L’évangélisation de Bandol est sur ses rails

Il y a près de 4 ans, Bandolais.fr s’apprêtait à prendre (sous l’étiquette de « blog citoyen »), le relais du blog personnel de Julien, qui affichait les prémices d’une participation d’internet à la vie politique locale, à l’occasion de la campagne des municipales (6 mois plus tard).
2007 l’avait annoncé à l’occasion des présidentielles avec l’apparition du monde politique dans des univers carrément expérimentaux comme Second Life. Les municipales de 2008 avaient confirmé que la politique locale était également entrée dans cette nouvelle ère de communication en ligne, et à Bandol, ce blog joua son rôle pionnier, pendant la campagne, et depuis, avec des efforts d’explication des changements induits.

Domaine GUEISSARD -AOC BandolCette rentrée de septembre 2011, m’apporte la confirmation que la partie « évangélisation technologique » de Bandolais.fr ne sera plus qu’anecdotique dorénavant:
– le personnel politique local est en train de se convertir à Twitter.
– les associations même dépourvues de sites web communiquent sur le web.
– les supports locaux se multiplient sur Internet.
– les entreprises locales testent des nouvelles formes de marketing en ligne.

Dans le détail ça donne ceci:

  1. Bouton TwitterDepuis la reprise d’activité  fin août, le compte Twitter de Bandolais.fr a gagné 3 nouveaux « followers » (abonnés), qui appartiennent au monde politique local ou péri-local (le responsable départemental du FN, un chef de file de l’opposition six-fournaise au député maire JS VIALATTE, et un membre du microcosme bandolais).
    Aucun n’est à ce jour un grand contributeur de l’information immédiate sur Twitter (ni fan connu de mon blog), mais tous 3 s’ajoutent à leurs homologues qui ont compris qu’il fallait surveiller l’information locale via tous ses canaux d’expression (je comptais déjà des conseillers municipaux bandolais dans cette liste ou leur entourage, mais ça s’élargit géographiquement).
  2. APC RaimuRafale de communiqués de rentrée de la part des associations bandolaises.
    Certaines sont de vieilles habituées, mais d’autres sont plus récemment converties. On a vu ces communiqués sous forme d’articles ou de commentaires sur Bandolais.fr mais aussi sur le forum officiel de la ville pour le cas d’une association de parents d’élèves par exemple.
  3. Comme évoqué lundi dernier, Bandol compte maintenant plus de pages Facebook consacrées à l’information des résidents ou amoureux de Bandol que de sites spécialisés. Sans compter qu’il peut se monter des pages Facebook plus spécialisées ou ponctuelles (on l’a vu sur la résistance aux modalités de mise en oeuvre de la loi sur l’intercommunalité, ou pour la promotion de micro-points – défense du cinéma local ou du vin rouge de l’AOC Bandol). C’est plutôt facile comparé à la création d’un site, et a l’avantage de toucher immédiatement un public friand de cette communication, qui plus est ciblé et automatiquement abonné!!!
    Pourquoi créer un réseau InternetJe signalais dans le même article fin août une initiative basée sur le plus vieil outil d’internet (l’e-mail), sur un fonctionnement qui n’est plus très tendance mais intelligent et efficace. Je vous joins la charte de fonctionnement de cette « liste de diffusion » gérée par Patrick LACAZE.
    L’internet n’est qu’un tuyau, et les formes de communication utilisées sont aussi variées que les profils derrière sont divers.
  4. Si les entreprises locales préfèrent toujours faire leur publicité sur des supports papier et neutres (gazette du Yacht Club de Bandol, sets de tables des restaurants, calendriers gratuits distribués dans nos boites à lettres ou à l’Office du Tourisme, etc.) plutôt que sur les blogs où s’expriment des opinions, j’ai été frappé par une expérimentation d’un domaine de l’AOC Bandol:
    Domaine GUEISSARD -AOC Bandolle Domaine Gueissard vient de se lancer dans une initiative marketing que je n’avais pas encore vue dans le périmètre du nom Bandol, avec une cuvée des réseaux, incluant une bouteille offerte aux 120 premiers fans sur Facebook (à cette heure il n’en reste plus que 9, cliquez vite): buzz, viralité, personnalisation, fidélisation, sans préjuger du succès de cette opération, je constate que les PME du coin commencent à envisager le web dans ses atouts et possibilités. Celle-ci est basée concrètement à Sanary, mais je suis certain que d’autres, y compris sur le territoire de Bandol sont en train de réfléchir à l’utilisation d’internet pour rayonner large, fidéliser, faire des « coups », etc.

Et mon petit doigt me dit qu’on va voir fleurir de nouveaux sites d’associations et d’entreprises dans les mois qui viennent à Bandol.

Voilà, en 4 ans à peine, on a changé d’époque, pas qu’à Bandol comme le suggère faussement mon titre d’article mais partout à l’échelon du web local, et on en reparlera certainement lors de la reprise des rencontres du web bandolais le mardi 20 septembre, en espérant retrouver tout ou partie des nouveaux acteurs évoqués dans cet article parmi nous, pour un verre et des échanges passionnants…

F.M. – www.bandolais.fr





3 Commentaires

  • Bien heureux d’avoir participé aux prémices de l’internet Bandolais… C’était une bonne et forte expérience, qui en plus m’a permis de faire la connaissance de nombreuses personnes, dont nombre sont devenus proches, qu’importe où la vie m’ait emporté depuis, Paris, São Paulo, Toulouse… Bandol est à portée de main et de coeur

  • Christian Viala

    Merci Julien, Merci Fred, heureusement que vous êtes là!

  • CV: j’ai pas fait grand chose au final, c’est une longue course, certains étaient déjà sur la ligne de départ, je n’ai fait peut-être que sonner le départ, et d’autres ont rejoint depuis 🙂