Mon regret démocratique

Conseil municipal demain matin vendredi, pour désigner le nouveau maire de Bandol.
200803191655Ce conseil ressemblera au troisième « camembert » de mon article sur les différents scénarios de second tour: archi-dominé par une seule liste, comme l’impulse le mode scrutin, avec 22 sièges sur 29.

Pourtant, on aurait pu avoir un conseil municipal beaucoup plus représentatif des sensibilités différentes qu’ont exprimé les bandolais au premier tour. Les 3 challengers avaient des programmes compatibles, qui tendaient tous vers une rupture avec la gestion et le style du Maire sortant.

Au soir du premier tour, dès le début des négociations, une grande alliance des 3 challengers a pu être envisagée …/…

…/… mais a vite tourné court, la liste leader (du finalement futur maire) ayant jugé trop gourmandes ses deux co-opposantes au sortant. Et a fait le pari qu’avec 41% des voix au premier tour, elle gagnerait le second sur la dynamique de la liste en tête. La suite des événements lui a donné raison, mais j’y trouve moi un regret, en termes de fonctionnement démocratique (qui n’est pas que de son fait, le mode de scrutin en est largement responsable, et peut-être faudra-t-il un jour que nos législateurs et constitutionnalistes envisagent une réforme des élections municipales).

Selon les chiffres qui m’ont été indiqués entre les 2 tours (par la liste victorieuse au final):

– Sauzet avec 12% exigeaient 3 sièges de conseillers.

– Delaud avec 17% en exigeait 7.

C’est gourmand, en particulier si on rajoute des exigences quant à des postes d’adjoints ou autres délégations. Qui ne l’est pas en début de négociation?… Mais c’était trop puisque les futurs vainqueurs se sentaient assez fort seuls, et ont abandonné la table des négos.

En regardant les chiffres de près, je considère cependant moi, que ce n’est pas si gourmand car en trouvant un accord plus modeste quant aux postes d’adjoints et autres leviers d’influence, qu’obtient-on?

– En cas de victoire de justesse de cette grande alliance, on obtient un conseil municipal qui reflète assez précisément les proportions exprimées par les électeurs au premier tour.

– En cas de victoire qui additionne leurs totaux du premier round, toutes les listes engagées sont correctement représentées, et la liste leader a seule la majorité du conseil municipal: confortable sans écraser personne, autant que ce scrutin le permette.

200803191618 200803191620

Bref, on a un résultat dans tous les cas plus démocratique que ce qui s’est produit au final: cela eût été une façon de reproduire le mode de scrutin des communes de moins de 3500 habitants, où l’on choisit les hommes, et non des listes. C’est une façon de ne garder que les meilleurs talents, et beaucoup de bandolais sont nostalgiques de ce fonctionnement électoral pour les municipales.

Je comprends qu’on ait envie de voir le plus de gens de sa liste qui se ont investis pour son succès, élus, récompensés. Mais la politique représente un intérêt supérieur, l’intérêt général, et beaucoup s’y engagent sans d’ailleurs espérer d’autre récompense que la promotion de ce en quoi ils croient. Je suis contre l’idée de récompenser les fidèles, et pour que les listes coopèrent et sélectionnent leurs meilleurs éléments. Je ne crois pas que 4 listes aient pu réunir 29 bandolais compétents chacune: enthousiastes et volontaires sûrement, compétents, disponibles et tolérants, j’ai plus de mal à y croire.

D’autre part 70% des bandolais ne voulaient plus de Barois, mais qui n’a pas eu de doute entre les 2 tours sur son possible come-back? Refuser la négo aux petites listes, c’était les pousser à négocier avec l’adversaire des 3, au risque de voir se former une alliance contraire au sens du vote, les laisser seules et s’effondrer sans chances au second tour, ce qui s’est finalement produit puisque leur « coalition des petits » n’a pas su ou pu faire passer son message. Au final, ce sont 30% des bandolais qui ne sont presque plus du tout représentés au conseil municipal, et qui ont fait un choix véritablement par défaut.

On est passé tout près de la réalisation de la phrase publiée sur le site du vainqueur au lendemain du premier tour (« Nous souhaitons que la majorité des Bandolaises et des Bandolais, soit représentée au sein du Conseil Municipal, afin que nul ne soit exclu de la politique de renouveau que nous voulons impulser à Bandol.« ). Je suppose que c’est la nervosité du contexte électoral et le délai très court qui aura empêché l’aboutissement d’une négociation apaisée et équilibrée.

Je dédie donc cet article à tous ceux qui dans chaque liste, ne seront pas présents au conseil municipal à naître, et pour certains, au regret d’un très grand nombre de bandolais.





13 Commentaires

  • @ Fred
    Je vois que tu persistes dans ton idée démocratique, mais ingouvernable. La proportionnelle est sûrement le vote le plus représentatif, mais aussi celui qui nous place devant une situation ingouvernable. Dans ton analyse:
    Palix=12 élus
    Delaud=7 élus
    Sauzet=3 élus
    Palix à la majorité, mais si quelques élus d’opposition (9) s’allient à Sauzet et Delaud, le maire ne dispose pas d’une majorité et tout devient ingouvernable!!
    C’est pour cette raison que la proportionnelle a été supprimée pour permettre à une majorité de gouverner.
    gervais serge

  • Jean-Pierre Chorel

    Comme en toute chose, il existe une solution intermédiaire entre la proportionnelle et l’ultra-majorité du système actuel mon cher Gervais. Pour mémoire, le système des régionales est moins lourd, seulement 40 % des postes sont attribués à la liste arrivée première.
    Imaginez un système pour les municipales n’attribuant que 30 % (arrondi au chiffre supérieur) à la liste arrivée première, puis les 70 % restant à la proportionnelle. Appliqué aux résultats de dimanche, ce système donnerait :
    – Liste Palix : (29 x 30 %) + (20 x 51 %) = 9 + 10 = 19
    – Liste Barois : 20 x 33 % = 7
    – Liste Sauzet : 20 x 16 % = 3
    Ce système, à mon sens, assurerait une meilleure représentativité tout en maintenant une majorité confortable synonyme de stabilité.
    Mais ce n’est que mon humble avis, je vous l’accorde.

  • @ Serge Gervais: non non, reprends mes camemberts et les résultats du 1er tout: Avec plus de 70% des voix, la grande alliance aurait pu avoir 25 sièges contre 4 pour Barois.
    Palix: 15
    Delaud: 7
    Sauzet: 3
    Barois: 4
    Tu vois que ça laissait une majorité parfaite à Palix. Et sans oublier que ce n’était que la base de départ de la négociation… La base était saine, et Palix aurait certainement pu faire réduire leurs prétentions aux uns et aux autres. Ce qui me permet d’affirmer que les exigences de départ n’étaient pas totalement déraisonnables, et qu’il devait y avoir moyen de s’entendre…

  • @Gervais Serge
    Vous dites « Je vois que tu persistes dans ton idée démocratique, mais ingouvernable ». Mon propos ne concerne pas Bandol en particulier, mais la France en général.
    Pourquoi est ce ingouvernable ? Pour la simple raison que lorsqu’une personne est élue, elle se drape dans sa légitimité et renvoie systématiquement les opposants, même constructifs, au prochain scrutin. Il n’y a plus de débat démocratique. Je suis élu, c’est moi qui commande, point. Même les élus majoritaires n’osent pas aller contre leur maire de peur de perdre leur place.
    Personnellement je souhaiterai une gestion communautaire, pour le bien de la ville. Ne me faites pas croire que toutes les bonnes idées sont du côté du gagnant et les mauvaises chez les adversaires. Ayant participé, dans une autre vie et autre ville, en tant que responsable d’une association de commerçants, à plusieurs commissions extra-municipales, sensées écouter les membres pour préparer certains dossiers importants. Je peux vous affirmer que ces commissions n’ont jamais rien changé dans l’orientation proposée au départ.
    Pour en revenir à Bandol, et le dossier épineux de la médiathèque, si son implantation a bien été votée par la majorité du conseil municipal, je ne pense pas qu’un tel projet soit passé avec un conseil proportionnel. Maintenant la nouvelle municipalité a le bébé sur les bras. Que va-t-elle en faire, que va-t-on y mettre à l’intérieur ??
    Entre gens de bonne volonté, tout est faisable, mais vous avez surement raison, nous sommes des utopistes. Il est vrai qu’au soir d’une élection, certains se trouvent baptisés « Majorité » et les autres « Opposition ». A partir de là !!!

  • @Claude : bonjour, là je suis assez d’accord ! à l’échelle d’une petite ville comme Bandol, la gestion de la municipalité est affaire de bonne volonté et de bon sens. Beaucoup pendant cette campagne ont abondé dans le même sens : redonner à Bandol son dynamisme et sa douceur de vivre. Je ne vois pas là des adversaires, mais des Bandolais qui veulent retrouver leur fierté. Maintenant que les jeux sont faits, j’espère que le mot « ensemble » ne sera pas juste un slogan éphémère.

  • Compte rendu du conseil municipal qui a vu l’élection du Maire de Bandol pour 6 ans.
    LES ELECTEURS BANDOLAIS ONT ETE ABUSES
    Ouverture de la séance à 10 heures par François Barois, Maire sortant, devant une assemblée importante.
    Il a en premier annoncé les résultats définitifs de l’élection, soit: C.Palix 2720 voix, F.Barois 1767 voix, M.Sauzet 843 voix.
    Il a annoncé ensuite les démissions des conseillers élus, soit: Alexandre Doriol-Kasmadjian, Marc Poincelin, Christiane Gaudin,Yvonne Bonifay.
    Il a ensuite installé le nouveau conseil municipal en désignant Mme Athéna Christodoulos (au bénéfice de l’age) présidente de séance.
    Vote pour le Maire.
    C.Palix 22 voix
    M.bogi 6 voix
    1 bulletin blanc.
    Remise de l’écharpe à C.Palix Maire de Bandol
    Conformement à la loi, il y aura 8 adjoints au Maire soit:
    1er M. Bogi, 2ème Sylvie Redercher_Logeais, 3ème Lucien Rodriguez, 4 ème Elisabeth Reig, 5ème Yannick Champion, 6ème Athéné Christodoulos, 7ème Jean Marie Sagniez, 8ème Danièle Canevari.
    L’élection du nombre s’est faite à l’unanimité, pour les noms des adjoints, 22 votes pour, 5 blancs et 2 nuls le nom de Canevari a été rayé sur les deux et celui de Redercher-Logeais sur un.
    Il s’en est suivi d’une déclaration de notre Maire, qui a souhaiter diriger la commune dans la rigueur, la tolérance et l’ouverture et respecter la loi. Il a envoyé quelques attaques vers le Maire sortant. Il s’engage à consulter les citoyens avant d’entreprendre de gros travaux ou se diriger vers une orientation importante pour les Bandolais.
    Les démissionnaires sont remplacés:
    Doriol par Henri Maccario chez Palix
    Poincelin par Gérard Blanc et Gaudin par Laeticia Quilici chez Barois et Bonifay par Christian Delaud.
    Si je comprends et respecte la démission d’Yvonne Bonifay au profit de sa tête de liste C.Delaud ( déjà conseillé d’opposition), je comprends moins les trois autres. Je peux encore admettre qu’un maire sortant qui battu va arrêter va carrière politique (S. Pardon au Beausset) démissionne, je trouve que les électeurs ont étés abusés par des personnes qui se trouvant en position d’adjoint en cas d’élection, démissionnent car ils sont battus. Même si une de ces démission nous permet d’avoir comme conseillère d’opposition une jeune et talentueuse personne qu’est Laetitia Quilici. Je ne comprends pas la démission d’Alexandre Doriol (7ème sur la liste Palix) en position d’être adjoint, même si cette démission est liée à un éventuel poste de directeur de cabinet?????
    Enfin, je ne comprends pas que les adjoints ne soient pas pris dans la descente logique de la liste. Nous avons une personne 15ème sur la liste qui est adjoite, tout comme la 12ème (Madame Canevari)!!!
    C’est pour ces raisons que tout en souhaitant beaucoup de réussite à l’équipe majoritaire et aux conseillers d’opposition, je pense que les électeurs Bandolais ont été trompés!!
    gervais serge

  • @ JP Chorel
    Il est évident que votre analyse est une façon démocratique d’avoir une représentativité plus conforme à la réalité. Je pourrais abonder dans votre sens si le monde était autre que ce qu’il est!!
    Prenons le cas de la dernière élection municipale de Bandol. La liste Palix est déjà composée de deux listes et si mes renseignements sont bons, ce ne fut pas facile pour la composer, encore moins facile pour l’attribution des postes d’adjoints!!! Alors après ce que nous avons vu ce matin:Démissions de conseillers élus!!
    (Seule la démission de Mme Bonifay peut se comprendre) Deux postes d’adjoints pour des personnes se trouvant 12ème et 15ème sur la liste….. Donc à partir de cela tout est possible et on peut envisager toute sorte d’alliance qui pourrait mettre le vaincoeur d’une élection en position de faiblesse. Je suis persuadé, même s’il n’est pas très démocratique, que seul le scrutin majoritaire nous permet d’avoir une majorité disposant d’une marge de manoeuvre afin de gouverner dans la sérénité. De plus ce scrutin nous évite la représentation de partis extrémistes auquels on peut faire barrage.
    gervais serge

  • @ Serge GERVAIS: ton raisonnement se tient, mais a aussi l’inconvénient de permettre à un Maire d’être autiste pendant tout un mandat (cf. les relations du Maire précédent avec la population, et la sanction finale). Avec 22 sièges, si Mr Palix veut devenir aveugle et sourd aux demandes de la population, il pourra l’être pendant 6 ans en toute tranquillité. Espérons qu’il tienne sa promesse d’être à l’écoute, et de consulter. Mais tout dépend de lui dans cette configuration…

  • @Fred
    Pour une fois, je suis en parfait accord avec toi!!!!
    C’est tout a fait ce qui se passe dans les communes où le maire est installé depuis plusieurs législatures. Il est à l’écoute, dialogue, entend… et de ce fait il devient presque « indétronable ». J’espère moi aussi que Monsieur le Maire tiendra ses promesses et que nous serons satisfaits de son mandat.
    Pour le Maire sortant, je pense que dans quelques temps, les passions s’étant évaporées, nous aurons l’occasion de constater que ses réalisations ne sont pas aussi mauvaises que ce qu’on a bien voulu nous faire voir.
    Serge gervais

  • Je partage Fred ton regret démocratique (mais juste un petit peu)
    Le mode du scrutin est ce qu’il est ! On peut dire « dura lex sed lex » ou « hypocritica lex sed lex » comme C Delaud un 29 Dec 2007, je serais tenté d’écrire pour ma part « Deferre lex sed lex » non pas pour défaire la loi, mais pour critiquer un mode de scrutin établi par la ministre de l’intérieur de F Mitterand (C Delaud l’a peut être omis pour cela) qui fait que des petites villes comme Bandol sont privés du « panachage » . Le mode de scrutin, qui permettait de choisir plus les hommes que les listes, serait encore celui de Bandol (comme c’est encore le cas dans les villes de moins de 3 500 habitants) sans cette loi . Il permettrait mieux que tout autre à des « personnages de gauche » dans une « ville de droite » de servir leur ville et d’avoir un parcours propre comme en son temps DE FERRARI. Nous sommes dans un systéme de type V eme République avec ses avantages et ses inconvénients, celui de la IVeme République a aussi les siens ….je t’imagines déjà, Fred, dans un article « complément du conseil municipal » fustigeait son corollaire « le régime des partis » :lol :.
    Mais pour moi l’élément majeur dans un gros – et parfois prétentieux village – n’est pas celui du scrutin mais bien celui des hommes
    Je remercie Claude SB de son expérience pré-bandolaise mais il est à présent au milieu des bandolais et en 2008 (je suppose que s’il a choisi Bandol c’est pour être mieux, que de là d’où il vient )
    C Palix a dit qu’il serait à l’écoute : alors parlons, discutons, pour qu’il est quelque chose à écouter voir à entendre et que le Bandol joyeux de ces derniers jours se pérennise ! alors seulement nous verrons s’il s’agissait d’un slogan comme certains veulent le laisser sous-entendre mais pas avant cela ! Je n’ai pour ma part de raison de douter que c’est vraiment le vœu de C PALIX & M BOGI et leur équipe (« ou leurs équipes » pour rassurer le camembert de FRED)

  • Au delà des conseils municipaux, des élus : le vrai progrés le vrai espoir nait de cette campagne ce sont les citoyens et leur expression.
    A l’inverse de JAXX et en accord avec Max je trouve que cette campagne 2008 a été d’une tenue bien meilleure que la plupart des précédentes. Est ce que le Web (épiphénomène pour la plupart des gens) y est pour quelque chose ? j’ose l’espérer !
    Il aurait pu être, au niveau de la rue, voir du caniveau, si on se remémore les débuts de « Marcello & Co » des premiers posts du blog de Jaxx. Grâce à la rigueur de Jaxx et de Fred, la pollution des rumeurs, des manoeuvres , des basses attaques a pu être évité ou dénoncé comme telle.
    Nous avons pu, sur leurs différents sites, avec eux Julien et Fred, mais aussi avec Catherine , Jean-Pierre, Christian, Seb, Serge, Jean, Max, Roland… nous exprimer et débattre (avec parfois rudesse).
    Et c’est essentiel ! Au delà des institutions et du mode de scrutin, de l’exécutif (qui seront de toute façon imparfait) ! Au delà des administrations, des maires des conseils municipaux,… la discussion ouverte publique des citoyens qui ont envie de s’intéresser à la chose publique (au delà des intérêts particuliers) reste essentielle pour une « petite société », inventive, attentive, acceptée, joyeuse..
    Est- il utile de rappeler sur les bords de cette Méditerranée chérie qu’ « Athénes, berceau de la démocratie était sans son Agora la patrie de Tyran » ?
    Alors Mesdemoiselles, Mesdames Messieurs , Merci de gérer et de participer à ces forums, à nos élus de montrer qu’ils sont capables d’en tirer la subtentifique moelle
    Je m’arrête je commence à prendre des accents lyriques :lol :

  • @ Pierre: Eh bien moi, j’aime bien tes deux derniers commentaires… On va dire qu’une nouvelle page s’ouvre. Allez, en route pour 6 ans!
    Juste un petit truc: partageant un peu la condition de Claude ci-dessus, je précise que si on a (j’ai) choisi Bandol, c’est effectivement pour y jouir de trucs mieux que là d’on on vient, mais on n’est pas forcément obligé de tout aimer ici, ni tout cautionner… Faut bien qu’on apporte aussi nos trucs à nous, pour que tous s’enrichissent (et dans nos valises y’a du bon et du moins bon): au moins on peut confronter les points de vue, mais ce n’est pas à un habitué des « rencontres du web bandolais » que je vais l’apprendre… 😉

  • @ Pierre,
    Dans mon article du 29 décembre 2007, je critiquais la loi du 31 janvier 2007 qui impose la parité stricte sur les listes et ne l’impose plus pour la désignation des adjoints (parité sur huit postes sans alternance).
    Le résultat qu’a dénoncé Serge et que j’avais annoncé le 29 décembre, est un tripatouillage des listes.
    Je préférais la loi votée par le gouvernement Jospin où la parité par groupes de six était imposée.
    Quant au panachage, je suis contre pour les villes de plus de 3.500 habitants.
    La gestion de telles villes demande une équipe avec un programme et pas un assemblage hétéroclite de bonnes volontés individuelles.
    Les enjeux financiers et la législation sont tels que l’amateurisme n’est plus de mise.
    Les bandolais, au moins les 750 qui avaient voté pour les listes Delaud et Sauzet au premier tour et pas au second, partagent ce sentiment.
    Car les programmes étaient identiques mais pas les équipes qui les portaient.
    Si je poussais ton raisonnement jusqu’au bout, pourquoi ne pas autoriser aussi, comme dans les villes de moins de 3.500 habitants, de voter pour des citoyen(ne)s non candidats.
    En ce qui concerne mon positionnement, je ne suis pas dogmatique et j’ai combattu des lois présentées par des gouvernements socialistes.
    Sincèrement je dois avouer que j’ai combattu plus souvent des lois présentées par des gouvernements de droite. Bien que j’en ai défendu aussi.
    Contrairement à certaines personnes que j’ai croisées durant cette campagne électorale et d’autres, je m’intéresse à l’individu et à ses engagements et pas à la carte de parti qu’il possède.
    Enfin en ce qui concerne les élections municipales, je partage tout à fait l’avis de Jean-Pierre Chorel, rien d’étonnant n’est ce pas!, 50% des sièges attribués à la liste arrivée en tête me semble exagérés.
    Il faut une majorité certes mais pourquoi pas le même pourcentage qu’aux régionales (40% à la liste arrivée en tête) ou 30% comme le suggère Jean-Pierre.
    Christian