Les voeux du Maire

  • Publié le 12 Jan 2008
  • Commentaires fermés sur Les voeux du Maire
  • Politique

J’ai encore pris du temps sur les horaires de bureau pour jouer à Tintin reporter vers 17H30.

Voeux Maire Bandolais1Je me suis « aventuré » au centre culturel pour la séance des voeux du Maire à la population de Bandol, population représentée par une assistance de 160 personnes à peu de choses près dans la salle, où avaient dû se glisser quelques espions d’opposition, quelques curieux (dans le bon sens du mot) dont moi, et majoritairement des partisans de François Barois.

« Aventuré », car en présence de nombre de ses supporters, et sachant que je suis maintenant reconnu par beaucoup de gens que je ne connais pas, je savais que j’allais sur un terrain où je suis considéré comme hautement suspect, et c’est un doux euphémisme. Plusieurs personnes m’ont d’ailleurs demandé si je roulais pour une équipe en particulier, et en semblaient persuadées, j’y reviendrai.

Voeux Maire Bandolais2Notre Maire est resté très neutre par rapport à la campagne électorale dont il a juste laissé entendre qu’elle ne tarderait plus, et s’est attaché au-delà des bonnes choses à nous souhaiter, à parler travaux: …/…

…/…

– la médiathèque serait livrée au 28 février.

– il a défendu son bilan travaux 2007 rappelant tout ce qui a été fait en termes de voirie, et de réseaux souterrains (ou maintenant enfouis). Le « 11 novembre » aura dominé le thème, avec ses explications sur les choix faits notamment en raison de la largeur de la voie (beaucoup de gens lui reprocheront quand même de ne pas avoir aligner le cimetière sur une partie qui aurait été modifiable mais il n’y est pas revenu). Il s’est excusé sur toutes les gênes occasionnées affirmant avoir tout fait pour conserver le plus de fluidité possible en tenant compte de l’existant, mais vous savez que nous sommes quelques-uns dans ces pages à avoir soulevé le point de la gestion des conditions de sécurité. Tout est bien qui finit bien, et les finitions sont en cours, le reste du débat relèvera des goûts et des couleurs (je connais des bandolais qui détestent et d’autres qui sont ravis).

– le stade et son revêtement, le chemin de Naron et autres travaux en périphérie ont complété son inventaire pour lequel il a mis en avant la bonne fois de ses équipes et rappelant que la perfection n’est pas de ce monde. De fait, pour quelques-uns de ces travaux, vous savez que je ne suis pas toujours enthousiaste, mais il faut reconnaître qu’il a pris à bras le corps beaucoup de points perfectibles de nos infrastructures, son atout majeur étant la réfection de l’avenue centrale qui méritait un remède de cheval depuis très très longtemps (je rappelle que je fréquente Bandol depuis 1980 pour justifier mon opinion).

– il a annoncé également les prochains chantiers déjà votés par le conseil municipal, dont la dalle de carénage au port, et la création d’un réservoir à Bois-Maurin (pour l’eau consommable si j’ai bien retenu, donc rien à voir avec la disparition d’un projet de bassin pluvial dans ce même quartier, qu’évoquait ici Christian Delaud?).

– dernier retour sur 2007, il a défendu sa politique d’animation (dont M6 Live festival) et son impact sur l’économie commerçante. Sans chiffres il nous est difficile de juger pour lui comme pour moi, mais concernant M6, quand je vois l’afflux soudain juste avant les concerts et l’embouteillage monstre (monstre, j’insiste – je rappelle que j’ai vécu notamment à Paris, Madrid et Dakar où on s’y connaît en bouchons) pour vider la ville immédiatement après, je doute que ce flux de visiteurs (aussi massif que bref) laisse une consommation à ce point significative sur la saison. Là n’est plus le débat, mais je pense qu’après quelques années de cette recette, et dans l’optique de gagner les élections, grand bien lui prendrait d’envisager une autre formule d’animation afin de varier les plaisirs (même si je n’ai pas boudé certains de ces concerts – ceux qui ont lu à l’époque mon compte-rendu de Bertignac le savent).

Mon résumé, est que François Barois aura été le seul maire de Bandol à effectuer un mandat de 7 ans, et force est de constater que la 7ème année aura été copieusement remplie en travaux (dont beaucoup auront fait un bien certain à la ville, parfois au prix de son charme, et d’autres plus cosmétiques ou carrément discutables auront surtout alourdi le budget que les bandolais auraient peut-être souhaité plus étalé).

Voeux Maire Bandolais3Tout le monde a ensuite filé au bar, dans une chaleur affolante (une foule ça m’a toujours effrayé, et crénom que ça chauffe une pièce)… J’allais m’éclipser après avoir fait crépiter le flash d’un joli joujou numérique qu’une amie photographe me prête ces temps-ci, mais me suis fait interpeller par pas mal de connaissances et aussi des inconnus.

J’ai donc rencontré certains des commentateurs de ce blog pour qui je vois maintenant un visage, des clients, des amis, et aussi la très charmante responsable de la Communication qui a été extrêmement sympathique (elle est douée pour les relations publiques, pas de doute) bien que je l’ai sentie blessée (non sans raisons) par mes critiques récentes. J’ai maintenu le fond de ma critique malgré la petite taille de son service (comparée à ce que je croyais savoir), mais en lui précisant que ce n’est pas l’exécution que je blâmais, mais bien le politique (sa hiérarchie) pour ne pas avoir impulsé certaines des idées que j’ai suggéré depuis dans la communication de la ville. On a échangé sur divers points touchant à ces thèmes, et je lui ai rappelé l’ouverture de mon blog, lui indiquant explicitement que j’offrais évidemment un droit de réponse ou correctif aux personnes que je mettais en cause (ou à leur hiérarchie quand les personnels sont tenus à un devoir de réserve) soulignant que pour l’instant, l’équipe en place brille par son absence sur Bandolais.fr. Elle m’a promis d’y réfléchir avec toutes les personnes concernées, et de me joindre à la liste de destinataires des infos de la ville pour que mon blog puisse parler plus souvent d’animations et un peu moins de politique (j’ai peur de vous lasser à force – vivement que les élections soient passées).

Sans vouloir jouer les nouvelles stars, je suis à peu près certain que le Maire m’aura identifier, d’autant que je lui ai envoyé quelques coups de flash (pas pendant son discours où je me suis accomodé de la lumière ambiante, je n’aime pas trop me faire remarquer en public, et je n’ai rien d’un photographe de presse accrédité). Pourtant, comme je suis à peu près aussi gauche que lui pour la prise de contact avec un « inconnu », je ne me suis pas présenté (ça m’aurait paru un peu présomptueux) peut-être parce que ce n’était pas le moment. Je signale à son entourage que je serai flatté et heureux si lui aussi se prenait au jeu des rencontres avec ce nouveau média, que je représente à peu près seul à Bandol en tant qu’indépendant de tout acteur politique. S’il en trouve le temps dans les semaines qui viennent…





Article précédent : La Médiathèque : avancement