais qu on n a jamais risqué d etre mis sur tutelle ,la seule chose qui a fait enormement de tord a francois barois c est la mediatheque que tous le monde maintenant appreci et notre maire le premier ,c est vrai aussi qu il y a u deux employé et surtout un qui a u des probleme et comme je l ai deja dit je ne le cautionne pas mais moi qui est toujours travaillé sur bandol ,a chaque maire il y a u des mise au placard chose que je ne tolere pas et que je n ai jamais accepté mais de la a dire que tout est parfait tu as oublié ce qui c est passé avec nous quand on a fait la manifestation avec les jeunes pourtant je te l ai expliqué plusieur fois , si aujourdhui je m investit c est pour cela car si on aurai ecouté c est jeunes moi on n aurais plus entendu parlé de moi mais comme cela a fini je ne peu pas accepté j ai des enfants et c est intollerable ce qui c est passé . nos jeunes sont les ignoré de notre village mais c est vrai l electorat a changé a bandol alors eu on s en fou de toute facon BANDOL apparament n interesse pas grand monde on construit a tou va des immeubles et ca ne te derange pas moi en 8 ans bandol a enormement changé les valeurs de notre village on disparu ,on construit meme sur roustagnon et bien moi je ne supporte pas il y a qu a mettre des portails au entrée de ville et une police privé et des qu on a 18 ans on vous vire de la ville comme ca tous le monde est satisfait ,franchement tres tres decu je commence a comprendre certaine choses malheureusement ,.

  • @ Jean-Pierre Chorel

    Vous êtes libres de ne pas vous offusquer du traitement qui est réservé aux employés municipaux et de cautionner les agissements de certains élus de la majorité. Nous sommes en pays démocratiques et vous avez tout à fait le droit d’apporter votre soutien inconditionnel à Monsieur Palix. Toutefois, il faut vraiment être aveugle pour ne pas voir que sous les mandatures précédentes il n’y a jamais eu une aussi mauvaise gestion du personnel communal…. et je ne suis pas un partisan de Monsieur Barois.

    @ Christian Delaud

    Ne détournons pas le sujet. Il n’est pas question de lyncher Monsieur Palix et de le juger sur son bilan. Laissons le terminer son mandat jusqu’en 2014 (s’il tient jusque là) ensuite nous (bandolais) jugeront s’il (lui et sa garde rapporché dont nous connaissons les noms) a été meilleurs ou pire que les autres.
    Cependant, j’entends tous les jours des employés municipaux se plaindre de ce que leur font subir certains élus fidèles au maire. Il faut vraiment être sourd ou aveugle pour ne pas voir ce qu’il se passe dans les services. Jamais les employés municipaux n’ont connu cela auparavant. Jamais auparavant l’image de Bandol n’a été aussi ternie. Jamais auparavant il n’y a eu un tel brassage dans les services. Jamais auparavant il n’y a eu un tel boxon a la mairie. Je constate que peu d’élus s’insurgent contre ces pratiques et prennent la défense des employés municipaux….. c’est l’omerta !!!

  • Jean-Pierre Chorel

    @ Didier

    Relisez attentivement mes commentaires ! A aucun moment je n’apporte un soutien inconditionnel au maire. Je constate simplement que sur le sujet de la gestion des fonctionnaires municipaux le maire actuel n’a rien à envier à son prédécesseur.
    Quant à prendre la défense des fonctionnaires municipaux, il existe quand même des instances reconnues que l’on appelle syndicats. Mais à la mairie de Bandol ils sont hélas absents. L’individualisme touche toutes les couches de la société…
    Je ne sais toujours pas qui vous êtes vraiment, mais manifestement vous me connaissez très mal pour me prêter ces idées. Renseignez-vous avant d’écrire de telles contre-vérités !

  • Christian Delaud

    @ Didier et Franck
    Je répète ce que j’ai écrit: je ne tolère pas que l’on s’attaque au personnel communal.
    Je réitère ma proposition: relisez les procés verbaux des conseils municipaux et vous constaterez deux choses, un j’ai toujours défendu les employés municipaux et deux la municipalité actuelle n’a rien à envier à la précédente question gestion du personnel.
    Qui se souvient de Franck Capobianco et d’autres dont je citerais les noms si vous persistez dans votre amnésie?
    Notamment d’un employé non titulaire tombé malade lors de sa période d’essai et dont on a refusé la titularisation à ce motif.
    Didier, concernant les plaintes des employés municipaux, je ne vous connais pas mais je suis surement mieux placé que vous pour les recevoir oralement ou par email.
    Christian Palix terminera son mandat et je m’y emploierai car quand je vois le comportement de certains élus candidats à sa succession et leurs supporters je m’inquiète sérieusement.
    Je tiens à préciser que ne figurent pas dans ma liste de ces élus candidats, François Barois et Marcel Bogi qui assurent leur rôle d’opposants minoritaires de manière totalement responsable.

  • @ Christian

    Personne ne peut dire si monsieur Palix terminera son mandat vu à la vitesse à laquelle les défections se produisent et le traitement qui est réservé à ceux qui veulent conseiller et aider monsieur le maire.

    Monsieur le maire devrait plutôt se séparer des élus qui lui portent préjudice en agissant comme ils le font dans les services. Ca lui permettrait de terminer son mandat honorablement. Il se trompe de cible dans sa majorité.

    Enfin, certes on ne peut pas vous reprocher d’élever la voix de temps à autre, mais ce que les bandolais souhaiteraient c’est vraiment que ceux qui sont contre le traitement qui est fait aux employés municipaux tapent une bonne fois pour toute du point sur la table, fassent entendre leur voix haut et fort dans Bandol et arrêtent de dénoncer à demi-mots ce qu’il se passe….. surtout pas de bruit, surtout pas de vague…. en politique qu’on soit de droite ou de gauche, on se soutien mutuellement car sait-on jamais si un jour je suis au commande, j’aurai bien besoin que mes opposants d’hier me soutiennent dans mes agissements.

  • bertoncini franck

    LA POLITIQUE DE L AUTRUCHE TOUT VA BIEN

  • Christian Delaud

    @ Franck et Didier,
    La politique de l’autruche c’est ignorer les problèmes.
    Or sur les 13 élus de l’opposition, j’en connais une très grande majorité qui serait prête à dénoncer des faits.
    Or que vois je?
    Aucun de ces élus à part moi n’a dénoncé le sort réservé à un membre du personnel.
    Cela signifierait-il qu’ils n’ont aucun fait avéré à dénoncer?
    Leur mutisme ne parle pas pour eux, car à aucun moment ils ne sont intervenus dans ce débat pour dénoncer … quoi?
    Tout ce bruit ne serait que ragots?
    Nous sommes en droit de nous poser la question.
    J’invite ceux qui ont des informations à les communiquer.
    Je l’ai fait publiquement en conseil municipal, par deux fois, alors que je suis, dans l’opposition, un des rares sinon le seul qui souhaite que le maire termine son mandat sereinement.
    Le maire a été élu par les bandolais pour six ans et je respecte leur décision.
    Comme le faisait justement remarquer Didier, laissons finir le mandat et nous ferons le bilan après.

  • @ Christian

    Tout va pour le mieux dans le meilleurs des mondes….

    La valse des chefs de service n’est probablement qu’un fait non avéré.
    Changer des chefs de service qui étaient en place depuis des années, n’est probablement qu’une vue de l’esprit ?
    Changer 4 ou 5 fois de chefs de service depuis 2008 (en 4 ans) ne sont probablement que des ragots ?

    ………..

    Christian, votre amitié pour monsieur le Mairie vous aveugle……

  • Didier,

    Pourquoi ne pas faire simplement ce que vous propose Christian : lui rapporter des faits concrèts concernant la gestion du personnel ?

    Jacques

  • Ca paraît évident… Sinon la discussion tourne au « débat » (monologues) théologique: on y croit ou on n’y croit pas…. Et les non initiés sont perdus avec une très mauvaise impression sur les « debatteurs ».

  • Les preuves :

    1) depuis des mois, l’opposition de monsieur Barois dénonce la gestion calamiteuse du personnel et la valse des chefs de service : http://bandol.over-blog.fr/article-personnel-communal-4-ans-de-gestion-calamiteuse-103391414-comments.html#comment102993573

    2) cette valse des chefs de service est mentionnée dans les procès verbaux des conseils municipaux : http://www.bandol.fr/index.php?option=com_docman&Itemid=1030
    il n’y a qu’à les les PV.

    3) Jean-Yves DECROIX dénonce cette pratique lors de sa dernière intervention en disant qu’on peut se tromper 1 fois de chef de service mais que lorsqu’on se trompe 3, 4, 5 fois… c’est qu’il y a un réel problème avec l’élu en charge du service :

    http://www.bandol-blog.com/?p=40792
    http://www.bandol-blog.com/?p=40813&cpage=1#comment-13447

    Des preuves, ce n’est pas ce qu’il manque…. et si vous en voulez d’autres n’hésitez pas à aller discuter avec tous ces chefs de services qui ont été mis eu placard et leur demander les raisons de leur mise à l’écart…. chefs de service qui pour certains étaient en place dpuis des années.

    Je suis convaincu qu’ils sont « très heureux » d’avoir été traité de la sorte…. et que pour eux « tout va pour le mieux dans le meilleurs des mondes ».

    Il n’y a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir ….
    Il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre ….

  • @ Didier,

    Je pense qu’il faut un peu préciser l’objet du débat quant au personnel municipal.
    Il y a deux choses à distinguer si on veut que les choses soient claires.

    Il est fait état par plusieurs intervenants de ce qu’on peut appeler « une valse » ou des changements fréquents de postes affectant divers agents, et notamment de chefs de service. Je n’en sais rien, mais veut bien admettre ce qui est affirmé sur cette situation.
    Qu’un tel état de fait crée de multiples problèmes et désagréments tant sur le fonctionnement des services qu’aux agents concernés, cela parait évident. Mais delà à dire que de tels faits sont constitutifs de « brimades » (expression utilisée par un intervenant), il y a une marge qui me parait difficile de franchir en l’état, sauf éléments particuliers mais qui n’apparaissent pas dans ce qui est avancé (sauf peut être pour le cas de M. CALVEZ, mais je suis prudent n’ayant pas les détails du dossier).
    Le terme brimade, ou harcèlement moral (mise au placard) suppose des faits précis, outre le « climat » dans lequel ceux ci s’insèrent en général… Nous avons peut être un « climat » mais au niveau des faits…. je reste sur ma faim (bien que ne courant pas aprés ce genre de « repas »). De tels faits sont susceptibles de suites diverses, tant judiciaires, administratives, que « politiques »… Encore faut-il donner les preuves de leur existence et de leur matérialité….

    Par contre, considérer que la gestion du personnel est « calamiteuse », que les élus en charge font n’importe quoi, etc… nous place dans un autre domaine… et là il s’agit d’un débat sur la gestion par ces personnes, des champs de compétence qui sont les leurs…. Sauf cas particulier qui rejoindrait des situations de harcèlement moral, « brimades »… on se situe dans la sanction politique:soit en dénonçant cette situation au niveau du conseil municipal (cela a été fait si on s’en rapporte aux références données) soit , toujours au niveau du conseil municipal , en mettant en minorité ceux qui auraient failli… soit au niveau des élections en 2014 ou 2015….

    Pour résumer, (et mis à part le cas de monsieur CALVEZ) difficile de dire en l’état qu’il y a des « brimades » sur le personnel… Pour la gestion du personnel à ceux qui savent de donner des éléments comme cela a déjà été fait… et de demander des explications, cas par cas….

  • @ Prinz Karl

    Je suis d’accord avec vous. Pour reprendre vos termes et résumer votre tirade il appartient à ceux qui subissent les brimades ou l’harcelement moral (mise au placard) d’entamer les poursuite judiciaires qui se doivent envers les élus responsables (le délai de prescription est de 3 ans) et aux bandolais, de chasser de la mairie en 2014 par les urnes, s’ils le jugent, ceux qui ne font pas l’affaire.