Marcel BOGI m’a invité à le rencontrer : c’est fait!

Rencontre avec Marcel BOGIJe connaissais Marcel Bogi rencontré à quelques reprises en 2004, que la plupart d’entre vous connaît bien mieux que moi. L’homme est un vrai méridional, bonhomme et séducteur, personnage rond et sympathique. Oui mais comme candidat souhaitant mes (nos) suffrages aux 2 tours des municipales 2008, ceux qui me lisent auront compris que ça ne me suffit pas. C’est ce qui a provoqué certains de mes articles un peu acides le concernant, le fond de son site de campagne manquant à mes yeux de matière, de concret. Du coup, si certains candidats m’ont invité à pousser la porte de leur permanence, lui m’a directement demandé à ce qu’on se rencontre pour pouvoir clarifier quelques points.

J’ai évidemment accepté, et j’espère que j’aurai l’occasion de rencontrer les autres candidats dans ces conditions privilégiées (je doute que chaque candidat puisse recevoir chaque bandolais ainsi, c’est l’un des avantages d’être parmi les premiers à « bloguer » cette campagne).

Je l’ai donc retrouvé à son QG de la rue de la République, en pensant lui donner une petite leçon d’internet appliqué à la communication politique (calendrier ou phasage d’un site web), et j’ai pris une petite leçon de politique appliquée au calendrier. Je m’explique :

Je lui ai rappelé que son timing en ligne n’était pas le bon avec ses rubriques vides apparues trop tôt, alors que ce sont les plus intéressantes de ce qu’il a à publier, et il en a convenu. Mais il m’a aussi montré que je ne connais pas grand-chose à la gestion d’une campagne, et que à l’échelle d’une élection, plusieurs mois, c’est long. En fait, il a rejoint directement le thème de mon article du lendemain déjà préparé, me soulignant que pour l’instant, on ne jouait pas à guichets fermés : tous les candidats potentiels n’ont pas répondu à l’appel.

Marcel Bogi est un politique avec ses 20 ou 25 ans d’expérience locale, et il gère sa campagne tranquillement, même si tout n’est pas parfait. Oui, « bien sûr que son programme est prêt », et est en route pour l’imprimerie. Le site sera alimenté des idées retenues de sa fusion avec l’équipe du Dr Palix, dès la distribution du papier commencé. J’ai soutenu que tant qu’on avance sur un programme, il n’y a rien à craindre d’une diffusion précoce, mais j’ai senti aussi son souhait de garder quelques idées comme joker, sans les souffler trop tôt à la concurrence. S’il peut être normal que différentes équipes aient des proximités de programme, surtout avec des racines politiques communes, chacun fait aussi son travail préparatoire, veut garder son originalité, et peut-être ses surprises.

Je lui ai dit avoir été furieux de voir apparaître son sondage sur l’intercommunalité : suite à l’article argumenté de Michel Sauzet qui avait attiré mon attention sur cette question, j’avais réclamé que chaque candidat nous éclaire de son analyse et de ses arguments. Peu après, au lieu de ça Bandol2008 a ajouté ce sondage dont eux comme moi avons démontré l’inutilité. Je ne veux pas que Bogi/Palix nous demandent notre avis sur une question dont je prends tout juste connaissance : je veux qu’ils me donnent leur analyse et leur position. De plus, Marcel Bogi me glisse que Sauzet a beau jeu d’affirmer ce choix de la Ste Baume, car en fait il y aurait selon Bogi pratiquement 0% de chances que Bandol puisse rejoindre ce groupement de communes. Je veux bien, mais alors pourquoi nous poser la question dans un pseudo-sondage? Marcel Bogi m’a promis de clarifier ce point de l’intercommunalité prochainement aussi, mais pour l’instant, j’ai bien senti que ce dossier n’est pas simple, et que la position de Bandol2008 n’est pas tranchée.

Je lui ai rappelé également, que moi comme les autres bloggers lui « taperons sur les doigts », chaque fois que ses articles manqueront de fond, et iront dans un humour juste bon à meubler, ou alimenteront la guéguerre (dont Marcel Bogi se défend) avec François Barois. Quel que soit son programme, d’accord ou pas d’accord, je respecterai ce qu’il publiera qui correspondra à ce que je pourrai prendre comme un engagement de sa part. Je veux qu’il se présente en politique, pas en politicien. Et s’il veut critiquer la gestion actuelle, ou les programmes des concurrents, qu’il le fasse avec des chiffres solides en main.

Je veux juger sur un programme concret. Il me demande de patienter. Dont acte, mais à la condition quand même que si le délai leur paraît long, il ne soit pas trop court pour nous autres électeurs motivés, qui allont devoir étudier et critiquer les programmes de 4 à 5 équipes sérieuses au moins.

Le reste de la conversation que nous avons eu, notamment sur la politique d’animation de la ville, sur la gestion du port ou les travaux actuels, comme sur les différents scénarios possibles pour cette élection à 2 tours, me laissent penser qu’il sera relativement prêt à répondre à mes interrogations le moment venu (suffisamment pour me convaincre reste une autre histoire). Subsiste une part de floue raisonnable : en particulier sur leur visite au salon nautique que j’ai critiquée pour son compte-rendu langue de bois, je veux croire qu’effectivement, des contacts ont été pris avec des partenaires potentiels pour revivifier la gestion du port, mais je conçois aussi qu’il soit difficile de préparer très concrètement ce type de dossier sans être effectivement aux affaires.

Enfin j’ai écouté avec intérêt son explication du rapprochement avec Christian Palix : le délai très court permettant de fusionner des listes entre les deux tours, laisse peu de place à un vrai travail d’harmonisation de programmes et d’équipes. S’il faut s’entendre, il faut du temps et ce sont des mois de réflexion partagée qui lui ont permis de trouver les terrains d’entente avec son partenaire, dont il souligne au passage de grandes qualités sur les problèmes de finances (dû à sa gestion d’un service hospitalier important ?) : leur association limite la prolifération déjà considérable de listes à droite, et assure une collaboration préparée entre 2 grands acteurs locaux de cette famille politique. Ca se défend, d’autant qu’ils ont des profils évidemment complémentaires, les analystes que j’écoute assurant que seuls face aux électeurs, aucun des deux n’aurait pu gagner la bataille en 2008. Reste que les voix de l’un et les voix de l’autre ne s’additionneront pas forcément, et que ceux de leurs supporters respectifs/potentiels qui jugeront ce mariage trop étrange pourraient bien se détourner d’eux.

Certains m’imaginaient déjà bousculant les candidats, posant les questions qui dérangent. Je ne connais pas suffisamment l’histoire locale, et je veux rester un observateur de cette campagne, pas directement acteur. Je pense avoir juste porté le message d’attentes précises de la part de l’électorat qui souhaite avoir une démarche d’information active dans cette campagne, qui ira chercher l’info sur internet, et attachera une grande valeur à l’écrit. Ce discours est celui que je tiendrais à chaque candidat que je croiserai. Messieurs Bogi et Palix, et tous les autres candidats, n’attendez pas trop, il va falloir vous mouiller et coucher par écrit des projets précis. Vivement que l’affiche de l’élection soit complète !

Désolé pour la photo, je ne la mets pas plus grande, car improvisée au moment de se séparer (avec mon téléphone portable) dans des conditions d’éclairage insuffisantes, elle n’est vraiment pas terrible (et à moitié floue). Et merci à Marcel Bogi pour m’avoir reçu comme promis, très simplement autour d’un verre, sans détourner aucune de mes questions.

F.M. – www.bandolais.fr





Article précédent : un « machin » à accident…
Article suivant : Café philo

2 Commentaires

  • Christian Delaud

    Salut Fred,
    Sans faire de la surenchère médiatique, je suis prêt à confronter nos points de vue et éventuellement répondre à tes questions.
    Ton heure sera la mienne.
    Christian

  • @ Christian : comme je l’ai dit, je suis heureux de pouvoir rencontrer les candidats qui auront le temps de me caler dans leur agenda. Je te recontacte par mail pour fixer un créneau et un lieu. A très vite.