Les grands absents de cette précampagne électorale

A moins de 3 mois du premier tour des municipales, je ne suis toujours pas au courant officiellement des intentions de l’équipe en place. Serge Gervais de la liste Michel Sauzet m’a dit que François BAROIS devrait obtenir l’investiture UMP, mais quid de la partie de son équipe qui en 2001 avait une liste distincte au premier tour fusionnée avec la sienne au second?

Bien entendu, le Maire en place bénéficie d’une notoriété supérieure aux autres candidats, et le conservatisme humain fait qu’il y a toujours un avantage à être le Maire sortant. Ceci explique une tactique de départ en campagne très tardif : il y a moins besoin de se faire connaître pour le premier notable de la ville. Cela peut aussi lui permettre d’être plus chiche en programme : les gens peuvent se baser sur l’idée de la continuité de l’action passée.

Pour autant, son bilan diversement apprécié l’obligera à un effort de communication pour s’expliquer auprès de ceux qu’il n’enthousiasme pas.

Si des travaux sont justifiés, d’autres pouvaient peut-être attendre pour éviter une accumulation dont le coût pèsera (forcément moins étalé qu’en retardant certains dossiers). Un peu comme si dans une assemblée générale de copropriété immobilière, on votait la même année l’installation d’un ascenseur, le ravalement de la façade, la création d’un jardin, la réfection des clôtures, etc. Beaucoup de copropriétaires préféreraient légitimement différer certains postes non urgents ou obligatoires pour faire tenir ces frais dans leur budget, dans la durée. Je précise que je ne suis pas ennemi a priori du projet de médiathèque (j’espère même que ma société aura l’occasion d’utiliser son « auditorium »).

D’autre part j’entends aussi les critiques disant que Bandol à trop se rénover perd de son charme et que la ville est aseptisée, loin du village provençal qui a séduit des générations de touristes. Chacun jugera selon ses critères esthétiques. Moi, pour reprendre le mot d’un de mes amis sanarien, je dis qu’un peu de bordel d’authentique ne nuit pas, et que l’abondance de bordures et balisages modifie un peu trop les petites rues de Bandol auxquelles on était habitué (conservateur moi aussi?)…

De même, on reproche à l’équipe de Mr Barois, de soigner sa « clientèle » âgée, la domination démographique de nos aînés étant hors de la norme à Bandol. Et de l’avis des bandolais encore en activité que je connais, pour l’immense majorité, cette mandature aura conforté la typologie « sénior » de la ville. L’animation de la ville est également entrée dans une nouvelle ère, qui ne rallie pas tous les suffrages (mais est-ce possible?).

Alors on attend, et cette campagne peut-elle vraiment démarrer sans l’officialisation de toutes les candidatures, même si l’encadrement réglementaire qui précède chaque élection est instauré depuis le 9 décembre je crois. Et bien sûr, selon que l’équipe municipale se présentera unie ou en deux listes distinctes, comment va-t-elle gérer l’héritage des dernières années





7 Commentaires

  • Salut Fred,
    Tes appels à la participation ont peut-être rencontré un faible écho jusqu’à présent, nul doute qu’avec ce post tu devrais améliorer sensiblement et les stats du blog et le nombre de réactions des visiteurs. Car outre l’entrée en campagne du sortant, son bilan devrait être au coeur de cette campagne et faire l’unanimité parmi tous ses opposants.
    Parmi les exemples cités, il y en a un qui mérite quelques précisions, je veux parler bien sûr de la médiathèque ! Enfin, la bonne appellation devrait être Mairie annexe/Salle polyvalente/Médiathèque/Parking… Tout comme toi, la majorité des bandolais n’avait rien contre ce projet qui répondait à un réel besoin. Il n’en est pas de même quant au choix de son implantation qui ne répond à aucune logique et montrera dans le temps la légèreté, pour ne pas dire l’irresponsabilité de ceux qui l’ont décidée. Quant au parti architectural retenu dans une zone classée vis-à-vis de l’église et soumise à l’avis de l’architecte des bâtiments de France, tous ceux qui ont déposé un permis de construire dans le périmètre concerné conviendront que la loi n’est pas la même pour tous ! Enfin mon cher Fred, je souhaite sincèrement que ta société puisse utiliser son « auditorium », mais si les tarifs sont du même niveau que ceux des rares places de parking mises à la vente (24 k€ !) il faudra bien réfléchir au retour sur investissement…

  • @ Jean-Pierre : merci de tes encouragements, mais pour ce qui est des stats, elles dépassent toutes mes espérances, et pour le commentaires, je m’estime satisfait (et ne suis pas sûr de pouvoir soutenir un rythme plus intense vu ce qu’il me reste pour dormir). C’est vraiment sur l’aspect contributions que je suis étonné que personne ne se soit emparé de l’outil… Mais personne n’est forcé.
    Pour « l’auditorium », il va de soi que je ferai mes calculs économiques avant… Mais maintenant que ce projet est en route, j’ai hâte de le voir fini.

  • Bonjour,
    j’ai apprécié les commentaires de jean pierre Chorel et fréderique concernant la mediatheque à Bandol.
    Effectivement on peut se demander si un investissement de cette importance se justifie pour une ville de 8.000 habitants: n’y avait’il rien de mieux à faire?
    En realité la question la plus judicieuse est la suivante: quel retour d’investissement doit’on attendre d’une structure lourde qui doit en outre provoquer des frais d’entretien et de personnel. Cette étude « à la base » a t’elle était faite?.
    Quand à l’autre probleme que vous soulevez: »L’implantation » , cet édifice est on ne peut plus mal placé car loin d’aerer l’espace du centre ville qui en a bien besoin il concentre encore plus les poles d’activité ce qui rend plus aigus les problemes d’accés et de stationnement.
    Il est grand temps que les équipes municipales abordent avec realisme l’evolution du centre ville .Si cela vous interesse ,je me permettrais de donner mon opinion de « vieux Bandolais » puisque résident depuis le debut des années 70!
    amicalement votre!
    guyc

  • Vos critiques sur le choix d’implantation de la médiathèque me paraissent tout à fait compréhensibles, et c’est vrai que je suis aussi curieux de voir son aspect fini pour juger de son intégration. J’espère en revanche que la médiathèque qui n’a pas la taille adaptée à une commune de 8000 habitants, sera adaptée à un pôle touristique avec une réelle capacité d’accueil et un environnement touristique exceptionnel : je veux croire que Bandol saura attirer des congrès et conventions ou autres événements « d’incentive » d’entreprise. Mais seul le temps le dira. Reprochez au Maire tout ce qu’il y a à lui reprocher : c’est notre rôle citoyen. Mais il faudra aussi faire avec les réalisations qui nous engagent pour longtemps et ne peuvent être défaites. Enfin pour libérer la plume de Guy C LEVY, bien sûr qu’il peut nous donner son opinion de vieux bandolais, et pas forcément en commentaires : m’envoyer un mail avec le texte à publier et ses coordonnées pour qu’on puisse lui répondre en direct…

  • un « machin » à accident…

    Ces mots, « De plus, l’apparation en haut du Boulevard du Capélan d’un “machin” à accident en surpendra plus d’un… » ne sont pas de moi, mais d’Albert DIEU, directeur de

  • Marcel BOGI m’a invité à le rencontrer : c’est fait!

    Je connaissais

  • @ Jean-Pierre : pour info, dans mon quartier (Peyrière), les box fermés se vendent à ce prix entre particuliers. Je crains malheureusement que ces places de parking sous la médiathèque (en plein centre), soient relativement proche du prix du marché. Il y a longtemps que j’ai appris qu’en immobilier, l’un des meilleurs investissements est l’achat de parkings : rentabilité, liquidité, plus-value y sont tout à fait intéressante, et même l’accessibilité (rien à voir avec le prix d’un appartement)…