Les bandolais se contrefoutent-ils de TPM?

Ca avait démarré ici même le 9 mai, en fanfare avec 52 commentaires sous l’article consacré à l’initiative du Conseiller Municipal Christian DELAUD.
Largement repris et relayé sur le web local de Bandol, de blogs en tweets et messages Facebook, et même au-delà avec par exemple Le Beausset,  le sujet est soumis au débat qui indique que ceux qui s’expriment demandent au moins à comprendre les enjeux de la future fusion de la Communauté de Sud Sainte-Baume (et donc de Bandol) au sein de TPM, Toulon Provence Méditerranée, futur Toulon Métropole… Et pour cela, la décision à très court terme du Préfet (fusion entérinée au 31 juillet prochain), paraît une méthode trop peu démocratique qui ne laissera pas cette chance ni de comprendre ni de formuler un choix.
Rappel: les dernières élections n’ayant même pas intégré cette question dans le débat qui nous a fait désigner nos élus municipaux, du coup les plus hardis contestent la légitimité de nos élus pour trancher cette question sans consultation du corps électoral. Bref, il faudrait répondre non au Préfet pour pouvoir reporter la décision à plus tard, après information et débat.

Pourtant la pétition lancée par le même Christian DELAUD et qu’il relaie avec insistance chaque jour via Facebook notamment, s’enlise (vous avez le droit de vous mobiliser, tous bords politiques confondus).

La démocratie représentative si chère à nos élus les plus soucieux de leurs prérogatives fonctionne à fond dans sa logique: les électeurs se désintéressent de la gestion locale hors période électorale, et d’une question essentielle pour l’avenir de leur territoire (peut-être absorbés par l’actualité internationale « plus palpitante et people » ces dernières semaines).
Devant la passivité des citoyens, il me reste à espérer que nos élus (à Bandol et sur tout le territoire de la CCSSB notamment) se montreront plus impliqués dans leur mission, et soucieux du fonctionnement démocratique dont ils sont aussi les garants, qu’ils prendront leur rôle au sérieux.

Pour Bandol, Christian DELAUD nous apprend que le Conseil Municipal programmé au 27 juin intègrera la question et donc un débat entre nos 29 représentants, suivi d’un vote. Faute de pétitionnaires, beaucoup d’espoirs et de responsabilités reposent sur leurs épaules.
A moins que les bandolais et les autres varois concernés ne se réveillent et se soucient de la question TPM, et les aident à décider cette première étape: exiger les préalables souhaitables (information, débat, consultation).

F.M. – www.bandolais.fr





15 Commentaires

  • […] la réaction des politiques et des citoyens est plus concernée. Au grand dam de Christian DELAUD qui voit sa pétition bloquée en phase de décollage, et de Prinz Karl qui s’étonne que nos élus attendent le conseil municipal du 27 juin pour […]

  • Christian Delaud

    Je redoute un réveil tardif et douloureux des habitants concernés.
    Je ne sais pas si chacun a estimé à sa juste valeur les conséquences de l’entrée d’une commune dans une métropole régionale.
    J’ai lu de ci de la des commentaires de bandolais dans lesquels certains écrivaient « nous sommes rentrés dans Sud Sainte Baume pourquoi redouter la métropole régionale TPM. »
    Pour la simple raison qu’il n’y a aucune comparaison entre le transfert de compétences d’une commune vers une communauté de communes ou vers une métropole régionale.

    Aujourd’hui nous avons les moyens de dire non, demain il sera peut être trop tard.
    Et surtout que l’on ne vienne pas accuser les politiques.
    J’ai rencontré plusieurs maires de l’Ouest varois.
    Ils sont conscients du danger qui menacent leur commune.
    Ils ont agi mais les médias locaux n’ont pas relayé leurs actions.

    Quant à l’inactivité passagère de Sud Sainte Baume, elle est due à l’assimilation de Bandol car les règles ont changé et les tracasseries administratives augmentent.
    Mais que les habitants se rassurent, nous y travaillons.
    Nous avons eu une réunion la semaine dernière à laquelle participaient de nombreux élus de SSB dans laquelle nous avons dessiné un projet pour notre communauté.
    Les habitants y seront impliqués.
    Encore faut il qu’ils le veuillent car au rythme où ils signent la pétition, nous aurons été digérés par TPM et on ne se posera plus de questions sur le degré d’activité de SSB et l’implication des citoyens.

  • Nous (VVB) sommes entrain de travailler d’arrache pied sur cette problématique.
    Ce qui n’a pas encore était suffisamment souligné à mon sens, c’est la très grande complexité du sujet :
    Il y a d’abord la loi du 16 décembre 2010 qui est complexe en elle-même, mais qui en outre modifie un nombre considérable d’articles du code général des collectivités territoriales.
    Ensuite le fameux SDCI (schéma départemental de coopération intercommunale) = 122 pages. Chacun peut le lire sur http://www.var.pref.gouv.fr
    Bien sur qu’il faut débattre et il semble logique de débattre avant tout autre action.
    Nous avons pour l’instant (grâce aux différents blogs) des extraits de la loi et du fameux schéma, mais il manque me semble-t-il l’essentiel, à savoir quelles sont les conséquences pour nous bandolais de l’application de cette loi et du schéma proposé par le préfet ?
    A ce jour, ni le préfet, ni les maires des communes, ni les présidents des EPCI concernés par le projet de schéma n’ont donné aux citoyens que nous sommes les éléments nécessaires pour comprendre cette loi et les enjeux (très importants) qui en découlent. Beaucoup de questions se posent et comment nous positionner si ces questions ne trouvent pas de réponse ?
    VVB propose un débat le 17 juin sur ce sujet.
    Nous sommes les seuls à faire cette démarche à ce jour.
    Nous aurions souhaité une grande salle et une entrée gratuite pour qu’un maximum de Bandolais puisse participer, mais la logistique et nos finances ne nous le permettent pas à ce jour.
    Nous aurions souhaité une date plus rapprochée, mais le travail à fournir pour décortiquer la loi et le SDCI afin d’en faire une présentation la plus didactique possible et s’efforcer de poser les bonnes questions est considérable.
    En conséquence, j’invite tous les lecteurs des blogs bandolais, de toute couleur politique, conseillers municipaux de toutes tendances à se joindre à nous pour ce débat le 17 juin. Je pense que Monsieur Mettey et Monsieur Viala accepteront de faire à nouveau un lien vers l’article de notre site qui explique les conditions de participation à ce buffet débat et je leur réitère mon invitation à être présent pour la partie débat, ce qui leur permettra d’en faire un commentaire éclairé sur leur blog.
    Dans les jours qui suivront ce débat, nous publierons le résultat de notre travail.

  • monsieur Delaud , je ne suis pas d’accord sur le terme savoureux d’inactivité PASSAGERE de SSB ;
    je parlerai plutot d’inactivité endémique de SSB .
    ce matin , Christian Palix a mentionné une reunion des maires de SSB sur ce sujet , et d’élargir les compétences de la com com ; bon , je veux bien , mais le réveil , s’il a réellement lieu , est tres tardif . et je ne vois pas les memes personnes développer brutalement une forme d’hyperactivité dans le changement .

  • Christian Delaud

    Mme Anguenot,
    Je le concède, SSB n’a pas eu une activité débordante.
    Mais le rôle d’une communauté de communes est limité.

    Il n’empêche que nous sommes quelques uns à vouloir faire bouger les choses.
    Ne vous attendez pas à une révolution mais à des projets auxquels participeront les citoyens.
    Un projet pour SSB, voilà à quoi je vous demande de participer.
    Sans participation citoyenne un projet ne sera pas pérenne.

    Compte tenu de la mobilisation autour de la pétition que j’ai initiée, je me demande quelquefois si certains n’attendent pas des recettes miracles toutes préparées.
    Ils préfèrent peut être le surgelé réchauffé au micro-ondes à la cuisine d’antan où l’on faisait tout soi même.

    Certes vous me répondrez que ma pétition est mal écrite, mal présentée, sur un site belge, que je suis socialiste, enfin que je cumule tous les handicaps!

  • Christian Delaud

    @ Jean-Paul Joseph,

    Vous travaillez d’arrache pied, heureux de l’apprendre!
    Les maires des communes, les présidents des EPCI et les responsables politiques aussi.
    Vous seriez surpris du nombre de réunions et de la richesse de leurs échanges.

    J’ai eu l’occasion de rencontrer des citoyens de toutes les communes concernées.
    Ils sont conscients de la complexité du sujet mais le plus important à leurs yeux est la méthode utilisée par le préfet.

    Vous souhaitiez le prêt d’une grande salle pour organiser un débat.
    Un délai de 20 jours pour l’obtenir me paraît trop court.

    Vous ciblez les seuls bandolais.
    Y a-t-il un rapport avec le fait que vous briguez la magistrature bandolaise?
    Je préfère rencontrer les citoyens de toutes les communes concernées.

    En conclusion, j’invite les bandolais à ne pas participer à votre dîner débat car le menu sera imposé et la note risque d’être salée.

  • Christian, tu me déçois.
    Je ne comprends pas.
    Pourquoi invites tu les bandolais à ne pas participer au débat proposé par VVB?
    Si c’est la note; ce sera un buffet, donc tu mangeras ce que tu veux.
    Comment veux-tu que l’on avance si, lorsque un problème est posé, on empêche les gens de s’informer, surtout quand quelqu’un se propose de le faire.
    Je n’ai qu’un regret, c’est que le directeur de la communication de la ville de Bandol ne soit pas invité comme nous, Fred et moi, à participer à ce débat.

  • Ce qui serait souhaitable, car cela est encore possible (si la mairie veut dégager une salle elle le peut, soyons sérieux), c’est que toutes les sensibilités politiques et ou citoyennes sur BANDOL … de Bandol en action, Bandol pour tous, VVB , Ch Delaud… et autres (dont la majorité communale !), participent à une telle réunion. Il s’agit:
    d’informer les personnes présentes du contenu de la réforme
    de ses enjeux
    et éventuellement de faire connaitre sa ou ses positions sur cette réforme et la décision: oui ou non à la proposition du préfet, et éventuellement quelle(s) contre proposition(s).
    Que certains (sinon tous) dans ces sensibilités (au moins au niveau des « leaders ») aient des projets au niveau de la commune, c’est certain, mais peu importe. Aujourd’hui on cherche à débattre et à voir clair sur un sujet précis… et pas sur 2014 (dont on peut se demander à quoi elles serviront si on se retrouve dilué dans TPM métropole)… Alors un peu de calme et de sérénité!… mais aussi de fermeté dans notre demande de réunion d’information!

    C’est vrai qu’il y a aussi les autres communes… mais commençons au moins par nous (rien n’empêche de sensibiliser les autres, cela dépend des sensibilités en présence: certaines sont apparemment « purement locales, d’autres gravitent autour de l’UMP, Ch. Delaud rappelle son appartenance socialiste, etc…). L’essentiel est qu’une réforme de cette ampleur ne peut se dérouler en catimini comme cela semble se produire jusqu’à ce jour.
    Il n’y avait aucune raison objective à fixer un tel calendrier aussi serré, sauf justement à essayer de passer en force et en vitesse.

    Au fait une petite question: et si au regard de ce coup d’état légal via les préfectures et pour nous celle du Var, la commune refusait de désigner un ou des représentants au nouveau grand machin tpmiste? Quand on nous prend pour des c…. on peut fort bien jouer au c….. Non ? Apparemment rien n’a été prévu dans la loi sur ce genre d’abstention ! Et si plusieurs communes adoptent ce genre de « boycott »…. voilà qui pourrait créer un rapport de force pour discuter vraiment et non signer un blanc-seing…. Ce serait le 2° round aprés le 31 juillet…

    Au fait, pour la réunion du 27 juin… je ne sais quel est l’ordre du jour… mais un tel sujet méritait me semble-t-il une réunion à lui seul, non ?

  • Je viens de visionner sur le site Bandol en action, la seconde vidéo du conseil municipal tenu ce lundi… Sur une question de madame QUILICCI monsieur le maire a donné des précisions importantes et intéressantes sur l’information nécessaire des bandolais ( comment recueillir leur avis) et sur les discussions qui devraient y avoir au niveau des conseillers dans la perspective de la réunion du 27 juin…. ( vidéo 2 vers 3 ‘ 46  » sur le compteur).
    Par ailleurs le maire a indiqué qu’il y aurait un consensus des maires de SSB à rester SSB….mais sous certaines conditions, notamment d’élargissement des compétences de SSB. Nous avons donc ENFIN des paroles « officielles » sur le projet du préfet.

  • @ Christian (Viala)
    Je comprends très bien la position de Christian (Delaud), lorsqu’il invite les Bandolais à ne pas se rendre à la réunion de VVB.
    Cette réunion est une réunion de pré-campagne électorale.
    On y impose un buffet: le but et de récolter de l’argent;
    Pourquoi limiter cette réunion aux Bandolais?
    de plus SSB en ce moment s’occupent réellement de la question, pourquoi ne pas leur faire confiance???
    Il serait bien plus intéressant que VVB nous parle de son programme et de sa composition de liste.

  • Bien évidemment, mais ne jouons pas les indignés ! On sait très bien comment ça se passe. Depuis le temps qu’on se fait prendre pour des c…antonniers.

    Moi, je voudrais vraiment savoir, en dehors des motivations pré-électorales et autres séances de travail acharnées, si quelqu’un est réellement en mesure d’informer le public clairement. Je ne veux pas parler de discours ampoulés, techno-administratifs ou paternalistes. Je veux parler d’une vraie information. Un truc à la Nicolas Boileau : « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. » Mais personne n’en parle clairement. Pourtant la priorité est là : si le public n’est pas au courant, il n’y aura aucun effet de masse.
    Bien sûr, l’intercommunalité n’a rien de glamour, mais pour autant, en parler pourrait ne pas être soporifique ni hermétique. Et les gens se sentiraient plus concernés. Nous seront tous concernés dans notre vie au quotidien ; c’est de cela qu’il faut débattre. Et vite.

    Ceci dit, je n’attend pas que l’on m’explique en quoi TPM est une menace à l’existence de Bandol en tant que commune à part entière, ou une super bonne idée d’avenir parce que la notion de commune est désormais « obsolète ». Ce que je perçois, c’est que la manière de faire passer cette réforme ne colle pas avec mon idée de la démocratie. Alors je signe la pétition !

  • Oui, il y a beaucoup d’incompréhension et de dissimulation autour de tout ça.

    Partont déja d’un constat simple. Le système politique municipal à Bandol ne marche pas. Il ne marche pas techniquement, et la convocation à l’arrache du Conseil hier en est une nouvelle démonstration, et il ne marche pas politiquement, dans le sens où il n’y a aucune lisibilité des positions réelles des équipes qui affichent pourtant toutes une affiliation politique. Les pires opposants sont UMP, le meilleur soutien est socialiste.

    Le faire, défaire, refaire qui est la marque de fabrique des municipalités bandolaises est ruineux et sans aucun intérêt.

    Alors pourquoi ne pas changer ?

    Mais changer pour quoi ? Pour un machin qui apparait ingérable par sa taille, sa diversité et sa population. Pour un machin qui ne fait que rajouter des couches administratives à celles déja existantes.

    L’absence de transparence est propice à tous les fantasmes, et certains ne manquent pas de devenir réalité. Est ce que l’intercommunalité évitera les baronnies à la Bandolaise, ou est ce qu’elle produira, au contraire, une super-administration étouffante ?

    L’entreprise où je travaille construit actuellement une nouvelle usine. C’est une bonne nouvelle, construire une usine en France. Cela se passe à la Ciotat. Pour construire une usine, il faut un permis de construire. Parmis les pièces demandées, il faut une autorisation de défrichage. On parle d’une friche industrielle, sur laquelle quelques pins d’alep ont poussé. C’est l’obtention de ce document qui m’a demandé le plus de travail. Trois RDV, une dizaine de pièces, dont la matrice cadastrale, une carte ign, et je ne sais quoi encore. Bref, un mois pour obtenir ce truc, alors que le permis a été délivré en trois semaines. Il est délivré par la DDTM (ex DDTE). Ok, ce n’est pas une administration territoriale, mais déconcentrée. Mais bon, je ne souhaite à personne d’être localement, sans soutien, au centre d’un tel délire bureaucratique. Pour couper une dizaine de pins dans une zone industrielle.

    D’où une évidente méfiance contre la bureaucratie, surtout quand elle ne dépend pas d’un pouvoir local accessible, chez qui ont peut aller se plaindre d’un dysfonctionnement administratif et qui est en mesure de débloquer le problème.

    Si j’ai compris, tout le pan de l’urbanisme sera dévolu au super TPM. Le droit de l’urbanisme est bien l’exemple même du truc qui ne marche pas. Il emmerde tout le monde. Il est massivement détourné. Et même quand il est appliqué, il n’empéche pas les horreurs que l’on voit dénaturer nos paysages.

    Alors un changement serait pas forcément une mauvaise chose, mais sans explication éclairées, comment ne pas imaginer que le futur sera encore pire ?

    En dehors des considérations locales, il y a aussi, semble t’il, une évidence. Bien qu’il semble que l’idée, trés bureaucratique, de recentraliser les pouvoirs municipaux, viennent de loin, il n’en reste pas moin que le serpent de mer de la réforme territoriale, dans ses deux aspects, municipaux et régionaux, est sorti sous cette présidence. Une de ses caractéristique est une forme de napoléonisme, qui consisterait à s’appuyer systèmatiquement sur le corps prefectoral en se défiant des élus. Agir aujourd’hui localement pour s’opposer au « grand TPM » est clairement moins efficace qu’utiliser son bulletin de vote l’année prochaine. Cela peut expliquer aussi l’attentisme actuel.

    Jacques

    ———————————————–
    NDLR: si ton commentaire est bien centré sur le point local qui nous intéresse, des lecteurs me font remarquer que ton dernier paragraphe, bien que toujours en lien avec l’aspect local, tend à « nationaliser » le débat, ce qui sur ce blog, n’est pas souhaité (de ma part), et surveillé par ceux qui se sont déjà faits rabrouer dans ce domaine.
    Pas de carton jaune ici puisque c’est ta mise en perspective du point local (contrairement à des interventions qui viseraient une actualité ne concernant pas Bandol), mais un rappel qu’il faut garder cette ligne jaune en tête, faute de quoi l’année 2012 sera invivable (je ne tiens pas du tout à tenir avec Bandolais.fr un espace de débat autour de la présidentielle). La nuance sera parfois subtile car les sujets locaux et nationaux s’imbriquent parfois réellement, mais c’est juste un problème de disponibilités de ma part: je ne pourrai pas assumer la charge de ce blog s’il doit être un champ de bataille de portée nationale.
    Bref, attention aux terrains glissants, et n’élargissez au-delà du périmètre naturel de ce blog qu’avec prudence, et si c’est utile ou éclairant pour nos échanges à visées locales.

  • Ok Ok, désolé. Mon dernier paragraphe replaçait dans un contexte national le fait que c’est un préfet qui a pris ses ciseaux pour découper le département en quatre. Mais à part cela, je suis bien d’accord, pour la sereinité des débats, à ne pas transformer ton site accueuillant en un terrain de bataille durant la prochaine présidentielle.

    En pénitence, j’irais faire le trophée SNSM sous la pluie ce week end !

    Bien amicalement à tous.

    Jacques

  • Christian Delaud

    @ Jacques
    Le préfet ne veut pas couper le département en quatre mais en six.
    Si le mouvement de contestation est important, il fera un geste en revenant aux huit territoires initiaux que je condamnais déjà en 2006.
    j’espère qu’il n’y aura pas de pluie ce week end car je bricolerai en extérieur.
    Malgré tout bon trophée SNSM
    Christian

  • Une petite précision.
    Je me suis fait rabrouer(‘plusiers foisn d’ailleurs!!!), mais je n’ai rien signalé sur l’article de Jacques. comme je n’aime pas les énigmes, je tenais à le signaler;