Les « Bandol du matin » du 15 juin 2012

 Groupe Partouche relance la guerre des casinos sur la Côte d’Azur – Les Echos
Twitter et la presse locale l’avaient signalé, mais le propriétaire du Casino de Bandol se rebiffe contre les futurs casinos voisins (dont celui de Sanary)

 Bandol utilise ses ruches pour surveiller la qualité de l’air – APILAB
Très tendance, l’abeille, comme indicateur écologique : Paris en a implanté il y a plusieurs années sur les toits de monuments comme le Grand Palais

Un recueil de nouvelles par Jean-Marie SCHNEIDER, l’auteur du polar méditerranéen signalé l’an dernier :
« L’affaire de l’Alycastre » se déroulant pour partie à Bandol, son auteur revient avec un nouveau livre qu’il présentera aux soirées littéraires cet été à Bandol.

Réglementation de la pêche de loisirs – Ministère de l’écologie du développement durable et de l’énergie
Petit rappel toujours bienvenue en début de saison estivale.





3 Commentaires

  • […]  Casinos : Partouche débouté dans le Var – Le Figaro Le casinotier qui opère à Bandol essuie un premier revers dans son offensive contre le projet à Sanary […]

  • Guerre des casinos

    La réaction du groupe Partouche, avec dépôt de plaintes, etc… me fait penser à l’expression « l’arroseur arrosé ».
    Le filon casino c’est la bonne soupe, comme on le sait lorsqu’on connait l’histoire de la principauté de Monaco et autre période faste de Biarritz sous Napoléon 3. Après avoir fait bombance dans l’univers des jeux, Partouche s’inquiète maintenant pour son beefsteak. On le comprend parce qu’inévitablement lorsque la soupe est bonne, tout le monde veut s’installer sur le créneau.
    Résultat Partouche réclame une normalisation de cette activité. Un numerus clausus dont il s’attribuerait les meilleurs parts je présume. Comme les toubibs et les pharmaciens par exemple, afin de refuser la libre concurrence et ainsi se garantir un niveau de vie plus élevé que le voisin à effort égal. CQFD. C’est ce qu’on appelle la lutte des corporations.
    Ce que Partouche ne réclame pas c’est un débat sur l’enfer du jeu, l’addiction, les ménages brisés, les carrières brisées. De ça qui est fondamentale dans la vie d’un individu et d’une famille, Partouche il n’en a rien à foutre. CMR
    Dans le même esprit, récemment un vendeur/discounter sur internet me faisait la morale parce que j’achetais sur des sites allemands, autrichiens et à Hong kong. Je lui ai répondu qu’à l’époque où il détruisait en France par son site Internet la plupart des « petits commerces de proximité » il ne se préoccupait pas de concurrence déloyale ou d’éthique commerciale, comme Partouche, les fondamentaux de l’être humain … Il n’en avait rien à foutre ! ! !
    Même type de remarque pour les champions de la mal bouffe qui ont bousillé des milliers de restos de quartier avec tout ce que ça a entrainé de destruction de tissus social et de relations commerciales avec les « petits producteurs » locaux qui ont régalé notre jeunesse de mets simples et succulents pour des budgets de quat’sous composés pour l’essentiel avec des produits de terroir.

  • Ce qu’on appelle un billet… au vitriol !