Merci à nos politiques bandolais pour leur fair-play

Un blog citoyen, plus encore s’il a une certaine audience locale, c’est souvent un poil à gratter dans le jeu politique de sa zone « d’influence ».
Certains blogueurs l’ont particulièrement mesuré en prenant de plein fouet la puissance de feu de leurs élus en pleine figure, ou plutôt en plein porte-monnaie (le nerf de la guerre). Christophe GREBERT est un cas illustre (dans ce qu’on appelle la blogosphère), pour vivre une guerre juridique permanente qui prend la forme de nombreux procès l’opposant au Maire de Puteaux (mais aussi à quelques autres personnes qu’on imagine parfois téléguidées), ville dont il est devenu conseiller municipal d’opposition après plusieurs années de blogging sans participation directe à l’action politique.
Un autre cas qui est en train de faire parler de lui, concerne Orléans. Un blogueur à l’époque anonyme a monté un pastiche simulant les propos d’un partisan du Maire de la ville tombée en totale et déraisonnable pâmoison devant son idole d’édile… Potache et plutôt drôle, il a quand même perdu un premier procès …/…


…/… que lui a intenté Serge Grouard, l’élu en question. Comme pas mal de gens, j’ai signé la pétition de soutien (et il est passé me remercier), qui défend aussi le droit à l’humour, puisque la lecture d’un seul de ses billets ne laissait aucun doute sur la nature humoristique décalée de ses écrits pas bien méchants, même si sans ce procès, je n’aurais jamais eu l’idée d’aller lire ce qui est devenu un cas d’école plus qu’une lecture m’étant vraiment utile…
D’autres vivent ce genre de conflits, dans lesquels gagner n’est pas forcément l’important. Les conseillers d’opposition de nombreuses villes vivent d’ailleurs cette situation comme le rappelait Jean SARRAT en commentaires il y a plusieurs mois. Un maire peut souvent faire un procès sur les fonds publics de la ville, à des gens qui, soient blogueurs, soient opposants, vont devoir se défendre et éventuellement assumer des sanctions juridiques sur leurs deniers propres. Très déséquilibré, il faut bien le reconnaître: ça se traduit souvent par des appels à donations de soutien solidaire. Même si le Maire perd, ça ne lui coûte pas, alors que si les dépenses de justice restent à charge des parties, on a vite fait d’assécher les finances d’un simple particulier sans fortune.
Stratégie d’épuisement de l’adversaire. Ca marche plutôt pas mal: de nombreuses personnes n’ont d’ailleurs aucune action publique (politique, parole publique, ou autre), mais n’en pensent pas moins (simplement elles n’ont pas envie de risquer les ennuis qui pourraient aller avec leur tentative de défendre le bien public contre des actions discutables des élus).
Bandol a vécu cela dans le passé, avec des procès coûteux entre Maires et opposants, avec un fond parfois plus politique que réellement justifiable du point de vue de l’administré.

Alors je remercie nos hommes politiques bandolais: aucun d’eux auxquels j’envoie pourtant régulièrement des coups de pattes, n’a encore jugé nécessaire de chercher à me museler par le biais de convocations au tribunal. J’étais prêt à assumer ce que je faisais avec Bandolais.fr (j’ai d’ailleurs rejoint la communauté webcitoyen.com pour parer à toute éventualité), mais c’est plus « sport » si la démocratie se passe sans artifices judiciaires.
libreexpression.JPGEt sur ce plan, si entre eux ils ne s’épargnent pas grand-chose, j’apprécie qu’ils se soient abstenus de ces procédés envers moi. C’est peut-être un calcul, m’ignorer pour ne pas me légitimer. On sait aussi que ce genre de procès offre une publicité énorme aux blogs concernés, et qui dépasse largement le cadre local. Mais moi, j’ai choisi de croire que c’est tout simplement un effort de leur part pour accepter un des principes qu’ils défendent tous, la démocratie, et c’est à leur honneur. Parce que c’est vrai, comme le faisait remarquer André en commentaires ces derniers jours, mes propos pourraient parfois inclure plus de bienveillance, et que grosso modo, quand je trouve un os à ronger, je ne leur passe rien, et de façon plutôt directe. En particulier, je m’en suis expliqué, plus le poids politique de l’homme est « lourd », plus mon niveau d’exigence s’élève, et je dédie cet article directement aux ennemis bandolais: l’ancien Maire François BAROIS et le tandem que forment le nouveau Maire Christian PALIX et son premier adjoint Marcel BOGI qui ont souvent fourni la matière (directement ou indirectement, volontairement ou pas), à mes critiques publiques, dans l’exercice de leurs fonctions ou en campagne électorale. Je note au passage que si les élus de la majorité actuelle apprécient plutôt modérément ma prose, ils ont le bon goût de ne m’en faire part que très homéopathiquement, et ont la courtoisie de me saluer avec le sourire chaque fois qu’on se croise: c’est appréciable, car je connais des hommes publiques de certaines villes qui sont moins civilisés face à ceux qui ne les flattent pas.

Je ne suis pas convaincu qu’ils perçoivent mon action comme je la conçois, mais ils ont la souplesse d’esprit de considérer que cela peut exister sans être quelque chose à détruire par tous les moyens. D’autres français, blogueurs ou pas, n’ont pas droit à ce traitement. Et si je suis souvent dur avec eux, c’est l’un des points où ils gagnent mon respect (en souhaitant quand même que cet article ne leur donne pas d’idées qui ont prouvé leur caractère inapproprié, dans plusieurs villes de France).

Crédit illustration: Jean REVOLON
.





Article suivant : Pas si courant en ville

4 Commentaires

  • […] point d’offrir un spectacle parfois affligeant, et qui dérive parfois jusqu’au tribunaux, je répète ici que ce personnel politique a fait preuve jusqu’ici d’une très grande tolérance envers les […]

  • @ Fred
    Chaque fois que tu as formulé des critiques, elles étaient à tes yeux justifiées!!!! Aucune d’elles n’était ni violente, ni agressive. Tu as chaque fois exprimé ton avis et celui de certains Bandolais (pas toujours le mien!!!) en des termes courtois.
    Ceux sont surement les raisons qui ont fait que nos politiques Bandolais ont accepté tes remarques.
    Tant que tes écrits resteront sous la forme actuelle, je serai toujours là pour te soutenir, te défendre mais aussi pour contrer tes attaques à mon avis injustifiées.
    A+ Serge

  • @ Serge: j’ai aussi parfois manifesté de l’énervement et dit ma façon de penser assez crûment (en bon français, mais pas forcément en termes courtois). Mais ce n’était pas pour autant qu’il y avait matière à procès, tu as raison.
    Je reprécise juste, que beaucoup de procès faits ces derniers temps dans ce domaine n’avaient aucune validité juridique. Ils ne sont provoqués que pour intimider ou affaiblir financièrement les gêneurs. Et quand c’est fait sur fonds publics, ça ne coûte rien aux élus concernés d’essayer… C’est un peu comme au loto, où 100% des gagnants etc. 😉

  • Bloguer, c’est prendre la parole, et des risques

    Je ne sais pas pour quel article Christian VIALA (vraisemblablement comme « éditeur » de son blog) et Arnaud HAAS (Président de l’Association des commerçants de Bandol ‘Bandol Evolution » – probablement en tant qu’auteur d’un article ou commentaire, puisq…