Ne pas attendre 5 ans pour s’intéresser à Bandol

Le groupe d’opposition (UMP – liste de l’ancien Maire François BAROIS), vient de publier son compte-rendu du Conseil Municipal de Bandol du 22 décembre, un peu en retard sur la version officielle déjà en ligne sur le site de la Mairie.
Depuis le conseil municipal précédent auquel j’avais exceptionnellement pu assister, je savais déjà que selon qui le relate, ce genre de compte-rendu donne un son de cloche toujours différent.
Pour preuve, relisez les 3 publications relatives au CM du 19/11:
mon article sur mes impressions
– le compte-rendu officiel
– le compte-rendu fait par l’opposition (groupe UMP)
On a peine à croire que ces 3 documents parlent de la même séance…

En tous cas, il ressort du CM du 22 décembre, de vrais questions, et si on ajoute le courrier publié ici par le Dr Joseph récemment, je suggère à tous ceux qui en ont le temps et quelques capacités, de s’intéresser à la vie publique bandolaise, afin d’aider chacun à démêler le vrai du faux tant le discours de chaque camp semble forcément tendancieux (les antagonismes et différences de lectures sont frappants).
J’ajoute que de plus en plus de bandolais m’interpellent en se demandant pourquoi il faut vendre au casinotier le terrain du stade des Grands-Ponts, ayant l’impression qu’on vend les derniers bijoux de la famille, sans être bien sûr que ce soit nécessaire… En plus, une équipe qui vient d’arriver aux affaires peut-elle en quelques semaines prendre sur ce point une décision éclairée et qu’elle n’avait pas préparée si on s’en tient à sa campagne électorale… Enfin cette décision est prise avec quels renforts de compétence (sachant que de l’autre côté, l’acheteur est un professionnel de ce genre de négociations qui en mène toute l’année au plan national)?
Je n’ai pas la réponse, et m’interroge comme le Dr Joseph, comme beaucoup d’autres. En quelques mois, le Maire et son premier adjoint ont pu prendre une décision qui est loin d’être neutre, mais qui n’a jamais été évoquée lors de la campagne électorale, et qui fait se détourner d’eux une part de leurs électeurs et même des soutiens qui se sont « mouillés » pour leur élection.
Alors peut-être notre tandem dirigeant est-il à la pointe de la gestion, mais afin de ne pas risquer (en cas d’erreur) un réveil pénible comme nous en avons vécu un sur la fin du dernier mandat avec quelques réalisations qu’on eût peut-être été bien inspiré de remettre un peu plus sérieusement en cause en temps et en heure, j’invite tous les bandolais qui le peuvent à rester vigilants, à poser les questions qui les tarabustent, et à demander des explications à nos élus, de la majorité comme de l’opposition. Il est impensable que certaines des décisions les plus lourdes soient prises à ce point à l’écart des citoyens. Et bandolais.fr reste un relais possible des questions que vous vous posez et des réponses qui pourront je l’espère être apportées.
.





Article précédent : Travaux Bld Victor Hugo

3 Commentaires

  • Bonjour et bonne année à tous.
    Je viens de lire le compte rendu publié par le groupe Barois et l’article de Fred.
    Il est évident que les antagonismes entre les deux camps sont réels. Mais le but de mon commentaire n’est pas là.
    Je n’ai plus trop de temps d’assister aux CM, mais le comportement du public, m’en enlève toute envie restante.
    Ils est totalement inadmissible que le public qui a le droit d’assister au CM puisse se permettre autant de manifestations.
    C’EST UNE ATTEINTE GRAVE A LA DEMOCRATIE
    Il faudra peut être en venir au huis clos et un enregistrement vidéo et même une projection en direct dans une autre salle.
    A y réfléchir.
    Serge

  • Fred, Bonsoir,
    J’ai longtemps hésité à commenter ton article.
    Tu y traites un problème de fond qui mériterait une réponse exhaustive donc longue et ennuyeuse.
    Comme me le répétait souvent Alain Bombard, lorsqu’on commence une intervention en disant je serai bref, il faut s’attendre à un discours long et ennuyeux.
    Donc je ne le dirai pas (que je serai bref) mais j’essaierai de l’être.
    La question en filigrane de ton article est : « Devons nous nous orienter vers une Démocratie participative ou accepter la Démocratie délégative ? »
    La Démocratie participative permet aux citoyens d’intervenir, par référendum, sur tous les sujets d’importance. Elle se pratique partiellement en Suisse.
    La Démocratie délégative donne le pouvoir décisionnaire à des élus choisis à un instant T, pour leur aptitude à prendre des décisions allant dans la direction voulue par la majorité et servant l’intérêt général.
    En ce qui me concerne, je serai porté vers la Démocratie délégative encadrée par des règles précises (non cumul des mandats, nombre de mandats limités, …).
    Prendre une décision suppose un pouvoir d’anticipation, une connaissance approfondie des dossiers et la conscience de sa responsabilité.
    Ces critères se retrouvent dans la Démocratie délégative.
    Je ne suis pas sûr de les retrouver dans la Démocratie participative.
    Je crains d’y trouver une somme d’intérêts particuliers guidés par des choix égoïstes ou partisans et surtout pas par le service de l’intérêt général.
    Je crains aussi d’y trouver un ressenti à un problème plutôt qu’une analyse objective étayée par une maîtrise du problème.
    Il suffit de voir les réactions aux tracés de la LGV (Ligne à Grande Vitesse) de l’arc méditerranéen pour s’en rendre compte.
    Le but de cette LGV est de relier l’arc méditerranéen de Barcelone à Gènes pour le dynamiser.
    Les arguments des pros ou des antis des tracés me paraissent éloignés de cette finalité.
    Pour le Casino de Bandol, il en est de même.
    Dans le cadre d’une délégation de service public, la mairie octroie pour une durée déterminée, sous la surveillance de l’état, l’autorisation d’exploiter les jeux à Bandol.
    Dans cette délégation, chacune des parties doit y trouver son intérêt.
    Je pense sincérement, pour avoir travaillé trois ans avec Christian Palix, que la solution qu’il préconise n’est peut être pas la panacée mais a le mérite de préserver les intérêts de Bandol.
    La solution proposée ne me satisfait pas entièrement mais je n’en vois pas d’autre.
    J’ai tourné le problème dans tous les sens et aucune des solutions envisagées n’était satisfaisante.
    Je pense qu’un des rôles de bandolais.fr est d’être un agitateur d’idée et si un de tes « lecteurs » proposait une solution plus satisfaisante, je me ferais un devoir de la défendre en conseil municipal.
    Chers bandolais, à vos claviers, et faites nous des propositions.

  • @ Christian: nous avons déjà évoqué ce débat entre démocratie représentative (délégative) et participative, il y a presque un an:
    http://www.bandolais.fr/2008/02/le-port-et-le-r.html
    Je suis né sous la Vème république, y suis attaché par imprégnation, et respecte la démocratie représentative.
    En revanche, j’ai eu tout le loisir d’en mesurer limites et excès, ne serait-ce qu’en suivant « les actualités » des dernières décennies.
    Je ne souhaite pas changer de système fondamentalement, mais je constate qu’aujourd’hui, on a les moyens de corriger beaucoup des imperfections de notre système démocratique:
    – désamour constaté des citoyens envers le fait politique.
    – dérapages et gaspillages divers qui ne sont jamais stoppés à temps mais toujours à corriger lourdement a posteriori.
    Une grande part de ces problèmes viennent de la distance qu’instaurait la démocratie représentative entre citoyens et chose publique.
    Aujourd’hui, les outils de communication ne justifient plus une telle distance, et les citoyens devraient pouvoir facilement suivre la vie des institutions publiques, et pourquoi pas, réagir à temps quand des anomalies se produisent sous leurs yeux. Bien au-delà, il n’y a plus aucune justification technique à l’absence de transparence, et le fait que l’opacité perdure n’est dû qu’à la culture des générations de politique actuellement en place et de leurs appareils (partis).
    L’explication des décisions publiques est au passage une façon de faire accepter les décisions, participe à l’éducation collective de la population, et si de temps à autre, il y a matière à s’insurger, on peut le faire en temps et en heure. Comme tu le soulignes, on peut même bénéficier de l’intelligence collective ou de quelques-uns pour enrichir le débat public.
    Comme il y a 11 mois, tu constates que je ne suis toujours pas en train de prôner une démocratie électronique…
    Pour le Casino, je suis juste surpris de la rapidité d’une décision qui n’a jamais été évoquée en campagne, et dont le caractère radical me fait craindre que nos intérêts aient été défendu dans l’urgence sans forcément toutes les compétences pour négocier face à un « partenaire » particulièrement rôdé à ce genre de situations (Partouche est un poids lourd d’un marché oligopolistique très sensible). Comme toi, j’espère que des esprits compétents pourront se porter en renfort de la commune dans ce dossier. Je crains cependant qu’à ce jour cela reste un voeu pieux, car le citoyen n’a à ce jour accès à rien ou presque pour se faire une idée: tu m’avais avoué toi-même la difficulté que les élus d’opposition peuvent avoir à exercer leur mandat ne serait-ce qu’avoir déjà accès à l’information nécessaire. J’en veux pour preuve que le webmaster de campagne de Palix/Bogi m’avait violemment interpellé par téléphone sur mon rôle de critique de la campagne électorale, m’accusant de négliger l’énorme travail de préparation de sa liste pendant des mois: on constate aujourd’hui que sur la partie visible de l’action municipale, les décisions majeures n’ont jamais été annoncées avant les élections (découverte des dossiers uniquement après l’entrée en fonction?), et pour les dossiers majeurs qui avaient été annoncés, pour l’instant il n’est aucunement question. Pourtant, Palix et Bogi siégeaient au conseil municipal, et à la Sogeba entre autres. S’ils n’avaient pas d’infos valables, qu’en est-il aujourd’hui du citoyen lambda? Il reste beaucoup à faire dans ce domaine, et je pense qu’une partie des problèmes de Bandol dénoncés notamment par la Mairie actuelle, sont liés à un manque de transparence dans le passé…