Les « Bandol » du matin 05/27/2009

.





2 Commentaires

  • A titre personnel
    je reviens sur l’information erronée sur l’historique de la commune de bandol.
    je remercie l’adjointe au Tourisme et son personnel qui m’ont permis de modifier complement les textes et les dates sur le patrimoine culturel, religieux et historique de bandol.
    aux mandats municipaux precedants j’ai proposé mes services historiques de modifications – j’ai recu une fin de non recevoir car les gestionnaires de l’informatique avaient recu la connaissance dés leur naisssance du passé communal –
    comme par Exemple le titre «  » SOUS le regne de Henri IV en 1554 «  »- helas pour eux (historiens qualifiés) Henri IV est né en 1553- ceci montrent leur ignorance – mais surtout leurs difficultés morales de reconnaitre leurs erreurs et de recourir a une modification –
    il n’y a pas que l’ancienne municipalité qui donne de faux historiques de tres nombreux WEBSITES en font de meme – donnant aux futurs estivants venant dans notre paradis  » la cote d’azur » en autre bandol des renseignements inexats – je leur propose mes prestations de modifications pour la valorisation de notre commune de bandol
    cordialement max.

  • Internautes consultant l’histoire de bandol
    Blog «  » CURVILLE » DIT §§§§ — la lignée des seigneurs BOYER de (FORESTA) situé pour eux en 1596 – helas c’est en 1636 que le nom est donné a son fils Jules BOYER du titre de FORESTA §§§ un fort bati au XVII non mais au XVI en 1594 – ou trouve t on le terme «  »pierre précieuse » » pour designé bandol §§§ Antoine BOYER en 1603 sans FORESTA §§ le 08 / 01 / 1715 est l’acquisition du sous fief – negocie en 1615 qui est de (850 hectares) /// arriere fief est l’enceinte du chateau (3 hectares) – la tonnelerie commence au XVIII et non XIX – —Eglise est finie en 1748 et non 37 ans apres en 1785 — §§ la DEVISE est ((( DUX et NAVIGANTINUM SERVITAS )) ni de « servitas » ni de « Salus » et le balson est SINOPLE donc VERT et non AZUR –
    veuillez respecter la verité sans porter prejudice à l’histoire communale
    de la moralité dans vos publications – Max MOUTTE