L’humiliation publique du port de Bandol

C’est un point de vue extérieur. Imparfait bien que tentant une approche objectivisée au maximum sur des critères mesurables pour l’essentiel. Extérieur parce qu’il ne vient pas d’acteurs locaux mais d’un magazine national spécialisé, et parce qu’il se place du point de vue du plaisancier visiteur à Bandol.

Et dans son palmarès de 60 ports français de Méditerranée, Voile Magazine classe Bandol (8 ou 9ème port de France par sa capacité d’accueil en plaisance), à la 53ème place… Heureusement que la capacité d’accueil était mesurée, et que le tirant d’eau (à Bandol il approche les 4m) comme la qualité de protection (bonne chez nous) sont des atouts intrinsèques. Et ouf, les ports de l’Atlantique ne seront classés que dans un prochain palmarès, distinct (ça évitera de plonger plus bas).

Le numéro de mars est encore disponible en kiosque, même si je prédis une rupture générale des stocks à Bandol dans la journée.

Les critiques sont connues de tous

Je le savais indépendamment de ma propre opinion ou des articles consacrés au port de Bandol que j’ai pu publier sur ce blog (plus de 70 papiers en relation à ce jour). La deuxième visite d’un vieux sage espagnol et de son marin professionnel deux ans en arrière s’était transformé en réquisitoire lors du dîner à bord, se terminant par un verdict sans appel: « nous reviendrons vous rendre visite, mais nous nous verrons ailleurs, aux Embiez, à la Ciotat même, mais plus d’escales même d’une nuit à Bandol« … Je m’en étais voulu de ne pas avoir filmé l’entretien (je n’ai pas – encore – pour habitude d’installer une caméra lors d’un apéro entre amis), si riches de leçons, que le palmarès publié en ce mois de mars 2013 ne restitue que partiellement.
J’aurais hésité de toutes façons à diffuser un tel condensé de reproches (justifiés hélas et parfaitement assumés par nos amis), gardant en tête la phrase que Delaud cite souvent pour expliquer certains de ses choix : ne pas jouer contre son équipe (il pense à Bandol quand il emploie cette formule). Voile Magazine rendant publique notre performance auprès de la communauté navigante, je balaie mes derniers scrupules* en relayant leur palmarès, et ai failli titrer encore plus cinglant. Vient un moment où tergiverser est également contre-productif, et c’est une limite du raisonnement « Delaud ».
A minima je vous renvoie à l’article et surtout au commentaire que je faisais concernant des sanitaires refaits sous la mandature de François BAROIS pour un coût de 84000€ sans qu’ils donnent satisfaction et certainement pas à la hauteur du prix payé, et à la liste des articles relatifs au port susmentionnée.

Les classements sont toujours discutables

Les responsables se consoleront en lisant que si Sanary fait mieux (26ème place), nous sommes devant St-Cyr, La Ciotat, et même Hyères ou Porquerolles (ça fera remonter l’inquiétude sur la capacité du bassin de navigation au coeur duquel nous sommes à accueillir ses visiteurs, si on omet la très belle première place du port des Embiez au top de la Méditerranée française).
Rappelons-leur que le magazine s’est montré indulgent (ou daté pour certaines informations), en ignorant que la dernière laverie bandolaise à disposition des navigateurs impose d’aller jusqu’à la zone commerciale face au bowling, de même que pour trouver un magasin 100% shipchandler (les voiliers ou magasins faisant un peu d’accastillage en ville ne couvrant qu’en partie les besoins spécifiques des marins): la note évaluant la proximité qui attribue trois étoiles semble a minima très généreuse pour chacun de ces deux critères.
Le commentaire « bon compromis entre le charme et la qualité d’accueil » est formidablement ambigu, et si interprété en mode positif, ne doit pas nous faire oublier que nous sommes derrière un port annoté d’un lapidaire « pas une escale inoubliable« , et encore derrière le Brusc où les visiteurs du port n’ont pratiquement droit qu’à des mouillages… Ca relativise soit notre charme, soit notre qualité d’accueil.

Du pain sur la planche

Michel SAUZET était le candidat de 2008 qui accentuait le plus son programme sur le port de Bandol, en en parlant comme d’un des deux « poumons économiques de la ville« . Ceux de 2014 savent d’ores et déjà qu’ils ont là matière à réfléchir, même si le port n’est a priori pas la préoccupation première d’électeurs qui majoritairement ne sont pas usagers de cet équipement (mais il peuvent être bénéficiaires en tant que contribuables d’un outil rentable pour la ville, à plus d’un titre – finances, image, notoriété, retombées économiques diverses, etc.). Charge aux différentes institutions concernées (mairie, Sogeba, capitainerie, associations d’usagers, etc.) de trouver les voies de l’amélioration pour que le classement de Bandol corresponde à la taille de son port.

Si certains craignent de voir un jour une gestion totalement privée ou sous contrôle de la Chambre de Commerce et d’Industrie comme c’est parfois le cas ailleurs, Voile Magazine a peut-être trouvé le meilleur argument pour plaider en faveur d’une reprise en main effective de la part de la commune sur un élément essentiel de son image et de son économie, avec un exercice du pouvoir volontariste et ambitieux (ce ne sont pas les travaux de la panne D juste achevés qui vont changer la donne).

Mais étant donnée la marge qui nous est indiquée, la bonne nouvelle est que progresser semble presque facile. Je vous raconterai d’ailleurs prochainement comment Bandol a bêtement renoncé sciemment à gagner des points…

F.M. – www.bandolais.fr

* croyez-le ou nom, je retiens ou modère une partie de mes critiques dans l’exercice du blog, qui touche à l’image de Bandol (on me l’a souvent reproché), exercice de contre-pouvoir, par définition critique.





25 Commentaires

  • […] Dans l’article consacré au palmarès des ports par Voile Magazine, on apprend que 55% des sites méditerranéens étudiés ont choisi d’offrir l’accès wifi gratuit à Internet à leurs visiteurs. […]

  • […] est anecdotique, mais révélateur d’un état d’esprit qui semble bien traduit dans le palmarès de Voile Magazine. De la part d’un port de cette envergure, c’est tout à fait regrettable (souvenez-vous […]

  • Commodités techniques : Je ne perçois pas la critique. Désormais on peut aller en même temps à la laverie et au shipchandler puisqu’ils sont presque voisins. Humour.

    Le métier de shipchandler était un métier peu rentable demandant un stock très important avec une rotation de stock infime : 3 x par an. Ce métier est détruit par internet (qui s’empare du gras et oublie le maigre) Il est donc normal que ceux qui restent aient changé d’échelle et donc de lieu géographique.

    Attrait touristique : ça ira beaucoup mieux quand les bosses (10 en tout pour un seul côté donc 20 si on fait rentre et sort, seront finies. Rien de tel pour donner une image positive d’une ville. Surtout sur un parcours qui n’a jamais posé problème question vitesse. Les bosses ne résoudront pas les fautes d’inattention, pour partie provoquées par l’énervement d’une circulaltion impossible. A quand un feu piéton devant la fontaine ou un panneau du genre merci de traverser groupés. ça ce serait utile. C’est ce qu’on fait en Italie dans les centres historiques comme Milan.

    Eau du port : totalement contaminée dans des proportions horrifiantes, mesurée par moi, donc certifié sincère et honnête. Les bactéries qui parlent à l’oreille des chevaux à l’honneur ces 15 derniers jours : E-coli, etc . .. Réponse de la mairie : on va draguer la boue, ce qui va donner lieu à des dépenses et les habituels back chiche correspondant pharaoniques sans rien apporter à la qualité de l’eau puisqu’il s’agit des déjections humaines en provenance du réseau des eaux noires.

    [NDRL : paragraphe censuré par le responsable du blog en raison de propos à caractère diffamatoire – aucun élément probant à l’appui de l’accusation formulée ne m’a été fourni, dans un dossier à caractère privé que je ne connais pas]

    aspect touristique de l’Escale : G bossé 9 ans aux Embiez : ne vous fatiguez pas, de ce côté là vous ne pouvez pas lutter. Il faudrait fermer la circulation et installer un Pomagalski (tu en veux de la vue mer ?) ou un tunnel électrique piéton pour relier la sortie de l’autoroute avec le parking du Casino. Mais l’imagination et l’ambition ne sont pas à l’ordre du jour. On préfère construire des médiathèques et le parking Y afférant qui à coûté ce qu’aurait coûté un télésiège. . . Juste avant que la communauté de commune offre de nouvelles perspectives dont personne (hobereaux de villages et cantons) ne veut entendre parler hormis pour gérer quelques poubelles.
    Peut-être que dans un premier temps un hémicycle Romain de 200 ou 300 places.

    Le port poumon économique : à Antibes il y a très longtemps la mairie a donné 2 pontons aux 2 clubs nautiques, à charge pour eux d’en tirer des revenus . . . Et ça marche ! ! ! Je parle de clubs orientés compet. et animations estivales. Comme autrefois à la Trinité sur Mer et à la Rochelle et aujourd’hui aux Sables d’Olonne. C’est hyper rentable pour une commune. C’est autre chose qu’une mâtiné de départ pour une course de vélo sitôt partie, sitôt oubliée. Il faut s’en souvenir et soutenir notre SNB dont je me demande comment elle subsiste dans l’indifférence de la grande majorité des Bandolais.

    Ici à Bandol on a déjà eu une tentative de priver les Bandolais de leur port pour le donner à un lobby fort connu : Vivendi Universal. Heureusement le pdg de l’époque a été mis en prison. Mais la pieuvre est revenue sous l’appellation Véolia. En fait les deux sté de lobbyisme ont interverti leurs positions histoire de se faire oublier. Les responsables Bandolais de cette tentative de « captation d’héritage » sont connus : Suquet, Barois, Bogi, + le secrétaire de mairie de l’époque + le représentant de la société écran. (le fameux funeste jeudi)

    Pour améliorer une ville il faut un schéma directeur qui englobe tous les besoins, toute les fonctionnalités, comme on l’enseigne maintenant en architecture. Il faut aussi « oser » ! Il faut également comprendre que Bandol en tant que lieu géographique existera tant que la terre existera et donc ouvrir son imagination sur le long terme plutôt que de s’accrocher à un bout de trottoir où autre kiosque à musique qui n’a jamais produit de musique, ou un platane, etc. Lorsque je vois la rénovation du quai De Gaulle c’est tout à fait la montagne (nos impôts) qui a accouché d’une souris. Avec quelques bâtons dans les roues supplémentaires au passage.

  • Une Humiliation Publique tout simplement, de plus de 10 années de politique sans ambitions, ni cap !

  • J’ai censuré un paragraphe du commentaire de Patrick LACAZE ci-dessus.

    Je terminais mon article par un « * » précisant que je retenais moi-même certaines critiques : la raison peut parfois être simplement due à un besoin de preuves. Savoir est une chose, démontrer en est une autre, nécessaire quand on formule certaines accusations.

    Je rappelle que j’ai vocation selon la formule consacrée à « ne servir de paratonnerre juridique à personne », et que si vous avez des accusations à formuler pouvant déboucher sur des problèmes de diffamation ou d’injures (principaux problèmes autour de la liberté d’expression », vous serez gentils de me fournir les éléments de preuve au préalable pour que je prenne mes risques en conscience, a fortiori quand il s’agit de litiges d’ordre privé dont personne n’a connaissance.

    Libre à Patrick de reformuler sa critique dans le respect des limites indiquées.

  • L’analyse de ce classement était au centre de notre dernière réunion de plaisanciers.

    Nous nous posions la même question : « qu’en faire ? », partagé entre la volonté, comme tu le dis, de ne pas tirer contre son camp et le constat d’un désastre annoncé.

    Que dit cet article ? Que Bandol est à la traine dans un classement des ports méditerranéens publié par la revue « Voiles Magazine ».

    Que les Embiez soient en tête du classement ne surprendra personne, tant cet archipel est un rêve de plaisancier.

    Mais être battu par des ports comme Cavalaire, qui a longtemps été la bête noire en termes d’accueil et par le Frioul, où le niveau de service est quasi nul, sans parler du Brusc que tu as cité, sonne comme un signal d’alarme fort.

    Il y a des critères de classement sur lesquels on ne peut pas grand-chose. Le port de Bandol est grand, et les commerces sont forcément plus éloignés des places de bateaux qu’à Sanary, par exemple.

    Il y en a d’autres sur lesquels il est facile d’agir. Pourquoi faire payer l’accès wifi à un plaisancier qui laissera une cinquantaine d’euros pour une nuit ? Connaissez-vous encore des hôtels qui font payer ce service ? C’est d’abord par la palette de service proposé qu’un plaisancier sera content ou non d’une escale.

    L’absence de shipchandlers à proximité est un critère pénalisant. Alors pourquoi alors avoir interdit aux artisans de l’aire de carénage de vendre du matériel ? Il faut être clair, effectivement internet, avec de nombreux sites de VPC fiables et aux prix imbattables a bouleversé ce métier. Mais les plaisanciers ont toujours besoin d’un commerce de détail de proximité, où trouver une bougie pour leur moteur, un sac de vis, quelques feuilles de papier de verre ou un pinceau et un peu de peinture.

    L’état des équipements est également à revoir. Les pannes, encrassées, méritent un coup de karsher. Les bornes électriques sont très endommagées. Les pendilles sont souvent très sales.

    Le nombre de douche, et surtout leur localisation, sont également perfectibles. Il y a des solutions éprouvées pour cela.

    Et l’accueil peut être amélioré largement. Il commence dès la prise de réservation et dès la passe du port.

    Nous avions signalé l’effondrement du trafic passager. Cet article en donne une explication, qui repose sur la perception que peuvent avoir les usagers de notre port. Un plaisancier mécontent ou déçu ne reviendra plus. Un plaisancier qui a une image négative d’un port qu’il ne connait pas n’ira jamais vérifier s’il se trompe, il ira ailleurs.

    Nous regrettons souvent le manque de concertation avec les plaisanciers alors que cela fait des mois que nous tendons la main. Nous regrettons aussi que les propositions que nous formulons ne soient pas toujours entendues.

    C’est pourtant bien en confrontant nos analyses et en regardant ce qui fait le succès d’autres ports que Bandol pourra rejoindre le haut du classement. Il est temps d’agir.

    Jacques KAUFFMANN
    Association de plaisanciers « AG Clupp Bandol »

  • Christian Delaud

    Bonjour,
    Au risque de déplaire mais peu me chaut, je dirai que ce classement n’est Pas objectif mais purement subjectif.
    Comparons les classements de Sanary 26ème et Bandol 53ème
    Sanary Bandol
    places 634 1600
    places visiteurs 30 160
    qualité de l’abri 3* 3*
    tarif nuitée 53€ 48€
    tirant d’eau 2.50 m 3.80 m
    douches 2 17
    accès douches gratuit carte
    WIFI non oui
    pompe eaux noires non oui
    proximité commerces 4* 3*
    proximité restaurants 4* 3*
    proximité ship 4* 3*
    proximité laverie 4* 3*
    charme 4* 3*
    note globale /10 6.82 5.68

    Votre conclusion?
    Cordialement
    Christian

  • Christian Delaud

    J’aurais dû créer un tableau pour être plus compréhensible mais vous avez compris que les premiers paramètres concernent Sanary et les seconds Bandol.
    Par exemple la nuitée à Sanary est de 53€ au lieu de 48€ pour Bandol, Sanary n’a pas de pompe eaux noires, Bandol oui.
    Pour ceux qui auraient des doutes je tiens le tableau à leur disposition.
    J’ai comparé Bandol et Sanary parce que nous sommes voisins mais d’autres comparaisons sont encore plus criantes de subjectivité.
    Cordialement
    Christian

    PS: Avant de tirer contre mon camp, j’analyse la situation de façon objective et évite de nuire à mon village.

  • @ Christian : analyser la situation au préalable, c’est ce que j’ai fait, et cite d’ailleurs ta prudence/méthode dans mon article. Mais une chose nous différencie peut-être. J’ai pas mal navigué comme plaisancier, et fréquenté beaucoup de ports en Méditerranée et ailleurs. Et je relaie le papier de Voile Magazine car il reflète ce que je constate, sais et entend depuis longtemps.
    Marre d’entendre les copains à la voile refuser de refaire halte à Bandol pour nous voir et nous donner RV dans les ports voisins.
    Oui un classement est subjectif: tous ceux que je connais préfèrent le port de la Ciotat (pourtant bon dernier du classement). La Ciotat paye certainement aussi des infos datées d’une époque où la ville sinistrée n’offrait plus rien, mais a formidablement redressé la tête.
    Le port paye aussi certainement l’accueil global d’une ville, et même d’une région si on regarde le classement, et les commerçants ont certainement leur part de responsabilité dans la perception qu’ont les visiteurs.
    Je n’ai aucun plaisir à tirer contre mon camp, mais je ne veux plus m’excuser pour un niveau de prestations qui déçoit mes visiteurs. Et si les choses sont exposées publiquement, c’est avec l’espoir comme me le disait un ami après lecture aujourd’hui: espérons que ça remette tous les responsables de cette situation dans le sens de la marche…

  • Pierre Cap des Palmes

    @Jacques
    je n’ai pas acheté le magazine mais à en juger vos analyses, c’est du n’importe quoi…
    Bandol est loin d’etre parfait, mais il y a des limites…
    Les embiez rêve de plaisanciers, sur le « bloc marine » je veux bien, mais dans la réalité, pour la capacité d’accueil, vous repasserez, je me suis fais refoulé plusieurs fois pour y vouloir y rester deux heures…

    Quand tu dis  » Mais être battu par des ports comme Cavalaire, qui a longtemps été la bête noire en termes d’accueil et par le Frioul, où le niveau de service est quasi nul, sans parler du Brusc que tu as cité, sonne comme un signal d’alarme fort. », je suis désolé, mais pour moi c’est un signal qui sonne faux… au frioul, pour ne citer que celui là, il faudrait demander l’avis du plaisancier qui s’y était rendu, et qui s’est retrouvé ligoté au fond de sa cale après après avoir été tabassé et pillé, après ça , c’est sur que la capacité d’accueil est plus importantes qu’a bandol.
    quand aux brusc, le plaisancier qui va se pointer la veille d’un avis de coup de vent ( mistral) c’est sur qu’il va y avoir de la place, mais bandol sera dejà plein, car mieux abrité..

    L’eloignement des commerces a bandol??? , il y a deux pannes « passagers » au port de bandol la « E » et La « K » qui debouchent toutes les deux devant la mairie, entre le petit casino les boulangeries le marché quotidien, le mec qui trouve pas ce qu’il veut a deux cent metres à la ronde de son bateau, c’est qu’il le fait exprès
    Pour Le Wifi, une combine pour ceux qui veulent le WIFI gratos à Bnadol, enfin presque, achetez une antenne USB wifi 40€ l’equivalent de 4 jours de connection) ampli qui permet de se connecter à distance, jusqu’a 1 km, au Bistro du port ( qui vous donnera ses codes avec le sourire) ou le nautci et l’escale…

    @christian
    D’accord avec toi, Sanary plus cher, et pas de panne, à ma connaissance, uniquement destinée au passage, on te place là où il y a des trous …. l’accueil est un ponton fottant qui affiche complet dès lors qu’un 30 pieds y est amarré. ( bonne VHF indispensable pendant que tu fais des ronds dans l’eau dehors)
    A charge pour Bandol, nous avons une pompe à eau noire, mais elle est inacessible à l’improviste et ne l’ai jamais vu fonctionné, les bateaux de servitudes du port sont amarrés devant.

    Enfin pour le shipchandler à Bandol, nous avons Catena pour le petit dépannage, et pour aller a big ship, où nous sommes accueilli là aussi avec le sourire,’ (ce qui manquait à un ancien ship fermé aujourd’hui et pour cause), il va y avoir bientot les vélos electriques a disposition qui permettront aux plaisanciers de passage de s’y rendre…

    Je ne me fais pas l’avocat du systeme en place, je partage la conclusion de Christian, de là à mettre Bandol à la 53 éme place et klaironner ce classement,ce n’est pas tirer Bandol vers le haut …ça me rappelle un papier que j’ai vu un jour je ne sais plus où, qui disait: demain c’est la « bandol classic » Evitez Bandol, ca va etre le bordel…
    Voile et machin n’est pas un audit. IL cherche à faire du papier et ca marche.

    Tout n’est pas parfait loin de là….mais tout de même….

  • @ Christian :
    Ne te base pas sur le seul tableau de résultats synthétiques avec quelques points clefs. Le questionnaire d’enquête plus complet est là:
    http://enquete.editions-lariviere.fr/questionnaire/index.php?sid=228

    Classer des ports est compliqué et c’est bien un travail de pondération globale qui a été fait, et chacun pourra contester point par point deux positions. Hélas (tout le monde ne sera pas d’accord) j’ai relayé en conscience un classement où le résultat qui ressort nous concernant m’a semblé correspondre à une réalité largement decrite et que je peux critiquer avec une certaine expérience. Et en soulignant que nous avons la chance de ne pas voir débouler dans ce classement des ports de pays limitrophes ou simplement de notre façade Atlantique.

  • Une humiliation qui n’est que le résultat d’une politique de manque d’ambition que l’on subit depuis 2008.

    A Bandol, on fait fuir les touristes qui arrivent par la mer et par la terre…..

    C’est lamentable.

    Vivement qu’on en change en 2014.

  • @ Gilbert RAHIER :
    si vous pensez que le constat ou les causes des problèmes remontent à 2008, c’est que :
    – soit vous versez dans l’opposition systématique à la municipalité en place.
    – soit vous n’êtes pas marin au point de pouvoir évaluer ce dossier.
    Je cite le mandat Barois dans mon article sur un problème qui traîne depuis le milieu des années 2000, mais ceux qui fréquentent en usagers le port de Bandol depuis plus longtemps diront peut-être s’il y a une date charnière, mais certainement pas 2008 qui n’a que peu modifier le cours des choses, et pas forcément en négatif.
    Enfin 2014 n’est en rien une garantie d’amélioration, au mieux une opportunité.

    @ PIERRE Cap des Palmes:
    Je ne tiens pas à faire particulièrement la promotion de Voile Magazine, mais les Editions Larivière sont une maison d’édition respectée voire enviée pour les moyens dont elle dispose (elle a la « chance » d’avoir plusieurs titres sur les différents segments du panel d’activités de la plaisance, et peut mutualiser ses ressources). Je le dis d’autant plus librement que je travaille régulièrement comme correspondant de presse pour un titre de la presse nautique qui n’est pas lié aux Editions Larivière, reconnues pour le sérieux de leur travail (ce qui n’exclut pas les erreurs ou la subjectivité de certains points de vue).

    Par ailleurs l’article que tu cherches (et dénature) est là:
    http://www.bandolais.fr/2010/06/la-bandol-classic-affectera-la-circulation-a-bandol-samedi.html
    J’avais dû me fendre d’une explication par la suite face aux susceptibilités qui comme toi faisaient une interprétation :
    http://www.bandolais.fr/2010/06/faire-confiance-aux-bandolais-confiance-aux-lecteurs.html

    Ah, j’allais oublier : il est toujours plus facile d’assassiner le messager que d’entendre le message quand il est désagréable. Tapez sur Voile Mag ou sur Bandolais.fr ne changera rien à leurs situations respectives… mais pas non plus celle du port.

  • Merci Pierre de souligner que mon magasin a fermé parce que je n’avais pas le sourire. Cela remonte à 2004. hé oui déjà. J’observe simplement que personne n’a repris le flambeau. Pour ce qui est du sourire . . . Tu as la mémoire courte . . . Ce site n’a pas été créé pour que deux adultes doués de raison se lancent l’anathème. Simplement j’ai travaillé à prix coûtant sur ton bateau et je n’ai pas été avare de conseils gratuits (30 ans d’expérience), même si tu n’en n’a pas conscience, ou ne veut pas le voir.

    Pour ce qui est du paragraphe censuré je pense que Frédéric Metey le gestionnaire de ce site à raison d’intervenir de cette façon et de rappeler qu’il n’est pas le « bouclier thermique » d’un éventuel blogueur en délire. A son invitation je reformule le § :

    Je faisais référence à une réunion à la société nautique, un jeudi, organisée par le maire de l’époque sous la pression des plaisanciers, des salariés de la sogeba, de la sté nautique, et de divers commerçants et hôteliers de la ville. en tout 250 personnes donc 250 témoins. Pour défendre le dossier que j’ai appelé symboliquement de « captation d’héritage » il y avait 5 personnes installés en face de ces 250 témoins. Le représentant d’une société Lyonnaise inconnue et visiblement écran, le secrétaire de mairie, ce qui est normal, le maire de l’époque, un futur maire devenu maire, un actuel candidat maire. Ces 3 élus défendaient ce dossier (donner le port à une filiale de Vivendi Universel dont le PDG est parti en prison : se référer à la cassette de . . . , reportage diffusé sur la 2; la 5; Arte) qu’ils nous ont tour à tour présenté comme un dossier parfaitement ficelé. Pour être précis un dossier de candidature, avec avis favorable des 3 personnes dont je parle. Tous ceux qui étaient présents ce jour là ont encore en mémoire ce jeudi célèbre dans la vie du port de Bandol.
    Ce jour là j’ai pris la parole et toute la foule a suivi. Il y avait trop de promesses mirobolantes et trop de chiffrages complètement ubuesques dans le dossier évidemment mirifique. Le lendemain la mairie faisait savoir : exit le dossier, exit la captation d’héritage. je garde de cette affaire que l’assistance était tétanisée, chacun prisonnier de sa position sociales et économique. Il fallait le déclic d’un indépendant, pourtant lui aussi avec ses contraintes économiques comme le sont tous les TER.
    Mon propos aujourd’hui est d’alerter les Bandolais que la pieuvre multinationale est toujours là et cherche par tous les moyens à s’approprier le port qui est une manne financière et touristique indiscutable. Se référer aux multiples tentatives pour créer une marguerite flottant en plein vent, projet non-viable mais qui n’a pas d’autre objet que de mettre un pied dans le conseil portuaire, et ainsi de suite. D’ou le qualificatif de : la pieuvre. On pourrait mieux imager par « l’araignée ». Se référer à de très récents reportages sur ARTE, hélas la nuit.

    Pour la note de Bandol je m’inscrit derrière Deleau que les notes sont subjectives et qu’on peut parfois croire qu’un journaliste peut à lui tout seul influencer un résultat. Par contre j’ai été longtemps consultant technique pour le plus renommé et le plus barbu des journalistes (revue bateaux) et j’ai constaté que ces gens là étaient très méticuleux. Il en va de même pour les sondages quand ils nous sont défavorables. Je me refuse à faire de l’autocensure sur le mode de ne pas se tirer une balle dans le pied. Nier le problème ne sera jamais la bonne façon de le traiter.

    Ceux qui me lisent avec attention remarqueront que j’émaille mes commentaires de propositions positives ce qui n’est pas le cas de tout le monde.

  • J’ai retrouvé l’aventure de la captation des ports : tapez « cassette de Messier » , le PDG de Vivendi Universel et vous en apprendrez beaucoup. Vivendi Universel étant à l’époque la maison mère de Véolia, devenu ensuite Véolia Environnement.
    Lire sur Boursorama et sur Investir.
    Quand je vous dis « la pieuvre ». Tu lui coupes un bras et ça repousse aussi sec.
    Mais bon : sur Arte ils ont listé toutes les villes qui on foutu Véolia à la porte de chez eux . . . Donc c’est possible. Surtout maintenant avec les communautés de commune qui donnent aux mairies une capacité financière multipliée d’autant pour résister au pouvoir de l’argent.
    A charge pour les maires de, si nécessaire, mettre leurs EGO dans leur poche et de favoriser le courage, l’imagination, l’étique. C’est à priori pour cela qu’ils sont élus . . . NON !

  • Pierre et Christian, vous réagissez tous les deux comme des Bandolais amoureux de leur ville et, de ce point de vue, vous avez raison.

    Mais ce n’est pas la question posée par cet article, qui classe les ports en fonction de la perception qu’en ont les passagers. C’est-à-dire, justement, ce que vous n’êtes pas.

    Pierre, il y a bien 200 m AR entre Cap des Palmes et la boulangerie. Mais Cap des Palmes n’est pas sur une place passager. Pour le passager en bout de panne E, c’est déjà 500 m AR et pour celui en bout de panne K, c’est carrément 750 m. Et je ne parle pas de celui stationné au bout du ponton flottant, qui aura 2 km à faire.

    Vous savez où trouver que vous cherchez. Mais le plaisancier de passage n’est pas né à Bandol. Il ne le sait pas et l’accueillir, c’est aussi lui donner, par exemple, un plan.

    Tu proposes une combine pour contourner l’accès wifi payant du port, je préfère en faire un service offert aux plaisanciers.

    Et je pense que l’accueil, c’est d’abord proposer des équipements fonctionnels et propres.

    Bien sûr que l’on peut tout discuter, la méthodologie du classement, la pertinence des critères, voir même le sens de ce type de classements. Bien sûr que l’on peut tirer sur le messager.

    Mais au final, Depuis 2009, le nombre de nuitées en escale en juillet/août s’est effondré de près de 30%, passant de 6.779 à 4.821.

    Pendant ce même temps, Sanary s’enorgueillit d’avoir augmenté sa fréquentation passager, justement en améliorant les conditions d’accueil et de réservation.

    Bandol est une belle ville, doté de qualité naturelle appréciable. Vous pouvez chipoter, trouver que la 53ème place est sévère. Cela ne changera pas grand-chose.

    C’est dans les 10 premières places que nous devions être.

    Les autres ports avancent. En 2012, la Sagemor, qui exploite les ports du Morbihan, a réalisé une grande enquête de satisfation « Imaginons les ports de demain ». Regardez leur niveau d’exigence.

    http://sd-4.archive-host.com/membres/up/120024171845385810/Sagemor_enquete_publique_synthese.pdf

    Est-ce que ce n’est pas ça, au final, tirer contre son camp, que de manquer d’ambition ?

    Jacques KAUFFMANN
    Association de plaisanciers « AG Clupp Bandol »

  • Bonjour à tous,

    je ne vais pas polémiquer sur l article , il est sorti et fait du tord à Bandol ,il faut regarder devant nous et voir ce que l on peut faire pour améliorer les points délicats de ce dernier .Le but étant de motiver les plaisanciers a venir découvrir ou redécouvrir le charme de notre ville .Et oui je pense que si on fait un petit effort et que l on écoute les plaisanciers on pourra redresser la barre très rapidement .D autant que certaines associations de plaisanciers sont une source objective des actions a mener et peuvent si elles sont écoutées par les décideurs apporter du soleil dans notre port provençal .L avenir du port de Bandol va se jouer avant fin 2015 .On peut faire des propositions à nos têtes de listes .Tous les auteurs des articles précédents montrent que c est un sujet vif car on aime cette belle vitrine et son histoire.

    ———————————-
    NDLR : je veux croire que Philippe R. fait référence à l’article du magazine quant au tort fait à Bandol, car l’influence de mon blog auprès des plaisanciers français, espagnols, italiens ou européens en général, est nulle…

  • SAGEMOR : Les ports : Arradon · Arzal-Camoël · Arzon – Le Crouesty · Etel · Foleux · Hoëdic · La Roche-Bernard · La Trinité-Sur-Mer · Locmiquélic …
    J’ai été 6 étés moniteur de voile à la SNT la sagémor était déjà là : ça marche avec 4 sous et pourtant ça marche.

    Un proverbe chinois que j’ai inventé dit : c’est quand tout va bien que tout va mal.
    C’est le problème de Bandol : nous avons tout : see sun and sand. Alors on se néglige et on fait n’importe quoi puisque l’argent coule à flot : le casino + les super marchés + les parkings + les redevances du port annuelles + passagers + 50 % de résidences secondaires + les commerces sur la promenade + pléthore de bars et de restos + les hôtels . . . . Ça en fait des sous ! ! ! Bien peu de communes en ont autant et en font si peu avec !
    Un gâchis d’argent probablement pas perdu pour tout le monde.

    je fais mienne la phrase de Jacques Kof : « Est-ce que ce n’est pas ça, au final, tirer contre son camp, que de manquer d’ambition ? » et j’ajoute : nier le problème ne sera jamais la bonne façon de résoudre. D’autant qu’il y aurait tant de possibilités.
    Ah si on était seulement entre nous et nos visiteurs (clients) sans les « décideurs externes » qui multiplient les devis par 6 (voir interventions précédentes) et qui substituent les besoins des Bandolais par leurs propres besoins.

  • @-Frédéric METEY (Bandolais.fr)

    Dire que l’actuelle majorité est en cause n’est pas tomber dans l’opposition systématique à la municipalité en place. Certes le problème remonte avant bien leur arrivée mais depuis 2008, ceux qui sont aux commandes n’ont pas fait ce qui été nécessaire pour redorer le blason de noter ville et faire ce qu’il fallait pour que le port ne tombe pas à la 53ème place loin derrière Sanary-sur-Mer qui est à la 26ème place. Certes c’est peu être la faute du(des) prédécesseur(s) (on l’a déjà entendu pour l’histoire de la rue Laennec) mais qu’est ce qui a été fait depuis 5 ans pour redorer le blason de notre ville ? Quelles sont les mesures qui ont été prises pour que notre la ville de Bandol et le port de Bandol deviennent attractifs ? Qu’a t-on fait pour développer l’activité touristique ? RIEN bien au contraire …. on a tout fait pour les faire fuir et pour qu’ils aillent voir à Sanary-sur-Mer !!!!

  • philippe romette

    @frederic

    Et oui frederic ton blog est super sympa et tu es très réactif et je te dis bravo !
    Je souhaiterai qu il ai l impact des revues nationales car au moins il est neutre et pas orienté !
    malheureusement voile magazine est une revue lue par nous les plaisanciers !
    Comme je disais la gestion d un port est un sujet bouillonnant ,pour lequel les esprits s échauffent ,mais le cote positif de tout cela c est que l on ne peut qu’évoluer favorablement . A condition d avoir des équipes motivées
    bonne journée à toutes et tous

  • monsieur Rahier parle de redorer le blason de Bandol et cette expression me convient bien.

    Il faudrait déjà qu’on arrête d’y marcher dessus. humour. Et pour les chats et les chien d’y besoingner (gallicisme ou idiotisme ?) dessus re-humour. Bien sûr je ne recherche pas à symboliser la créativité de l’équipe en place, c’est pas mon genre, moi je me contente de faire de l’humour à partir de rien pour aller nulle part. L’important c’est que ce soit drôle mon drôle.

    Sur le fond, l’artisan qui a fait ce blason (à même le sol en face de la mairie, sur la promenade en goudron maritime (1) couleur rose cul de mammouth) nous montre qu’il est possible de construire solide. Tellement solide qu’on doit pouvoir y faire du Karaté . . . ou du J shi d’su.
    Solide ! pas comme ce que j’avais nommé en son temps « les pavés de l’UMP » au motif qu’on trouve les mêmes devant la mairie de Toulon. Je ne sais pas où en sont les leurs mais les nôtres sont foutus. Tout ça parce que la préoccupation de ceux qui ont commandités ces pavés avaient d’autres préoccupation que la pérennité de notre ville. Où alors il faut qu’on m’explique ? Allez-y , j’ai un bac E je peux tout comprendre.
    Sur ce coup là je me demande si on ne nous a pas vendu du cheval pour le prix du boeuf ?

    Ah le charme désuet des « intervenants extérieurs ». La piscine c’est pour quand ? et un héliport peut être ? Tant qu’à faire de délirer avec l’argent des autres. Je propose 5 ou 6 marguerites flottantes dans la rade. Pour faire la une dans Var-Nice Tapie Matin. (une communauté peu commune)

    Tient ça me fait penser au quai De Gaulle :
    C très beau; C très cher; C mal fait; Tant mieux on recommence
    C très beau; C très cher; C mal fait; Tant mieux on recommence
    C très beau; C très cher; C mal fait; Tant mieux on recommence
    Comme le parking sous la médiathèque, les eaux noires, le refoulement des pompes de relevage, la rue Toesca, l’avenue du 11 novembre, la rénovation de l’ancienne mairie, l’arrosage jaillissant devant la poste, le charcutage de la presqu’île du Capelan suivi de la dé-tourismisation (dé-restaurisation) du site, le parking deux roues devant la poste, etc.

    Si je compte bien, les malfaçon ne sont pas l’apanage de la seule dernière mandature.

    Fromage ou dessert messieurs ? . . . Non Non, vous n’y pensez pas ! Bon à la réflexion, je prendrais volontiers les deux.

    (1) un goudron maritime c’est un goudron qui fait des vagues dans tous les sens avec garantie décennale pour les flaques d’eau. Sanary ne se défend pas mal avec la sortie sous le viaduc. (D559 / chemin de la canolle). Pas de quoi les jalouser sur ce coup là.
    C très beau; C très cher; C mal fait; Tant mieux on recommence
    C très beau; C très cher; C mal fait; Tant mieux on recommence

    Ta maman va être contente, mais je serais pas content, alors tu vas recommencer mais on vas te ré-attraper et puis on va te re-libérer…
    Ta maman va être re-contente, mais je serais re-pas-content, alors tu vas re-re-commencer mais on vas te re-ré-attraper… et puis on va te re-re-libérer….
    Ta maman va être re-re-contente, mais je serais re-re-pas-content….
    Comment Ramirez ? c’est chiant ? je sais mais fallait pas commencer (Élie Semoun).

  • Il était inutile d’espérer cacher ce classement.

    http://www.varmatin.com/la-seyne-sur-mer/le-port-des-embiez-plebiscite-par-voile-magazine.1160544.html

    Autant donc s’en servir pour rebondir et améliorer les prestations attendues par les plaisanciers de passage.

    Jacques KAUFFMANN
    Association de Plaisanciers « AG Clupp Bandol »

  • L’article de Voiles Magazine traitais de la perception par les plaisanciers de passage de l’accueil et de l’équipement du port de Bandol.

    Comme nous l’avions déja indiqué, ce n’était pas le produit d’une enquête journalistique, mais le dépouillement d’un questionnaire rempli par des passagers.

    Cet article pouvait être jugé cruel, il n’en était pas moins révélateur d’un problème.

    Nous disposons maintenant des statistiques de fréquentation sur le trafic passager dans le port.

    Nb de nuitées en escale dans le port :

    2010 : 14.818
    2011 : 12.814
    2012 : 9.984

    Jacques KAUFFMANN
    Association de Plaisanciers « AG Clupp Bandol »

  • Moi quand je lis ces chiffres et votre commentaire sur Blog Bandol (http://www.bandol-blog.com/?p=52074&cpage=1#comment-19143) ….. « Globalement, tous les chiffres de fréquentation s’effondrent. Ainsi, le stationnement en escale (visiteurs qui viennent dans le port passer une nuit) sont passés de 14818 en 2010 à 12894 en 2011 puis à 9984 en 2012. Soit une perte de 4834 nuitées (37%) en 2 ans. », et que je regarde le potentiel de notre ville, je me dis qu’il y a un réel problème dans la politique de développement touristique de notre ville.

    Qu’on arrête de parader devant des écrans tactiles qui ne fonctionnent jamais, des bornes bluetooth qui ne servent à rien, des festivals de photos qui coûtent une fortune aux contribuables, des apéros qui ne servent à rien, ……. et qu’on se consacre au développement touristique de notre commune, qu’on se consacre à l’accueil des touristes, …

    Regardez à Sanary, aux Embiez, …… ils savent faire mieux que nous. Ils ont des gens qui ont de l’ambition pour leur commune.

    Elu au tourisme de Bandol, prenez exemple et montrez nous votre compétence en la matière…

    Futur élu au tourisme, commencez à réfléchir à la politique touristique que vous allez mettre en oeuvre pour gommer toutes ces années perdues.

  • @-Antoine Leconte

    Vous avez tout compris : Il faut changer l’adjoint au tourisme dont les actions sont inefficaces et inutiles et ce n’est pas à quelques mois de l’échéance municipale que la barre va être redressée. Les chiffres de la fréquentation du port parlent d’eux mêmes. Mais j’ai souvenir d’autres discussions accablantes sur ce blog concernant la fréquentation touristique.

    Il est temps de redynamiser le tourisme à Bandol et d’arrêter de se faire devancer par Sanary, Saint-Cyr ou d’autres communes des alentours.

    Lacaze a déjà donné quelques pistes. Je suis sûr qu’il y en a d’autres.

    Futurs candidats faites tourner vos méninges afin de trouver des idées qui vont relever notre économie locale car elle n’est pas folichonne.

    Pourquoi ne pas prendre exemple sur ces communes et avec toute humilité aller trouver les homologues élus pour avoir des conseils ?

    On ne peut pas laisser Bandol qui était le fleuron touristique il y quelques années devenir le cancre de la liste ?