Les « Bandol » du matin 04/16/2010

.





10 Commentaires

  • Un brin agacé, Christian Palix reprend : « Je n’ai jamais dit que les 360 000 euros correspondaient à un marché. Il n’y a même pas eu d’appel d’offres. C’est une estimation que les services ont fait pour pouvoir demander une subvention à l’État ».
    JE NE COMPRENDS PAS QUE L’ON PROPOSE AU VOTE DE TELLES PROPOSITIONS SANS EN SAVOIR PLUS SUR LE COUT REEL

  • Jean-Jacques GERARDIN

    Je viens de lire dans VAR MATIN que le Conseil Municipal avait décidé d’installer une video surveillance dans la commune.
    Il y a actuellement des polémiques afin de savoir si le systeme etait efficace ou non.
    N’étant plus aux « affaires » je me garderais bien de porter un jugement sur la chose. Cependant lorsque je lis VAR MATIN très occasionnellement peu de délits sont signalés à BANDOL… L’omerta (???), je l’ignore.
    Installer des cameras…28 dit-on, 18 sur le port et 10 en ville: les quartiers périphériques, où il y a de nombreuses résidences secondaires et aussi…. des électeurs, ne sont pas cités. Il faudra s’en souvenir!
    Je ne sais qui conseille le Maire dans ce domaine, comme dans celui de la signalisation routière, mais certains feraient bien de revoir leurs copies. Pour être efficace la video surveillance implique un centre de supervision avec un fonctionnaire, qui jour et nuit observe et déclenche des interventions. Qui paiera ce fonctionnaire et qui interviendra dans la minute à BANDOL le jour peut etre, mais … la nuit? Sans cela ce ne sera qu’un gadget fort couteux pour la commune, comme le controle de vitesse mobile et je rejoins Madame Connat-Le Rat dans son analyse.
    En dehors de ce sujet je souhaiterais que ceux qui s’expriment sur ce blog aient le simple courage de ne pas le faire anonymement.
    Le colonel (H) de gendarmerie Jean-Jacques JGERARDIN

  • @ Jean Jacques,
    OK les caméras nécessitent du personnel etc…Mais lorsque dans ce même Var Matin qui évoque cette délibération, tu lis 2 pages plus loin qu’un couple a été sauvagement agressé sur une plage de Mandelieu et que l’arrestation des agresseurs a été possible grâce à des caméras pour les identifier. Toujours dans ce même journal l’évocation de la sauvage, lamentable, agression de ces jeunes à Grenoble et leur identification grâce aux caméras. Et hier dans les journaux télévisés cette agression dans un bus et l’arrestation des agresseurs grâce aux caméras. Les caméras, ne nous y trompons pas, n’ont pas vocation d’anticiper et d’empêcher une agression elles ont le mérite d’identifier les agresseurs et je trouve que c’est pas mal que dans notre Pays la racaille se sente un peu moins sure d’elle.

  • Jacques KAUFFMANN

    Jean,
    Je me permet de te conseiller encore un peu de lecture.
    1 – sur l’activité policière, ici : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/04/18/01016-20100418ARTFIG00260-police-de-moins-en-moins-d-agents-sur-la-voie-publique-.php
    2 – sur l’histoire de Grenoble, qui ne s’est pas déroulée comme tu aimes le répéter, ici : http://www.liberation.fr/societe/0101630314-lynchage-de-grenoble-sept-mises-en-examen
    Tu remarqueras qu’il a effectivement suffi de 2 controleurs pour dissuader les gars d’agir avant, et que les caméras n’ont strictement rien empéchés. Et tu reléveras dans quelles conditions trés particulières les gars ont pu être identifiés, d’autant que sur la bande, seuls 5 étaient dans la rame, donc filmés par les caméras. Est ce que les effectifs policiers ici comptent un tel physionomiste ?
    « Racailles » ? Jamais vu quoi que ce soit qui puisse correspondre à ce terme à Bandol.
    Le dernier fait marquant chez nous ? Un assassinat il y a quelques mois. Une caméra sur le quai n’aurait strictement servi à rien, ni pour l’empécher, ni pour trouver l’agresseur.
    Fantasmes, approximations et désir de communiquer plutôt qu’agir expliquent largement ces décisions absurdes.
    Jacques

  • @ Jean,
    « grâce à des caméras  » : C’est parce que cette partie de l’info est largement relayée dans les médias que l’on verra certainement fleurir nos rues de « vidéo-surveillance ». On a vu ce même type de manipulation médiatique récemment, et ça nous a coûté quelques millions de vaccins, non ?
    D’autant plus que les agressions ont en général lieu plutôt la nuit… les caméras seront-elles équipées de la vision nocturne ? J’ai un doute, mais cela expliquerait peut-être le prix !? … Je ne suis pas convaincue du ratio coût/efficacité…

  • @ Jacques, Nathalie et…moi
    Satisfait de constater que pour donner ton point de vue, toi Jacques « t’as » pas incendié 400 voitures, content aussi de constater que Nathalie pour s’exprimer n’a pas tenu la mèche et, remarquez aussi, que pour vous écouter et m’exprimer  » j’ai pas fait cramé » l’entrée de mon immeuble!
    Quand je parle de racaille je fais allusion à ces « mondains » qui se sont acharnés sur une Dame seule, l’année dernière, Bd des Graviers pour la voler après lui avoir fait une trouille de 30 minutes en s’y mettant à plusieurs. Quand je parle de racaille je rappelle la visite inopinée et sympathique d’une bande de …comment dire! J’sais plus…débarquant de la Gare de Bandol sans avoir payé le train et qui ont foutu un sacré…comment dire? J’sais pas!…Quand je parle de racaille je le dis à la façon de la méthode Coué pour nous en préserver.
    Maintenant que vous soyez contre et que je soit pour n’empêchera rien, hélas! La violence a trouvé sont lit dans ce type de débat et fait son petit bonhomme de chemin quoique vous en pensiez. Il n’y a qu’à comparer avec ce qui se passait du temps …

  • En parfait accord avec Jean, quoi que, j’eusse préféré ne pas voir se commettre les délits et les crimes et dans ce cas, pas besoin de caméra, car il n’y aurait personne à poursuivre.
    Mais la justice en a jugé autrement, on relache les délinquants multirécidivistes, ils ne font que la moitié de leur peine, alors Jean tu as raison, il faut des caméras pour coffrer la racaille.

  • Le débat s’anime alors qu’il y a des convergences :
    Vous êtes tous pour la video surveillance !
    Simplement certains (Jean, Serge, Christian P …,Laetitia, Michel S… Pierre !) la trouvent adaptée dans bien des circonstances, notamment dans celle de la sécurité (Je te l’accorde mon solidaire Jacques Bandol n’est pas au première loge). L
    D’autres (Christian D, Jacques, Nathalie… et certainement d’autres fans d’intelligence virtuelle…. Fred ?) lui trouvent des vertus, pour la seule video surveillance des conseils municipaux de notre ville de 8.000 habitants, notion primordiale comme chacun pourra en juger !!
    Question : Est-ce l’UMP qui déplace le problème de l’insécurité avec l’emploi de technologie, ou la gauche qui l’en accuse, qui déplace son abord du problème, des chiffres de l’emploi et des retraites du traitement social du chômage de 1981, sur un problème nié par elle depuis 30ans, puisque soit disant lubie des « fascistes » : Le Pen,.. et pourquoi pas : Chirac, Sarko ..?

  • Lors du conseil municipal, les caméras sont un moyen de compte-rendu impartial envers le citoyen qui a voté mais ne peux pas assister aux débats municipaux tout simplement. Ce n’est pas de la vidéo surveillance ; le débat d’élus est un exercice public.
    Le débat ici n’est pas d’approuver ou pas la petite délinquance, là on est tous d’accord, mais l’adéquation des moyens dissuasifs proposés : bien évidemment personne n’apprécie les poubelles en feu, les regroupements bruyants et alcoolisés ou les agressions dans les rues isolées que connait Bandol ces derniers temps.
    Personnellement je n’ai jamais vu une caméra arrêter quiconque avec ses petits bras musclés : comme le dit Jean-jacques Gerardin, s’il n’y a pas une volonté et des moyens humains derrière, la caméra ne servira pas à grand-chose et ça déplacera juste les foyers à risques… et les trucs moyennement efficaces, quand c’est très cher, ça devient discutable, non ?

  • Nathalie
    Oui l’installation de caméras pour la vidéo surveillance revient très cher, tout comme faire suivre chaque bus par une voiture de police ou encore faire circuler des policiers dans les trains régionaux pour en assurer la sécurité.
    Si l’on en revient à Bandol, la construction des « gendarmes allongés » revient cher, l’implantation des « bittes » le long des trottoirs pour interdire aux véhicules d’y accéder pour stationner a aussi son prix.
    Toutes ces dépenses pourraient être évitées avec un peu plus de respect de chacun.
    Si tous les automobilistes respectaient la vitesse en ville, il n’y aurait pas besoin de « gendarmes allongés », s’ils prenaient l’habitude de stationner sur les parkings, il n’y aurait pas besoin de « bittes » et enfin s’il n’y avait pas de délinquance, il n’y aurait pas besoin de caméras.
    Mais notre société est ainsi faite, par égoïsme, par manque de civisme, par je-m’en-foutisme, les autorités sont obligé de dépenser l’argent de nos impôts pour assurer une certaine sécurité.
    Alors, les caméras n’arreteront personne, mais elle pouront servir à identifier dans certains cas comme le signalait Jean les auteurs des délits commis sur la voie publique et ainsi en éviter quelques uns.
    Pour Bandol, je ne pense pas que les Maires succéssifs aient installé les « gendarmes allongés », les « bittes » et maintenant les caméras, par simple plaisir de dépenser de l’argent.
    Dans un monde plus respectueux des lois, cet argent aurait pu servir au bien être des administrés.