Les vacances 2011 de Bandolais.fr

Ce blog va prendre des vacances. Plus aucun article (sauf événement exceptionnel*) prévu jusqu’à fin août.

Twitter et la page Facebook de Bandolais.fr restent actifs pour les plus accrocs comme l’an dernier, tout comme les commentaires qui restent ouverts (et sur lesquels je garderai un oeil) pour que vous puissiez vous pencher sur les archives.
Mais après l’été 2010 sans véritable coupure du fait du changement de plateforme pour vous fournir la nouvelle version de ce blog, il est temps cette année de profiter de la « trêve de la haute saison » (oxymore?), au moins côté blog. Comme je le disais en début de semaine, tenir ce blog n’est pas sans impact, et il faut me ménager pour être toujours aussi motivé à la rentrée afin de partager avec vous mes observations de citoyen attentif à la vie locale, une fois que les touristes commenceront à nous laisser entre nous pour les mois que nous vivons dans une commune comme les autres et pas seulement dans une station balnéaire en sur-régime démographique et animationnel.

En attendant je suis certain que comme moi vous allez profiter de la visite de proches de passage dans la région, de la météo qui va forcément redevenir pleinement estivale sous peu, du plein air, de la mer: pour ceux qui ont choisi de vivre à Bandol, c’est aussi un peu pour tout ça qu’on est là.

Vous avez déjà dû prendre le pli de suivre les animations locales via les outils de la Mairie qui n’est elle pas en vacances, animations que je ne manquerai pas pour certaines de souligner notamment via Facebook.
Alors bon été 2011, et rendez-vous à la rentrée (fin août ou début septembre, pas encore défini, ça dépendra aussi de mes vacances professionnelles)!

F.M. – www.bandolais.fr

* vraiment exceptionnel. Et il vous suffit d’être abonné (c’est gratuit) pour être sûr de ne pas rater un éventuel billet imprévu. Voyez les gros boutons en haut à droite de ce blog





Article précédent : Boulangerie non-stop dans Bandol

Un commentaire

  • Claude SEUX-BOS

    Bonnes vacances Fred, ainsi qu’à Madame. Il ne faut jamais oublier les conjointes dans tout ce qui est bénévolat. Sans leur patience, nous ne ferions pas tout ce nous faisons.